17/12/2018

Gilets Jaunes, les trois premières leçons

361848990.jpgLe mouvement des Gilets Jaunes amorce actuellement son reflux, phénomène inhérent à toute marée, sociale ou non. Sous une forme ou une autre, un retour de son flux reste probable car les problèmes majeurs qu’il a soulevés se trouvent à des encablures de leur résolution. Comme dans toute opération d’envergure qui remue la société et en racle le fond, le pire et le meilleur surgit entremêlés à la surface.

Cela dit, malgré les violences, malgré la présence toxique des extrémistes, malgré les délires complotistes de la fachosphère qui ont tenté de le polluer, le premier bilan de l’opération « Gilets Jaunes » semble globalement positif. On peut en tirer trois leçons majeures :

Remise en cause du poids de la transition écologique supporté par les classes moyennes. Crise aiguë de la représentation démocratique. Retour du débat politique au sein du peuple.

1– La transition écologique

La France vivait une situation anormale depuis des décennies, avec un diesel moins coûteux que l’essence sans plomb. Le président Macron a voulu inverser cette tendance en taxant davantage le fioul qui rend les voitures particulièrement polluantes. Le principe était défendable mais sa réalisation s’est révélée absurde. Il faut tout de même être dépourvu du moindre grain de bon sens pour augmenter une taxe sur les carburants en pleine flambée à la hausse des prix pétroliers! Désormais, les Bobos les plus douillettement claquemurés dans leur cocon parisien savent qu’une grande partie de leurs compatriotes doivent avaler chaque jour des kilomètres au volant de leur guimbarde au diesel pour tenter de gagner chichement leur pain. Enfin façon de parler, puisque la boulangerie du village vient de fermer… 

Cette hausse de taxe fut le symbole exécré d’une flagrante injustice sociale développée par la présidence Macron : faire peser sur les couches les moins nanties le poids principal de la transition écologique. Même si dans leur majorité les Français n’ont pas la fibre écologique aussi développée que les citoyens des pays de culture protestante, le principe de cette transition vers une économie plus responsable semblait de plus en plus accepté par la population de l’Hexagone. Mais à la condition que les petits salaires ne perdent pas l’essentiel de leurs plumes dans cette aventure.

Signe de cette injustice maintes fois évoquée par les Gilets Jaunes, l’absence de taxation sur le kérosène, ce carburant qui fait voler les avions et grimper les taux de pollution. Certes, la Convention de Chicago interdit de le taxer. Mais une Convention, ça se renégocie. Et surtout, cette interdiction ne concerne que les vols internationaux et non pas les vols domestiques. Or, la France, non seulement n’instaure pas de taxe sur le kérosène sur ses liaisons aériennes intérieures, mais elle fait pire en les exonérant de TVA. Le RAC (Réseau Action Climat) évalue ce manque à gagner pour les caisses de l’Etat français à 3 milliards d’euros pour la seule années 2017. Pourtant, la Suisse, les Etats-Unis, le Brésil, le Japon, la Norvège, les Pays-Bas pratiquent cette fiscalité sur le kérosène pour leurs vols domestiques.

L’impôt sur la fortune (ISF) étant supprimé, l’optimisation fiscale étant pratiquée à grande échelle par tous les grands groupes financiers et industriels, les hyper-riches se refusant à contribuer au financement des infrastructures qu’ils n’hésitent pas à mettre à contribution, la révolte des classes sociales qui ne peuvent pas échapper aux diverses corvées fiscales était dès lors inévitable. Les Gilets Jaunes l’ont incarnée ; finalement, le président Macron a été contraint de renoncer aux taxes sur les carburants.

Toutefois, sur qui pèsera le poids de la transition écologique ? Cette question n’est toujours pas abordée sérieusement. D’où risque de marée nouvelle.

2– Crise aiguë de la représentation démocratique.

Les revendications sociales des Gilets Jaunes se sont rapidement transformées en révolte politique. Une révolte d’un type nouveau car elle emportait dans son flot tous les acteurs électoraux, Marine Le Pen semblant être la seule, dans une certaine mesure, à tirer les marrons de ce feu de castagnes.

