19/08/2017

Tarir la source du terrorisme

Source tarie, 2005, 24x32 cm, gouache.jpg

Légende: Gouache de Bernard Thomas-Roudeix intitulée "Source tarie" (2005-24x32-cm) A visiter le site de l'artiste: http://thomas-roudeix.com

Les attentats de Barcelone et de Cambrils le démontrent une fois de plus. Les répliques juridiques, policières et militaires ne juguleront pas le terrorisme à elles seules. Vaincu militairement, Daech devient en Europe encore plus virulent qu’auparavant. Les policiers en Europe déjouent régulièrement des attentats, démontrant ainsi les impressionnants progrès qu’ils ont accomplis en quelques années. Mais, phénomène traditionnel, le criminel s’adapte plus vite que ses poursuivants. Celui qui prend l’initiative a forcément un coup d’avance. Quant à voter des lois toujours plus répressives, celles-ci affectent la liberté des honnêtes gens sans gêner le moins du monde les terroristes. Au contraire, les entorses à la démocratie et à l’Etat de droit ne font que donner des arguments supplémentaires à leur propagande.

« Il ne peut y avoir aucune explication qui vaille. Car expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser ». Cette déclaration de l’alors premier ministre Manuel Valls après l’attentat contre l’Hyper Casher le 9 janvier 2015 reflète bien l’aveuglement volontaire des dirigeants politiques qui a permis, et permet encore, au terrorisme de prospérer. Expliquer ce n’est pas excuser, c’est comprendre. Et comprendre, c’est agir avec discernement. « Qui ne réfléchit pas et méprise l’ennemi sera vaincu », écrivait le grand stratège chinois Sun-Tzu.

C’est sur le plan idéologique que le combat principal doit être porté, afin de priver de troupes fraîches Daech, Al qaïda et les autres. Les attentats de type « kamikaze » auxquels se livrent les islamoterroristes sont très gourmands en hommes ; de plus, Daech a perdu un nombre considérable de ses combattants en Syrie et en Iraq ; enfin, les progrès dans les traques policières ont éclairci les rangs. Dans un tel contexte, trouver de nouveaux adeptes est une question de survie pour le salafisme qui irrigue les groupes djihadistes. Le jeune âge (17 et 18 ans) de deux des terroristes abattus lors de l’attentat de Cambrils en est une illustration. Peu importent les morts et les arrestations, tant que la source idéologique est vive, le terrorisme persiste. Et il s’éteint dès qu’elle est tarie.

Le terrorisme et ses multiples visages

Si le constat est simple à énoncer, passer à l’étape supérieure en portant concrètement la lutte antiterroriste sur le plan idéologique est tout sauf aisé, car cette lutte va aussi bouleverser nos habitudes et nos certitudes. Pour nous rassurer, ne serait-ce que sur nous-mêmes, nous formons de l’ennemi une image la plus éloignée possible de la nôtre. Nous dressons un portrait-robot fantasmatique du djihadiste-type afin de l’enfermer dans des catégories bien précises. Or, il n’existe aucun djihadiste-type. Les terroristes proviennent de tous les milieux, favorisés, défavorisés, immigrés, Européens dits « de souche » ; ils sont chômeurs, travailleurs, cadres, hors système scolaire, étudiants brillants, illettrés, étrangers, autochtones.

En stigmatisant les étrangers, en rejetant les immigrés, l’extrême-droite rend aux terroristes le plus signalé des services, car la plupart d’entre eux passent sous ces radars obsolètes. Mais comme évoqué lors du blogue précédent, ce n’est pas le seul domaine où l’alliance objective entre l’extrême-droite blanche et l’islamofascisme exerce ses ravages.

Accepter le fait que le djihadiste-type n’existe pas constitue le premier pas à accomplir dans le combat idéologique. Ce n’est pas forcément l’étape la plus aisée à franchir, tant nous restons accrochés à nos réconfortants préjugés. La pensée stéréotypée est tellement diffusée par les médias et confortée par les réseaux sociaux qu’il est douloureux de s’en débarrasser.

