18/09/2018

Moustache Academy, un spectacle au poil

Moustache Academy_4 @ Stella K.jpg

Le Plouc voue une tendresse particulière à Moustache Academy, ces trois zigotos qui rendent intelligentes les bêtises. Aussi, il leur passera le titre effroyablement franglais de leur spectacle « Back to School » que le trio présente au Théâtre des Deux Ânes (ce qui en fait donc cinq, diront les méchantes langues) mercredi 26 septembre à 15h. (Photo @StellaK).

Mathurin Meslay, Astien Bosche, Ed Wood et leur metteure en scène Julie Chaize participe à cette occasion à la première édition du Festival Désobéissant. Il y a tellement de Festivals obéissants – ne serait-ce qu’aux mécènes, aux notables ou à l’air du temps – qu’il en manquait un pour tirer la langue à cet esprit de sérieux qui rend la toile des réseaux sociaux tellement poisseuse.

On connaît la trame de ce spectacle mais on se fait un plaisir de la redessiner. Les trois « Moustaches » retombent en enfance et réaniment la vie des préaux faite de joies étincelantes, de peines éphémères, de désespoirs profonds, d’amitiés passionnées. Car on en fait porter des choses, aux petits… Entre les agendas de ministres à neuf ans (à 16 h. la danse, à 17h. l’escrime, à 18h. la chorale…), les divorces qui font mal, la pression des notes scolaires, l’interro du lendemain et les condisciples, enfer et paradis en même temps ! C’est tout cet univers que Moustache Academy évoque. C’est gai, joyeux, ça bouge, ça danse, ça chante, ça déménage. Mais pas que…

A voir et à revoir donc.

Jean-Noël Cuénod

Prochains spectacles pour la fin 2018 :

  • mercredi 26 septembre, 15h. au Théâtre des Deux Ânes, 100 boulevard de Clichy – 75018 Paris (Billetterie : 00 33 1 46 06 10 26 – 2anesresa@gmail.com);
  • mercredi 31 octobre, Salle Jean-Gabin à Royan ;
  • mardi 20 novembre, à Villiers-Lès-Nancy ;
  • Jeudi 29 et vendredi 30 novembre, au Théâtre de La Celle-Saint-Cloud ;

VIDEO A MOUSTACHES

17:27 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : spectacle, enfant, ecole | |  Facebook | | |

Commentaires

certains réseaux sociaux informent sur la détresse croissante de notre société.
Une personne, elle, très confortablement installée de s'écrier: quel "poisseux esprit de sérieux" que cette toile lamentable…!

Se mettre à la place de l'autre par empathie autrefois à commencer par les travailleurs sociaux ou les soignants fut un Art touchant au sacré

aujourd0hui à f... aux c...ttes!

Le progrès, toujours,

Écrit par : Myriam Belakovsky | 21/09/2018

Jean-Noël Cuénod,

Vous l'écriviez, autrefois: nous allons droit dans le mur.

On aurait souhaité que l'on forme un public de "débateurs" avec l'espoir, comme il arrive chez les sportifs, soudain, le passage d'une étoile… d'un être plus particulièrement inspiré… ce qui manque absolument du côté de chez nos "grands"!

Après quoi mais "après quoi" seulement! il aurait été grand temps de penser et de passer aux réjouissances, divertissements, spectacles ou représentations variées.

Bien à vous.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 21/09/2018

Une étoile…? Un être plus particulièrement inspiré…?
Mais nous avons le pape, chère Madame! Que voulez-vous de plus?

Et Pierre Maudet, il ne vous plaît pas? Je trouve qu'il n'est pas mal, dans son genre.

Écrit par : Mario Jelmini | 21/09/2018

Chère Myriam,
Avez-vous oublié cette parole de l'Ecclésiaste:
“J'ai reconnu qu’il n’y a rien de mieux pour les hommes que de se réjouir, de se procurer du bien-être pendant leur vie, et que manger, boire, jouir du bonheur (...), tout cela aussi est un don de Dieu” (3:12-13; dans le même sens: 5:17 [ou 5:18, selon la numérotation adoptée] et 8:15) ?

Et permettez-moi de rappeler ici ces paroles empreintes de sagesse prononcées par Sidouri, la mystérieuse cabaretière de l’Épopée de Gilgamesh*:
“Lorsque les grands dieux créèrent les hommes, c’est la mort qu’ils leur destinèrent; et ils ont gardé pour eux la vie éternelle. Mais toi, Gilgamesh, que ton ventre soit repu; jour et nuit, réjouis-toi; chaque jour, fais la fête; jour et nuit, danse et joue de la musique”.

* Gilgamesh, roi (légendaire?) d’Ourouk (cité antique de la basse Mésopotamie, sur la rive gauche de l’Euphrate), aurait vécu vers 2600 ou 2700 av. J.-C. L’Épopée de Gilgamesh est un ensemble de poèmes épiques rassemblés en un récit unique vers le dix-huitième siècle av. J.-C. Il s'agit de l’un des plus anciens documents écrits connus, un texte majeur de l’histoire de l’humanité. Il contient un récit du déluge antérieur d’au moins cinq cents ans à la rédaction du Pentateuque.
Il vaut la peine de consulter «https://fr.wikipedia.org/wiki/Siduri».

Écrit par : Mario Jelmini | 21/09/2018

Oui mais le problème, cher Mario à l'étoile jaune… merci ou pitié pour l'humour(?) chez Monsieur Thomann...est que Gilgamesh, pour finir, s'en revint chez lui sans l'herbe de l'immortalité.