C’est le principe même de la représentation politique qui est rejeté par les Gilets Jaunes puisqu’ils dénient à quiconque le droit de parler à leur place, même à ceux qui, en leur sein,  se proposent de les représenter auprès des autorités. Quitte à les menacer de mort, ce qui est la marque d’un inquiétant esprit autoritaire. Mais ils démontrent aussi la plus vive des appétences pour la démocratie directe, comme le démontre le slogan principal de l’acte V de leurs manifs (samedi dernier) en faveur du RIC, Référendum d’initiative citoyenne, un peu à la mode des votations sur initiatives populaires en Suisse.

Cependant, si cette organisation horizontale alimentée par les réseaux sociaux s’est révélée efficace, elle n’est pas viable telle quelle à long terme. Il est tout de même malaisé de transformer les milliers de ronds-points de l’Hexagone en vaste landsgemeinde[1] !

Comme Le Plouc l’a déjà signalé, Emmanuel Macron n’a dit que peu de choses sur cet aspect pourtant essentiel du mouvement dans sa dernière intervention télévisée. Si l’on ne changera pas du jour au lendemain les électeurs français en citoyens suisses – habitués à la démocratie semi-directe depuis des siècles et organisés de façon fédérale – il est néanmoins essentiel de réformer de fond en comble les institutions françaises, devenues obsolètes et de plus en plus insupportables comme le démontre l’impopularité chronique des présidents de la République. Une forme de votation sur initiative populaire peut fort bien trouver sa place en France. Et pourquoi ne pas recourir au tirage au sort pour certains organismes de décision, comme cela se pratique depuis de belles lurettes avec les jurés de Cour d’assises ?

3– Retour du débat politique au sein du peuple

C’est l’aspect le plus encourageant du mouvement. Les ouvriers, les employés, les artisans, les chômeurs, bref tout ceux qui ne sont plus représentés, ni au parlement ni au gouvernement, se sont intéressés de nouveau à la politique et découvrent le goût du débat public. Autour des braseros et des barbecues sur les ronds-points, au cours des manifs en tentant d’échapper au gaz lacrymo, des nouvelles formes de convivialité, de solidarité, d’échanges se sont tissées. Il en restera forcément quelque chose.

La société médiamercantile a voulu rendre ses sujets dociles en les coinçant dans leur petite bulle personnelle, en les vissant à leurs écrans, en les murant dans leur individualisme, afin qu’ils soient suffisamment aliénés pour accepter ce crédo trinitaire : « bosse, consomme et tais-toi ». Ces Gilets Jaunes font exactement le contraire, parfois pour le pire mais souvent pour le meilleur. Ils apprennent la politique. Ou plutôt ils la refont à leur manière. Puissent-ils garder ce feu en eux.

Jean-Noël Cuénod

[1]Assemblée des citoyens sur la place publique qui votent à main levée. Elle n’existe plus que dans deux cantons alémaniques, Glaris et Appenzell Rhodes-Intérieures, pour le plus grand bonheur des télévisions étrangères. Dans les autres cantons suisses, c’est le vote par bulletin de papier ou électronique qui prévaut.

09:29 Publié dans Politique française, social | Lien permanent | Commentaires (28) | |  Facebook | | |

Commentaires

Le premier problème de la Vème république française est évidemment le manque de représentation proportionnelle. Il est beaucoup évoqué ces jours à la télévision, mais tout le monde semble se résigner à ce que la peur du "populisme" (qui est surtout une peur de devoir partager le pouvoir) empêche sa réalisation.
Le second problème réside pour moi dans un aspect en partie psychologique. A part le problème du coût du carburant, c'est aussi la remise en question de l'automobile, sous-jacente aussi dans la limitation à 70 km, qui a favorisé le premier élan des gilets jaunes: en dehors de son utilité (vitale pour certains), l'automobile reste un des derniers refuges du sentiment de liberté et de pouvoir des classes de plus en plus défavorisées de notre société.
Après la bicyclette et la moto, elle a permis au début du siècle dernier, aux ouvriers d'acquérir ce qui revenait autrefois au patrons et aux riches seuls, un mode de déplacement autonome qui remplaçait le cheval, réservé autrefois aux aristocrates (et au cowboys, symboles de la liberté dans l'imaginaire et la publicité).
L'ouvrier ne faisait passait du stade de l'entretien et du lustrage de la voiture de luxe du patron à l'utilisateur de son propre véhicule, mouvement qui rencontre tout à coup divers obstacles, dont le mouvement écologique de la part de gens qui n'ont pas connu cette évolution ou l'ont oublié, et n'ont jamais mis les mains dans le cambouis.

