27/10/2017

La Catalogne indépendante et sous tutelle!

89494164-37ad-11e2-a222-7ab018ea4daf-493x328.jpg

Le Parlement régional a donc voté cet après-midi la résolution déclarant que la Catalogne sera « un Etat indépendant prenant la forme d’une République ». Dans la foulée, le Sénat espagnol a déclaré la mise sous tutelle de cette région. Les deux logiques opposées entrent dans le dur.

Le Parlement de Catalogne compte 135 députés. La résolution déclenchant le processus de l’indépendance a été approuvée par 70 d’entre eux, 10 s’y opposant et deux ayant voté nul. Mais 53 parlementaires anti-indépendantistes ont refusé de participer à ce vote. Dès lors, 65 députés n’ont pas accepté l’indépendance, d’une manière ou d’une autre. Une minorité, certes mais importante, sur laquelle ne manquera pas de s’appuyer Madrid pour souligner que la séparation n’est pas unanimement partagée par tous les Catalans.

 C’est d’ailleurs l’une des rares cartes que le pouvoir castillan possède. Car pour le reste, le gouvernement de la droite espagnole paraît plutôt mal loti. En théorie, Madrid possède un imposant arsenal juridique. La procédure de mise sous tutelle de la Catalogne étant engagée, la région sera placée sous le contrôle direct du gouvernement central. Cela signifie que la police catalane, les Mossos d’Esquadra, sera placée sous le commandement direct du gouvernement de Mariano Rajoy, de même que les finances mais aussi les chaînes publiques de radio et de télévision, afin qu’elles livrent une « information véridique, objective et équilibrée ». Lorsqu’un gouvernement est chargé de contrôler l’information pour qu’elle soit « véridique, objective et équilibrée », le pire n’est même plus à redouter, il est certain !

Pour mes compatriotes suisses, imaginez la situation : Genève voit sa police cantonale dirigée par Berne, de même que son département des finances et surtout, la radio et la télé-romande. De quoi ressortir son fusil d’assaut du placard !

Catalogne indépendante, une vieille revendication

Les Mossos d’Esquadra ne vont sans doute pas obéir à Madrid au garde-à-vous. Dès lors, le gouvernement Rajoy devra déléguer en Catalogne la police nationale et la Guardia Civil, risquant de réveiller les ressentiments nés de l’époque où la dictature franquiste pesait de tout son poids de fer sur Barcelone. De plus, cette police de Madrid sera perçue comme une force d’occupation avec tout ce que cela comporte de violences potentielles.

En France, la volonté d’indépendance des Catalans est souvent perçue comme émanant d’une région riche, soucieuse de ne pas payer pour les autres, moins bien pourvue financièrement. La Catalogne est ainsi fourrée dans le même sac d’opprobre que la Lombardie et la Vénétie. Or, la revendication catalane à devenir un Etat-nation est tout sauf nouvelle. La première tentative d’indépendance s’est déroulée le 17 janvier 1641 et l’avant-dernière le 6 octobre 1934. Elles furent de courtes durées. Mais elles ont laissé des traces dans les mémoires. En trente-six ans de dictature, Franco n’était pas parvenu à éradiquer ce sentiment.

Il est douteux qu’un premier ministre aussi contesté que Mariano Rajoy y parvienne. Tout d’abord, il porte une lourde part de responsabilité dans l’actuelle cacade. Ensuite, son nom est souvent cité dans la presse espagnole dans des affaires de pots-de-vin. Qu’il soit coupable ou innocent, ce n’est pas à nous d’en juger. Mais force est de reconnaître que ces scandales nuisent à sa légitimité. Pas très fringant, l’Hidalgo en chef !  Et il n'est pas certain que les élections anticipées en Catalogne que Rajoy a annoncées pour le 21 décembre résolvent quoique ce soit, tant la crise, qui ne date pas d'hier, laissera de profondes traces.

Pour le président catalan Carles Puigdemont, la conjoncture n’est pas plus rose. Il espère que la Catalogne sera reconnue par d’autres Etats. On ne voit pas lesquels. Les grands groupes ont quitté Barcelone pour Valencia d’où un climat économique qui a tourné à l’orage. Et lorsque les Catalans auront moins de travail, ils ne manqueront pas d’en rendre Puigdemont responsable.

