• POEME A LIRE ET A OUÏR – L’OISEAU NOIR

    Imprimer

    grand-corbeau-4.jpg

    Un instant de poésie. Non pas une pause, ni une pose. Mais un laps pour reprendre son souffle. Afin de changer des Gilets Jaunes, voici un oiseau noir. Un oiseau noir qui vous veut du bien.

    A LIRE

    Je suis l’oiseau noir qui vous veut du bien

    Mon chant referme les plaies lave les souillures

    Mon silence coule tout au long de mes plumes

    Goutte-à-goutte sur le cuir des corps brûlants

    Mélodie plongée dans la trempe du matin

    Ecoutez-la vous n’en croirez pas vos oreilles

    Et pourquoi les croire ? Vous n’êtes pas des sourds

    Troublée votre vue mais intacte votre ouïe

    Les ondes premières vous tissent toujours

    Sur la trame vivante des planètes mortes

     

    Je suis l’oiseau noir qui vous veut du bien

    J’ouvre grand mon bec pour avaler le soleil

    Le purifier dans le secret des entrailles

    Et rendre gorge pour vous le restituer

    Bouche après bouche dans sa pleine lumière

    Le soleil doit faire son nid dans vos nuits

    En vous d’autres soleils briseront leur coquille

    En vous ils déploieront leurs ailes et leur chant

    Tomberont alors les chaînes qui vous entravent

    Vous serez l’oiseau noir qui nous veut du bien

    Jean-Noël Cuénod

    A OUÏR
    podcast

    Lien permanent Catégories : Poésie L'Or du temps 5 commentaires
  • RIC : Démocratie directe = extrême-droite?

    Imprimer

    https___media-mbst-pub-ue1.s3.amazonaws.jpg

    Les oreilles suisses sifflent depuis que le mouvement des Gilets Jaunes a pris son tournant politique. Ce pays, que la plupart des médias français ignorent, devient à la mode. Et la démocratie semi-directe helvétique soulève des interrogations depuis que les Gilets Jaunes réclament en France l’instauration du Référendum d’initiative citoyenne (RIC) calqué sur nos initiatives populaires.

    De nombreux médiacrates, politiciens et autres experts pour chaînes d’information continue ont dénigré ce système en arguant qu’il allait rétablir la peine de mort, revenir sur le mariage pour tous et ouvrir la porte aux délires populistes, notamment contre les immigrés. Tout d’abord, il convient d’expliquer ce que la Suisse entend par « initiative populaire ». « référendum obligatoire » et « référendum facultatif », autant de droits des citoyens que nombre de médias français confondent le plus souvent.

    • Initiative populaire. Les initiants doivent récolter, dans un délai de dix-huit mois, 100'000 signatures de personnes ayant le droit de vote. Le parlement (les deux chambres, le Conseil national et le Conseil des Etats) est ensuite chargé d’examiner si l’initiative respecte les principes de l’unité de la forme, l’unité de la matière et les règles impératives du droit international. Si ce n’est pas le cas, il peut la déclarer totalement ou partiellement nulle. Il est donc erroné de prétendre qu’en Suisse, on peut faire voter n’importe quoi n’importe comment.

    Si l’initiative populaire est déclarée valable par le parlement, elle est soumise à la   votation populaire. Le Conseil fédéral et le Parlement peuvent choisir de lui opposer un contre-projet direct ou indirect.

    Pour qu’elle soit adoptée, il faut qu’elle soit acceptée par la majorité du peuple et des cantons (le vote est comptabilisé dans chaque canton ; si une majorité de ses citoyens votent « oui » ou « non » à l’initiative, ledit canton est compté comme ayant voté « oui » ou « non » ; ce système a pour but d’empêcher que les cantons les plus peuplés l’emportent systématiquement sur les autres).

