• Démocratie directe : une soif suisse en France

    Imprimer

    ftv4874-00_00_06_19-3938214.jpg

    Les deux pays ont connu un dimanche bien particulier. En France, la colère des Gilets Jaunes a balayé les Champs-Elysées. En Suisse, l’UDC – parti agrarien qui a glissé vers l’extrême-droite – a subi un nouveau revers. Son initiative «contre les juges étrangers» a été balayée par plus de 66% des électeurs. Rien de commun. Sauf que dans les deux cas, c’est le peuple qui s’est exprimé.

    La «colère jaune» dépasse désormais de plusieurs coudées la révolte contre les taxes sur le carburant et même la seule question fiscale. C’est aussi une soif de démocratie directe qui s’est exprimée, une fois de plus. La «votation citoyenne pour la poste» avait connu en 2009 un joli succès malgré son caractère officieux. Les actions des «Bonnets rouges» en 2013 et celles des zadistes de Notre-Dame-des-Champs relevaient également de cette revendication fondamentale à l’expression directe qui émerge dans des milieux divers, certains proches de la droite, d’autres de la gauche. Cette soif s’exprime surtout en province où la conviction que Paris se fiche du reste de la France reste solidement ancrée. A telle enseigne que les automobilistes Parisiens qui disposent d’une résidence secondaire dans «les régions» s’empressent de demander une immatriculation qui, contrairement au périlleux «75», ne les désigne pas à la vindicte provinciale (ce qui explique peut-être la présence importante dans la capitale française de véhicules immatriculés en…Corse !)

    La démocratie directe ou référendaire est le plus souvent rejetée en France par ce qu’il est convenu d’appeler les «élites»[1]médiatiques et intellectuelles, ainsi que par la plupart des politiciens appartenant aux partis gouvernementaux. Par malheur, ce sont parfois les mouvements extrémistes de gauche et de droite, voir néofascistes, qui prétendent la promouvoir. Ainsi, l’un des sites les plus racistes de la fachosphère se nomme-t-il «Démocratie participative[2]». Un comble.

    Pour ces «zélites», la démocratie directe ménagerait un boulevard aux formations qu’elles nomment «populistes». La votation de dimanche en Suisse leur apporte un cinglant démenti. L’initiative populaire de l’UDC voulait instaurer la primauté du droit suisse sur les traités internationaux, dont la Convention européenne des droits de l’homme. Rien de plus démagogique comme démarche puisqu’elle s’inscrit dans un contexte troublé par les attentats terroristes, l’insécurité internationale et l’europhobie ambiante. Malgré cela, le texte de l’UDC a été rejeté par plus de 66% des voix et n’a trouvé aucun canton pour l’approuver. Preuve que le «populisme» ne convainc pas forcément le peuple! Et ce n’est pas la seule baffe que l’UDC a essuyé lors de votations. Mais comme la majorité des médias français préfèrent monter en épingle les rares victoires de ce parti en passant sous silence ses nombreuses défaites, les «zélites» parisiennes ne risquent pas d’être informées correctement!

    La France référendaire, quelle histoire !

    Un autre argument, plus sérieux, est avancé contre la démocratie directe en France. Les Français ne répondraient pas à la question posée mais voteraient systématiquement contre les gouvernements en place. Relevons tout d’abord qu’il n’en a pas toujours été ainsi. Ainsi, le corps électoral français a parfaitement répondu aux questions qui lui ont été posées le 28 septembre 1958 pour approuver la Constitution de la Ve République, le 8 janvier 1961 pour se prononcer sur l’autodétermination en Algérie et le 28 octobre 1962, pour en faire de même à propos de l’élection du président de la République au suffrage universel direct. Contextes particuliers, certes. Néanmoins, le peuple s’est bel et bien exprimé en fonction du sujet.

    Tout s’est gâté le 27 avril 1969, lorsque le général de Gaulle organisa un référendum sur une fumeuse réforme de l’Etat qui n’avait pour but que de savoir si, un an après Mai-68, les Français voulaient encore de lui à leur tête. De Gaulle a donc transformé le référendum en plébiscite et les Français l’ont reçu 5/5. Ils ont voté non pas sur cette réforme – dont tout le monde se fichait, si j’ose dire, royalement – mais sur le maintien ou non du Général à l’Elysée. Le «non» ayant triomphé, de Gaulle a démissionné aussitôt. Depuis lors, plusieurs référenda (mais pas tous) ont été utilisés par les électeurs pour signifier leur mauvaise humeur, le plus emblématique étant celui du 29 mai 2005, les Français ayant moins répondu «non» à la Constitution européenne que «merde» au président Chirac. Toutefois, un référendum infirme cette tendance, celui du 6 novembre 1988 lorsque 80% des votants ont approuvé le processus d’autodétermination de la Nouvelle-Calédonie, dépassant très largement l’électorat du président Mitterrand.

    Dès lors, lorsque les dirigeants politiques posent les bonnes questions sans les transformer en plébiscite pour ou contre leur personne, les électeurs répondent correctement, contrairement à ce que soutiennent les «zélites».

    Au lieu de noyer le poisson, de multiplier les passes au gardien de but pour gagner du temps, le président Macron aurait dû lancer au moins quelques pistes en faveur d’une démocratie directe à la française. Mais la peur du peuple l’a emporté. Pas question de lui donner d’autres canaux d’expression que ceux offert par les élections. Or, tant qu’il ne pourra s’exprimer que tous les cinq ans (l’élection présidentielle étant la seule vraiment décisive), ce peuple continuera à voter avec ses pieds, ses poings ou ses cocktails Molotov. Jusqu’à ce qu’une émeute tourne au drame national et provoque une situation totalement incontrôlable.