Écrit par : Mère-Grand | 17/12/2018

Par les nouvelles courantes on a le sentiment qu'il s'agit dans l'urgence du pouvoir d'achat, en France, toujours, ensuite de la fraction élites et peuple (comme si les élus étaient issus d'une autre chair que l'humaine… enfin du climat.

On notait présentée, il y a quelques heures, la CHARTE des gilets jaunes à l'intérieur du gilet ce qui signifie qu'il s'est constitué une formation, un groupe ou futur parti.

Mais, frappant, ce samedi les infos TV, par pancartes toutes prêtes comme préparées à l'avance sur la manifestation: en baisse s'essouffle déclin, etc.
ou tensions, nervosité, la tensions monte, etc., bref! juste de quoi encourager les gens tant au jugement pessimiste ou rassuré... qu'à rester chez eux

de quoi se demander à quels mots d'ordre obéissait la TV.


Si la "manif gilets jaunes" était le but, ils n'ont à vrai dire pas réussi grand chose parce que l'enthousiasme redescend plus vite qu'il ne monte

mais s'il s'agissait d'une première étape… leur objectif est atteint.

Bayrou, aux dernières présidentielles, incroyablement, soutint le candidat Macron.

Il n'en demeure pas moins (les personnes qui n'aiment pas les cathos le déploreront… Bayrou, sauf erreur, est catholique… est-ce une raison pour laisser continuer à décliner la France?) que Bayrou serait aujourd'hui bien utile au sein du pouvoir en place en France.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 17/12/2018

Macron s'est fait rattraper par la France de la province. Celle dont on a oublié l'existence et qui n'entre plus dans les plans du capitalisme du XXIe siècle.

Les gilets jaunes sont nés sur les réseaux sociaux. Ils n'ont pas d'idéologie. Mais un gros raz-le-bol. Ils veulent moins de taxes, mais aussi plus de répartissions des richesses. Au final, ils sont assez inaudibles car dépourvus de structure.

La seule chose que peut amener ce mouvement, c'est plus de démocratie directe.

Et lorsque les gens doivent lutter pour survivre, l'écologie n'a plus aucune importance.

Écrit par : Riro | 17/12/2018

"La société médiamercantile a voulu rendre ses sujets dociles en les coinçant dans leur petite bulle personnelle"
En biologie, vous seriez taxé de finaliste. Il n'y a pas un monsieur ou une dame "société mediamercantile" qui complote dans le dos des gens. C'est beaucoup plus compliqué que ça, mais en premier lieu ce que vous décrivez est l'effet de l'irruption de la télé, de l'ordinateur et du smarthone...

Écrit par : Géo | 17/12/2018

La société médiamercantile a voulu rendre ses sujets dociles en les coinçant dans leur petite bulle personnelle, en les vissant à leurs écrans, en les murant dans leur individualisme,.....et leurs croyances.

Gilet jaune, j'ai demandé officiellement au gouvernement la fin de l'immigration, sauf pour les personnes dont les pays sont en guerre, l'interdiction de l'islam tel qu'il apparaît aujourd'hui, une posologie pour les lecteurs du coran, sinon une interdiction, le renvoi des migrants sans papiers,le rétablissement de l'indexation des retraites, de TOUTES les retraites.

Quant au RIC, (référendum d'initiative populaire) telle qu'il apparaît me laisse perplexe car tout dépend des questions, de l'objet et du sujet.

