10/12/2018

Macron rate le virage démocratique

1179329-l1060259nb-copiejpg.jpg

En décrétant l’  « état d’urgence économique et social », en prenant des mesures en faveur des travailleurs au salaire minimum (SMIC) et des retraités a-t-il convaincu une majorité de Français lors de son intervention télévisée de ce soir ? On peut en douter, tant la demande était forte. Mais c’est surtout en matière d’expression démocratique qu’il s’est montré le moins convaincant.

L’une des principales revendications qui est apparue récemment et qui monte en force est relative au droit de référendum et d’initiative. Les Gilets Jaunes que le Plouc interviewe embrayent d’emblée dès qu’ils ont connaissance de sa nationalité : « Ça fonctionne comment chez vous ? C’est ça qu’on veut en France ! » Et l’entrevue se termine souvent par un petit cours d’instruction civique à la mode suisse.

Sur ce plan, Emmanuel Macron s’est montré on ne peut plus flou. Voici les extraits de son allocution à ce propos :

Je veux que soient posées les questions qui touchent à la représentation ; la possibilité de voir les courants d’opinion mieux entendus dans leur diversité, une loi électorale plus juste, la prise en compte du vote blanc et même que soient admis à participer au débat des citoyens n’appartenant pas à des partis (…).

Ces changements de fond qui demandent une réflexion profonde et partagée, imposent un débat sans précédent. Il devra se dérouler au niveau national dans nos institutions, chacun y aura sa part : gouvernement, assemblées, partenaires sociaux et associatifs ; vous y aurez votre part. Je veux en assurer moi-même la coordination, en recevoir les avis, prendre ainsi le pouls vivant de notre pays.

Mais un tel débat n’est pas seulement affaire de représentants institutionnels ; il doit se dérouler aussi partout sur le terrain et il est des interlocuteurs naturels, des citoyens qui doivent en recevoir les demandes et s’en faire les relais : ce sont les maires ; ils portent la République sur le terrain. C’est pourquoi je rencontrerai moi-même les maires de France, région par région, pour bâtir le socle de notre nouveau contrat pour la Nation.

Nous ne reprendrons pas le cours normal de nos vies, comme trop souvent par le passé dans des crises semblables, sans que rien n’ait été vraiment compris et sans que rien n’ait changé. (…)

Ce « débat sans précédent » est tellement protéiforme que l’on n’en distingue pas les contours. Une seule mesure concrète : la prise en compte du vote blanc. Autrement, tout reste vague : à quoi ça ressemble « une loi électorale plus juste » ? Instauration de la proportionnelle, plus ou moins dosée ? Election des sénateurs au suffrage universel direct ? Et comment procède-t-on pour « faire participer au débat des citoyens n’appartenant pas à des partis » ? Aucune piste n’est dessinée.

Quant à faire vivre ce « débat sans précédent » grâce aux maires. Cela tient de la mauvaise blague. Le président français a-t-il mesuré son impopularité abyssale auprès des élus locaux qu’il n’a cessé de mépriser ?

Ces maires sont en première ligne pour subir le désastre social né de la désindustrialisation et de la disparition des services publics exigé par le Centre parisien pour complaire aux marchés financiers. Macron croit-il que ces élus – qui sont sollicités en permanence pour jouer les pompiers sociaux – ont le temps d’organiser des débats citoyens pour le compte d’un président qui, tout d’un coup, prend conscience de leur importance ?

Si Emmanuel Macron n’a pas dit un mot sur ce que les Français nomment « le référendum d’initiative populaire », c’est sans doute qu’il n’en veut pas. Ses annonces en matière de réformes institutionnels relèvent plus de l’enfumage que de la sortie de crise.

Jupiter a transformé sa foudre en lampe de tempête au verre enfumé. Nous n’en sommes pas plus éclairés pour autant.

Jean-Noël Cuénod

22:15 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (43) | |  Facebook | | |

Commentaires

Aucune confiance! Chasse le naturel il revient au galop.
DÈMISSION ! seule chance pour la France de sortir de ce chaos!

Écrit par : Patoucha | 11/12/2018

Très bon commentaire.

Écrit par : Daniel | 11/12/2018

Macron est simplement prudent. Le referendum, même light n'est pas du tout populaire chez les politiciens de droite comme de gauche.
Un maire n'imagine pas d'être bloqué par des votes populaires, un gouvernement encore moins.

En l'état seul des consultations d'opinions peuvent s'y dérouler pour mieux s'informer des sujets qui fâchent. Ainsi, sur l'immigration, il semble avoir un rejet majoritaire qui devrait être confirmé. Le mariage pour tous, certainement majoritairement pour dans la population. L'écologie, le nucléaire ?

A défaut de référendum, la France devrait créer des consultations qui devraient être pris en compte par les gouvernements.
A moyen terme, les referendums deviendraient alors, une suite logique.

Écrit par : motus | 11/12/2018

Macron avait bien appris son texte mais, pour un point de vue, n'a été convaincant qu'en annonçant, sans dire lesquelles...les mesures envisagées concernant les pillages et dégradations accompagnant les samedis à venir des gilets jaunes.

Mélenchon est un abonné au non inconditionnel mais il semble que ses propos suivant le discours aux Français de Macron étaient fondés.