    Jean-Noël Cuénod  

     

    [1]Si l’on entend par «élite», comme le définit le Centre national des ressources textuelles et lexicales, «ce qu'il y a de meilleur dans un ensemble composé d'êtres ou de choses», on peut dire que nous sommes loin de compte !

     

    [2]Le Parquet de Paris vient d’ordonner aux opérateurs de télécommunication de bloquer ce site.

  • POESIE à lire et à ouïr - TRACES

    Imprimer

    jncCoucherSOl.jpg

    Pour ce samedimanche qui s’avance. Un poème à lire et à ouïr. Et à caresser dans le sens du poil. (photo JNC)
     

    A LIRE

    La nuit s’enfonce dans la forêt
    Prédatrice à pas de lynx sur la neige
    Silence des oiseaux et des renards
    Immobilité des hardes et des hordes
    Epées aux fourreaux crocs sous les babines
    Hors de portée des armes la nuit
    Cette nuit à nulle autre pareille
     
    Toutes les traces mènent à la peur
    Toute la forêt tend sa jugulaire
    Se soumettre se démettre et s’omettre
    La mort plutôt que l’attente gelée
    La mort plutôt que le ciel muet
    La mort plutôt que la lune engloutie
     
    Même le feu gît au sein de la glace
    Comprimé réprimé et déprimé
    Il suffirait d’une seule parole
    Une seule pour attirer l’éclair
    Et embraser de joie nos horizons

    Jean-Noël Cuénod

    A OUÏR


    podcast

    Lien permanent Catégories : Poésie L'Or du temps 1 commentaire
  • Gilets Jaunes un peu bruns et Macron vert très pâle (V)

    Imprimer

    manifestation-politique-gilet-jaune-feu-barricade.jpg

    Pas question d’assimiler le mouvement des Gilets Jaunes dans son ensemble aux nouvelles formes de fascismes (suite de notre série). Cette agrégation de colère a commencé sans contenu idéologique précis. Il n’empêche que parmi les bloqueurs les plus actifs, plusieurs d’entre eux ne cachent pas leur sympathie pour l’extrême-droite. Et certains passent aux actes.
    Parmi les nombreux incidents qui ont émaillé les blocages d’accès routiers, trois sont emblématiques des haines de cet « Ur-fascisme » ou fascisme originel, évoqué dans le précédent texte : homophobie et racisme.
    Samedi matin, le conseiller municipal Raphaël Duret se rendait au Centre Leclerc de Bourg-en-Bresse dans une Twingo conduite par son compagnon. Devant le barrage des Gilets Jaunes, le conducteur ralentit, roule au pas, hésite en espérant pouvoir se faufiler. C’est alors que plusieurs Gilets Jaunes ont martelé de coups la vieille Twingo, brisant la plage arrière, « étoilant » d’autres vitres, arrachant les rétroviseurs, endommageant la carrosserie. En sortant du véhicule, le conseiller municipal de Bourg-en-Bresse et son ami ont été pris à partie. L’un des agresseurs s’est écrié : « Je les reconnais, c’est des pédés ». Les deux victimes ont pu être dégagées par les policiers.
    Dans l’après-midi, au rond-point d’Auchan-Fayet à Saint-Quentin en Picardie, une automobiliste musulmane qui s’était arrêtée au point de blocage a dû enlever son voile sous la menace de Gilets Jaunes qui dansaient devant la voiture en mettant leur gilet jaune sur la tête et en faisant des grimaces singes.
    Le même jour, une automobiliste noire a été agressée par des Gilets Jaunes qui l’ont ainsi traitée devant ses enfants : « Retourne chez toi, retourne dans ton pays », « dégage », « casse-toi pouffiasse ! », « l'histoire des Noirs, on ne veut plus entendre parler de ça » (consulter la vidéo ci-dessous).
    Gilets Jaunes : dérapages ? Pas que !
    Simples dérapages qui ne sauraient décrédibiliser tout le mouvement ? Il y a de cela, en effet. Mais pas que ! Marine Le Pen, pour l’instant, gère bien sa comm’ en soutenant juste ce qu’il faut le mouvement sans trop en faire. En revanche, sur le terrain, les militants RN sont bien présents pour récupérer le mouvement. Parmi leurs mots d’ordre, le classique « On a tout essayé. Tentons le Rassemblement National » qui, cette fois-ci, peut faire mouche aux élections européennes.
    En outre, le fait de bloquer les accès routiers est souvent utilisé par les mouvements d’extrême-droite : rappelons-nous le blocage des routes organisé au Chili par les chauffeurs routiers afin d’ouvrir, si l’on ose dire, un boulevard à l’armée de Pinochet pour renverser le président socialiste Allende et instaurer la dictature militaire.
    Cet agrégat de colères disparates n’a pour l’instant aucune colonne vertébrale politique et les Gilets Jaune risquent de rejoindre les Bonnets Rouges dans le vestiaire des grognes perdues. Toutefois, si un parti est en mesure de les récupérer, c’est bien le clan Le Pen. Wauquiez n’a même pas réussi à s’imposer au sein de sa propre formation « Les Républicains »; la France Insoumise, malgré tous ses efforts, n’arrive pas à convaincre un nombre significatif de Gilets Jaunes car son discours est parasité par le prurit égotiste et les sautes d’humeur de son chef Mélenchon.
    En matière de recyclage, Emmanuel Macron cherche sans doute à récupérer l’électorat conservateur des classes aisées qui déteste par-dessus tout la chienlit d’où qu’elle vienne. Il reste donc campé sur ses positions. L’actuel président sait bien que s’il cède, les Gilets Jaunes ne lui en sauront aucun gré ; il perdrait alors le vote des électeurs favorables à la tranquillité publique et celui de tous les inquiets de la pollution galopante.
    Les dangers du Macronisme
    Comble du comble, Macron apparaît, en effet, comme le président qui aura su imposer une fiscalité axée sur la transition écologique. Mais une véritable politique « verte » aurait consisté à développer une pédagogie intense pour convaincre un peuple français qui, contrairement à d’autres, ne se montre guère sensible aux arguments écologiques, à prendre les mesures nécessaires pour rendre ces augmentations de taxes supportables à ceux qui se débattent pour parvenir à boucler leurs fins de mois et à en faire supporter le poids principal aux catégories les plus aisées.
    De plus, en privant les collectivités publiques de leurs ressources tout en les assommant de charges, le président Macron empêche le développement des transports publics régionaux. La comparaison entre les TER poussifs qui desservent chichement la province et les TGV rutilants qui relient les métropoles donne une image assez fidèle de la politique gouvernementale depuis plusieurs lustres et que l’exécutif macronien ne fait qu’accentuer. Vert, Macron ? Vert très pâle plutôt, car il est en train de rendre la cause écologique encore plus impopulaire.
    La tactique autoritaire qu’il adopte de plus en plus montre surtout à quel point sa politique est une non-réponse aux nouvelles formes des fascismes contemporains. Le fumier sur lequel poussent ces plantes vénéneuses a pour origine l’hypercapitalisme mondialisé et sauvage (lire « Un Plouc chez les Bobos » du 25 octobre 2018 : Faux populismes et vrais fascismes-1). Or, pour Emmanuel Macron, il faut que la France s’adapte de gré ou de force à cette nouvelle donne. Quitte à laisser croupir dans les talus, les ouvriers, les paysans, les chômeurs, tous ceux qui ne peuvent pas s’adapter, pour une raison ou une autre. Et ça fait du monde ! Du monde qui se tournera vers les nouveaux fascismes puisque l’offre de la gauche a perdu sa crédibilité. Comme en Italie.
    Il sera impossible de contrer les forces d’extrême-droite en continuant d’ignorer la masse de plus en plus imposante des laissés-pour-compte de la mondialisation. C’est en cela qu’Emmanuel Macron et sa non-réponse constituent un danger pour la démocratie.
    Jean-Noël Cuénod