MiXetRemix.jpg

Légende: Le regretté Mix&Remix, toujours aussi pertinent dans son impertinence

Terrorisme et séduction

L’autre étape, malaisée à conduire elle aussi, consiste à se poser cette scandaleuse question : en quoi l’idéologie islamiste ou salafiste est-elle séduisante ? Elle paraît, en effet, scandaleuse cette question, puisque le salafisme prône le retour au mode de vie qui était celui du prophète Mohammed et de ses compagnons (soit un recul de quatorze siècles) et à leurs valeurs moyenâgeuses, telles la réduction du statut de la femme au rang de mineure, l’intolérance religieuse poussée au délire, la liberté individuelle sacrifiée. A première vue, tout est repoussant et rien n’est séduisant dans ce programme.

Or, c’est le fait que nous sommes repoussés par cette idéologie qui peut séduire les candidats au djihad. La remise en question des valeurs apprises à l’école et au sein de la famille étant un passage obligé de l’adolescence, s’inscrire dans ce qui en paraît le plus éloigné a de quoi satisfaire la passion juvénile de l’engagement. En outre, le salafisme offre un cadre rigide à des jeunes qui, quel que soit leur milieu d’origine, ont souvent manqué de repères. Le cadre rigide calme les angoisses, canalise les énergies, simplifie l’existence. Le stalinisme et le nazisme ont exploité ce potentiel bien avant Daech et ses succédanés.

Lorsqu’une société offre à sa jeunesse la réjouissante perspective d’être un esclave ubérisé et l’enthousiasmante idéologie du cynisme politico-financier, il n’est guère étonnant de voir ce qui apparaît comme son opposé devenir séduisant. Un dieu vengeur et sanguinaire est ainsi perçu comme le glorieux contradicteur de l’argent-roi et de sa cour en costumes trois-pièces.

 Plus le néophyte est ignorant de l’islam dans toute sa diversité, ses transformations, ses développements historiques, ses subtilités théologiques, ses contradictions, plus sera puissante la séduction qui s’exercera sur lui. Nul besoin d’effort intellectuel. Obéir suffit. Comme l’effort intellectuel est de moins en moins supporté, voilà un argument de séduction supplémentaire.

Terrorisme et société médiamercantile

Le développement du djihadisme, notamment chez les jeunes, est donc aussi le produit de notre société médiamercantile, basée sur l’hypercapitalisme financier et ses métastases médiatiques. En luttant contre l’islamoterrorisme, on ne saurait faire l’économie de la remise en question de cette société, dans la mesure où elle porte en elle les germes de la séduction djihadiste. Développer une pensée cohérente qui lui offre une alternative crédible constitue donc un acte politique et idéologique de première importance.

 Dans ce domaine, tout est à reconstruire sur les ruines du stalinisme et de la social-démocratie. Cela prendra du temps. Beaucoup de temps. Mais sans cette remise en cause fondamentale de la société médiamercantile, la victoire contre le terrorisme ne sera jamais assurée.

Pour l’instant, il s’agit de parer au plus pressé afin que le terrorisme fasse le moins de dégâts possibles. Dans cette optique, le renforcement des moyens octroyés aux forces de police, aux services de renseignements et l’amélioration des coordinations interne et internationale restent indispensables. Mais il faut aussi agir, ici et maintenant, sur le plan politique. Non pas en renforçant un arsenal juridique qui est suffisamment fourni, mais en faisant respecter partout les principes de la laïcité afin d’établir en pleine clarté les limites entre l’Etat et les communautés religieuses. Dans la plupart des pays européens qui ne connaissent pas la laïcité, cette frontière reste floue. Même en France ou en Suisse dans les cantons de Genève et Neuchâtel, la laïcité est trop souvent incomprise et donne lieu à des malentendus qui ne manquent pas d’être exploités par ses adversaires.

Serons-nous capables de relever tous ces défis ? Nous sommes désormais face à l’Histoire. Et surtout face à nous-mêmes.

