28/06/2018

Macron s’encouble sur le tapis de la migration

Qui-sont-ces-Marcheurs-remontes-contre-le-fonctionnement-du-parti-de-Macron.jpg

S’encoubler… Voilà un verbe tiré de l’arpitan[1]qu’Emmanuel Macron ferait bien d’intégrer dans sa nov’langue. Il signifie: se prendre les pieds dans quelque chose qui se trouve par terre. Alors que le président français se rend aujourd’hui à Bruxelles pour le sommet européen sur la migration, il s’est donc encoublé dans sa stratégie du «en même temps». 

Ni à gauche ni à droite, les deux en même temps… Macron est parvenu à l’Elysée grâce à cette démarche chaloupée et oxymorique. Il a donc voulu la reprendre pour tenter de gérer l’ingérable question des migrants. Ingérable, dans la mesure où la réalité est estompée par les fumées âcre et épaisse des fantasmes de tous ordres, voire de tous désordres.

A gauche : j’incrimine l’extrême droite au pouvoir en Italie en traitant le nouveau gouvernement transalpin d’ «irresponsable» et de «cynique» après son refus d’accueillir les réfugiés embarqués dans le bateau Aquarius. A droite : je jette l’opprobre sur l’ONG allemande Lifelineen l’accusant «de faire le jeu des passeurs» et en concluant ainsi ma diatribe : «C’est d’un cynisme absolu!»

Permettez cet aparté: Macron utilise le même qualificatif insultant – «cynique»! – pour fustiger le gouvernement italien et l’ONG allemande. Le président français maîtrise trop son verbe pour que cet emploi soit dû au hasard ou à la pauvreté lexicale. Emmanuel Macron n’est pas Nicolas Sarkozy. Il s’agit donc bien de renvoyer dos-à-dos l’extrême droite italienne qui rejette les réfugiés et l’organisation humanitaire qui vient à leur secours. L’objectif : se placer au centre, comme figure morale (salut la gauche) et rationnelle (bonjour la droite). Cela dit, on peut se demander si cette démarche n’est pas, elle aussi, cynique !

Mais en faisant l’habile, le président jupitérien s’est encoublé dans ses foudres. Le démagogiste Matteo Salvini, ministre ligard de l’Intérieur, n’a eu aucune peine pour lui répliquer que l’Italie avait accueilli bien plus de migrants que la France. Paris est d’autant plus mal placé pour faire la leçon que l’extrême droite transalpine a été portée au pouvoir, en grande partie à cause du manque de solidarité des pays européens (exceptée l’Allemagne) dans la prise en charge des migrants échoués sur les rives italiennes.

De l’autre côté, la réplique de l’ONG aux accusations d’Emmanuel Macron est tout aussi cinglante : «Aurions-nous dû laisser se noyer les migrants?» A cynique, cynique et demi.

Emmanuel Macron veut défendre le droit d’asile tout en verrouillant énergiquement ses frontières. Un choix aussi ambigu n’aurait été soutenable que s’il était accompagné d’explications détaillées et sereines. Le président aurait alors pu se hisser à la position de patron de l’Europe qu’il convoite depuis l’effacement d’Angela Merkel. Au lieu de cela, par ses fulminations intempestives et ses coups de menton à contretemps, il s’est mis à dos à la fois la partie humaniste des peuples européens et les tenants de la fermeture des frontières nationales. Un beau chenit comme l’on dit aussi en arpitan !

Jean-Noël Cuénod

[1]Langue originelle de type francoprovençal, propre à la Suisse romande, à la Savoie et au Val d’Aoste

14:38 Publié dans Politique française, Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : migration, migrants, macron, france, italie, europe | |  Facebook | | |

Commentaires

Macron n'a pas senti le problème.
En France, les élites intellectuelles de gauche ont une influence pour l'accueil des migrants, certains sont dans la majorité.
Le peuple, lui, est majoritairement hostile, et c'est lui qui sera juge avec les élections.
Faire plaisir à une gauche, c'est à court terme, amener une droite extrême au pouvoir. Il est coincé.

En réalité, les migrants illégaux qui se sont accumulés en Europe a finis par faire sortir une colère qui profite aux populistes. La baisse du nombre de migrants ne pourra pas l'aider, la tolérance a été dépassée.

L'Europe n'a plus le choix, et Macron tente de repousser une décision qui n'a pas 2 options. L'Europe doit fermer les frontières.
Dans le cas contraire, la fermeture se fera plus tard dans une plus grande colère, avec des dégâts politiques considérables.

L'expérience négative de l'Allemagne rend inaudible les propositions de compromis.