    ESPACE VIDEO

    Lien permanent Catégories : Politique française, social 25 commentaires
  • Nouveaux fascismes et vide politique (IV)

    Imprimer

    sipa_sipausa31237993_000002_0.jpg

    L'Ur-fascisme dénoncé par Umberto Eco

    Deux attitudes opposées mènent à la même impasse : confondre la période actuelle avec celle qui prévalait entre-deux-guerres et croire qu’en 1945, le fascisme a disparu avec la mort de Hitler et Mussolini.

    La situation présente est née d’un tsunami qui a balayé toute la planète : la mondialisation numérique et sauvage. Elle a non seulement détruit des métiers dont la plupart n’ont pas été remplacés par d’autres activités économiques, elle a surtout transformé le peuple en une myriade de communautés diverses repliées sur leurs origines ethniques, religieuses, culturelles, voire sur leurs réseaux sociaux, placées sous la férule de la consommation. Dès lors, il n’est plus de conscience de classe qui pourrait coaguler les diverses catégories de travailleurs. Seule la très haute bourgeoisie – qui, elle, profite pleinement de la mondialisation – a conservé sa conscience de classe en transmettant à ses rejetons les codes nécessaires pour perpétuer sa domination.

    Le citoyen est remplacé par le client. Alors, comme le veut le vieil adage commercial, le client serait-il roi ? Ah non, faut pas pousser ! Par le pouvoir de la télévision qui a programmé les disques durs cérébraux depuis plus d’un demi-siècle, le client éprouve l’impression du choix. Mais celui-ci lui est dicté par la publicité et renforcé encore par les algorithmes[1]. Si l’on veut attribuer une couronne au client, ce serait celle de Roi des … Non, vous ne me ferez pas dire ce « mot que ma mère m’a rigoureusement interdit de nommer ici » (Georges Brassens) !

    La transformation du citoyen en client a pour effet de l’enfermer dans un statut strictement individuel : « Je choisis ( j’ai l’illusion de choisir) en fonction de mes propres envies (c’est-à-dire celles qu’un réseau complexe d’influences m’a dictées), sans me soucier des autres. » Ainsi séparé, l’ex-citoyen ne dispose plus des moyens collectifs pour assurer la défense de ses intérêts réels (et non pas ceux suggérés par l’environnement publicitaire). Cet individualisme illusoire qui le séduit a pour effet de lui faire perdre son autonomie par rapport aux dirigeants qui maîtrisent sa vie, en tant que patrons ou en tant que fournisseurs de biens. Ce qui est tout, sauf paradoxal.