    • Référendum obligatoire. Certains actes votés par le parlement, notamment les révisions de la Constitution, sont obligatoirement soumis au vote du peuple et des cantons ; les révisions de la Constitution n’entrent en vigueur que si la majorité du peuple et des cantons les acceptent en votation. Dans ce cas, nul besoin de faire circuler des listes de signatures, la votation est automatique.
    • Référendum facultatif. La plupart des lois et des autres actes votés par le parlement entrent en vigueur sans que le peuple soit appelé à se prononcer. Un scrutin (référendum) est néanmoins possible dans deux cas. Lorsque les citoyens qui s’opposent à certaines décisions du parlement, ils doivent récolter 50'000 signatures valables dans les cent jours à compter de la publication officielle de l’acte ou que huit cantons le demandent. La loi sera alors soumise au vote du peuple (référendum facultatif) et n’entrera en vigueur que si la majorité du peuple l’accepte en votation.

    Ajoutons que les instruments de la démocratie semi-directe se déclinent aussi au niveau des cantons et des communes.

     RIC et immigration : fantasme et vérité

    Depuis son virage vers l’extrême-droite, l’ancien vieux parti agrarien, désormais bien mal nommé UDC (Union démocratique du centre), a lancé de nombreuses initiatives, notamment en lien direct ou indirect avec l’immigration. Comme la plupart des médias français n’évoquent les votations en Suisse qu’en cas de victoire de l’UDC et taisent le plus souvent ses défaites, l’impression qui domine dans l’Hexagone est que l’extrême-droite et la xénophobie triomphent systématiquement.

    La réalité est bien différente. En dix ans, l’UDC, en tant que telle ou sous l’appellation de divers comités, est parvenue à faire voter huit objets ayant un lien direct ou indirect avec l’immigration. Elle en a remporté trois (contre la construction de nouveaux minarets, pour le renvoi des criminels étrangers et contre l’immigration de masse) et  en a perdu cinq (naturalisations démocratiques, plus de droits populaires dans la politique étrangère, renvoi effectif des étrangers criminels, contre la naturalisation facilitée, contre le primat du droit suisse sur les traités internationaux).

    A noter qu’il ne s’est trouvé aucun comité pour lancer une initiative sur la peine de mort. De toute façon, un texte de cette nature ne passerait pas en votation, dans la mesure où le protocole 13 de la Convention européenne des droits de l’homme abolit la peine de mort en toute circonstance. Or, la Suisse a signé et paraphé cette Convention. Il en va de même en France. L’argument des opposants au RIC français, faisant de ce retour de la guillotine un risque majeur, tombe donc à l’eau.

    L’avantage principal de la démocratie semi-directe ? Les dirigeants politique en place éprouvent plus de peine que dans d’autres systèmes à glisser les problèmes sociaux et politiques sous le tapis. Personnellement, j’ai voté à chaque fois « non » aux initiatives populaires de l’UDC. Mais dans un pays qui accueille depuis longtemps un grand nombre d’étrangers, j’admets que les problématiques liées à l’immigration devaient être débattues. Si elles ne l’avaient pas été, elles se seraient invitées, avec un effet retard, sous forme de violences politiques.

    Tout doit être débattu en démocratie. C’est un risque, certes, mais il est moindre que celui que fait courir le bavard mépris des élites autoproclamées.

    Jean-Noël Cuénod

  • Gilets Jaunes, les trois premières leçons

    Imprimer

    361848990.jpgLe mouvement des Gilets Jaunes amorce actuellement son reflux, phénomène inhérent à toute marée, sociale ou non. Sous une forme ou une autre, un retour de son flux reste probable car les problèmes majeurs qu’il a soulevés se trouvent à des encablures de leur résolution. Comme dans toute opération d’envergure qui remue la société et en racle le fond, le pire et le meilleur surgit entremêlés à la surface.