Écrit par : MB | 11/12/2018

L'énarque à parlé, il a entendu, après avoir écouté, il n'a rien compris. La classe moyenne va en faire les frais retraités compris. L’indexation de -toutes retraites comme les revenus des migrants aurait calmé le jeu.

Nous allons voter Le Pen à contre cœur, il veut la merde, il va en avoir.

Exemple défiscaliser les heures supplémentaires est une erreur de gestion car une fois que les frais de fonctionnement sont amortis, les heures sup deviennent moins chères.

Demander à une énarque d'être compétent, autant demander à une chèvre ce qu'elle en pense.

Écrit par : NOËL Pierre | 11/12/2018

Croire que la France est prête à passer d'une démocratie que je qualifierais de confiscatoire à une démocratie plus directe est une réalité hautement improbable.
D'abord parce que les élus sont trop conscients de leurs pouvoirs, même s'ils siègent dans l'opposition, et par ce que le peuple croit avec une cetaine naïveté qu'un référendum leur donnerait automatiquement raison.

Tous semblent pensent qu'une initiative recueillerait automatiquement une majorité sans imaginer une seconde que le camp des "perdants" pourrait descendre dans la rue pour en contester le résultat, ce qui, de facto, signifierait qu'une partie du peuple conteste la décision de l'autre partie !...Impossible, dès lors de demander la démission du chef de l'Etat !

La démocratie participative à laquelle semble aspirer le peuple français demande un apprentissage aussi bien du côté des gilets jaunes que des élus. La société française dans son ensemble est-elle prête à entamer le dialogue puis à réaliser les réformes constitutionnelles pour aboutir à une démocratie réellement participative sans pavés dans les vitrines et sans guillotine pour le "souverain" !

Écrit par : Michel Sommer | 11/12/2018

@Michel Sommer,

La France qui est une démocratie! Vous plaisantez, j espère!

Qui a soutenu la branche principale d Al Qayda du nébuleux Ben Laden même en Syrie via sa branche principale dite Al Nosra? Toutes deux, Al Qayda et Al Nosra, ont été tout récemment réhabilitées par l Occident?

N est il pas l escroc Fabius ex ministre des affaires étrangères françaises, dites les affaires étranges qui a déclaré ceci urbi et orbi à Marakech en septembre 2012 lors de la 4 ème réunion des soit dits "Amis" de la Syrie (au fait les pires ennemis de la Syrie):" Al Nosra fait du bon boulot en Syrie".

N est il pas un autre escroc, son patron, M. le Président normal Hollande qui l a "puni" suite à cette déclaration de son soutien du terrorisme, crime pénale! Il l a "puni" en le nommant comme Président à vie de la plus haute instance juridique de la France dite le Conseil Constitutionnel...

Comment faire confiance à de tels régimes qui se succèdent en jouant à la chaise musicale? Croyez vous qu ils serviront leurs propres citoyens? J ai des fortes doutes! Preuve y est les mouvements de contestation en France...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 14/12/2018

*Demander à une énarque d'être compétent, autant demander à une chèvre ce qu'elle en pense."

Serait-ce comme demander à un blogueur d'être intelligent ?

Écrit par : Michel Sommer | 11/12/2018

Michek Sommer,

Votre remarque, si elle s'adresse à moi est plutôt mal venue. Car nos énarques en sont à 2500 milliards € de dettes que nous subissons et allons subir.

Mon argument n'est pas lancé en l'air car c'est un fait. Par contre, votre commentaire ne repose sur rien, il est gratuit.

Dites-moi ou vous n'êtes pas d'accord, sinon évitez d'être le blogueur inintelligent que vous évoquez.

Écrit par : NOËL Pierre | 11/12/2018

Ce n'est pas un argument que vous lancez, c'est une remarque stupide qui consisterait à faire automatiquement d'un énarque un incompétent. D'où ma réponse sous forme de question.

Écrit par : Michel Sommer | 11/12/2018

Le constat est facile, depuis De Gaule, les énarques au pouvoir se sont révélés incompétents. Si vous trouvez un énarque intelligent, faite moi signe.

Bye.....

Écrit par : NOËL Pierre | 11/12/2018

La dette publique de la France se montait, en 2017, à 2'218 milliards d'euros, soit 33'116 euros par tête d'habitant et 97% du PIB. Là réside le vrai problème (et pas seulement pour la France). Cette dette a été accumulée pendant des décennies par les prédécesseurs de Macron. En 1978, la dette publique de la France était de 72,8 milliards d'euros. Elle a donc été multipliée par 30 en quarante ans! Les recettes fiscales nettes inscrites au budget général de la France pour 2018 ont été évaluées à 286,6 milliards d'euros. Sur cette somme, 41,2 milliards d'euros doivent aller au paiement des intérêts de la dette publique. Cela signifie que 7 % des impôts payés par les Français sont affectés au paiement des intérêts de la dette publique! S'il n'y avait pas cette dette, il serait facile pour le gouvernement de mener une politique sociale qui réponde aux attentes des gilets jaunes.

Endetter encore davantage la France pour satisfaire les revendications immédiates des gilets jaunes n'est pas une solution: cela aurait pour effet de condamner les générations futures à payer des intérêts sur la dette publique encore plus élevés (pour ne pas parler du remboursement cette dette, dont on ne voit pas comment il pourrait un jour être s'effectuer).

