26/08/2017

La politique est-elle une folie comme une autre ?

terrorisme,politique,psychiatrie,folieLorsque la politique ne sait pas par quel bout prendre un problème, elle se tourne souvent vers la psychiatrie. La lutte contre le terrorisme djihadiste vit actuellement cette phase. Ceux qui la mènent ont désormais « la folie en tête », même si nous sommes loin du Temps des Cerises. Il faut dire que folie et politique n’ont jamais cessé de s'entrecroiser. Pour le pire. Mais pas toujours (ci-contre, extrait du tableau de Jérôme Bosch, "La Nef des Fous").

A la suite de la série des attentats en Catalogne, en Finlande et à Marseille, le ministre français Gérard Collomb a déclaré le 21 août dernier que le gouvernement était en train de mener une réflexion pour « mobiliser l’ensemble des hôpitaux psychiatriques et des psychiatres libéraux de manière à essayer de parer à la menace terroriste. »  Ces propos ont valu au ministre d’Etat une volée de bois verts de la part des blouses blanches. Proposition irréaliste à leurs yeux, compte tenu des rigueurs du secret médical garant de la relation patient-soignant, base de tout traitement.

Et voilà le gros bon sens qui débarque : « Le secret médical, c’est de la dentelle pour Bobos, à sacrifier tout de suite lorsqu’il s’agit de sauver des vies humaines et de prévenir des actes terroristes. »

Le gros bon sens se fout le sabot dans l’œil (et ça fait mal !). Ni en France, ni en Suisse, ni en Allemagne, ni dans d’autres pays démocratiques le secret médical n’est absolu ; un psychiatre peut passer outre pour prévenir un danger imminent qui serait causé par un de ses patients radicalisés. Il s’agit donc de parer à une catastrophe sur le point de survenir et non pas de vider de sa substance le secret médical. D’ailleurs, on ne voit pas en quoi inonder la police et la justice de rapports médicaux sur les délires des patients serait efficace, sinon à noyer les enquêteurs sous un flot d’éléments non pertinents.

D’après le ministre Gérard Collomb, « à peu près un tiers » des suspects figurant au Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation « présentent des troubles psychologiques. » De quelle nature sont « ces troubles psychologiques » ? Sont-ils bénins ou graves ? S’agit-il de délirants ? De personnes souffrant d’une maladie mentale attestée comme telle par le corps médical ? Ou alors un vague mal-être ? Mystère et poudre de perlin-pin-pin. C’est un peu fou, non ? Sur BFMTV, le professeur Jean-Louis Senon précise que « toutes les études internationales montrent qu’il y a une très faible proportion de malades mentaux parmi les terroristes : entre 4% et 7% ».

Si le médecin traitant ne doit dénoncer son patient qu’en cas de passage imminent à l’acte terroriste, cela ne signifie pas que le psychiatre n’a pas son rôle à jouer dans la lutte contre le djihadisme. Mais alors en tant qu’expert, comme l’explique dans une interview parue dans Ouest-France (pour la lire entièrement cliquer ici), le docteur Gérard Lopez, psychiatre et expert judiciaire près la Cour d’Appel de Paris :

Détecter les fichés S ou les personnes interpellées qui passeront à l’acte, c’est possible. Pour cela, il faut construire un outil basé sur un panel (éventail en français-NdT) représentatif de sujets présumés djihadistes, dont certains sont passés à l’acte et d’autres pas. À partir de ces deux populations, il est possible de déterminer les critères qui différencient celui qui passera à l’acte de celui qui ne le fera pas, avec une marge d’erreur déterminée.

terrorisme,politique,psychiatrie,folie

(Ci-dessus, extrait du tableau de Jérôme Bosch, "La Nef des Fous")