    Cela dit, malgré les violences, malgré la présence toxique des extrémistes, malgré les délires complotistes de la fachosphère qui ont tenté de le polluer, le premier bilan de l’opération « Gilets Jaunes » semble globalement positif. On peut en tirer trois leçons majeures :

    Remise en cause du poids de la transition écologique supporté par les classes moyennes. Crise aiguë de la représentation démocratique. Retour du débat politique au sein du peuple.

    1– La transition écologique

    La France vivait une situation anormale depuis des décennies, avec un diesel moins coûteux que l’essence sans plomb. Le président Macron a voulu inverser cette tendance en taxant davantage le fioul qui rend les voitures particulièrement polluantes. Le principe était défendable mais sa réalisation s’est révélée absurde. Il faut tout de même être dépourvu du moindre grain de bon sens pour augmenter une taxe sur les carburants en pleine flambée à la hausse des prix pétroliers! Désormais, les Bobos les plus douillettement claquemurés dans leur cocon parisien savent qu’une grande partie de leurs compatriotes doivent avaler chaque jour des kilomètres au volant de leur guimbarde au diesel pour tenter de gagner chichement leur pain. Enfin façon de parler, puisque la boulangerie du village vient de fermer… 

    Cette hausse de taxe fut le symbole exécré d’une flagrante injustice sociale développée par la présidence Macron : faire peser sur les couches les moins nanties le poids principal de la transition écologique. Même si dans leur majorité les Français n’ont pas la fibre écologique aussi développée que les citoyens des pays de culture protestante, le principe de cette transition vers une économie plus responsable semblait de plus en plus accepté par la population de l’Hexagone. Mais à la condition que les petits salaires ne perdent pas l’essentiel de leurs plumes dans cette aventure.

    Signe de cette injustice maintes fois évoquée par les Gilets Jaunes, l’absence de taxation sur le kérosène, ce carburant qui fait voler les avions et grimper les taux de pollution. Certes, la Convention de Chicago interdit de le taxer. Mais une Convention, ça se renégocie. Et surtout, cette interdiction ne concerne que les vols internationaux et non pas les vols domestiques. Or, la France, non seulement n’instaure pas de taxe sur le kérosène sur ses liaisons aériennes intérieures, mais elle fait pire en les exonérant de TVA. Le RAC (Réseau Action Climat) évalue ce manque à gagner pour les caisses de l’Etat français à 3 milliards d’euros pour la seule années 2017. Pourtant, la Suisse, les Etats-Unis, le Brésil, le Japon, la Norvège, les Pays-Bas pratiquent cette fiscalité sur le kérosène pour leurs vols domestiques.

    L’impôt sur la fortune (ISF) étant supprimé, l’optimisation fiscale étant pratiquée à grande échelle par tous les grands groupes financiers et industriels, les hyper-riches se refusant à contribuer au financement des infrastructures qu’ils n’hésitent pas à mettre à contribution, la révolte des classes sociales qui ne peuvent pas échapper aux diverses corvées fiscales était dès lors inévitable. Les Gilets Jaunes l’ont incarnée ; finalement, le président Macron a été contraint de renoncer aux taxes sur les carburants.

    Toutefois, sur qui pèsera le poids de la transition écologique ? Cette question n’est toujours pas abordée sérieusement. D’où risque de marée nouvelle.

    2– Crise aiguë de la représentation démocratique.

    Les revendications sociales des Gilets Jaunes se sont rapidement transformées en révolte politique. Une révolte d’un type nouveau car elle emportait dans son flot tous les acteurs électoraux, Marine Le Pen semblant être la seule, dans une certaine mesure, à tirer les marrons de ce feu de castagnes.

    C’est le principe même de la représentation politique qui est rejeté par les Gilets Jaunes puisqu’ils dénient à quiconque le droit de parler à leur place, même à ceux qui, en leur sein,  se proposent de les représenter auprès des autorités. Quitte à les menacer de mort, ce qui est la marque d’un inquiétant esprit autoritaire. Mais ils démontrent aussi la plus vive des appétences pour la démocratie directe, comme le démontre le slogan principal de l’acte V de leurs manifs (samedi dernier) en faveur du RIC, Référendum d’initiative citoyenne, un peu à la mode des votations sur initiatives populaires en Suisse.