    Fin des services publics et début des sévices sur le public

    Cet ex-citoyen-néo-client pouvait naguère s’appuyer sur les services publics assurés par l’Etat. Mais l’idéologie de la mondialisation n’en veut pas car elle les perçoit comme autant d’obstacles sur sa route. D’où la grande mode des privatisations qui a commencé dès l’ère Reagan-Thatcher. Elle a eu pour conséquence de supprimer tous les services qui ne sont pas directement rentables à court terme. On en constate aujourd’hui les ravages en France avec ces villes, ces villages, ces campagnes rétrogradées dans les sous-catégories « zone rurale » ou « périurbaine » qui perdent écoles, bureaux postaux, perception, commerces, administration de proximité, tribunaux, hôpitaux, médecins et dont les panneaux « à vendre » décorent de tristesse des maisons à l’abandon.

    Ces populations délaissées rejoignent, quand elles le peuvent, les métropoles régionales pour tenter de trouver du boulot. Elles y subissent une autre déconvenue : au centre-ville, les logements sont hors de prix. Dès lors, elles s’entassent dans les banlieues, souvent éloignées de leur lieu de travail, si du moins elles ont eu la chance d’être embauchées.

    Ces frustrations sont d’autant plus insupportables que, souvent, impôts et taxes augmentent. C’est qu’il faut bien chercher dans les poches de celles et ceux qui ne peuvent pas jouer à saute-frontière, ces fonds que les grands producteurs de la richesse mondialisée transfèrent dans les paradis fiscaux ! Outre la fraude pure et simple – ou plutôt impure et compliquée –, les puissances économiques multinationales exercent l’optimisation fiscale qui utilise les failles des réglementations en restant dans les normes légales.

    « Optimisation » fiscale et « pessimisation » sociale

    Pour les Etat, le manque à gagner causé par ces pratiques se révèle colossal. D’après un article des Echos(à consulter ici), les Etats membres de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique) perdent chaque année entre 86 et 207 milliards d’euros par an ; pour la France, la perte est estimée annuellement entre 30 et 60 milliards, ce qui représente le coût de construction de 418.702 immeubles de logement social[2].

    La Suisse s’est montrée particulièrement performante en matière de paradis fiscal. Les pressions américaines, puis européennes sont finalement parvenues à modérer les effets du secret bancaire. Mais les Etats américains comme le Delaware, le Wyoming et le Nevada ont pris le relai. D’autres ont suivi.De plus, les transferts par internet permettent de faire bouger les fonds de façon quasi-instantanée.

    Pourquoi les Etats, la France par exemple, restent impuissants pour contrecarrer ces pertes abyssales ? Tout d’abord, on a vu que la concurrence pour le moins-disant fiscal entre les Etats est rude. Si la Suisse devient moins attractive, les Etats-Unis, les Pays-Bas, le Luxembourg, Taïwan, Singapour, les îles océaniques feront l’affaire.

     Ensuite – et surtout – la mondialisation a vidé les Etats de leur substance. Ils ne pèsent pas lourd face aux GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) qui maîtrisent le nouveau secteur de l’économie numérique sur l’ensemble de la planète et font de l’optimisation fiscale aussi aisément que Monsieur Jourdain faisait de la prose. Ces GAFAM échappant à tout contrôle démocratique, les vrais décideurs économiques se situent donc hors d’atteinte du débat politique. Ce vide, les actuels dirigeants tentent de le combler par des postures, des discours et de la comm’, se transformant ainsi en communauté réduite aux caquets et ne faisant qu’ajouter aux frustrations et aux colères.

    Nouveaux fascismes et fascisme originel : la leçon du professeur Eco

    La situation d’aujourd’hui est donc bien différente de celle des années 1930, même s’il existe de nombreux points communs entre les deux. Le maillage de l’économie numérique sur la planète a radicalement changé la donne.

    Mais croire que le fascisme est définitivement mort et enterré sous les décombres de Berlin en 1945 est tout aussi illusoire. Il existait sous d’autres dénominations avant d’être incarné par le parti créé par Mussolini en 1921 et son idéologie perdure sous des masques divers d’où notre choix en faveur du pluriel pour définir ces fascismes.

    Comme nous l’avons effleuré lors d’un précédent papier, le philosophe et linguiste Umberto Eco a théorisé la notion d’Ur-Fascisme, le fascisme originel (traduit le plus souvent à tort en français par « fascisme éternel ») dans un article paru en 1995 dans la New York Review of Books (à lire ici en entier). Il y a répertorié les quatorze principales caractéristiques du fascisme à toutes les époques :

    1. Le culte de la tradition
    2. Refus du monde moderne
    3. L’irrationalisme et culte de l’action pour l’action
    4. Le désaccord, l’esprit critique, est une trahison
    5. Refus radical de la différence, raciste par définition
    6. L’appel aux classes moyennes frustrées
    7. L’obsession du complot
    8. Exalter la force de l’ennemi puis la vaincre
    9. Le pacifisme est une collusion avec l’ennemi
    10. L’élitisme de masse
    11. Le culte du héros
    12. Puissance = culte du machisme = mépris pour les femmes
    13. Les individus n’ont pas de droit, seul le peuple...
    14. Invention d’une nouvelle langue, lexique pauvre, syntaxe élémentaire.

    Les fascismes suivent souvent ce cheminement : culture de la nostalgie d’un passé prestigieux ; désignation d’un ou plusieurs boucs-émissaires ; désinformation systématique, démagogie en vue de flatter le peuple pour parvenir au pouvoir ; sitôt cet objectif atteint, gouvernement autoritaire.