Jean-Noël Cuénod

16:20 Publié dans Laïcité, Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | | |

Commentaires

Vous pouvez m'en citer beaucoup des "Européens dits « de souche »" qui ont commis des attentats au nom du djihad ?

Écrit par : C.Martel | 19/08/2017

Certes l'Etat islamique, réel noyau dur et source organisatrice et commanditaire de nombreux attentats terroristes de ces dernières années en Occident, a perdu de son importance physique et de son influence depuis les victoires enregistrées ces derniers mois contre lui au Moyen Orient. Mais il subsiste toujours une idéologie déviante inspirée de l'islam, il existe toujours quelques cheiks ou califes auto-proclamés maîtres de territoires ou de spiritualités et des (dizaines de) milliers d'adeptes, (futurs) soldats d'un jour au service de la conquête islamique, exercée à l'encontre de l'Occident, de la chrétienté, des Etats coalisés contre Daesh et de leur population et des peuples joyeux et festifs que nous sommes. Ce qui est plus grave, c'est que derrière cette machine de guerre se trouvent des mouvements, des Etats et des idéologues prônant le wahabisme et le salafisme de l'islam sunnite, en Orient, au Proche Orient, dans les pays du Maghreb, en Europe et ailleurs. Et ce sont eux qui "tirent les ficelles" et réussissent à convaincre les soldats de Dieu de passer à l'action, respectant la franchise proposée, comme l'on fait les auteurs des derniers attentats de Barcelone et de Cambrils. C'est contre eux et leur influence que les Etats concernés devraient réellement donner leurs efforts principaux.

Écrit par : Gilles Bourquin | 19/08/2017

Il faut construire un républicanisme mystique, cela ne prend pas tant de temps, il suffit de mettre à la corbeille les poètes de tendance marxiste qui n'ont pas bâti d'images grandioses au-delà du matérialisme historique et de reprendre la lecture des poèmes à la fois républicains et mythologiques de Victor Hugo, tel La Fin de Satan, ou ceux qu'André Breton a faits en reprenant les figures de Hugo, notamment l'ange de la liberté. Il est un peu évident que face à l'imaginaire bourgeois et agnostique des républicains traditionnels on peut être tenté par les figures plus grandioses du Coran. Victor Hugo en a donné d'emblée le remède, mais les républicains n'osent pas, ils croient pouvoir combler avec du riz sans sel.

Écrit par : Rémi Mogenet | 19/08/2017

" Non pas en renforçant un arsenal juridique qui est suffisamment fourni, mais en faisant respecter partout les principes de la laïcité afin d’établir en pleine clarté les limites entre l’Etat et les communautés religieuses. "
Bien sûr qu'il faut faire respecter partout les principes de la laïcité, mais l'arsenal juridique doit encore être renforcé.
La récente peine légère prononcée par le TPF de Bellinzone, à l'encontre de cet agent de sécurité qui a recruté des jeunes pour les envoyer en Syrie, ainsi que la peine encourue par cet imam éthiopien de la mosquée Al-Nour de Winterthour qui prônait l'assassinat de musulmans non-pratiquants, sont éloquents à cet égard. Dans ces deux cas, les sanctions doivent être exemplaires !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 20/08/2017

Les limites entre l'Etat et la religion sont floues aussi parce que l'Etat notamment en France subventionne la psychanalyse, qui ramène les images religieuses à la vie physique. Or les religieux eux pensent que les fantasmes physiques renvoient au désir de la divinité, et on ne subventionne pas les études qui vont dans ce sens, c'est arbitraire.

Écrit par : Rémi Mogenet | 20/08/2017

Au ressenti d'une personne la gouache présentée peut représenter une forme de fétichisme consistant à faire disparaître le partenaire sous un nuage de laine tricotée sur la personne domination/soumission: laine douce ou rêche: "Serrez ma haire avec ma discipline!" sadomasochisme... bien de notre temps

Mais laine signale également soufisme.