Trois pays de l'Union européenne sont encore plus endettés par habitant que la France: l'Irlande, la Belgique et l'Italie. La dette globale des pays de l'Union européenne s'élevait, en 2017, à 12'504 milliards d'euros (la dette française représentant donc 17,74 % de la dette européenne).

Ce problème de la dette publique, qu'on a beaucoup trop tendance à passer sous silence, est tellement important que nombre de spécialistes pensent que le modèle qui régit nos sociétés capitalistes est appelé à s'effondrer et qu'une catastrophe financière à l'échelon planétaire est inévitable à court ou moyen terme.

Je serais reconnaissant à M. Jean-Noël Cuénod de nous faire part de ses considérations (et d'ouvrir ainsi un débat) à ce sujet dans un prochain billet.

Écrit par : Mario Jelmini | 11/12/2018

La dette ? Quelle dette ? Une dette envers les banques ? Pas de problème : on guillotine les banquiers et vous pouvez circuler, il n'y a rien à voir...
999 Français sur 1000 pensent de cette manière...

Écrit par : Géo | 11/12/2018

Passez, cher ami géo@, rue François-Diday côté droit en allant vers la Place-de-Neuve!!!! Pour ce qui est des banques!!! Ce sont plutôt les banquiers qui ont sortis la guillotine!

Écrit par : Dominique Degoumois | 11/12/2018

A quoi sert l’ENA pour l’administration ?
Pouvoirs n°80 - L’ENA - janvier 1997 - p.13-22
L’ENA est une école d’application qui fournit à l’administration au sens
large du terme la plus grande partie de ses cadres supérieurs. Si depuis un
demi-siècle elle a bien rempli cette mission, au fil du temps les administrations-
employeurs ont pu identifier des insuffisances et des lacunes dans le
produit qui leur était livré. Aujourd’hui, les missions de l’État évoluent, les
attentes des citoyens et des usagers également. Le contenu de la formation
des hauts fonctionnaires doit être redéfini en accordant une place plus
grande à la formation permanente.

Un énarque est un haut fonctionnaire à l'origine. Il n'a rien d'un entrepreneur.

""Ils ne parlent qu'entre-eux, se marient entre-eux, savent tout et rien donc je ne les embauchent pas""

"Ancien PDG du groupe ACCORD"

Écrit par : NOËL Pierre | 11/12/2018

Simpliste, l'ami Géo! En guillotinant les banquiers, on ne supprime pas les banques. Et si l'État ne soutient pas les banques en leur versant les intérêts qu'il leur doit, c'est la faillite.
Pas seulement la faillite des banques, mais celle du système tout entier.
Résultat: bonjour la crise planétaire.

Écrit par : Mario Jelmini | 11/12/2018

La dette ? Quelle dette ? Une dette envers les banques ? Pas de problème : on guillotine les banquiers et vous pouvez circuler, il n'y a rien à voir...
Non, on nationalise les banques, en premier lieu la banque centrale. Et c'est l'Etat qui crée la monnaie, pas les banques privées. L'initiative monnaie pleine était un début dans ce sens.

"999 Français sur 1000 pensent de cette manière..."
géo a donc sondé 1000 Français...

Maintenant il y a cette proposition d'origine suisse d'une initiative qui prévoit une taxe de 0,2% sur TOUTES les transactions financières. Cela représente tellement de milliards, que hop finis les impôts sur le revenu, sur la fortune et la tva. Comme 98% des transactions financières sont spéculative, posez-vous cette question: qui paie?

La réponse à cette autre question aura la même réponse: qui sera vent debout contre une telle loi?

Curieusement cette proposition date de deux ans, et personne n'en parle...
https://www.letemps.ch/economie/une-taxe-transactions-financieres-pourrait-remplacer-impots-actuels

Rappel: JFK a été assassiné aussi parce qu'il voulait que le gouvernement prennent le contrôle de l'émission monétaire.

Rappel bis: les dettes des Etats sont des impôts non rentrés (fraude, etc.).

Appel: la prochaine fois que je rencontre des Gilets Jaunes je leur raconte cette histoire des 0,2%.

Écrit par : Daniel | 11/12/2018

""Le système maastrichtien a son clergé. Il est formé à l'Ecole nationale d'administration, à Sciences-Po, dans les écoles de journalisme, à Polytechnique, à l'Ecole normale supérieure. Pendant leurs années d'études, on gave les impétrants d'une idéologie qu'ils rabâchent, répètent, réitèrent, reproduisent, ressassent ensuite dans tous les endroits où ils sont embauchés : grands corps d’Etat, haute administration, université, journalisme, édition, direction des médias, conseil d'Etat, sans oublier la politique politicienne qui est le prolétariat de ces gens-là.