    L’actuel vide politique des Etats démocratiques risque fort d’être rapidement rempli par les mouvements néofascistes, englobés sous la frileuse et paresseuse appellation de « populistes ». Les pays à structures étatiques faibles sont, bien entendu, les premiers à être exposés : l’Italie, la Slovaquie, la Hongrie et d’autres. La France paraît moins fragile mais le poids du Rassemblement national est tel qu’il pourrait la faire basculer. Pour d’autres Etats à structures plus solides, la tâche des nouveaux fascistes sera particulièrement ardue, par exemple aux Etats-Unis.

    Si l’on suit les définitions d’Umberto Eco de l’Ur-fascisme, Donald Trump y correspond trait pour trait. En ce sens, il représente la figure exemplative de l’Ur-fasciste contemporain. Néanmoins, ses pouvoirs sont limités par les remarquables et solides institutions étatsuniennes protégées par la balance des pouvoirs et contre-pouvoirs. La presse et les élections sont libres, le Congrès est divisé entre un Sénat républicain et une Chambre des représentants démocrate et trumpohobe, la justice demeure indépendante. Il semble donc impossible qu’une forme ou une autre de fascisme puisse s’y installer.

    Toutefois, il serait imprudent d’écarter tout danger potentiel. La société des Etats-Unis est aujourd’hui aussi divisée qu’elle l’était à l’aube de la Guerre de Sécession. Donald Trump s’est entièrement emparé du Parti républicain alors que le Parti démocrate s’est radicalisé sur le plan social tout en devenant le réceptacle de celles et ceux qui exècrent Trump, notamment les femmes qui ont battu le record du nombre d’élues au Congrès. Désormais, les passerelles entre républicains et démocrates – qui leur permettaient de dialoguer malgré tout et de maintenir la cohésion nationale – s’effondrent une à une. Dès lors, des troubles graves risquent fort de s’ensuivre, avec, dans la foulée, l’adoption de mesures d’exception pour renforcer le pouvoir du président qui, ainsi, pourrait enfin imposer son idéologie ur-fasciste. Ce n’est pas le scénario le plus plausible, certes. Mais on ne saurait l’écarter d’emblée.

    Pour clore, laissons la conclusion à Umberto Eco dans son long article dans la New York Review of Books :

    « Nous devons rester en alerte, pour que le sens de ces mots ne soit pas à nouveau oublié. L’Ur-fascisme est toujours parmi nous, parfois sous des déguisements. Ce serait si simple, pour nous, s’ils apparaissaient sur la scène mondiale en proclamant ‘Je vais rouvrir Auschwitz, je veux voir les Chemises noires parader de nouveau sur les places italiennes’. La vie n’est pas si simple. L’Ur-fascisme peut revenir sous les atours les plus innocents. Notre devoir est de le démasquer et de pointer du doigt chacune de ses nouvelles expressions, tous les jours et partout dans le monde ».

    Jean-Noël Cuénod

    830x532_buste-mussolini-predappio.jpg

    Nostalgiques italiens saluant le buste de Mussolini

    [1]  Résumé de la définition livrée par Wikipédia : Les algorithmes effectuent des calculs à partir de grandes masses de données (les big data). Ils réalisent des classements, sélectionnent des informations, et en déduisent un profil, en général de consommation, qui est ensuite utilisé ou exploité commercialement.

    [2]D’après la Banque des Territoires, le coût de construction moyen d’un immeuble à vocation sociale était de 145.300 euros en 2016 

    Lien permanent Catégories : Politique internationale 8 commentaires
  • Les deux Suisse face aux juges français

    Imprimer

    images.jpgLe hasard du calendrier judiciaire a bien fait les choses. Cette semaine, deux faces de la Suisse ont affronté la justice française. Deux Suisse qui n’ont rien à voir l’une avec l’autre. L’ex-numéro 3 de l’UBS Raoul Weil (photo à gauche) et ses coaccusés ont essuyé un sévère réquisitoire à Paris. Théo et Bastien, eux, affrontaient un autre Tribunal correctionnel à Gap. Un seul point commun : la frontière.

    Dans les couloirs immenses, lumineux et glacés du nouveau Palais de Justice de Paris aux Batignolles, on les repère tout de suite. Ils arborent cette laborieuse élégance, ces coupes de cheveux savamment argentées, rappel de leur Graal financier, ce bronzage californien plaqué sur la rusticité alpestre des traits qui signalent aussitôt le banquier zurichois. L’un d’entre eux, tranche sur le lot en quittant le gris pour le tabac d’un alpaga à col de velours marron genre hobereau autrichien. Ou faisan doré dont il a le port de tête dédaigneux.

    Le plus célèbre d’entre eux, le banquier déchu Raoul Weil, ex-numéro 3 de l’UBS traine l’air las d’un faux Gary Cooper empâté et se tient bien à l’écart de ses coaccusés. On a le sens de la caste, chez ces gens-là. Weil, c’était le Brahmane au sommet de la Bahnoffstrasse. Les autres appartenaient tout juste à la catégorie des Kshatryias, voire à celle des cadres supérieurs français, quasi des Intouchables.

    L’UBS, en tant que personne morale – le jargon juridique a parfois de ces audaces ! – ainsi que huit dirigeants du centre zurichois et de sa filiale d’outre-Jura sont accusés d’avoir organisé une fraude fiscale massive privant l’Etat français de dix milliards d’euros, de quoi construire 5000 foyers pour SDF[1].

    Impassibles, nos banquiers zurichois ont dû goûter à un réquisitoire salé jeudi : 3,7 milliards d’amende réclamés contre UBS AG, 15 millions contre sa filiale française ; 24 mois de prison avec sursis et 500 000 euros d’amende contre Raoul Weil. C’est le prix du Brahmane : les autres s’en tirent un peu moins mal : de 6 mois à 12 mois de prison avec sursis et entre 50 000 et 300 000 euros d’amende. Le verdict, ce sera pour plus tard.