    Cependant, si cette organisation horizontale alimentée par les réseaux sociaux s’est révélée efficace, elle n’est pas viable telle quelle à long terme. Il est tout de même malaisé de transformer les milliers de ronds-points de l’Hexagone en vaste landsgemeinde[1] !

    Comme Le Plouc l’a déjà signalé, Emmanuel Macron n’a dit que peu de choses sur cet aspect pourtant essentiel du mouvement dans sa dernière intervention télévisée. Si l’on ne changera pas du jour au lendemain les électeurs français en citoyens suisses – habitués à la démocratie semi-directe depuis des siècles et organisés de façon fédérale – il est néanmoins essentiel de réformer de fond en comble les institutions françaises, devenues obsolètes et de plus en plus insupportables comme le démontre l’impopularité chronique des présidents de la République. Une forme de votation sur initiative populaire peut fort bien trouver sa place en France. Et pourquoi ne pas recourir au tirage au sort pour certains organismes de décision, comme cela se pratique depuis de belles lurettes avec les jurés de Cour d’assises ?

    3– Retour du débat politique au sein du peuple

    C’est l’aspect le plus encourageant du mouvement. Les ouvriers, les employés, les artisans, les chômeurs, bref tout ceux qui ne sont plus représentés, ni au parlement ni au gouvernement, se sont intéressés de nouveau à la politique et découvrent le goût du débat public. Autour des braseros et des barbecues sur les ronds-points, au cours des manifs en tentant d’échapper au gaz lacrymo, des nouvelles formes de convivialité, de solidarité, d’échanges se sont tissées. Il en restera forcément quelque chose.

    La société médiamercantile a voulu rendre ses sujets dociles en les coinçant dans leur petite bulle personnelle, en les vissant à leurs écrans, en les murant dans leur individualisme, afin qu’ils soient suffisamment aliénés pour accepter ce crédo trinitaire : « bosse, consomme et tais-toi ». Ces Gilets Jaunes font exactement le contraire, parfois pour le pire mais souvent pour le meilleur. Ils apprennent la politique. Ou plutôt ils la refont à leur manière. Puissent-ils garder ce feu en eux.

    Jean-Noël Cuénod

    [1]Assemblée des citoyens sur la place publique qui votent à main levée. Elle n’existe plus que dans deux cantons alémaniques, Glaris et Appenzell Rhodes-Intérieures, pour le plus grand bonheur des télévisions étrangères. Dans les autres cantons suisses, c’est le vote par bulletin de papier ou électronique qui prévaut.

    Lien permanent Catégories : Politique française, social 28 commentaires
  • Macron rate le virage démocratique

    Imprimer

    1179329-l1060259nb-copiejpg.jpg

    En décrétant l’  « état d’urgence économique et social », en prenant des mesures en faveur des travailleurs au salaire minimum (SMIC) et des retraités a-t-il convaincu une majorité de Français lors de son intervention télévisée de ce soir ? On peut en douter, tant la demande était forte. Mais c’est surtout en matière d’expression démocratique qu’il s’est montré le moins convaincant.

    L’une des principales revendications qui est apparue récemment et qui monte en force est relative au droit de référendum et d’initiative. Les Gilets Jaunes que le Plouc interviewe embrayent d’emblée dès qu’ils ont connaissance de sa nationalité : « Ça fonctionne comment chez vous ? C’est ça qu’on veut en France ! » Et l’entrevue se termine souvent par un petit cours d’instruction civique à la mode suisse.

    Sur ce plan, Emmanuel Macron s’est montré on ne peut plus flou. Voici les extraits de son allocution à ce propos :

    Je veux que soient posées les questions qui touchent à la représentation ; la possibilité de voir les courants d’opinion mieux entendus dans leur diversité, une loi électorale plus juste, la prise en compte du vote blanc et même que soient admis à participer au débat des citoyens n’appartenant pas à des partis (…).