Tant Madrid que Barcelone se sont réfugiés derrière des arguments juridiques, au lieu d’aborder les questions politiques et budgétaires qui sont au cœur de la polémique. Catalans et Espagnols vont en payer le prix. Il suffira d’une manif qui dérape pour que la situation, déjà tendue, devienne incontrôlable.

Jean-Noël Cuénod

ESPACE VIDEO

 

18:37 Publié dans Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : vidéo, indépendance, catalogne, espagne | |  Facebook | | |

25/10/2017

#BalanceTonPorc, délation ou dénonciation ?

Balance-ton-porc-2.jpg

Dans le sillage gadouilleux de l’affaire Weinstein et de la diffusion des témoignages de femmes contre le harcèlement sexuel, les réactions machistes ont aussitôt barboté. Les Gluants se sont mués à leur tour en victimes. De quoi ? De délation.

Alors, dénonciation ou délation ? La confusion pourrait provenir de leur étymologie latine commune, delatio. Le mot denunciatio renvoie plutôt au français « annonce » ou « déclaration » dans le sens de proclamation publique.

Aujourd’hui, dénonciation et délation ne doivent en aucun cas être fourrées dans le même sac à synonymes. C’est l’intention motrice et le but visé qui sépare radicalement l’une de l’autre.

Le délateur qui fournit des informations accusatoires sur autrui est animé, en premier lieu, par le désir pervers de nuire. S’il peut, en plus, toucher les deniers de sa trahison, c’est Noël chez Juda. La démarche du délateur est fondamentalement vile. L’information qu’il diffuse, soit publiquement, soit à une personne nantie d’un pouvoir de coercition, peut être véridique. Sous l’occupation, les Juifs signalés à la Gestapo comme tels par leur voisin ou leur concierge appartenaient bien au judaïsme. Mais énoncer cette vérité dans un tel contexte conduisait aux camps de la mort. En cette occurrence, c’est le mensonge qui était louable et la vérité, blâmable.

Cela dit, le délateur peut fort bien mentir ou diffuser une fausse rumeur. Comme celle-ci par exemple : Jean Boissel, fondateur et directeur du journal collabo Réveil du Peuple, avait affirmé le 31 janvier 1941 dans son torchon que Charles Trenet était Juif, petit-fils de rabbin et qu’il s’appelait en fait « Netter », anagramme de « Trenet ».

Si le délateur n’est pas forcément un menteur, il peut l’être. Dans tous les cas de figure, il reste un salaud. L’objectif qu’il se fixe demeure abject (assouvissement de la haine, de l’envie …)

Délation : les hyènes et le corbeau

KorboHyene.png

Les délateurs se rangent dans deux grandes catégories qui, elles aussi, peuvent être cumulées. D’une part, les hyènes ; d’autre part, le corbeau.

Les hyènes procèdent de la meute. Elles clabaudent aux trousses de leur victime, sans se cacher. C’est le cas des écrivassiers au service d’un pouvoir totalitaire ou des folliculaires qui déchaînent les haines racistes ou autres.

Le corbeau, agit seul, dans l’ombre. Il forge ses lettres délatrices dans le silence des nuits blanches et sous couvert d’un prudent anonymat. Il distille son poison façon goutte-à-goutte létal. Toutefois, il est possible de faire partie de la horde des hyènes le jour et se muer corbeau la nuit. L’un n’exclut pas l’autre. Animal hybride qui aime haïr sur tous les tableaux.

« Balancer » : une délation ?

Quid de l’indic qui balance un délinquant aux flics ? Doit-il être considéré comme un délateur ? Le Plouc penche vers la réponse négative. L’indic a pour objectif principal, non pas de nuire à autrui, mais de se glisser dans les bons papiers du policier qui, peut-être, fermera les yeux sur un délit mineur.

 « Balancer » n’est certes pas une activité digne d’éloge. Il n’en demeure pas moins que ceux qui, récemment, ont permis l’arrestation de terroristes ont rendu un sacré service à la société. Mais il est vrai qu’entre la « balance » d’aujourd’hui et le délateur sous l’occupation, la distance est celle d’un ruisselet.