    1124899-conference-de-presse-3-de-briancon.jpg

    Brusque changement de décors : des Batignolles en travaux au provincial tribunal de Gap. Et changement d’ambiance. Le jeans militant et la parka protestataire ont remplacé l’uniforme bancaire. Sept prévenus sont cités à comparaître devant le Tribunal correctionnel pour avoir aidé des migrants en situation irrégulière à passer la frontière italo-française lors d’une manifestation le 22 avril dernier. Parmi, deux Suisses de Genève, de 24 et 26 ans, Théo et Bastien (photo ci-dessus).

    Si vous voulez faire enrager la présidente du Tribunal, prononcez la formule « délit de solidarité » pour qualifier les faits, ça la rend chèvre, animal qui ne manque pas sur les pentes des Hautes-Alpes toutes proches : il s’agit de savoir si ces Suisses et leurs camarades ont aidé ou non des réfugiés à passer la frontière de façon illégale ; un point, c’est tout.

    Une réaction qui traduit bien l’incompréhension entre magistrats et militants. Les uns appliquent la lettre du droit, les autres l’esprit des lois. Dans ce choc des irréconciliables, les militants perdent devant les tribunaux et gagnent face aux médias. C’est systématique. Dès lors, deux procès parallèles se déroulent – parallèles qui ne se croisent même pas à l’infini. L’un développe le dossier ; l’autre s’en abstrait pour s’adresser, non pas aux juges, mais à l’opinion. Feu Jacques Vergès avait théorisé la chose au moment de la guerre d’Algérie.

    Comme pour le procès UBS à Paris, on attend à Gap le verdict.

    La Suisse de la banque et la Suisse de la tradition humanitaire ont donc comparu devant les juges français avec pour point commun cette frontière que les uns font traverser aux capitaux et les autres aux miséreux. Deux traditions aussi anciennes l’une que l’autre.

    Jean-Noël Cuénod

    [1]Le quotidien La Voix du Nord du 19 novembre 2014 évoque la construction d’un foyer d’accueil pour les SDF et leurs animaux budgétisée à deux millions d’euros.

  • Les nouveaux fascismes contre l’Etat de droit (III)

    Imprimer

    hitleer.jpg

    Au-delà de leurs différences, les nouvelles formes plurielles de fascismes partagent entre elles de nombreux points communs. Parmi ceux-ci, la lutte contre l’Etat de droit. C’est une constante qui s’est toujours vérifiée : jadis comme aujourd’hui, l’un des premiers actes des fascistes une fois parvenu au pouvoir, est de dynamiter les contre-pouvoirs.

    L’Etat de droit, c’est le corpus des règles de la vie commune qui s’appliquent à tous, ordonnées par des institutions distinctes du pouvoir politique central. C’est aussi le principe de la primauté du droit sur l’ensemble de la société, y compris les dirigeants qui ont un pouvoir d’autorité ou d’influence. Il n’y a pas d’Etat de droit authentique et effectif dans un pays sans contre-pouvoirs à la puissance publique exercée par le gouvernement central.

    Le parlement pourrait être considéré comme le premier des contre-pouvoirs, à la condition qu’il soit réellement séparé de l’exécutif. Tel est le cas aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en Suisse et dans les démocraties où domine la culture protestante. Mais tel n’est pas le cas en France où le sort du parlement est trop lié à celui du gouvernement pour être considéré comme un véritable contre-pouvoir.

    L’institution judiciaire est le contre-pouvoir le plus actif, dans la mesure – cela va de soi – où elle est indépendante du gouvernement central. Les collectivités locales aussi tiennent souvent le rôle de contre-pouvoir face au gouvernement central. Cela se vérifie surtout dans les Etats à structure fédéraliste.

    A cette liste, il faut ajouter les nombreux organes non-institutionnels comme les syndicats, les associations professionnelles, voire les organisations non-gouvernementales de défense de l’environnement, par exemple.

    Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, un autre contre-pouvoir est apparu : les organismes de régulation des Traités internationaux ; le plus célèbre d’entre eux étant la Cour européenne des droits de l’homme chargée d’appliquer la Convention européenne des droits de l’homme aux 47 Etats membres du Conseil de l’Europe (qui n’a rien à voir avec l’Union européenne ; la Suisse, la Russie, la Turquie, l’Ukraine en font partie). La CEDH a parfois contraint les Etats à éliminer l’arbitraire de leurs dispositions légales.[1]

     Ces corps intermédiaires jouent donc le rôle de filtres entre le Centre et ses administrés. De filtres mais aussi de recours contre l’arbitraire qui suit comme son ombre tout pouvoir quel qu’il soit et aussi bien intentionné qu’il se montre.

    Pour l’autocrate, ces filtres constituent un obstacle insupportable, un écran nuisible entre sa personne et le peuple. Vils empêcheurs de gouverner en rond, voire en carré! Aussitôt hissés au pouvoir, Hitler, Mussolini, Franco – sans oublier Lénine et Staline pour la version rouge du fascisme – ont démantelé les tribunaux, la presse indépendante, les syndicats, tous les corps intermédiaires, afin de faire place nette entre le pouvoir central et ses sujets –Ein Volk, Ein Reich, Ein Führer– sous le fallacieux prétexte que cette fausse proximité permet au dictateur d’être au contact de ses administrés et de mieux connaître leurs besoins. Pour la version communiste autoritaire, les contre-pouvoirs ne sont qu’une émanation de l’Etat bourgeois et doivent, à ce titre, être éradiqués afin que le Parti soit en prise directe avec la classe ouvrière et ses alliés.