    Ces changements de fond qui demandent une réflexion profonde et partagée, imposent un débat sans précédent. Il devra se dérouler au niveau national dans nos institutions, chacun y aura sa part : gouvernement, assemblées, partenaires sociaux et associatifs ; vous y aurez votre part. Je veux en assurer moi-même la coordination, en recevoir les avis, prendre ainsi le pouls vivant de notre pays.

    Mais un tel débat n’est pas seulement affaire de représentants institutionnels ; il doit se dérouler aussi partout sur le terrain et il est des interlocuteurs naturels, des citoyens qui doivent en recevoir les demandes et s’en faire les relais : ce sont les maires ; ils portent la République sur le terrain. C’est pourquoi je rencontrerai moi-même les maires de France, région par région, pour bâtir le socle de notre nouveau contrat pour la Nation.

    Nous ne reprendrons pas le cours normal de nos vies, comme trop souvent par le passé dans des crises semblables, sans que rien n’ait été vraiment compris et sans que rien n’ait changé. (…)

    Ce « débat sans précédent » est tellement protéiforme que l’on n’en distingue pas les contours. Une seule mesure concrète : la prise en compte du vote blanc. Autrement, tout reste vague : à quoi ça ressemble « une loi électorale plus juste » ? Instauration de la proportionnelle, plus ou moins dosée ? Election des sénateurs au suffrage universel direct ? Et comment procède-t-on pour « faire participer au débat des citoyens n’appartenant pas à des partis » ? Aucune piste n’est dessinée.

    Quant à faire vivre ce « débat sans précédent » grâce aux maires. Cela tient de la mauvaise blague. Le président français a-t-il mesuré son impopularité abyssale auprès des élus locaux qu’il n’a cessé de mépriser ?

    Ces maires sont en première ligne pour subir le désastre social né de la désindustrialisation et de la disparition des services publics exigé par le Centre parisien pour complaire aux marchés financiers. Macron croit-il que ces élus – qui sont sollicités en permanence pour jouer les pompiers sociaux – ont le temps d’organiser des débats citoyens pour le compte d’un président qui, tout d’un coup, prend conscience de leur importance ?

    Si Emmanuel Macron n’a pas dit un mot sur ce que les Français nomment « le référendum d’initiative populaire », c’est sans doute qu’il n’en veut pas. Ses annonces en matière de réformes institutionnels relèvent plus de l’enfumage que de la sortie de crise.

    Jupiter a transformé sa foudre en lampe de tempête au verre enfumé. Nous n’en sommes pas plus éclairés pour autant.

    Jean-Noël Cuénod

    Lien permanent Catégories : Politique française 43 commentaires
  • Macron et la marche funèbre de la Ve

    Imprimer

    47376591_935433489995376_2713032065225326592_n.jpg

    Faudra-t-il compter les morts pour que Macron prenne la mesure de ce qui commence à devenir une révolution d’un type nouveau, menée sans structure verticale et par maillage horizontal? Compétent pour ramasser le pouvoir, le président français n’a pas eu l’intelligence politique de comprendre que le déficit démocratique de son pays est devenu insupportable (Dessin d'Acé).
    Pathétiques, les rétropédalages que mouline un gouvernement aux abois, avec ses annonces d’annulations de taxes bien trop tardives! Depuis plusieurs semaines, les Gilets Jaunes et le peuple derrière eux sont passés à autre chose qui se résume en deux mots tagués sur l’Arc de Triomphe: «Macron démission».
    Après discussion avec certains d’entre eux, il apparaît que la plupart des Gilets Jaunes se montrent bien conscient qu’une démission ne servirait à rien. A quoi bon remplacer Macron par Marine Le Pen, Wauquiez ou Mélenchon?  Et placer le général Philippe de Villiers à la tête d’un gouvernement musclé? N’est pas Charles de Gaulle qui veut. La France en a soupé, des hommes providentiels! C’est aussi le message que lancent les Gilets Jaunes en renonçant à toute personnalisation de leur mouvement.