La folie dans les grands moments de l’Histoire

Généralement, on distingue trois types de terroristes ; le premier : les soldats de Daech bien formé militairement ; le deuxième : les terroristes de la catégorie « amateurs » au comportement déséquilibrés et dont les actes sont revendiqués par Daech ; le troisième : les « esprits faibles », pour reprendre l’expression du ministre Collomb, qui, sans que leur acte soit l’objet d’une revendication terroriste, imite le mode opératoire des djihadistes (ce fut le cas de l’automobiliste qui a foncé sur la foule à Marseille le 21 août dernier, causant la mort d’une personne). Mais en réalité, la zone entre troubles psychiques ­– notion floue en elle-même – et les actes terroristes restera toujours embrumée. Car ne relève-t-elle pas de la folie, la démarche du soldat de Daech qui se fait exploser en tuant des inconnus dans l’espoir de rejoindre Allah et ses 72 vierges ? La même interrogation peut être servie, en changeant les termes, pour les SS, pour Hitler, voire pour les millions d’Allemands qui l’ont élu en 1933 et pour bien d’autres situations historiques. La folie est aussi pleine de ruse. Pour assouvir ses délires, elle use de la raison. Rien n’est plus rationnel que l’appareil d’extermination d’Auschwitz.

La folie n’a manqué aucun des grands moments de l’Histoire. Elle était présente à Rome lorsque Caligula a nommé sénateur son cheval ; à Paris, lorsque la Révolution française s’est embrasée dans la Terreur ; à Berlin, à Vienne, à Moscou, à Paris lorsque la mort d’un archiduc a provoqué le séisme de la Première Guerre mondiale. Et à lire les touittes de certain président américain, il apparaît que la folie galope aussi à Washington, à bride abattue (espérons pour la santé du monde que seule la bride le sera).

Entre la folie et la politique les relations ne sauraient n’être qu’ambiguës. En juin 1940, lorsqu’un inconnu – ex-sous-secrétaire d’Etat à la guerre qui venait d’être bombardé général de brigade à titre provisoire – a incarné à lui seul la France combattante, il a été aussitôt considéré comme un fou par la plupart des Français qui voyaient en Pétain le vieux sage de Verdun qui ferait des miracles. En quelques années, les rôles furent inversés. Le sage, c’était de Gaulle qui avait prévu que les Etats-Unis allaient entrer en guerre et que face à cette puissance industrielle, l’Allemagne ne pouvait que perdre. Le fou, c’était ce maréchal au cerveau rongé par le gâtisme. Vieux sage devenu vieux singe.

La folie, grain de sable du facteur humain

Si dans les dictatures la folie semble omniprésente, comme l’illustrent les délires de Staline durant les dernières années de son règne, il n’en demeure pas moins qu’elle loge aussi dans les palais démocratiques. Il faut quand même avoir un petit grain pour se sentir appelé à diriger des millions de compatriotes, non ? Le pouvoir rend-il fou ? Ou ne faut-il pas l’être pour s’en emparer ? La poule ou l’œuf ?

La folie et la politique n’ont jamais cessé de s’entrecroiser, disions-nous. Pour le pire, très souvent. Mais pas toujours. La folie, c’est aussi le facteur humain qui vient troubler la mécanique des rapports sociaux et économiques qui devrait guider l’Histoire avec une précision implacable, en faisant des femmes et des hommes de simples pions. La folie, c’est le grain de sable qui fait que l’humain n’est pas qu’un rouage et qu’il est présent à son Histoire.

Jean-Noël Cuénod

17:51 Publié dans Politique française, Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : terrorisme, politique, psychiatrie, folie | |  Facebook | | |

Commentaires

La folie commençait peut-être déjà dans les écritures. Comment expliquer cette promesse de 72 vierges dans un paradis hypothétique ? Est-ce pour mieux soupirer ici bas où il est interdit à ces belles de laisser dépasser un seul bout de leur peau ?
Je ne prends que cet exemple que vous relatez, mais il me semble que le premier fou d'entre les fous est Mahommet lui-même, voire Dieu, ou du moins ce qu'en disent ses fidèles. Car la bible propose aussi son lot de déclarations qui relèvent certainement de la psychiatrie.
Je me demande bien ce qu'entendait Malraux lorsqu'il parlait du XXIe siècle.