    L’emballage est de couleur différente. Mais le résultat est le même : dépourvu d’instances de refuge et privé des espaces de liberté offerts par la concurrence entre les pouvoirs, le peuple est livré pieds et poings liés à la tyrannie.

    Fascismes et « Ur-fascisme »

    Il existe une forme de fascisme originel qui remonte à bien plus loin que celle « inventée » (au sens où celui qui trouve un objet est, juridiquement parlant, un « inventeur ») par Mussolini, il y a près d’un siècle. Cette forme originelle, le très regretté Umberto Eco dans « Reconnaître le fascisme » (Editions Grasset) – la nomme « Ur-fascisme » soit le « fascisme des origines » :  Pour l’Ur-fascisme, les citoyens en tant que tels n’ont pas de droits, et le « peuple » est conçu comme une qualité, une entité monolithique exprimant la « volonté commune ». Puisque aucune quantité d’êtres humains ne peut posséder une volonté commune, le Leader se veut leur interprète. » 

    Rien n’est plus fragile que la démocratie. Dès les origines de l’humanité, le pouvoir exercé par un homme sur les autres s’accomplit par la force. C’est simple, c’est direct. « Je suis le plus costaud. Donc le pouvoir m’appartient ». Le système s’est sophistiqué avec les armes de la rhétorique (…et les armes tout court !), mais la violence originelle demeure aussi tyrannique. C’est peut-être cela, l’« Ur-fascisme ».

    Au fil des siècles, la démocratie est parvenue à canaliser cette « Ur-violence » par la concurrence entre les partis et le recours aux urnes, afin de rendre la vie sociale… plus vivable et plus…sociable ! Mais cela réclame un corpus de lois et une intrication des pouvoirs et contre-pouvoir fondés sur un large consensus. Or, c’est ce consensus qui est en train de s’étioler dans les démocraties, comme il s’était estompé en 1933 lorsque le peuple en votant Hitler a perdu tous ses contre-pouvoirs et par conséquent, sa souveraineté. Aujourd’hui encore « les dindes plébisciteront-elles Noël » ?

    Jean-Noël Cuénod

    (A suivre)

    [1]Le 25 novembre, les Suisses seront appelés aux urnes pour accepter ou rejeter l’initiative du parti d’extrême-droite UDC intitulée « Le droit suisse au lieu de juges étrangers » qui vise notamment la Cour européenne des droits de l’homme. C’est l’exemple-type de l’initiative qui, sous prétexte de donner la parole aux citoyens, risque de les plonger dans l’arbitraire du pouvoir.

    .

     

  • Votation en Nouvelle-Calédonie: enjeu mondial

    Imprimer

    Koniambo nickel mine water supply.jpg

    Voilà un référendum qui passe quasi-inaperçu en France métropolitaine. Pourtant, il est d’importance cruciale. Et pas seulement pour Paris ! Dimanche, 175 000 électrices et électeurs de la Nouvelle-Calédonie décideront si leur archipel du Pacifique restera dans le giron français, avec son statut particulier, ou s’il accédera à l’indépendance et à la pleine souveraineté. Avec en toile de fond, un puissant voisin, la Chine et une richesse naturelle, le nickel qui intéresse aussi… la Suisse.

    Analyste en relations internationales et consultant chez Vae Solis Corporate à Paris, Bastien Vandendyck connaît bien la Nouvelle-Calédonie ; il y a vécu et gardé de nombreuses attaches. Il est, notamment, l’auteur d’une fort intéressante étude sur le processus d’indépendance de cet archipel[1]. Il s’étonne de ce manque d’intérêt : « L’enjeu géopolitique de ce référendum est majeur, dans la mesure où il se déroule dans une région du monde qui est désormais le lieu d’affrontement stratégique direct entre les deux géants, la Chine et les Etats-Unis. Une région aux équilibres très fragiles ».

    Enjeu crucial pour la France, tout d’abord. Notre voisin possède le domaine maritime le plus important du monde, juste après celui des Etats-Unis. Or, 13% de la Zone Economique Exclusive (ZEE) – l’espace maritime où s’exerce la souveraineté d’un Etat – de la France est situé au large de la Nouvelle-Calédonie. Selon Bastien Vandendyck, l’archipel est aussi le premier port militaire français dans le Pacifique[2]

    Avec la perte d’un atout maître de sa Marine nationale et 13% de ZEE en moins, l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie ne sera donc pas indolore pour Paris, ni même pour Bruxelles, l’Union européenne perdant ainsi, avec la France, sa seule tête de pont dans ce Pacifique devenu le centre de la mondialisation.

    Enjeu pour la Suisse

    Enjeu important aussi pour la Suisse, car les intérêts helvétiques sont loin d’être anecdotiques en Nouvelle-Calédonie. Ils sont présents dans ce qui constitue la grande richesse de l’archipel : le nickel. En effet, le groupe anglo-suisse Glencore, basé à Baar (Zoug), est l’un des principaux acteurs du complexe industriel de Koniambo Nickel (PHOTO), présenté comme l’Eldorado minier de la province Nord en Nouvelle-Calédonie. Glencore est l’associé minoritaire de la SMSP (Société Minière du Sud Pacifique) qui est en main des indépendantistes kanaks (lire le glossaire). Son PDG André Dang Van Nha, d’origine vietnamienne, n’a jamais caché ses sympathies indépendantistes. En cas d’indépendance de la Nouvelle-Calédonie, la multinationale suisse serait donc bien placée. Toutefois, la victoire du « non » ne lui porterait pas pour autant préjudice.