    C’est bien une crise profonde des institutions que la France subit actuellement. Ni les formations macrocompatibles ni celles de l’opposition ne veulent l’admettre et s’accrochent aux branches des institutions de la Ve République. Or, elles cèdent sous le poids des ans, ces branches. Ses partisans vantent sa «solidité», sa «souplesse» et la «stabilité gouvernementale» qu’elle permet, notamment en comparaison avec les valses folles des ministères de la IVe République.  Or, un regard rétrospectif démontre que ces qualités sont toutes relatives. Un an après Mai-68, le Général de Gaulle, malgré sa stature historique, a dû démissionner en cours de mandat. Georges Pompidou est mort trop tôt pour tirer leçons de sa présidence. Valéry Giscard d’Estaing n’a pas été réélu. François Mitterrand a été contraint de renoncer à son programme après deux ans passés à l’Elysée; il ne s’est maintenu que grâce à sa défaite aux législatives en 1986, ce qui lui a permis de tenir le rôle de principal opposant. Pendant ses douze ans de pouvoir Jacques Chirac n’a quasiment rien fait de notable, à part la suppression – aujourd’hui fort regrettée – du service militaire et d’autres réformes de peu d’ampleur. Par pure charité, nous ne dirons rien des présidences Sarkorzy et Hollande, leur impéritie parle, si l’on ose dire, à leur place.
    Emmanuel Macron avait pris le pouvoir par un concours de circonstances heureux. Heureux, du moins pour lui, sur le moment. Il a pris ce coup de chance pour un plébiscite qui l’a propulsé sur une orbite jupitérienne. Aujourd’hui, s’il s’effondre encore plus rapidement que ses prédécesseurs, il le doit autant à ses failles personnelles qu’à la faillite des institutions de la Ve République qui ne permettent pas au peuple de s’exprimer sur les sujets qui le concernent en premier lieu.


    Macron face à au prélèvement fiscal à la source


    Si le président Macron voulait laisser une trace autre que celle d’un Jupiter pour farces et attrapes, il devrait préparer les funérailles de la Ve République, plutôt que de multiplier les poses de rustines qui cèdent aussitôt qu’elles sont collées. Car le 1er janvier prochain, on semble l’oublier, sonnera l’entrée en vigueur du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu; il frappera une fois de plus les classes moyennes, grosses pourvoyeuses en Gilets Jaunes. Le président et son gouvernement auront beau multiplier les plans comm’ pour expliquer les avantages de la formule, plus personne ne les écoute et le salarié ne constatera qu’une chose : il percevra encore un peu moins que d’habitude. Bonjour le pouvoir d’achat!
    Dès lors, toutes les initiatives gouvernementales risquent fort de sombrer dans les abysses de la colère, une fois de plus.
    Macron se fait fort de connaître les nouvelles technologies nées des réseaux sociaux. Eh bien, qu’il utilise son savoir pour créer en France un vaste échange d’idées sur ce que pourrait être la future Constitution! Qu’il favorise la création d’espaces de discussion pour faire émerger de nouveaux canaux d’expression populaire. Le but n’est pas de transformer sur-le-champ la France en une Suisse avec démocratie directe à tous les ronds-points, mais au moins de tracer les voies vers une démocratie semi-directe compatible avec l’histoire des Français et leur génie propre.