Tout ce petit monde a la tête extrêmement bien pleine, mais très mal faite. Cette engeance est formée comme des commandos de rhéteurs et de sophistes, de beaux-parleurs et d'enfumeurs, de dialecticiens et de casuistes, d'orateurs et d'ergoteurs. Elle produit son meilleur effet dans un conseil d’administration, dans un comité de rédaction ou de lecture, dans un amphithéâtre, dans les colonnes d'un éditorial ou dans les réunions des patrons de médias, à l'Assemblée nationale ou au Sénat, dans un conseil des ministres ou dans les palais de la République, sur un plateau de télévision ou comme «consultants» ou «experts »sur les chaînes d'information continue ou dans «Le Siècle», un club très fermé où l'on mange du Gilet jaune à tous les repas..""

https://francais.rt.com/

Enarques: une secte comme une autre ou l'intelligence est remplacée par la connaissance qui aujourd'hui est dans l'ordinateur.

M Sommer votre commentaire est très sommaire.

Écrit par : NOËL Pierre | 11/12/2018

Après "on ne supprime pas les banques", ajouter: "et leurs actionnaires".

Écrit par : Mario Jelmini | 12/12/2018

« Le referendum, même light n'est pas du tout populaire chez les politiciens de droite comme de gauche.»

« seul des consultations d'opinions peuvent s'y dérouler pour mieux s'informer des sujets qui fâchent »

En France, en l’état, l’équivalent de notre suffrage universel, ce sont les manifs.

Et comme on le voit, il faut vraiment passer à la case « casser du bois » pour faire bouger les pions.

Quant à leurs légendaires manifs « bsounours » avec slogans rouges et ballons roses… ça produit le même effet,
que chez nous, lorsque le CF ramène sa fraise sur nos initiatives et référendums. ça fait plouf !

Écrit par : petard | 12/12/2018

100% d'accord avec Daniel quand il écrit: "Et c'est l'Etat qui crée la monnaie, pas les banques privées. L'initiative monnaie pleine était un début dans ce sens."
Personnellement, j'ai activement soutenu cette initiative.

Écrit par : Mario Jelmini | 12/12/2018

c'est faux cher ami "la banque centrale américaine" et toutes les banques centrales, sont des banques privées et c'est elles qui créent la monnaie! Il est d'ailleurs très difficile d'avoir les noms des banquiers, pour la banques centrale américaines on parle des rotschild, des rockefeller et de jp morgan!

Écrit par : Dominique Degoumois | 12/12/2018

"Simpliste, l'ami Géo! En guillotinant les banquiers, on ne supprime pas les banques."
Ah parce que vous m'avez compris au 1er degré ? Vous devez bien être le seul. Enfin, j'espère...

Écrit par : Géo | 12/12/2018

Les énarques sont éduqués à vivre dans le déficit, lorsqu'ils sont élus ils continuent, c'est un peu une école coranique qui prêche le bonheur des non musulmans, le bien-être des juifs et des mécréants.

https://www.latribune.fr/economie/france/l-ecole-des-enarques-affiche-un-deficit-de-2-8-millions-d-euros-793943.html?

Un énarque Président=2500 milliards de dettes, c'est un constat. De Villepin semblait sortir du lot lors d'un célèbre discours, finalement il s'est planté comme un terrassier.

Écrit par : NOËL Pierre | 12/12/2018

Démocratie par et pour le peuple.

Mais le peuple français des classes moyennes et populaires ne croit plus en rien

Les Gilets jaunes cultivent selon lesquels un projet... celui de former une instance constitutionnelle (sans doute excellente initiative concernant l'indésirable RN de Marine Le Pen).

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/12/2018

"Après les mesures annoncées par Emmanuel Macron pour apaiser la crise des gilets jaunes, la France compte sur la bienveillance de l'Union européenne pour un dérapage budgétaire "exceptionnel" en 2019.
La demande de la France intervient à un moment où l'Italie est pointée du doigt par l'Union européenne (UE) pour beaucoup moins. (...)
Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a chiffré mardi au Sénat à 10 milliards d'euros le coût des mesures de M. Macron et reconnu que le déficit budgétaire atteindrait 3,4% l'an prochain, si des mesures d'économie ne sont pas prises.
A peine une année après être sortie de la procédure européenne pour déficit excessif, la France repasserait ainsi au-dessus de la barre des 3% du PIB, frôlant même la limite de 3,5% qui forcerait la réouverture automatique d'une nouvelle procédure." (...)
Le vice-Premier ministre italien Matteo Salvini n'a d'ailleurs pas tardé à s'immiscer dans le débat entre Paris et Bruxelles. «Je refuse d'imaginer qu'on fasse semblant de rien devant les demandes milliardaires qui arrivent d'un Macron en difficulté évidente et qu'on s'en prenne aux poches des Italiens. Ce serait vraiment la fin de cette Union européenne», a-t-il prévenu mercredi."
(tiré de http://www.agefi.com/home/politique/detail/edition/online/article/apres-les-mesures-annoncees-par-emmanuel-macron-pour-apaiser-la-crise-des-gilets-jaunes-la-france-compte-sur-la-bienveillance-de-lunion-europeenne-pour-un-derapage-budgetaire-exceptionnel-en-483796.html).

Écrit par : Mario Jelmini | 12/12/2018

À titre de comparaison, en 2015 les dépenses de l’Etat en % du PIB était de 32,5 (moins d'un tiers) pour la Suisse contre 56,8 (plus de la moitié) pour la France. Cela fait longtemps que l'Etat français vit au-dessus de ses moyens. Les mesures annoncées par le Président français lors de son allocution de lundi en réponse à l'action des gilets jaunes n'auront fait qu'accentuer le problème.