    Le groupe zougois – spécialisé dans le courtage, le négoce et l’extraction des matières premières – a investi 504 millions d’euros (576 millions de francs) dans la construction de Koniambo Nickel qui se révèle être l’un des sites miniers les plus prometteurs de la planète ; son nickel, de très bonne qualité, est particulièrement recherché, notamment par la gloutonne industrie chinoise.

    La Chine reste dans les préoccupations, mais aussi les espoirs, de tous les acteurs politiques et économiques. En cas d’indépendance, l’archipel ne tomberait-il pas dans l’orbite de la Chine ? Bastien Vandendyck note que la deuxième puissance mondiale tient déjà un rôle prépondérant dans nombre d’îles du Pacifique dont le Vanuatu. Face à ce géant que pèserait la Nouvelle-Calédonie indépendante ? Dans ses discours, le leader indépendantiste Rock Wamyatan déclare compter sur une organisation régionale regroupant toutes les îles mélanésiennes pour entamer directement des pourparlers avec Pékin. Sera-ce suffisant pour défendre les intérêts de l’archipel face au géant asiatique ?

    Après la votation, le sort de l’archipel restera incertain

    Ce référendum est prévu par les accords de Matignon-Oudinot (1988) et de Nouméa (1998) conclus entre le gouvernement français, les dirigeants indépendantistes et anti-indépendantistes à la suite du massacre de la Grotte d’Ouvéa, une prise d’otages qui a mal tourné, causant la mort de 21 personnes.

    D’ores et déjà, la Nouvelle-Calédonie bénéficie d’un régime tout à fait particulier et qui relèverait plutôt d’une forme de fédéralisme. Le poids des coutumes kanaks rend encore plus complexes les relations entre l’archipel et la métropole. La Nouvelle-Calédonie dispose d’un gouvernement, d’un parlement et même d’un Sénat coutumier. Fait unique dans le système centralisé français, il est reconnu une citoyenneté néocalédonienne – apte au droit de vote sur l’archipel – distincte de la citoyenneté française.

    La constitution du corps électoral relève d’un casse-tête que l’on n’oserait qualifier de chinois. Les Kanaks (lire le glossaire) veulent éviter d’être électoralement submergés par des néocalédoniens d’origine européenne. Une liste électorale spéciale a été élaborée d’entente entre le gouvernement français, les responsables indépendantistes et anti-indépendantistes. Pour ceux qui ne sont pas nés sur sol néocalédonien, qu’ils soient ou non kanaks, elle se réduit aux électeurs remplissant les conditions pour être inscrits sur les listes électorales de la Nouvelle-Calédonie qui furent établies à l’occasion de la consultation populaire du8 novembre 1998 portant sur l’approbation de l’accord de Nouméa. Le corps électoral, pour la votation du 4 novembre de cette année, est donc fixé à environ 175.000 personnes.

     Vers un « non », mais…

    Quelles sont les tendances à quelques encablures de la consultation ? Selon Bastien Vandendyck, « les sondages et les rapports de force politiques au sein des trois Provinces –Iles Loyauté, Nord et Sud, la plus importante avec la capitale Nouméa – inclinent vers un rejet de l’indépendance, avec des rapports 57%-43%, voire 65%-35%. Toutefois, il faut se méfier de ces estimations. D’ordinaire, les Kanaks, notamment les jeunes, sont peu nombreux à voter. Mais pour un enjeu de cette ampleur, ils vont peut-être se mobiliser, ce qui renforcerait le camp du « oui » à l’indépendance ».

    Si le « non » l’emporte tout ne sera pas terminé pour autant, loin de là. Les accords de Matignon et Nouméa prévoient la possibilité de deux autres référenda, sans limite dans le temps, à la condition que les deux tiers du Congrès (parlement néocalédonien) en fasse la demande au Conseil d’Etat, plus haute juridiction administrative de la France.

    Et si le « oui » triomphe, il restera aux nouvel Etat à déterminer la façon dont il veut tisser des liens avec la France et l’Europe. Et avec la Chine !   

    Glossaire

    – Néocalédoniens.Dénomination englobant tous les habitants de la Nouvelle-Calédonie.

    – Kanaks. Nom porté par les descendants des populations autochtones mélanésiennes

    – Caldoches.Désigne les Néocalédoniens de souche européenne, souvent descendants des colons français au XIXe siècle.

    – Zoreilles.Surnom donné aux Français venant de la métropole.

    La Nouvelle-Calédonie compte 268.767 habitants pour une superficie de 18.575,5 km2.

    Les habitants de la Nouvelle-Calédonie se sont constitués par couche au gré des occupations du territoire, comme l’indique Pierre Brétignier, homme politique de l’archipel, ancien dirigeant du RPCR anti-indépendantiste[3].

    L’appartenance à l’une de ces couches détermine souvent le vote pour ou contre l’indépendance de l’archipel. Ainsi, les Kanaks sont-ils plus enclins à voter pour la souveraineté de la Nouvelle-Calédonie, contrairement aux Caldoches qui sont considérés par les premiers comme les descendants d’une colonie de peuplement.

     Jean-Noël Cuénod

    Cet article est paru mercredi 31 octobre 2018 dans la "Tribune de Genève" et "24 Heures"