Mon coeur joyeux
plein d'espérance
s'élève à toi
mon rédempteur

est un cantique réconfortant

de paraclet
esprit de vérité
consolateur

facile à chanter
concernant
les bien nantis

problématique
concernant les autres

l'amusement des nantis
regardant suer les autres

comme dirait
quelqu'un de connu

"donne des varices"!

avarice limitatrice castratrice

il est tard!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/09/2018

De même source de Mésopotamie l'histoire d'Adam et d'Eve à tort fondement d'un christianisme descendant du judaïsme (la Bible encourage la richesse, le bonheur et la jouissance tout en posant des limites sortes de garde-fous).

Une autre histoire de rapt de fruit défendu en provenance d'Egypte où le pharaon se réservait les fruits d'un arbre lui conférant des pouvoirs n'appartenant qu'à lui.
Les épouses des prêtres égyptiens estimant que leur conjoints mangeant de ce fuit pourraient acquérir les mêmes pouvoirs que le pharaon organisèrent une razzia…

la comparaison joue de mauvais tours ainsi deux alpinistes chacun sur une montagne.
Le premier ascensionne en regardant droit devant lui… parfois une peu plus haut, l'autre ne cesse de regarder la montée de son voisin jusqu'au moment où, par le fait, il se casse la figure.

En Eglise catho, en fin de messe les fidèles faisaient une invocation aux saints.
Lausanne, par exemple:
Saint Vincent de Paul, saint Nicolas de flue, saint François d'Assise "et tous les saints", priez pour nous (ora pro nobis, peut être chanté) Par Vincent de Paul surgit toute la misère du monde, NIcolas de Flue, les guerres avec leurs morts, larmes et sang au service de quelques-uns puis par François d'Assise ce qui correspond aujourd'hui à la dite transition écologique ("Ma soeur l'eau")
rivières pas mal à sec, selon lesquelles, aujourd'hui.

Les gens qui ont les moyens de dépenser sans compter se réjouissent parfois bien plus égoïstement que les autres, fauchés, qui passent de leurs frustrations aux frustrations d'autrui en attendant d'aller faire au lit un gosse de plus à défaut d'avoir les moyens de se distraire ou divertir, voire défouler, autrement.
Bon dimanche, Monsieur Jelmini.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/09/2018

Ah! cette antique aspiration de l’être humain à devenir dieu et, partant, immortel... Il ne fait pas de doute que Gilgamesh, héros mythique dont l’épopée était connue de tous, a exercé une profonde influence sur Jésus. Au point que celui-ci essayera jusqu’au bout de réussir là où son prédécesseur sumérien avait fini par renoncer.

• “Mangeons et buvons, car demain nous mourrons” (Ésaïe 22:13, repris par l’apôtre Paul en I Corinthiens 15:32); • “Mange, bois et réjouis-toi” (Luc 12:19, parabole du riche insensé).

Écrit par : Mario Jelmini | 22/09/2018

Ces préaux… sous les platanes

"Quand nous jouions à la marelle
Cerisier rose et pommier blanc
J'ai cru mourir d'amour pour elle
En l'embrassant"


Passait parfois en ronronnant
Un autre moustachu
Digne "greffier"!


Quand nous jouions à la marelle
Cerisier rose et pommier blanc


A la rentrée, à la... miaou

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/09/2018

Une petite merveille pour les yeux :)

Israël: inauguration de la ligne ferroviaire rapide entre Jérusalem et Tel-Aviv (Vidéo)

https://www.europe-israel.org/2018/09/israel-inauguration-de-la-ligne-ferroviaire-rapide-entre-jerusalem-et-tel-aviv-video/

Écrit par : Patoucha | 24/09/2018

Alors que le gouvernement israelien (ndr:d extrême droite) promet de prolonger le chemin de fer entre Jérusalem et Tel-Aviv, l’opposition progressiste israelienne dénonce une «annexion rampante d’une partie de la Cisjordanie».

https://www.liberation.fr/planete/2016/11/03/tgv-en-israel-la-nouvelle-ligne-de-la-discorde_1525735

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 24/09/2018

On regarde ces trois artistes de Moustache Academy… on y pense on va se coucher
soudain un mot surgit: galopin.s on se relève on consulte:
garçons turbulents qui vivent généralement dans la rue: galopins espiègles

sans en connaître davantage du spectacle dont il est question mais sans doute pas étranger.
Pas étranger non plus aux souvenirs de préaux en temps sans portables. Parole, chants, engueulades, déclarations d'amour mélodies ou refrains sifflés... cortège avec fifres et tambours… Fête du bois Sauvabelin (montée rude ambulances escortant) collation: une tasse de thé, un petit pain avec une branche de chocolat. Photos suite: déjà tout au long du parcours... cantine et danse, carrousels en musique… comme écrit plus haut sans portables les "djeunes" de jadis regardaient leurs interlocuteurs sans les interrompre voir en leur répondant ou questionnant.
Jamais osé, risqué ou même pensé, imaginé leur désormais récurrent "Mais... je sais!"

Parfois dénoncés ignorants ou feignasses (on dira plus tard non scolaires

"Vive les vacances
plus de pénitence
les cahiers au feu
la maîtresse au milieu"!

Joliment habillées, alors, sur leur trente et un...les institutrices fleuries de la Fête du bois

En fin d'après-midi redégringolade Picoulet à la Riponne tout le monde instits directeurs commerçants passants ("être passant")! enfants... "et du doigt du doigt du doigt et… du coeur"!

Nous faisions nous étions peuple tous "unis dans un même élan"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24/09/2018

Les commentaires sont fermés.