La légitime dénonciation

Et le dénonciateur, comment le considérer ? S’il agit dans une intention positive et poursuit un but louable ou noble, celle ou celui qui dénonce ne saurait être assimilé à un délateur. Ainsi, la victime qui accuse publiquement un harceleur sexuel ou un violeur démasque un délinquant ou un criminel. Son annonce publique est de nature à faire cesser la poursuite d’actes qui portent une atteinte grave, voire mortelle aux personnes. Le dénonciateur ou la dénonciatrice fait mal à l’harceleur ou au violeur, mais c’est pour l’empêcher de nuire à la dignité ou à la vie de ses futures victimes. En ce cas, le bien l’emporte, ô combien, sur le mal.

Autre cas plus précis de légitime dénonciateur : le lanceur d’alerte. Il se rapporte surtout au salarié qui, ayant eu connaissance des actes délinquants, criminels ou moralement répréhensibles de son employeur, les aura dénoncés, malgré les menaces directes pesant sur son emploi. On le sait, la loi en France et en Suisse protège peu ou mal le lanceur d’alerte.

Qu’en est-il de la femme ou de l’homme qui dénonce une injustice mais touche une rémunération pour ce faire ?  Le fait de recevoir de l’argent pour poursuivre un objectif louable peut entacher la démarche du dénonciateur qui serait ainsi mu par l’appât du gain autant, voire plus, que pour redresser une situation injuste. Toutefois, il n’est pas pour autant un délateur puisque le but reste noble. L’appât du gain n’est pas vil en soi. Cela dépend du contexte et du but qui est visé.

L’air de la calomnie

Par conséquent, les machistes qui accusent les victimes de harcèlement de se lancer dans la délation ajoutent le non-sens au caractère odieux de leurs propos. Quand la victime désigne son tourmenteur, elle n’agit pas dans un but vil mais, au contraire, fait acte de courage face à celui qui a usé de son pouvoir pour la soumettre.

 Toutefois, dans la masse des dénonciations contre le harcèlement qui ont suivi l’éclatement de l’affaire Weinstein, il est possible de concevoir qu’une poignée d’entre elles pourraient relever de la calomnie (accusation diffusée en sachant qu’elle est fausse), en provoquant la mise au pilori d’un innocent. Or, la calomnie est un peu à la délation ce que la confiture est à la tartine.

Le tout-à-l’égout des réseaux sociaux rend malaisé le tri entre le bon grain de l’ivraie. Cela dit, lorsqu’une femme surmonte tous les traumatismes qu’elle a subis pour désigner en plein jour son tourmenteur, elle prend des risques tels – vis-à-vis de son bourreau, de sa famille, de son entourage professionnel et d’elle-même – que la véracité de ses dires est incontestable, sauf apport de preuves contraires.

La dénonciation est un parcours du combattant, alors que la délation relève de la course du rat.

Jean-Noël Cuénod

12:21 Publié dans social | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : #balancetonporc, harcèlement, dénonciation, délation | |  Facebook | | |

19/10/2017

Weinstein: la puanteur du porc grillé

Weinstein-degueu.jpg

Tapi dans le cerveau reptilien du porteur de slip kangourou, le porc roupille. Le danger serait d’ignorer sa présence, ce qui empêcherait la vigilance de le ramener fissa dans sa bauge. Aucun homme ne peut s’exonérer de sa part noire. Il faut vivre avec ça. Avec ce Ça qui fait partie de la vie. Grâce à qui la vie se perpétue. Mais à cause de qui, elle peut sombrer dans la mort, sous ses formes diverses.

 La culture, commence là : en domestiquant les morts et en domestiquant la Bestiole. La sépulture pour les uns, l’érotisme pour elle.

Oui, l’érotisme ! Evidemment, l’érotisme… Il ne s’attache pas à la reproduction médiatique de l’acte sexuel qui relève de la pornographie. C’est le désir qui est l’objet de toute son attention. Le désir qui naît dans l’imaginaire et se déploie par la sublimation poétique du corps de l’autre. Le désir qui fortifie le sentiment amoureux, qui prépare à l’extase de deux corps se priant l’un l’autre dans la première des communions. Le porc se mue alors en prince charmant. Ou en homme, tout simplement.