Quant à la revendication des gilets jaunes tendant à davantage de démocratie (droit de référendum et d’initiative), qui est le thème central abordé par M. Jean-Noël Cuénod dans son billet, M. Macron n'y a apporté aucune réponse. Cette question ne semble pas être prioritaire pour lui.

Écrit par : Mario Jelmini | 12/12/2018

La fin de "cette Union européenne" n'est-elle pas attendue par ceux et celles qui n'en peuvent plus des tracasseries administratives et diktats de Bruxelles?

On ne perd pas de vue en cliquant ou regardant la télé bien confortablement installés qu'il y a une souffrance avec une rage qui monte après quoi il ne s'agit, souvent que par un détail, d'une étincelle pour flanquer le feu.

Écrit par : MB | 12/12/2018

@M.B.
Vous avez bien fait de mettre l Union européenne entre deux guillemets!

Cette union qui a été montée par le reste des pro-nazis de la 2ème guerre mondiale puis en 2 ème temps par des otanistes pur jus (Barroso, Jean-Claude Jencker) ainsi que d autres retraités de l Otan donc à recycler dans la direction de l Otan. Une telle "Union" n a rien à faire avec ce terme.

Au fond, c est une dés-Union européenne qui s est pratiquée à ce jour avec l complicité idiote de la serpillière de Washington, serpillière dite la France de Sarkosy puis de Hollande et enfin de Macron.

Si cette Union avait fonctionné avec la Grande Russie, un tel bloc aurait constitué un redoutable concurrent face à Washington tant sur le plan économique, militaire, sociale, culturelle...etc...Et ça Washington ne le permettrait pas, question de sa survie d impérialiste hégémonique et mono-polaire...

Bien à Vous et Merci à M. J.-N. Cuénod pour son blog.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 13/12/2018

""Simpliste, l'ami Géo! En guillotinant les banquiers, on ne supprime pas les banques."
Ah parce que vous m'avez compris au 1er degré ? Vous devez bien être le seul. Enfin, j'espère..."
Ah, parce que:
"999 Français sur 1000 pensent de cette manière..."
C'est aussi du second degré ou du 999me degré?!
Ne prenez pas les autres pour des imbéciles.
C'est une manifestation de haine anti-Français.

@Mario
"Cette question ne semble pas être prioritaire pour lui."
C'est impensable pour lui comme pour toute la classe politique. Ils ne veulent perdre à aucun prix leur monopole du pouvoir. Dans toutes mes discussions avec les Gilets Jaunes j'ai exprimé mon opinion que la seule victoire possible était la constitutionalisation du droit d'initiative et de référendum. Nous verrons. L'idée en tout cas fait son chemin, et c'est important.

Écrit par : Daniel | 12/12/2018

Pour se remonter le moral un grand monsieur sur youtube "Etienne Chouard qui parle avec passion, intelligence et optimise des gilets jaunes! (Etienne Chouard "Le référendum d'initiative populaire"!) Là macron a trouvé son maitre! Pas besoin de parler fort, pas de vanité ni d'arrogance, c'est l'anti-macron en fait!

Écrit par : Dominique Degoumois | 13/12/2018

Bonne nouvelle NOËL Pierre! On peut dormir tranquilles!
Les gilets jaunes peuvent continuer à se déployer. Le terroriste musulman a été abattu! RTS.info

Écrit par : Patoucha | 13/12/2018

Charles O5

A l'Assemblée nationale française il n'y a plus aucun député salarié autrement dit plus aucun représentant de la France laborieuse.
A l'écoute trois ans environ des émissions de la TV Questions au gouvernement il était effarant d'observer l'arrogance croissante des ministres en leurs réponses aux questions des députés tant dans le ton que dans l'affirmation que tout étant fait au mieux par les ministères... les députés n'"ayant rien à dire"! feraient mieux de se taire.
La mainmise du pouvoir sur le vécu des "classes moyennes et populaires n'ayant pas à "en savoir trop" afin d'être manipulables à merci" sévissait également dans Cdans l'air… émission TV désormais parfaitement décevante avec éternellement ou presque les mêmes "icônes" avec pas un cheveu qui dépasse et, hommes, tels ministres, magistrats ou, France à l'agonie, croques morts... costumes sombres de rigueur!

Actuellement le peuple français méprisé officiellement par son président (quid des minces excuses de Macron l'autre soir!?) n'a plus d'autres représentants que les gilets jaunes qui songent désormais à s'organiser au point d'intervenir et à demander des comptes aux instances dirigeantes… fonctionnement et salaires compris..

On souhaiterait parfois sentir un frémissement d'empathie de la part des commentateurs.

La misère, qu'ils semblent ne pas connaître, est infernale et d'autant plus infernale qu'à partir d'un certains degré de misère, de souffrance, l'être humain perd ses forces tant physiques qu'intellectuelles,
On rencontrait en Inde des êtres détruits par la misère au point que ne bougeant plus du sol ils présentaient comme un terreau sur lequel croissaient des plantes… ce qui ne posait apparemment aucun problème à tel yogi qui, un peu plus loin… "méditait"... au bénéfice d'une autre philosophie que la nôtre.