Écrit par : Pierre Jenni | 26/08/2017

La folie est veille comme le monde.
Le mystère de la folie est antérieur à l’avènement de la peur, antérieur à l’apparition de la lumière, antérieur à l’usage du verbe. En rembobinant la pellicule du film consacré à la genèse du mystère de la folie, on s’aperçoit que son amorce date de... la libération de l’énergie, qui coïncida avec l’émergence du temps, de l’espace et de la matière. En dernier ressort, le mystère de la folie plonge ses racines dans un soupir, quasi imperceptible, qui s’échappa de la brise originelle. Un soupir (un tout petit souffle de rien du tout) qui provoqua une légère brisure, une rupture infime de la symétrie. Or cette brisure, cette rupture de la symétrie, exercèrent une influence déterminante sur la suite des événements puisqu’elles déclenchèrent ni plus ni moins que... le big-bang.
Et le big-bang engendra la Folie, Celle qui est avant toutes choses, Celle qui est le commencement, – la Première-née de toute la création.

Dans leur Épître aux Humains, chapitre premier, les auteurs du Grand Livre de la Création (GraLiCr)** relatent l’épisode en ces termes:
“Au tréfonds du big-bang* se produisit comme un frémissement, une vibration; il en résulta une saveur inédite, que Dieu nomma la Folie”.
Dans un autre passage célèbre, le GraLiCr affirme que “Dieu a tellement aimé le monde qu’il lui a donné sa Fille unique, la Folie”.

Dieu et la folie, c'est une très vieille histoire.

Malheureusement, Dieu nous a créés à son image, c'est-à-dire fous.

* Contrairement à une idée répandue, le big-bang est nettement antérieur au Big Mac, qui est un pur produit de l’ère du micmac.

** • “Tout est consigné dans le Livre explicite” (Le Coran XI:6). • “Et cela fut écrit dans le Livre” (Esther 9:32). • “Je vais te faire connaître ce qui est écrit dans le Livre de la vérité” (Daniel 10:21). • “Consultez le Livre de l'Éternel et lisez!” (Ésaïe 34:16). • “Encore un peu de temps et (...) les sourds entendront les paroles du Livre” (Ésaïe 29:17-18).
Les livres connaissent parfois un sort étrange. Ainsi:
◊ (autodafé) “Le roi coupa le livre avec le canif du secrétaire et le jeta dans le feu du brasier, où il fut entièrement consumé” (Jérémie 36:23);
◊◊ (Dieu remédie) Après que le roi eut brûlé le livre, “La parole de l'Éternel fut adressée à Jérémie en ces mots, (...): «Prends de nouveau un autre livre et tu y écriras toutes les paroles qui étaient dans le premier livre qu'a brûlé Jojakim, roi de Juda»” (Jérémie 36:27-28; et le prophète s’exécuta, comme en témoigne Jérémie 36:32);
◊◊◊ “Ordre donné par Jérémie, le prophète, à Seraja [premier chambellan] (...) lorsque celui-ci se rendit à Babylone avec Sédécias, roi de Juda” (Jérémie 51:59): “Et quand tu auras achevé la lecture de ce livre, tu y attacheras une pierre et tu le jetteras dans l'Euphrate” (Jérémie 51:63). Le résultat des fouilles archéologiques entreprises dans le fleuve, même si celles-ci n’ont pas permis de retrouver le livre, donne à penser que Seraja s’est consciencieusement acquitté de sa tâche puisqu’une pierre présentant toutes les caractéristiques requises a pu être remontée à la surface. Quelques mauvais perdants ont bien essayé de prétendre que cette pierre avait été lancée à l’eau juste avant le début des recherches mais leur objection n’a pas fait le poids face à l’autorité des Écritures.

Écrit par : Mario Jelmini | 26/08/2017

" le ministre français Gérard Collomb a déclaré le 21 août dernier que le gouvernement était en train de mener une réflexion pour « mobiliser l’ensemble des hôpitaux psychiatriques et des psychiatres"

Un seul suffit pour ce gouvernement!

Écrit par : Patoucha | 26/08/2017

“C’est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous” («Elogie de la folie», Erasme de Rotterdam,1467-1536).