Le Dieu vengeur pour nous en chrétienté n'existe plus et "Dieu est amour" si nous recherchions de l'idéal par lumière paix joie "Les enfants de l'amour étant des amours d'enfants!" nous pourrions évoluer, certes, mais tant qu'il n'y aura plus que finance et puissants au pouvoir au détriment de l'éthique comme du respect d'autrui on ne voit guère comment.

Pour votre article, magnifique, rien à "commenter" sinon complimenter ce qui n'apportera aucun allègement aux souffrances contemporaines, hélas.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 20/08/2017

P.S. L'amour, essence de l'être, n'a rien à voir avec les bondieuserie bigotes et le problème se situe lorsqu'è l'amour, insaisissable (sans quoi l'amour ne l'est plus) se substituent rapacité, cupidité, hypocrisie, vanité: surface., apparence "gratifiante" avantageuse.

Appris ces derniers jours qu'hypocrite vient d'un mot grec qui signifie comédien... pas du tout ou pas forcément le moins du monde péjoratif.

Molière, par exemple, comédien, auteur du Tartufe était un "hypocrite"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 20/08/2017

Seriez-vous devenu aveugle Jean-Noël Cuenod, avec tout le respect que je vous dois?

""Le développement du djihadisme, notamment chez les jeunes, est donc aussi le produit de notre société médiamercantile, basée sur l’hypercapitalisme financier et ses métastases médiatiques.""

Ce n'est pas que cela:

""Plus le néophyte est ignorant de l’islam dans toute sa diversité, ses transformations, ses développements historiques, ses subtilités théologiques, ses contradictions, plus sera puissante la séduction qui s’exercera sur lui.""

Pourquoi ne pas évoquer la coran? L'histoire de l'islam c'est le mauvais copié collé du judaïsme et du christianisme qui plus est, la pratique de la taqiyya les poussent à faire croire que le jésus était musulman. Ne parlons pas de l'abêtissement spirituel sans fond ni fondement sinon ça se saurait.

La source du terrorisme, c'est la coran avec des interprétations en fonction des courants religieux et politiques. L'université Al Azar et la ligue Arabe sont responsables de la situation au même titre que les journalistes et politiciens pour leur ignorance sur le coran et l'islam en général.

Nous pouvons ajouter le vatican et les églises réformées, qui, pour sauver les croyances les fables religieuses et les royautés poussent au mensonge sur le concept mortifère, afin de sauver le soldat dieu.

Quant au libéralisme ou capitalisme sauvage de l'ancien monde de l'ère industrielle, certes, il a sa part de responsabilité puisque l'objectif est de porter atteinte au système social et avoir des salariés à bas coût.

Des centaines de millions de musulmans croyants sont en conquête en pratiquant le mensonge, la dissimulation, la source c'est le CORAN

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1080865955289884&set=a.413332572043229.85404.100000994686427&type=3

Elle dit exactement les choses qu'importe ou elle a sa carte, ce n'est pas une facho.

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2017/08/06/clash-a-lan-408-emmanuelle-menard-fait-hurler-la-majorite-en-disant-la-verite-qui-blesse/#.WYjhUw8tU8U.facebook

Écrit par : Pierre NOËL | 20/08/2017

Pierre NOEL

vous-même blessez énormément en ne nuançant rien ainsi qu'en recommençant toujours avec les mêmes imprécations.

Confrontés à l'islam...qui prend encore la peine de connaître le judaïsme qui fut celui de Jésus fils de Miryam?

A commencer par l'énorme mensonge consistant à confondre les pharisiens avec les sadducéens.

Les seconds, la caste sacerdotale, étaient corrompus.
Non les premiers. Les pharisiens étaient grandement aimés du peuple.

Qui, au long des siècles a fait du mot "hypocrite" le synonyme de "pharisien"?

On ne peut que vous recommander la lecture suivie, avec attention de Jésus Jacques Duquesne Flammarion

ainsi que l'Evangile essénien de Jésus par Bordeaux.Szekély (orthographe du second nom à vérifier.

Imaginons, confrontés à l'islam, que, contrairement aux dénis, la protection divine existe mais qu'elle ne puisse intervenir qu'en cas d'authenticité, de bonne foi et de bonne volonté...?!