Tl serait intéressant de savoir si nos dirigeants.es pratiquent le yoga… avec, selon Jung, ce qu'il ne faudrait pas soit un leurre sur leur identité qui, selon lui, doit demeurer selon leurs origines: "un oriental, un oriental... un occidental, un occidental".

Nous n'avons pas à rougir de la religion chrétienne (hors dogmes donc hors les murs!) qui a compté et comprend dans ses rangs des personnes aussi bien orantes que travailleurs sociaux.

Tâchons d'accueillir mieux parmi nous et d'entraîner les musulmans dits "modérés" mais, à propos du voile et autres fantaisies et facéties identitaires le caméléon est un exemple d'adaptation au milieu dont il prend et reproduit la ressemblance.

Les femmes de l'islam non seulement vêtues et coiffées comme tout le monde sont attendues y compris dans des manifestations publiques genre gilets jaunes pour réclamer les modifications du coran qui s'imposent et la fin de la charia.. preuve de leur bonne foi et, femmes, désir d'émancipation non pas contre mais avec les hommes.

Écrit par : MB | 14/12/2018

"Macron démission", réclament les gilets jaunes.
Et si - prenant au mot les gilets jaunes - Macron annonçait sa démission, que se passerait-il? Quelles seraient les alternatives?

Si le Président démissionnait, il serait remplacé par le Vice-Président.
Or, savez-vous qui est le Vice-Président de la France?
Réponse: Il n’y en a pas! Le commandant en second du vaisseau France est, selon l’ordre protocolaire, le président du Sénat. Si le Président n’est plus en mesure d’exercer son mandat ou s'il démissionne, c’est ce dernier qui le remplace.

Depuis 2014, la présidence du Sénat est occupée par Gérard Larcher, sénateur élu dans les Yvelines. Gérard Larcher a été successivement membre du RPR, de l'UMP (Union pour un mouvement populaire), puis de LR (Les Républicains), qui est un parti politique libéral-conservateur, classé à droite et au centre droit sur l'échiquier politique.

Gérard Larcher, interviewé mardi par Ruth Elkrief sur BFMTV, a déclaré qu'il jugeait "nécessaires" les mesures annoncées par Emmanuel Macron. Et surtout, il a insisté sur un point: "Nous devons nous poser la question fondamentale de la diminution de la dépense publique". Or, comment diminuer la dette publique tout en satisfaisant aux revendications des gilets jaunes? Là est le dilemme.

Si Larcher était amené à assumer la Présidence en lieu et place d'un Macron démissionnaire, il s'attellerait probablement à l'organisation d'un scrutin en vue de l'élection d'un nouveau Président par le peuple. Parmi les prétendants à la magistrature suprême, on retrouverait à coup sûr Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen.

Pensez-vous, Mme Belakovsky, que Mélenchon ou Marine Le Pen apporteraient à la crise de meilleures solutions que Macron?
Les deux premiers nommés sont-ils réellement et authentiquement plus proches des classes laborieuses que le Président actuel?
Pensez-vous que sous une présidence Mélenchon ou sous une présidence Le Pen, les revendications des gilets jaunes seraient sans autre satisfaites et que la France, État surendetté, deviendrait plus prospère?
Pensez-vous que les ministres de Mélenchon ou de Le Pen seraient moins arrogants que ceux de Macron?
Cela est est d'autant plus douteux que Mélenchon et Marine Le Pen ne pratiquent certainement pas le yoga, pas davantage qu'ils n'ont lu Jung...

À mon avis, si Macron démissionnait, le pays serait plongé dans un beau chaos. Les gilets jaunes en sont-ils conscients?

Écrit par : Mario Jelmini | 14/12/2018

""Si Emmanuel Macron n’a pas dit un mot sur ce que les Français nomment « le référendum d’initiative populaire », c’est sans doute qu’il n’en veut pas.""

Il n'y a pas que lui, les petits barons et paysans des fiefs de gauche et de droite non plus, ils en ont fait un métier. Des lois complexes, mal élaborées par des gens qui savent tout et rien dans bien des cas.

Réformer l'Etat et ses mille feuilles, de commissions, de conseils généraux, communautés de communes, départements ou le clientélisme n'en fini plus de nous mettre sur la paille, sera difficile à transformer.

Oui, Patoucha, le terroriste musulman a été tué, mais il en reste des dizaines de milliers d'autres prêt à s'envoler vers le paradis, ses petites vierges et autres idioties royales.

Les gilets jaunes doivent continuer la lutte jusqu’au rétablissement de l'indexation des retraites sur l'inflation, et pourquoi pas une autre Europe, celle des Nations désislamisées ou le SMIC serait à 2000 € comme au Luxembourg, pays et siège des mafias.

Écrit par : NOËL Pierre | 14/12/2018

Mario Jelmini,

Evidemment je peux être complètement à côté de la plaque

mais quelqu'un de sensible à l'agriculture, par exemple, et qu'en ses livres j'appréciai, je l'ai toujours dit, est Bayrou.

Sans vouloir vous contredire je crois que Bayrou président des Français serait à la hauteur, "avec le temps qu'il faudrait", des attentes les plus légitimes des classes moyennes et populaires: pouvoir d'achat, écoles, santé, travail (économie, avec un pays endetté comme l'est la France…?)