En tuant l’érotisme, la pruderie américaine a laissé la porte ouverte à la pornographie, à cet étalage mécanique de la sexualité, sans mystère, sans poésie, genre charcuterie (on reste dans le porc). Et la cupidité de l’hypercapitalisme en a fait un objet de profit. Tout fait ventre et tout fait vendre.

C’est tout ce qu’il connaît, l’hypercapitalisme : le profit et le rapport de force. Comme Weinstein, comme tous les autres dont les regards ne vont pas plus loin que leur groin frémissant, comme tous les grands et petits chefs qui paluchent leurs subordonnées dans les recoins. Weinstein, c’est l’hypercapitalisme personnifié.

Que le mouvement de dénonciation né de la diffusion sur touitteure de #balancetonporc dérape dans tous les sens, c’est la loi du genre. Les réseaux sociaux ne sont pas le lieu idoine pour des conversations au coin du feu. Le sens des nuances leur est inconnu. Mais utiliser leurs caractéristiques pour ne pas entendre les cris de souffrance de ces femmes ou pour les discréditer, cela relève de la Tartufferie (« Quoi de nouveau ? Molière », disait Sacha Guitry). Décidément, le porc grillé, ça pue.

Nous vivons dans une société qui a chassé de tous ses secteurs l’érotisme et la poésie. Comme s’il fallait éradiquer de notre cerveau, ces empêcheurs de se faire aliéner en rond. Nous en payons aujourd’hui le prix. Alors, cette parole qui se libère, jusque dans ses outrances, jusque dans ses injustices, elle fait du bien. Et pas seulement qu’aux femmes.

Comme dans l’amour courtois – qui n’était pas que platonique – c’est à la Dame de définir les règles du jeu avec l’homme. C’est elle qui, en portant la vie, porte le monde.

Jean-Noël Cuénod

Harvey W 2.jpeg

Merci à Acé et à Bernard Thomas-Roudeix, les auteurs des dessins.

17:34 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : weinstein, #balancetonporc, porno, érotisme | |  Facebook | | |

13/10/2017

Catalogne: les deux mulets dans l’impasse

014.JPG

Quelle que soit l’issue de l’affrontement entre Barcelone et Madrid, on connaît déjà les perdants: l’Espagne et la Catalogne. Le premier ministre Rajoy, comme le président de la Generalitat Puigdemont ont déployé toute l’étendue de leur incompétence. Il devient donc urgent de remiser ces deux mulets dans leurs écuries, avant de s’occuper de réensemencer les prés qu’ils ont ravagés.

Carles Puigdemont s’est lancé dans son entreprise séparatiste avec une légèreté qui laisse pantois. Quoi, c’est aujourd’hui qu’il apprend qu’une partie des Catalans ne veut pas de l’indépendance ? Quoi, c’est aujourd’hui qu’il se rend compte que les grands groupes économiques et financiers[1], convergent vers Valence pour ne pas sortir de l’euro ? Quoi, c’est aujourd’hui qu’il se rend compte que Madrid n’allait pas dérouler le tapis vert des négociations pour lui faire plaisir ?

Ce n’est pas à nous mais aux Catalans de décider s’ils veulent ou non l’indépendance. Contrairement à ce que nombre de médias, surtout en France, prétendent, le séparatisme n’est pas forcément illégitime et condamnable en toute circonstance. Il n’empêche que déclencher un tel processus demande une stratégie particulièrement fine, en s’assurant tout d’abord que l’aspiration indépendantiste répond aux vœux d’une très large majorité ; en se ménageant des alliés, notamment dans les autres régions espagnoles, et en prenant langue avec les décideurs économiques pour les rassurer.

Au lieu de cela, Puigdemont a sauté du jet d’Air Ibéria en ayant oublié de prendre son parachute. Le voilà maintenant condamné à balbutier un discours inaudible proclamant l’indépendance tout en la suspendant, ce qui facilite le travail de Rajoy et rend furieux ses alliés d’extrême-gauche du CUP qui exigent la séparation hic et nunc.

1499930897702.jpg

Côté Mariano Rajoy, la situation est tout aussi consternante. Envoyer la Guardia Civil pour matraquer des citoyens en train de voter, c’est prendre le risque de réveiller les vieux démons, de rouvrir les plaies profondes qui ont été mal cicatrisées dans un pays qui a poussé les années franquistes sous le tapis.