    Toutefois, il est très peu probable qu’Emmanuel Macron adopte cette stratégie. En écrivant son «Coup d’Etat permanent», François Mitterrand avait dressé le plus implacable des réquisitoires contre la Ve République. Une fois parvenu au faîte du pouvoir, il s’est empressé de se fondre avec délice dans le moule élyséen pour devenir plus gaullien que de Gaulle. Emmanuel Macron, de tempérament autoritaire et persuadé de ses hautes qualités intellectuelles, n’est pas du genre à lâcher son sceptre même si son palais prend eau de toutes parts.
    Jean-Noël Cuénod

  • Gilets Jaunes et anarchisme autoritaire  

    Imprimer

    XVMcaa2383e-f703-11e8-b534-f05b86df9909-805x537.jpg

    Pas une tête ne doit se lever. Si une seule dépasse, on la coupe. Et pas toujours métaphoriquement. C’est ainsi que les Gilets Jaunes qui voulaient discuter avec le gouvernement ont-ils été menacés de mort, ainsi que leurs enfants. Ils ont donc renoncé à jouer les porte-paroles. Violence dans le même camp, au nom de la pureté du mouvement.

    Dès qu’une personnalité émerge, l’être collectif nommé Gilets Jaunes crie aussitôt la trahison. A partir du moment où les porte-paroles franchissent les portes de Matignon ou de l’Elysée, ils sont foutus. Les dirigeants politiques, bien plus malins qu’eux, les auront retournés et s’en serviront pour diviser le mouvement, ce qui amènera celui-ci à périr à brève échéance. La révolution n’est pas un dîner de gala, disait Mao.

    De plus, tout chef est considéré, en soi, comme un ennemi. En voulant servir de fédérateur pour porter la parole du groupe, il brise aussitôt l’unité de l’être collectif. Même s’il multiplie les garanties. Cela n’a rien à voir avec sa personnalité. Le simple fait qu’un seul élément veuille représenter le tout enclenche une phase mécanique de destruction de l’être collectif. Pour s’y opposer tous les moyens sont utilisables, y compris les menaces de mort, même sur des enfants. La préservation de l’être collectif l’emporte sur toute autre considération.

    C’est bien un ordre qui se construit, un ordre anarchique, certes mais un ordre tout de même qui donne… des ordres.

    Tiens, à propos, qui donc les donne, ces ordres? Qui sont les Gilets Jaunes auteurs des menaces? On l’ignore, car toute Terreur, aussi petite soit-elle, a pour corollaire l’omerta. C’est pourquoi elle se révèle aussi efficace. Si le nom de ceux qui ont menacé était connu, l’affaire serait vite réglée. Mais voilà, on ne va pas donner de nom. Par peur des représailles, bien sûr. Mais pas seulement, par crainte aussi de fissurer cet être collectif que l’on a eu tant de mal à engendrer.

    Cette phase d’anarchisme autoritaire, bien des épisodes insurrectionnels ou révolutionnaires l’ont connu. La Révolution française a commencé par l’universalité des droits de l’homme. La Terreur a suivi pour défendre ce principe sublime et libérateur. Et enfin, la nuit du 4 août 1789 (abolition des privilèges) a sombré dans la journée du 18 mai 1804 (Sacre de Napoléon). Même processus, avec bien sûr, les inévitables variantes, lors de la Révolution bolchévique. Il y a dans les Gilets Jaunes qui ont menacé leurs camarades, un minuscule Iagoda[1]prompt au réveil. 

     A chaque fois, les défenseurs de l’intégralité de l’être collectif s’organisent et s’emparent des instruments de la violence. Pour le bien de la collectivité, cela va de soi, et nullement par goût du pouvoir, voyons!

    L’ennui avec le goût du pouvoir, c’est qu’il rend fou. L’humain reste partagé entre son affirmation comme individu et sa nécessité vitale de vivre en collectivité, ce qui rend paradoxale son action. Le fait de dominer les autres l’enivre. Il peut ainsi s’affirmer comme individu tout en bénéficiant de l’œuvre collective. C’est ce processus que veulent éviter les «menaceurs»  au sein des Gilets Jaunes. Mais en se plaçant dans cette position de Gardiens du Temple, ils se situent immanquablement au-dessus des autres et revêtent l’uniforme abhorré des chefs, même s’ils s’en défendent avec véhémence.

