03/12/2018

Gilets Jaunes et l'agonie de la Ve République

Gilets_Jaunes3Déc18.jpg

 Le président Macron est victime aujourd’hui de ce qui fit son succès hier. Il avait fédéré les suffrages de gauche et de droite pour parvenir à se faire élire ; maintenant, il concentre sur lui les colères exprimées par les deux camps avec, en plus, celles éprouvées par tous ceux qui, nombreux, avaient choisi l’extrémisme, le vote blanc ou l’abstention. Tout le monde porte un gilet jaune!

Cela dit, la crise quasi insurrectionnelle qui secoue la France, dépasse la seule personne d’Emmanuel Macron. Il paie aussi les frustrations nées des quinquennats ratés de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande. Surtout, l’actuel président occupe l’Elysée au moment où les institutions de la Ve République commencent à donner les signes de l’agonie.

 Elles furent taillées sur mesure par et pour un chef d’Etat exceptionnel – le Général de Gaulle – afin de répondre à une situation exceptionnelle – la décolonisation. A cette époque, la concentration des pouvoirs dans les mains du président de la République semblait indispensable pour assurer la stabilité du pouvoir et faire renaître par la politique industrielle de l’Etat, une économie française que les guerres coloniales – qui suivirent immédiatement l’occupation nazie – avaient saignée à blanc.

Soixante ans plus tard, cette omnipotence est devenue créatrice d’impotence. Disposant de tous les leviers de commande, le président français est devenu le centre de toutes les réclamations, le symbole de toutes les frustrations et l’objet unique de toutes les détestations. Les institutions de la Ve République sécrètent donc une certaine infantilisation des citoyens qui, ne pouvant s’exprimer que tous les cinq ans lors de l’élection présidentielle – la seule qui compte vraiment – en sont réduits au ressentiment chronique envers leur chef d’Etat.

La crise actuelle dépasse les seuls aspects fiscaux – qui ont leur importance – et pose cette question fondamentale: comment donner aux Français les canaux d’expression nécessaires pour les rendre acteurs de leur destin?

Jean-Noël Cuénod

Editorial paru lundi 3 décembre 2018 dans laTribune de Genève et de24 Heures

08:56 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | |

Commentaires

Ce matin sur France Culture dans le 7h/9h, Emmanuel Todd, la bête noire de la gauche formatée, il est contre l'Europe de Bruxelles et l'euro, mais il est impossible de le traiter de "populiste", il est pour les gilets jaunes! macron devrait écouter ce que les gens disent autour de lui, sans ça c'est la fin pour lui, dans pas très longtemps! La gauche a beaucoup de mal à reconnaitre que la majorité des dégradations sont commises par l'extrême gauche/anarchiste! On avait mis macron à la tête du gouvernement pour un but très précis, mais là il semble qu'il ne sert plus a rien, alors la porte devant lui commence à s'entre ouvrir! Il est allé chercher de l'argent aux USA et en Angleterre pour se faire élire, mais là le peuple français va lui demander des comptes! Là c'est hollande et attali qui jubilent!

Écrit par : Dominique Degoumois | 03/12/2018

Répondre à ce commentaire

"La gauche a beaucoup de mal à reconnaitre que la majorité des dégradations sont commises par l'extrême gauche/anarchiste!"
La droite a beaucoup de mal à reconnaitre que la majorité des dégradations sont commises par l'extrême droite/fasciste!

"Qu'ils viennent me chercher!" disait l'autre.

Ils viennent, ils viennnent!

https://www.les-crises.fr/le-message-clair-des-gilets-jaunes-a-bhl-par-michel-onfray/

Manifestations à Paris:

https://www.youtube.com/watch?v=cRxWT9nRq54

https://www.youtube.com/watch?v=hDRdQE2A6yI

Ah zut, je me suis trompé... ici ce sont des manifestants soutenus par bhl.

On montre ces vidéos aux Gilets Jaunes?

Écrit par : Daniel | 03/12/2018

Répondre à ce commentaire

Il faut créer une Confédération gauloise dont le centre sera Lyon!

Écrit par : Rémi Mogenet | 03/12/2018

Répondre à ce commentaire

Je suis d'accord avec votre analyse. Les attentes sont proportionnelles aux pouvoir de l'Etat. Les élus représentent une idéologie de partis, mais pas entièrement le peuple.
La France doit donner la parole au peuple via des référendum et initiatives. Il est plus difficiles de gouverner, mais il y a l'avantage que les perdants ne peuvent s'en prendre aux gouvernement.
Ce que nous apprend les victoires des populistes, est que leur succès est la réponse à la surdité des Etats dans des sociétés marqué par l'absence d'un droit direct du peuple.

Quant aux mécontentements, ce sont les couleuvres des excès de l'idéologie libérale qui a concentré les richesses dans quelques mains, dans un environnement de travail incertain et plus difficile.

Le fameux gag libéral de la richesse qui s'écoule de haut en bas a rendu les peuples furieux.

Écrit par : motus | 03/12/2018

Répondre à ce commentaire

Je suis complétement d'accord avec vous. J'ai voulu exprimer mon désaccord avec les certitudes gaulliennes de Décaillet mais il m'a chaque fois censuré. Tout cela est très étonnant. Pourquoi des gens ouvrent-ils un blog avec la possibilité d'y faire des commentaires et ne laissent passer que ceux qui leur lustrent le poil ? Tout en donnant des leçons de démocratie aux autres, bien entendu...
La France doit redonner vie à ses provinces. Liquider les départements, les régions. Comprendre que les Bretons sont des bretons, les Auvergnats sont des Auvergnats, etc, etc. Il n'est pas de bon bec qu'à Paris. Cela, c'était du temps des rois. Il faut donc changer. Et donner à ces provinces le statut plus ou moins des Länder allemands. Apprendre la démocratie aux Français, en quelque sorte...

Écrit par : Géo | 03/12/2018

Répondre à ce commentaire

"Pourquoi des gens ouvrent-ils un blog avec la possibilité d'y faire des commentaires et ne laissent passer que ceux qui leur lustrent le poil ?"
Une des excuses les plus faciles est de censurer les commentaires écrits sous pseudonyme, même si cette manière de faire est approuvée (du bout de la plume, il est vrai) par le responsable des blogs.

Écrit par : Mère-Grand | 03/12/2018

Répondre à ce commentaire

Attention: une crise peut en cacher une autre….
Les nouveaux PIGS: gilets jaunes, blouses blanches, robes noires , élus de proximité.

Et si la crise des gilets jaunes, n’était en fait que la queue de comète de la « crise grecque » qui n’en finit pas de finir (10 ans), et pour laquelle on ne peut entrevoir un dénouement heureux suite aux multiples remèdes toxiques administrés par les guérisseurs de la BCE, du FMI et autres sorciers de la finance. Remèdes qui se sont avérés aussi toxiques que les emprunts Dexia pour les collectivités et communes françaises.

Écrit par : Lescouët | 03/12/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.