Larcher, votre texte, Mario Jelmini, a parlé de la diminution de la "dépense publique".
Je crois comprendre par là qu'il s'agirait encore de diminuer les prestations sociales...

Soutenons les gilets jaunes et souhaitons que le gouvernement français opportuniste comme nous savons ne refuse pas aux gilets jaunes le droit de se rassembler demain samedi du moment que l'assassin de Strasbourg a été abattu (certaines rumeurs qui circulent donnent à penser que cet assassin aurait agi d'entente avec les dirigeants français concernés afin de pouvoir légitimement interdire progressivement puis définitivement les rassemblements des gilets jaunes).

Jamais de la vie, répondrons-nous.
Mais nous sommes "bel et bien", si on peut dire, en guerre contre le terrorisme islamiste, d'une part, guerres industrielle et sociale, de l'autre, or, en temps de guerre, tous les coups, sans oublier mensonges et fausses nouvelles, sont permis.

Si la Suisse, exceptionnelle en divers domaines, voulait bien se donner la peine de régler le problème des primes d'assurance maladie de base pour le plus grand bien de tous ("Un pour tous, tous pour un"!) elle serait alors en mesure de s'unir aux autres pays qui souhaitent sortir de l'UE pour la refonder avec… éthique

Écrit par : MB | 14/12/2018

J'ai apprécié votre commentaire, Myriam.

On parle en effet de François Bayrou pour succéder à Edouard Philippe au poste de premier ministre du gouvernement Macron.

Bayrou a été trois fois candidat à l'élection présidentielle. En 2002, il a obtenu 6,84 % des voix, se classant quatrième du premier tour. En 2007, il a fini en troisième position avec 18,57 % des suffrages. Peu après, il a fondé le MoDem, qui se veut au centre de l'échiquier politique, alors que l'UDF était traditionnellement classée au centre droit. Lors de l'élection présidentielle de 2012, il n'a recueilli que 9,13 % des suffrages, terminant en cinquième position. En 2017, il ne s'est pas présenté à l'élection, soutenant la candidature d'Emmanuel Macron.

Si Macron démissionnait demain (pour reprendre mon hypothèse) et si une élection était organisée pour lui désigner un successeur, les Français - qui réclament du changement - se prononceraient-ils pour un candidat qui a soutenu Macron? J'en doute. Personnellement, je crains qu'une majorité choisirait plutôt Mme Le Pen (cela dit, si j'étais Français, je voterais bel et bien Bayrou).

Il faut se souvenir que la dernière fois qu'il s'est présenté, en 2012, François Bayrou avait martelé que s'il était élu, il diminuerait les dépenses de l'État et demanderait à tous les Français de participer à cet effort d'économies afin d'assainir les finances de la République. En d'autres termes, il entendait exiger des Français qu'ils consentent, pour un temps, à des sacrifices financiers, l'un des buts à atteindre étant la diminution de la dette publique, qui grève le budget de l'État. Il va sans dire qu'une telle politique ne va pas dans le sens des revendications des gilets jaunes. D'ailleurs, cette politique d'austérité voulue par M. Bayrou explique certainement (du moins en partie) pourquoi il a recueilli deux fois moins de suffrages en 2012 que cinq ans auparavant.

Pour rejoindre le thème central du billet de M. J.-N. Cuénod, François Bayrou possède un gros atout: il s'est prononcé à maintes reprises en faveur d'une modernisation du système politique français, proposant notamment le renforcement du rôle du Parlement de façon à constituer un contre-pouvoir effectif face à l'exécutif et déclarant souhaiter le passage à une VIe République.

Quant aux rumeurs répandues par certains selon lesquelles l'assassin de Strasbourg aurait agi d'entente avec les dirigeants français, elles ne sont ne sont pas seulement ridicules, elles sont blasphématoires.

Pour ce qui est de votre dernier paragraphe, qui concerne les primes de l'assurance maladie de base dans notre pays, vous n'êtes pas savoir que dans le canton de Vaud, où nous habitons tous deux, l'État participe, depuis le 1er septembre de cette année, au paiement de ces primes pour autant qu'elles dépassent le 12% du revenu net selon chiffre 650 de la décision de taxation (il y a encore d'autres conditions, je n'entre pas ici dans le détail car c'est franchement compliqué). J'ai donc déposé une demande en ligne à partir de https://www.vd.ch/themes/sante-soins-et-handicap/assurance-maladie/subside-a-lassurance-maladie/ et reçu il y a peu une décision m'accordant un subside de Fr. 83.-- par mois. Merci M. Maillard!

Écrit par : Mario Jelmini | 14/12/2018

Moi, au fait je trouve comique de s inquiéter si Macron serait remplacé par qui que ce soit ou qu il resterait!

Le chemin que le Pouvoir successif en France de M. Sarkosy puis de M. Hollande puis de M. Macron, ce chemin est d appliquer les règles de la mondialisation sauvage, du Nouveau Ordre Mondial(NOM) et du capitalisme à outrance.