    Pas simple l’anarchisme autoritaire! Il va falloir en sortir. Comment ? Sans doute faudra-t-il apprendre en premier lieu à se méfier de la pureté. Pureté de la révolution, pureté de la classe ouvrière, pureté de la nation, pureté de la race… Que de crimes de masse a-t-on commis en ce nom ! Edouard Herriot – vieux politicard républicain tendance tablier de sapeur – n’avait pas tort lorsqu’il expliquait : «La politique, voyez-vous, c’est comme les andouillettes, il faut que ça sente un peu la merde, mais pas trop!»

    Pas très exaltant, il est vrai. Mais pour que survive et se développe ce mouvement des Gilets Jaunes – né d’une saine réaction devant un pouvoir qui a fait de l’inégalité sociale son passeport pour la mondialisation – , il ne peut pas se tenir à son actuel surplace protestataire, sous peine de s’étioler. Peut-être que l’intelligence collective des Gilets Jaunes trouvera le moyen de briser le cercle vicieux de la chefferie que nous avons décrit et fera naître de nouvelles formes d’organisation. Espérons. Mais parfois, il faut accepter de manger l’andouillette d’Herriot.

    Jean-Noël Cuénod

     

     

    [1]Genrikh Iagoda fut le chef du NKVD – la police politique de l’URSS – entre juillet 1934 et septembre 1936. Sur ordre de Staline, il a fait mourir des millions de personnes lors des collectivisations forcées ; il est le concepteur du Goulag.

  • Gilets Jaunes et l'agonie de la Ve République

    Imprimer

    Gilets_Jaunes3Déc18.jpg

     Le président Macron est victime aujourd’hui de ce qui fit son succès hier. Il avait fédéré les suffrages de gauche et de droite pour parvenir à se faire élire ; maintenant, il concentre sur lui les colères exprimées par les deux camps avec, en plus, celles éprouvées par tous ceux qui, nombreux, avaient choisi l’extrémisme, le vote blanc ou l’abstention. Tout le monde porte un gilet jaune!

    Cela dit, la crise quasi insurrectionnelle qui secoue la France, dépasse la seule personne d’Emmanuel Macron. Il paie aussi les frustrations nées des quinquennats ratés de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande. Surtout, l’actuel président occupe l’Elysée au moment où les institutions de la Ve République commencent à donner les signes de l’agonie.

     Elles furent taillées sur mesure par et pour un chef d’Etat exceptionnel – le Général de Gaulle – afin de répondre à une situation exceptionnelle – la décolonisation. A cette époque, la concentration des pouvoirs dans les mains du président de la République semblait indispensable pour assurer la stabilité du pouvoir et faire renaître par la politique industrielle de l’Etat, une économie française que les guerres coloniales – qui suivirent immédiatement l’occupation nazie – avaient saignée à blanc.

    Soixante ans plus tard, cette omnipotence est devenue créatrice d’impotence. Disposant de tous les leviers de commande, le président français est devenu le centre de toutes les réclamations, le symbole de toutes les frustrations et l’objet unique de toutes les détestations. Les institutions de la Ve République sécrètent donc une certaine infantilisation des citoyens qui, ne pouvant s’exprimer que tous les cinq ans lors de l’élection présidentielle – la seule qui compte vraiment – en sont réduits au ressentiment chronique envers leur chef d’Etat.

    La crise actuelle dépasse les seuls aspects fiscaux – qui ont leur importance – et pose cette question fondamentale: comment donner aux Français les canaux d’expression nécessaires pour les rendre acteurs de leur destin?

    Jean-Noël Cuénod

    Editorial paru lundi 3 décembre 2018 dans laTribune de Genève et de24 Heures

    Lien permanent Catégories : Politique française 7 commentaires