Écrit par : Mario le fou | 26/08/2017

Présentant une Etude sur une patiente Pierre Janet, philosophe et psychothérapeute un peu précurseur de Freud recommandait à ses lecteurs de lire avec respect le récit de la situation de cette patiente car, précisait-il, cette femme, surnommée Marie-Madeleine, dans le monde dérangeait donc passait pour être "dérangée", certes, mais dans une communauté religieuse aurait au contraire été appréciée voire vénérée.

La psychiatrie traitant des jeunes djihadistes avec potentiel terroriste ne partira pas forcément du vécu, dès la grossesse de la mère, du travail et de l'accouchement avec l'ensembles des complications, longueur du travail, difficulté pour la naissance puis des heures suivant l'accouchement (voir travaux Leboyer).

Sans oublier qu'une mère névrosée peut transmettre directement sa maladie au fœtus qui risque de naître lui-même névrosé.

Petite enfance jusqu'à six ans?
Scolarité, relationnel?

L'Eglise, aux jeune ou personnes non invitées ou bienvenues était porte ouverte.

Porte ouverte à laquelle désormais se substitue celle du djihadisme qui invite les jeunes en faisant appel précisément à leur affectivité et sens moral.

Ne va-t-on pas chercher partout sauf au plus près, au plus proche... les raisons du terrorisme?

Sans aborder en ces lignes, bien sûr, l'ensemble des autres causes du terrorisme.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 27/08/2017

Lorsqu'il faudrait aborder la psychiatrie n'est-ce pas quand des peuples amis, sur décision de quelques dirigeants, acceptent de devenir des ennemis alors qu'ils s'entendaient bien en acceptant désormais les massacres, tueries, horreur sang et larmes à venir?
Mutilés à vie.
Ruines.

A quand un changement des mentalités qui porterait les peuples à demander aux dirigeants qui veulent se déclarer la guerre de bien vouloir, catch, boxe, escrime, etc. se battre entre eux!?

Écrit par : MB | 29/08/2017

"A quand un changement des mentalités qui porterait les peuples à demander aux dirigeants qui veulent se déclarer la guerre de bien vouloir, catch, boxe, escrime, etc. se battre entre eux!?" (MB scripsit).
Excellente idée (comme toutes les idées de Myriam Belakovsky) !
Je serais curieux d'assister à un match de boxe entre Mme Merkel et Erdogan...

Écrit par : Mario Jelmini | 29/08/2017

Mario Jelmini: "Je serais curieux d'assister à un match de boxe entre Mme Merkel et Erdogan..."

Et moi entre MB et MJ... :)))))))))))

Écrit par : Patoucha | 30/08/2017

Pour un match entre Mme Merkel et Erdogan?

Les faire jouer aux... échecs!?

Écrit par : MB | 30/08/2017

Pour un match entre Mme Merkel et Erdogan?

Les faire jouer aux... échecs!?

Écrit par : MB | 30/08/2017

En d'autres temps les médecins chinois étaient payés que lorsque le malade guérissait. Il avait l'obligation de chercher, s'instruire, allez à l'information etc.

Dans le cas présent, le Ministre de l'intérieur n'anticipe rien. Il aurait dû s'informer sur la dangerosité du coran et autres écrits criminels. La charia c'est la haine, c'est le racisme pur et dur, l'islam tel qu'il est actuellement enseigné, est pire que le nazisme et le changement climatique.

Colomb doit faire son entrée en hôpital psychiatrique ou en prison comme tous les responsables de l'islamisation et des centaines de victimes des terroristes musulmans se battant pour l'islam et la charia avec pour feuille de route le coran et les imams pour les illétrés.

Ils pourraient en profiter pour s'instruire, s'informer en lisant le coran par ordre chronologique écrit par Sami Aldeeb ou, au minimum aller sur son blog:

http://www.blog.sami-aldeeb.com/

Ou encore chez Mireille Vallette blog ou j'ai décidé de ne plus commenter:

http://boulevarddelislamisme.blog.tdg.ch/

Pendant que nous discutons du sexe des anges, l'islam avance avec la bénédiction des croyants et du vatican ou Bergoglio grand traître des croyants, tient à sauver son soldat dieu au service des royautés et ce, depuis les Pharaons.