Autrement dit, le dernier de ce trio un peu lamentable, disons-le, M. Macron se prend aujourd hui pour le PDG de sa Propre et grande entreprise commerciale et personnelle dite l Hexagone de seulement 70 millions d âmes!

La France serait un grand souk/marché et que chaque citoyen n est qu un con-sommateur, sans principe, sans foi, sans religion, sans patrie et sans appartenir à une nation quelconque ...Un con-sommateur donc "moderne, civilisé et à la pointe du progrès donc très content"...

In fine, ne dit on pas qu un PDG peut changer à tout moment, le conseil d administration moins souvent et les actionnaires de cette Entreprise, l Hexagone, jamais...Vous me suivez...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 14/12/2018

Addendum à mon texte ci dessus du 14 crt qui était initialement adressé à M. Sommer.

La France est-elle une démocratie? Jamais! Parce qu elle a soutenu Al Qayda/Al Nosra qui fait du bon boulot en Syrie, dixit,l escroc Fabius et l autre Hollande en septembre 2012 à Marakech(voulez vous des liens? il nyaka!

Néanmoins, ce n est pas la France seule mais bel et bien la Grande Bretagne avec sa succursale l OSDH (Boff) et aussi certainement les USA qui avaien fabriqués Daech et Al Qayda. Il y a aussi les 2 pays voisins de la Syrie, bien entendu des "havres de démocratie", la Turquie d Erdogan porte paroles des Frérots et Israel de l autre Netanyahou, porte paroles des Colons Juifs d extrême droite pur jus et qui commandent même Tsahal par dessus leurs généraux!

Les deux sus cités avaient soigné Daech et Al Qayda/Al Nosra. La Turquie via la fille d Erdogan, dite Soumya qui supervisait les hôpitaux militaires de campagne au Nord est de la Turquie. Et la 2 ème, Isreal, qui faisait de même afin de soigner, requinquer Daech et Al Qayda/Al nosra dans les hôpitaux militaires de campagne de Tsahal au Jolan syrien occupé, avec la primauté de la visite de Netanyahou venu leur serrer la louche puis les renvoyer de nuovo en Syrie afin de continuer à couper des mains et des têtes aux Syriens.

Bien à Vous et Merci M. J.-N. Cuénod pour votre blog.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 16/12/2018

Brièvement je souhaite répondre à la question que me posait Mario Jelmini à propos du yoga. Tout d'abord concernant la classe politique française et ses dirigeants: les Enarques section littéraire ont sans aucun doute connaissance de Jung et de l'hindouisme.

Le yoga compris comme un soin à la personne peut être aussi bien pratiqué par un sportif que par un banquier.

Toute personne qui pratique réellement le yoga s'informe évidemment sur les sources...

De l'Inde avec ses castes:

les Français officiellement méprisés par Monsieur Macron ne sont-ils pas peu ou prou ses intouchables?

Les smicards ses "gens de peu"?

Les marchands... la France gérée comme une entreprise commerciale?

Les guerriers: à quand une armée européenne, toujours selon Monsieur Macron?

Moins évident aujourd'hui le monde religieux chrétien, sa hiérarchie, certes, mais demain… une éventuelle hiérarchie par le monde musulman?

Écrit par : MB | 14/12/2018

Savez-vous qui a dit il y a environ 18 mois lors de l élection de M. Macron avec de quelques inquiétudes de chefs d entreprises français(es) quant à des coups tordus de M-Macron à leurs égards:"Ne faites pas de soucis, nous avons donné le Manuel à Emmanuel"

Si vous ne savez pas, c est Pierre Gattaz, ex-patron des patrons en France avec son pins comique de 1 million d emplois à créer(blague à part!) et qui s est foutu de la gueule autant de Hollande que de Macron. Au fond c est qui l employeur et quel numéro de téléphone il en a ? Diogène se le demande mais ce n est pas sa lampe qui nous intéresse mais bel et bien son bâton et/ou sa canne... Vous voyez ce que je veux dire...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 14/12/2018

"c’est ce dernier qui le remplace."
Le temps d'organiser de nouvelles élections. Démission, élection, dissolution de l'assemblée nationale, élection d'une nouvelle assemblée.

"À mon avis, si Macron démissionnait, le pays serait plongé dans un beau chaos."
Non, aucune raison, les institutions sont toujours en place. Mais le problème justement ce n'est pas tant qui est au pouvoir, ils sont interchangeables, mais que la parole du peuple ne soit plus confisquée. Et la seule manière qu'elle ne le soit plus est d'obtenir la démocratie directe. Une des revendications qui je l'espère va monter en puissance.

"Les gilets jaunes en sont-ils conscients?"
Ils sont conscients que pour eux le chaos et l'injustice, c'est maintenant.

"Moi ou le chaos", non seulement c'est archi-faux, de la propagande de bas étage, mais ça ne marche pas.

Rendez-vous demain samedi.

Écrit par : Daniel | 14/12/2018

Pour avancer véritablement dans le bon sens il faudra reconnaître cette faiblesse citoyenne de tous ceux d'entre les Français, pour ne parler que de la France, qui débordants d'égoïsme si fichent de tout et du reste tant que cela va pour eux.

Les responsables du chaos s'annonçant ne sont pas que les dites élites.

C'est ainsi.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16/12/2018

Les commentaires sont fermés.