En attendant le voyou et menteur Castaner fait évacuer les ronds points ou les forces de l'ordre tournaient en rond comme sur le pont d'Avignon.

La lutte continue, elle se fera d'une autre manière certainement plus contraignante pour le gouvernement.

La France doit sortir de cette Europe des cons et des mafias ou le SMIC est à 2000 € au Luxembourg et 250 € en Bulgarie.

Écrit par : NOËL Pierre | 17/12/2018

Je veux bien que tu collectionnes des Rolex tant que je peux m'acheter une swatch.
Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse.
Etonnant cette résistance de la cruche... Vraiment une cruche !
Etonnant aussi, Chérif qui va se suicider en tirant sur des innocents dans la rue alors qu'il pourrait dégoupillé une grenade à côté de Jupiter quand il prend un bain de foule... Vraiment cons ces terroristes !

Écrit par : codex | 17/12/2018

dégoupillerrrrr

Écrit par : codex | 17/12/2018

Merci pour cette brillante analyse de la situation qui nous permet aussi d'enrichir notre connaissance du très vaste et intarissable inventaire des acronymes français.
Après le "RIC", on découvre le "RAC", ce qui nous permet de mieux comprendre l'origine de l'expression en usage dans l'Hexagone : "Etre Ric-Rac en fin de mois" ...

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 17/12/2018

"Etonnant aussi, Chérif qui va se suicider en tirant sur des innocents dans la rue alors qu'il pourrait dégoupillé une grenade à côté de Jupiter quand il prend un bain de foule..."
Dans les circonstances actuelles, Macron doit être assez bien protégé. Et deux, ce n'est pas sûr que tout le monde raisonne de la même façon. C'est beaucoup plus déstabilisant pour une société de tirer sur des innocents que sur le président, à tout bien réfléchir...

Écrit par : Géo | 17/12/2018

J'ai pas vu cher géo@ qu'il s'était suicidé , j'ai vu qu'il avait massacré des innocents, alors qu'il aurait dû être en prison, avec 27 condamnations quand même! On a pas la même lecture de ces faits! Voilà ce qui arrive quant on a une justice ultra molle, ça donne ce type d'attitude! Une fois de plus non condamnée par les imams de France!

Écrit par : Dominique Degoumois | 17/12/2018

Macron ne pouvait pas changer les institutions, toutes les forces politiques sont vent debout contre. Et on ne change pas sans consensus.
Les gilets jaunes mettent donc la pression sur les politiques qui à défaut de désapprouver se taisent et laisse une marge de manœuvre à Macron.
Difficile ensuite ce sera pour les politiques de faire un blocage.

Concernant l'écologie, difficile de connaître la volonté des français. Ce sont les lobbies et les gueulards qui donnent le tempo. Une consultation populaire est nécessaire. Néanmoins, il y a la facture à payer pour la transition.
Une hausse de l'essence couplé avec la gratuité des transports est un moyen de ne pas sanctionner les plus faible. Et dans la campagne, instaurer une essence moins cher pour compenser le manque de transport. Installer un payage à l'entrée des villes dont les habitants peuvent vraiment se passer des pollueurs extérieurs, afin de renflouer les transports publiques.
Et bien sûr pour tous les pays, la stabilisation de la population. On ne peut pas se permettre de ruiner les efforts de réduire les polluants par l'augmentation de la population, surtout dans les pays grands consommateurs.

Il y a une société qui doit se réinventer. Il faudra de l'imagination.

Écrit par : motus | 17/12/2018

La re-nationalisation d Gaz de France, de toutes les autoroutes, des grands groupes industriels comme Alstom sont indispensable!

Écrit par : Dominique Degoumois | 17/12/2018

Ce soir le Premier ministre s'adressera aux Français

en même temps que l'on apprend que la police, qui n'en peut plus non plus, annonce un acte 1

et, de fait, samedi, on contemplait des êtres qui n'en peuvent plus, suicidaires, la police, refoulant des êtres également en situation de malheur et de désarroi comme s'il s'agissait d'ennemis.