Si le coran et l'islam rendent fous les esprits faibles au point d'en générer des terroristes et autres coupes gorges, alors il faut l'interdire. C'est cela anticiper.

Écrit par : Pierre NOËL | 01/09/2017

Nous avons un Président "jupitérien, en voilà la définition:

"" Un président "jupitérien" serait donc un chef de l'État qui tient de Jupiter -le dieu romain qui gouverne la terre, le ciel et tous les autres dieux- et "en a le caractère impérieux, dominateur", précise le Larousse.

"Jupiter, dans la mythologie, ce n'est pas un simple dieu, c'est le roi des dieux et protecteur de la cité, au sens de l'ensemble des citoyens, en l'occurrence, pour nous, la République", remarque pour BFMTV.com Marie Treps, sémiologue.""

Depuis, le neuneu a perdu plus de 15% d'opinion. Comme Hollandouille, il se ballade, fait des vidéos, rencontre les plus grands que lui, fait le coq en pâte, fait payer les retraités des classes moyennes pour augmenter les actifs qui ne bossent que 35 voire 32 heures la semaine etc.

Pendant ce temps, sa grand-mère de femme joue la première grand-mère de France montrant ses dents la bouche fermée.

Un député LREM arabo-musulman d'origine marocaine frappe un député socialiste à coups de casques le blessant grièvement. Notre islamisation intégration se porte à merveille, il y a de plus en plus d'esclaves et de soldates islamiques en-chiffonnées pour X raisons plus débiles les unes que les autres, tout va bien dans la folie islamique.

http://www.rtl.fr/actu/politique/altercation-entre-boris-faure-et-m-jid-el-guerrab-qui-sont-les-deux-protagonistes-7789922070

La lapidation de Satan vénérée autant que la lapidation des femmes par les croyants musulmans, voir le site pourri de Oumma:

https://youtu.be/sf5AVR6-hFY

Ne parlons pas des centaines de milliers de moutons égorgés devant des gamins qui pour l'occasion aident leurs idiots de parents dans ce massacre. Belle éducation pour plus tard dans leurs folies meurtrères contre les mécréants.

La Suisse, la France et l'Europe de demain:

http://blog.sami-aldeeb.com/images/2017/08/bildschirmfoto-2017-08-22-um-141.jpg

la politique peut rendre fou, la religion confirme la folie des créationnistes et autres détraqués du sexe au vatican et ses filiales. Il y en a également chez les protestants.

Les messages ou fables des croyances ont permis à Hitler, Mussolini, et à des millions d'Allemands et d'Italiens de massacrer des innocents au nom de leur dieu raciste, antisémite aidés par leur concept nazi allant avec.

Aujourd'hui, c'est l'islam avec pour concept mortifère la charia et la croyance au coran et mahomet le pédosanguinaire tant adoré. C'est de la folie.......

La citrouille nord coréenne qui a fait ses études en Suisse est devenu -un- dieu communiste, il est du même type que Hitler et mahomet ou staline, ou encore Polpote, Mao et bien d'autres. La folie meurtrière pour des nouveaux conflits est en route, c'est l'assurance que l'héritage pour les gamins se fera lui aussi dans la folie meurtrière.

Enfin, les énarques et autres diplômés des écoles de la médiocrité en sont à - des trillions de dollars de dettes, incapables de faire une addition avec retour sur investissement, mais ils sont à la pointe pour les divisions et les soustractions afin de plumer le peuple. Ils sont fous à lier mais se pensent ou se croaent du verbe croasser, intelligents, c'est de la pure folie.

Ou s'arrêtera cette folie? A moins qu'il nous faille les arrêter nous-même et les jeter en prison dans l'attente du verdict populaire ?

Écrit par : Pierre NOËL | 02/09/2017

Les commentaires sont fermés.