12/02/2018

Spectacle – Lou Casa sublime Barbara

LOU_CASA © Virginie Hellot.jpg

Bien plus qu’un hommage consacré à Barbara, une sensible et intelligente re-création du répertoire de la Dame en Noir. Voilà ce que le groupe Lou Casa est parvenu à nous donner à voir et à ouïr, samedi soir au Café de la Danse dans le Paris du XIe arrondissement, à un jet de pavé de la Bastille. 

Nul chichi, aucun artifice scénique, pas la moindre paillette, pas de costume qui vous transforme un artiste en portier d’hôtel, tenue sombre et sobre : un piano, un orgue, une guitare basse, des éléments de batterie. Et cette voix, celle de Marc Casa, qui paraît en danger, funambule sur cordes vocales, voix prête à chuter mais qui chaque fois qu’elle semble retomber, prend et reprend son envol en ligne droite. Comment ne pas être suspendu à ses ondes ? Une voix inoubliable et qui vous suit bien après le spectacle. La haute silhouette du chanteur se fond dans la poésie de Barbara sans qu’il soit besoin de mettre au masculin ces vers écrits par une main de femme.

Son frère Fred Casa, autre funambule, saute du piano à l’orgue, jouant parfois simultanément et de l’un et de l’autre, en passant par le tom bass. C’est un concert parallèle qu’il offre, improvisations aux fils tressés de jazz et de classique. Miracle ! Les parallèles se rejoignent, ce qu’elles ne sont censées faire qu’à l’infini. L’autre point du triangle, Julien Aellion a la discrétion des authentiques bassistes. Il soutient l’édifice musical avec justesse sans fioriture. Avec Lou Casa, on va d’ailleurs droit à l’essentiel : la poésie.

Lou Casa ne se contente pas de bien interpréter les textes superbes et les mélodies entêtantes de Barbara, il les sublime, leur offre un autre paysage. C’est une nouvelle Barbara qui renaît. A saluer aussi, la mise en scène de Lucile Latour et la parfaite création lumière de Jérôme Jouvent.

En première partie, Maria Dolorès y Amapola Quartet évoque sa drôlissime nostalgie du tango que nous avons déjà présentée dans ce blogue. Le rire solaire de Maria Dolorès se marie de belle façon avec les brumes de Barbara.

Jean-Noël Cuénod

 Pratico-pratique

 Pour celles et ceux qui sont Parisiens cette semaine, Lou Casa présente encore son spectacle au Café de la Danse (5 Passage Louis-Philippe, Paris XIe) ce mardi à 20 heures. Et puis, le groupe part en tournée dont voici les étapes :

  • 2 et 3 mars, Espace Dantza - Pau (64)
  • 8 mars, Centre culturel Le Chaudron - La Nouaille (24)
  • 9 mars, Salle Jean Macé - Montignac (24)
  • 10 mars, Baz’Arts - Libourne (33)
  • 23 mars, Mouscron (Belgique)
  • 24 mars, Bruxelles (Belgique)
  • 26 avril, Salle des fêtes - Salles (33)
  • 28 avril, Salle de la Halle - Lege Cap Ferret (33)

 VIDEO: LOU CASA SE PRESENTE

14:37 Publié dans Cult(e)ure | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

et la Suisse ??

Écrit par : goy jean-philippe | 13/02/2018

Je ne vais pas manquer de poser la question aux personnes qui font la tournée. J'ai eu la même réaction que vous. Car c'est vraiment une performance très belle. Hors des sentiers battus du chaud-bise. Merci de votre commentaire. JNC

Écrit par : Jean-Noël Cuénod | 13/02/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.