Parvenir à monter des êtres souffrants les uns contre les autres...sans oublier gaz lacrymogène et, dénoncées en début d'émission TV samedi sympathiques petites balles crève-oeil!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 17/12/2018

A priori discours annoncé du Premier ministre au rayon des fake news!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 17/12/2018

En écoutant les représentants LAREM, à peu près tous croient sans penser que les référendums sont fait pour les éjecter. Finalement, Il ne connaissent pas le principe Suisse pas plus que l'islam. Oser et faire, ils ne savent pas voulant rester dans leurs modèles de représentation de l'ancien monde.

Il y a quelques années, les politiciens ne croyaient pas au hors sol en agriculture, et pourtant c'est ce qui se fait de plus en plus avec le bio.

certains ne croient pas aux bouleversements climatiques et au réchauffement de notre planète, hors, les faits sont là, c'est irréversible à moyen terme. ca va coûter des centaines de milliards et des millions de réfugiés climatiques sans compter les victimes.

Ils coaent en croassant ou en coassant au salariat de masse en continuant de fabriquer du salarié dans des formations ou écoles de la médiocrité.

Bref, ils sont totalement déconnectés.

La trêve pour les fêtes à commencé et c'est un bien pour la respiration, faire un "Stop and Go" est souvent utile. Mais attention, le Castaner joue avec le feu en mentant et en voulant jouer le méchant, il se trompe.

Après discussion avec des Gilets Jaunes, ceux-ci restent mobilisés et très en colère. Le début 2019 sera encore plus dure, sauf retournement de la situation du gouvernement.

Les gens n'ont plus de temps à donner même en allant dans les Mairies, certains disent: "autant ouvrir des cellules psychologiques qui ne servent qu'aux malades"

Il faut sortir de cette Europe qui nous coûte très cher 9 milliards par ans. Virer tous les sans papiers en ne gardant que les migrants en danger dans leurs pays en guerre.

Merkel a fait entrer plus de 1 million de migrants sans en avertir les z'amis des autres pays, elle a fait son marché avec les diplômés les autres viennent en France à cause du système social avantageux, tout cela sur notre dos. C'est terminé, désormais nous allons demander des comptes.

le seul énarque à qui je vais faire confiance est Dupont-ZAignant avec prudence.

La gôôche verte rose rouge sera balayée, autant voter "La France Debout" que le France décapitée inféodée à Eurabia.

Écrit par : NOËL Pierre | 17/12/2018

La propagande de Castaner sur les chiffres des manifestants est digne d'une propagande goebellsienne.

Écrit par : Laurent Lefort | 18/12/2018

Lorsque la gendarmerie ou la Police utilise des flashball à hauteur de visage, c'est une action totalement criminelle. Sans parler de gaz innervant dans les véhicules blindés de la gendarmerie.

Petite nouveauté, ceux-ci utlisent désormais des GLI-F4; Grenades contenant 25g de TNT et ayant un impact sonore de 170 décibels. Capables d'emputer facilement un membre.

Alors lorsque ceux-ci veulent défiler le 20 décembre pour dénoncer leurs conditions de travail, c'est à mourir de rire. Peut-être se feront-ils quant à eux, gazer par des milices étrangères. N'oublions pas que la police européene sera là pour remplir cette fonction

Écrit par : Laurent Lefort | 18/12/2018

Laurent Lefort@ Quand les gilets jaunes envoient des pavés de 900 gr à hauteur de visage, c'est quoi, selon vous ? Quand les gilets jaunes lynchent un CRS à terre, c'est quoi, selon vous ? Et les boulons, cela vous plairait de vous en prendre un dans la gueule ?
Que les gilets jaunes soient contents de ne pas avoir trop de victimes dans leurs rangs et ferment leur gueule sur ce sujet délicat. Parce que le problème de ces gilets jaunes ne va pas se résoudre en tuant le plus possible de CRS. Et les pavés, cela peut tuer.