Écrit par : MB | 21/08/2017

Il faut ressuciter l'art naïf et rétablir e matriarcat

Écrit par : Frederis Ettenein | 08/09/2017

Bonsoir Monsieur Cuénod

Je trouve qu'il faudrait parler avec eux... car reculer de 14 siècles d'accord...mais sans les portables, sans les voitures, sans les armes...sans l'électricité...

Et sans électricité, pas d'internet, pas de téléphones, pas de liaisons.

Autrement dit, quelques personnes voudraient diriger un monde de quelques milliards d'êtres humains sans liaisons...

Je me demande si ça tient debout :-))

Qui va être d'accord ?

Écrit par : absolom | 08/09/2017

" A première vue, tout est repoussant et rien n’est séduisant dans ce programme."

Pour vous, pas pour eux! Ils le font au nom d'Allah! C'est le lavage de cerveau qu'ils subissent des imams et autre prêcheurs. Intéressez-vous un peu aux vidéos dont rien ne nous est épargné sur la manière que ces vendeurs de la mort s'y prennent!

"Non pas en renforçant... mais en faisant respecter partout les principes de la laïcité afin d’établir en pleine clarté les limites entre l’Etat et les communautés religieuses."

«Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère Sud pour aller dans l’hémisphère Nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire.» Houari Boumediene (dans son discours à l’ONU en 1974)

Le Premier ministre turc Tayyip Erdogan, a répété en public les mots d’un poème turc, écrit en 1912 par le poète nationaliste Ziya Gökalp : “Les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats”.

L’Archevêque émérite de Smyrne, Giuseppe Germano Bernardini, raconte une conversation qu’il a eue avec un leader musulman(T.Erdogan) : “Grâce à vos lois démocratiques, nous vous envahirons. Grâce à nos lois religieuses, nous vous dominerons”.

Plus clair on meurt!

Le problème vient des politiques qui pensent comme vous JNC!

"Après Dossier Tabou, j'ai vu des tweets appelant à m'assassiner !"

Bernard de La Villardière répond à ses détracteurs dans un long message publié sur Facebook, concernant son reportage: "L'islan en France": la République en échec! Extrait

«Cette fausse polémique m’a évidemment atteint car elle révèle le mal profond dont souffre la presse française» avait-il notamment écrit le 6 octobre.

«J’aurais aimé qu’elle commente plutôt ce que nous avons contribué à révéler à travers ce premier numéro de Dossier Tabou : l’incapacité des autorités publiques – au niveau national et local – à encourager voire organiser un islam conforme aux valeurs de la République.»

Il avait également épinglé le directeur adjoint de la rédaction de L’Express.fr, Eric Mettout. «Il demande de pisser de la copie à longueur de journée à des journalistes bien planqués derrière leur ordinateur et qui ne connaissent pas grand-chose du monde qui les entoure, avait-il critiqué. Il en fait des snipers pour régler ses comptes avec la vie et ses fantasmes fracassés par la dure réalité.»

Même son de cloche auprès de nos confrères du magazine Society. «L’Express est devenu un journal bobo con, avec cette idéologie bobo de merde que je déteste de plus en plus» a-t-il déclaré.«Bobo, c’est l’idéologie multiculturaliste à la con. Tout va bien dans le meilleur des mondes, etc. C’était sympa dans les années 70. Mais là, c’est juste con.»

http://gaelle.hautetfort.com/archive/2016/11/27/bernard-de-la-villardiere-denonce-l-ideologie-multiculturali-5879704.html

ou encore:
http://www.europe-israel.org/2016/11/le-conseil-de-leurope-recommande-a-la-presse-britannique-de-ne-pas-dire-que-les-terroristes-sont-musulmans/

Pour combattre son adversaire, il faut bien le connaître!

"la laïcité est trop souvent incomprise..."

Il faudrait l'expliquer de nouveau aux juges.....

Écrit par : Patoucha | 09/09/2017

Les commentaires sont fermés.