Pour ceux qui prônent l'ouverture, qu'ils disent comment calmer les peuples. Penser à des explications à travers les médias, c'est croire au père noël.

Écrit par : motus | 28/06/2018

Le transfert d'argent par millions d'€ et du système social français (ou européen) aux migrants permettra à l'extrême droite d'arriver dans les pouvoirs partout en Europe.
La gauche en sera responsable au même titre que les politiciens et autres adeptes du vatican et sa monarchie.

-L'islamisation orchestrée par les mêmes qui ont massacré la Libye et l'Irak, telle une mafia financière et industrielle, seront responsables des révoltes à venir. Ceci s'ajoutant à cela.

Merkel a trahit tout le monde dans cette affaire. Macron tente de recoller une Europe qui est en train d'exploser en vol.

Seulement 10 % des migrants viennent de pays en guerre, les autres pour une autre vie en Europe ou le salariat de masse est en ruine.

Notre système social et de vie est en danger, nous le défendrons coûte que coûte quitte à voter populiste. Ils veulent la merde, ils l'auront, nous n'avons plus aucun état d'âme.

L'Italie a raison de défendre ses intérêts, la gôôche de toutes les couleurs dépense et creuse des déficits c'est bien connu, et ce, sur le dos des zôôtres.

Écrit par : Pierre NOËL | 28/06/2018

Manque de respect: la vieille Europe, ses "schnocks"!

Imaginons un immeuble qui représente la planète.

Les habitants qui ont des problèmes chez eux forcent les portes des autres locataires en leur disant de se tirer de là.
- Nous tirer de chez nous?
- Chez vous maintenant c'est chez nous.

Un couple de nouveaux venus se tord de rire devant ses enfants et le père ajoute que si ces déchets d'Européens se cherchent un logis il doit bien rester quelques anciennes poubelles du système Ochsner à disposition et que si jamais les couvercles se refermaient sur eux et qu'ils en crèvent… ce serait toujours ça (gains et profits, toujours) de "gagné" (une putz Frau: toujours ça de "débarrassé")!

Un peu plus tard les deux enfants du couple de nouveaux venus discutent entre eux et l'un dit à l'autre qu'il n'aurait pas cru que leurs "vieux", leurs parents, donc, soient comme ça!

Ces lignes souhaiteraient faire "entendre" ce que ressentent certains de ces décrépits de schnocks de la "vieille" Europe.

Autrefois les italiens, les Espagnols ou les Portugais arrivaient en Suisse cœurs et bras tendus sous le soleil et les chants de l'amitié.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 28/06/2018

Toute l'Europe s'est prit les pieds dedans! Et ce tapis n'est pas ...........volant!!! On additionne dans tous nos pays des populations de migrants qui ne s'entendent pas du tout, résultat partout des bagarres et des règlements de comptes mafieux!

Écrit par : Dominique Degoumois | 30/06/2018

Tant qu on n a pas encore compris que l Union-Européenne(UE) n a été fondée que pour dés-unir l Europe tout d abord et en excluant la Grande Russie puis imposer des pires des sanctions incompréhensibles contre "Poutine", ce n est pas étonnant que l UE souffre comme un vieux cheval fatigué. Qui est le premier qui va alléger la souffrance de cette Dés-Union Européenne sauf elle-même car le ver est toujours dans le fruit?

Je vous soumets cette cueillete de 4 infos:

1--Jean Paul Jencker, président de la commission européenne a déclaré tout fraîchement et suite à l affaire de l Aquarius:"Aucune démocratie d un des pays de l UE ne peut se substituer à celle de l UE", dixit. C est vrai, la démocratie bande à part dans un pays de l UE, ça va encore pour 15 minutes pas plus.

2--Selon le Washington Post, Trump a proposé en Avril 2018 et lors de la visite starlette de M. Macron de quitter l UE et joindre la France avec les USA.

3--La Dés-Union Européenne a réussi du moment où l UE s est séparée de la Russie. La raison est simple car si l UE+la Russie avaient existé, elle aurait fait une très grande puissance économique, militaire, politique et culturelle qui tenaient tête à l hégémonie impérialiste et guerrière des USA. Et cela Washington n en veut pas jusqu au stade de faire la guerre contre la Russie (3ème guerre mondiale appelée d une manière sexy pa les yankees le WW3).

4--Trump a court-circuité l actuelle UE, ou ce qu il reste, en faisant filtrer des infos que les USA pourraient déclarer la Crimée comme partie intégrante de la Russie et aux autres comme l UE qui n ont qu à suivre. Allez comprendre...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 30/06/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.