Écrit par : Géo | 18/12/2018

Géo, en général je suis plutôt du côté de la Police, mais en dehors d'une infime minorité de gilets jaunes, seuls les blackblocks ou les antifas ont lancé des pavés sur les forces de l'ordre. Bizzarement ceux-ci ont réussi à passer entre les mailles de quatre contrôles de police. Vous expliquez cela comment ?

Et gazer des octogénaires et des femmes sans masques de protection, car justement confisqués, vous appelez cela comment ? Deux morts jusqu'à maintenant, sans parler de Forina, dont l'oeil était sorti de son orbite, et de l'autre gilet jaune, avec la machoire en lambeau. Proportionnel ? Laissez-moi rire jaune Géo.

Fermeture de soixante sept stations de métros, des milliers de gilets jaunes empêchés de monter dans les trains en direction de Paris, sans même parler de deux mille gardes à vue.

Si vous soutenez encore ceux-ci, je suis navré de vous dire que vous êtes un grand malade. Parce que tout ce qui sépare encore les CRS, appuyés par ce qui ressemble étrangement à des milices privées, des Basij iraniens, ce sont non plus cent cinquante, mais cent quarante huit décès.

Écrit par : Laurent Lefort | 18/12/2018

Vous vous rendez compte de l'incohérence de votre commentaire, Lefort ? les CRS n'ont jamais gazé des octogénaires, ils ont utilisé des gaz pour disperser des masses de voyous. Que faisait votre octogénaire parmi ces voyous ? Et de quoi parlez-vous avec ces 148 ou 150 morts ? Incompréhensible, incohérent, confus. Tirez-en vous-même les conséquences...

Écrit par : Géo | 18/12/2018

A part ça, Bandol aujourd'hui, tous les autoroutes demain ? Et la France en faillite complète en janvier ? Ces gens n'ont ni programme ni objectif, sauf tout foutre en l'air. Alors, à un moment donné, cela va très mal se passer, et ça, c'est la seule certitude.

Écrit par : Géo | 18/12/2018

Les cent cinquante morts du soulèvement populaire de Téhéran en 2009, vous arrivez à me suivre désormais ? C’est vous qui avez l’air d’etre confus. Et il semble que vous soyez sur la même ligne que BHL qui a tweeté il y a deux semaines, que les gilets jaunes ne savaient pas ce que d’etre gaze. Tirez-en également ce que vous voulez.

Écrit par : Laurent Lefort | 18/12/2018

Que faisait votre octogénaire parmi la racaille ? Question incohérence, vous avez la palme. Logiquement celui-ci risque de se déplacer un peu plus lentement que des racailles non ? Inversez votre affirmation serait un signe de bon sens. Sinon pour le reste, pas de réponses cohérentes ?

Écrit par : Laurent Lefort | 18/12/2018

La charte des gilets jaunes présente des revendications dont no 9 et 1O le frexit, sortie de l'UE et la lutte contre l'évasion fiscale afin de récupérer des milliards d'euros.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 18/12/2018

Le Frexit c'est déjà fait sous hollande par walls. La France est sans constitution et l'élection de macron illégitime tout comme son gouvernement, voir :

https://www.youtube.com/watch?v=9YOFNKNPaKw

Écrit par : Corélande | 19/12/2018

Geo, vous allez pouvoir me désigner ces fameux casseurs dans cette vidéo...ou pas. En dehors des deux racailles de banlieue tout à la fin, je n'en vois guère.

https://www.youtube.com/watch?v=18u7iSSBNOY

Écrit par : Laurent Lefort | 18/12/2018

Encore une petite, puisqu'il semblerait que vous soyez complètement à l'ouest sur le sujet...

https://www.youtube.com/watch?time_continue=133&v=izJgrJea1Tc

Écrit par : Laurent Lefort | 18/12/2018

Et si vous soutenez encore ceux-ci après cette ultrime vidéo, je ne peux décidemment rien pour vous.

https://www.youtube.com/watch?v=H_WKBqhDggY

Écrit par : Laurent Lefort | 18/12/2018

Les commentaires sont fermés.