Surtout, le premier ministre de la droite hispanocentriste a réduit un problème politique à sa seule dimension juridique et constitutionnelle. A l’instar du Shabbat vu par le Christ, la Constitution est faite pour l’humain et non l’humain pour la Constitution. Ce n’est pas un Coran descendu du ciel, une Constitution. C’est un texte fondamental certes, mais qui est le fruit des rapports de force d’un pays à un moment donné. Elle s’amende, elle se corrige, elle abroge ici, elle ajoute là. C’est un organe politique vivant.

Le gouvernement central aurait dû entamer depuis fort longtemps de discrètes discussions avec les indépendantistes en vue de la modifier. En donnant, par exemple, à la Catalogne la même capacité budgétaire que celle qui a été attribuée au Pays Basque. Il est probable qu’une partie des nationalistes catalans se serait satisfaite de cette réforme. Mais maintenant, c’est trop tard. Les événements se sont enchaînés trop vite pour revenir en arrière.

Mariano Rajoy va brandir l’article 155 de la Constitution pour demander au Sénat (la droite y est largement majoritaire) de placer les autorités catalanes sous tutelle. Cela ne manquera pas de renforcer l’influence des nationalistes les plus radicaux en Catalogne. Et que fera-t-il, Rajoy, comme tuteur des Catalans ? Emploiera-t-il la force au risque de déclencher un mécanisme infernal de répliques et contre-répliques ?

Les solutions paraissent toutes plus mauvaises les unes que les autres, Rajoy et Puigdemont s’étant placés dans la nasse sans la capacité d’en sortir. Le moins pire serait de les y laisser et de confier à un personnel politique plus capable le soin d’entamer le déminage.

 Jean-Noël Cuénod

[1] Sur sept grandes sociétés barcelonaises cotées à l’Ibex 35, l’indice boursier espagnol, six ont quitté la Catalogne.

 

18:18 Publié dans Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : catalogne, espagne, indépendance | |  Facebook | | |

08/10/2017

Catalogne-Espagne, vers le bord du gouffre

 

catalogne-espagne-independance-madrid.jpg

Le Plouc a causé dans le poste à France-Info, dans l’émission de Marie-Christine Vallet, Micro Européen. Echanges à propos de la Catalogne et de ses velléités d’indépendance entre le journaliste espagnol Juan-José Dorado et son confrère suisse Jean-Noël Cuénod, sous la houlette de leur consoeur française. Ici, l’émission, ci-dessous la présentation de l’émission par France-Info

Aux manifestations en faveur de l'indépendance de la Catalogne succèdent les cortèges s'y opposant. La grave crise en Espagne, après le référendum catalan, peut-elle déboucher sur une transformation du pays ? C'est l'une des questions auxquelles répondent les deux invités : Juan Jose Dorado, correspondant du groupe de presse espagnol La Region et Jean-Noël Cuénod, l'un des correspondants à Paris de La Tribune de Genève et de 24 Heures à Lausanne.

Des erreurs politiques

Selon Juan Jose Dorado, il va falloir attendre encore quelques jours pour voir si l'Espagne tombera dans l'abîme. Depuis 2006, quand un nouveau statut a été décidé pour la Catalogne par la Cour constitutionnelle, les tensions ont commencé, et les gouvernements des deux côtés n'ont jamais cherché à dialoguer. Il y a donc eu des erreurs politiques.

Les indépendantistes catalans veulent s'inspirer de la Suisse et aller vers une sorte de fédération. Mais selon Jean-Noël Cuénod, les deux modèles sont totalement différents, notamment parce que les cantons suisses ont tous les mêmes pouvoirs, alors qu'en Espagne, les provinces n'ont pas les mêmes autonomies. Le Pays basque, par exemple, a une capacité budgétaire que la Catalogne n'a pas.

Négocier et transformer ?

La crise actuelle va pousser l'Espagne à transformer son modèle territorial actuel mais cela passe par une négociation. Ce serait bien si elle était menée par des juristes. En tout cas, cette négociation ne peut être qu'interne, l'Union européenne n'a aucun pouvoir d'intervenir dans les affaires espagnoles et la souveraineté de l'Espagne ne se négocie pas.

000_mt06a.jpg

18:12 Publié dans Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : espagne, catalogne, indépendance | |  Facebook | | |

03/10/2017

Las Vegas : l’acte surréaliste du bourgeois terroriste ?

150695143417619-1.jpg

Stephen Paddock, l’auteur de la fusillade de Las Vegas, la plus meurtrière de l’Histoire des Etats-Unis (58 morts, 515 blessés) n’était ni un fou échappé d’un asile, ni un SS réincarné, ni un psychopathe cannibale mais juste un comptable à la retraite.

Les tueurs de masse s’ingénient à briser les clichés en même temps qu’ils arrachent des vies. Des assassins comme Mohamed Merah ­– la Cour d’assises spéciale de Paris juge son frère actuellement –, les frères Kouachi, Amedy Coulibaly étaient bien pratiques. Basanés ou noirs, natifs des banlieues-en-crise, petits délinquants, islamistes radicalisés en prison… Bref, des étrangers avec un passeport français, faciles à ranger dans des cases. Rien de commun avec ces gens-là, n’est-ce pas ?

Pourtant, on savait depuis longtemps que les pires fonctionnaires de la mort nazis se montraient pères attentionnés, hôtes charmants, amateurs de Bach et Mozart, lisant Goethe dans un fauteuil de velours pendant que les fours crématoires fonctionnaient à plein régime. A-t-on assez péroré sur la banalité du mal.

Ce discours s’est estompé car l’humain ne peut pas se résoudre à appréhender sa face la plus maléfique ; il s’efforce de la rejeter sur un autre dissemblable. Et voilà qu’un ancien comptable de 64 ans – tout ce qui a de plus blanc, vivant en bordure d’un golf dans une communauté de retraités au nord d’une petite ville du Nevada – engrange 42 armes à feu et organise de façon millimétrique le massacre de Las Vegas. Certes, l’Etat Islamique revendique la tuerie. Mais actuellement Daech ferait siens les ouragans, les tsounamis et les accidents du week-end. Le FBI n’a pour l’instant établi aucun lien avec l’islamoterrorisme. Et les proches de Paddock affirment qu’il n’avait aucune engagement politique ou religieux.

A première vue, le comptable amateur de poker et de tacos aurait donc commis l’acte surréaliste du bourgeois terroriste tel que le poète André Breton l’avait prophétisé dans Le Second Manifeste du Surréalisme : «L’acte surréaliste le plus simple consiste, revolvers aux poings, à descendre dans la rue et à tirer au hasard, tant qu’on peut, dans la foule». Cette phrase lui est aujourd’hui reprochée par des médiacrates comme Michel Onfray, notamment dans le livre de ce dernier (excellent au demeurant), L’Ordre libertaire, la vie philosophique d’Albert Camus.

 Or, lorsque Breton a rédigé ce passage en 1929, le fait de tirer gratuitement dans la foule est encore inimaginable, sauf par un poète. La boucherie de la Première Guerre mondiale relevait du combat militaire, même si des millions de civils ont été tués. Les attentats anarchistes visaient des groupes humains. Mais tirer au hasard sur n’importe qui, cela ne s’était, à ma connaissance, jamais produit à cette époque. En tout cas pas avec la fréquence que nous connaissons et subissons aujourd’hui.

Il faut laisser au poète la liberté de ses visions. Car c’est bien une vision que Breton exprime sous cette forme véhémente. Et de visions, André Breton n’en était pas dépourvu, lui qui a écrit – en 1925 – dans sa Lettre aux voyantes : «Il y a des gens qui prétendent que la guerre leur a appris quelque chose ; ils sont tout de même moins avancés que moi, qui sais ce que me réserve l’année 1939».

Aujourd’hui, pondre la formule de Breton sur «l’acte surréaliste le plus simple» serait plus qu’odieux, ridicule, car la vision révoltée de Breton en 1929 a rejoint l’actualité de 2017. Ce n’est d’ailleurs plus une vision mais le reflet d’un miroir.

 Jean-Noël Cuénod

18:04 Publié dans Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : lasvegas, terroriste, stephenpaddock | |  Facebook | | |