10/08/2017

Pierre Maudet, double nationalité et monomanie blochérienne

kSqcQujR_400x400.png

« Paris vaut bien une messe » disait Henri IV en abjurant la foi protestante pour devenir Roi de France. « Berne vaut bien le dépôt d’un passeport français » semble se dire Pierre Maudet[1], l’un des candidats du Parti libéral-radical au Conseil fédéral (gouvernement). Pour désamorcer la ridicule polémique engagée par l’extrême-droite blochérienne (UDC) qui lui reproche sa double nationalité franco-suisse, il s’est déclaré prêt à déposer son passeport français. (Photomontage Jean-Noël Cuénod)

Rappelons l’argument-matraque avancé par la section genevoise de l’UDC : s’il était élu au gouvernement fédéral, Pierre Maudet pourrait devenir «un mercenaire français»[2]. On peut fort bien servir les intérêts d’un pays tiers sans en posséder la nationalité. D’ailleurs, les merce­naires suisses au service de la France n’étaient pas… Français ! La servilité n’est pas affaire de passeport mais de mentalité. Et rien dans le parcours politique de Pierre Maudet ne permet aux blochériens d’évoquer une quelconque tendance au mercenariat.

Le Suisse James Fazy nommé préfet français

0001222691_0000281594_OG.JPGQuelques petits rappels historiques s’imposent dans ce contexte. Le fondateur de la Genève moderne, James Fazy (portrait), a tenu un rôle important dans la politique française, lors de la Révolution de 1830. Il a notamment collaboré à la rédaction des ordonnances sur la liberté de la presse auprès de Thiers. Cet éminent genevois avait même été nommé préfet de l’Isère, poste qu’il refusa pour se consacrer en toute indépendance au journalisme politique à Paris. Après son retour dans sa Genève natale, il est devenu l’une des grandes figures de l’Histoire suisse. Peut-on soutenir une microseconde qu’il fut un « mercenaire français »?

Le Suisse Louis-Napoléon Bonaparte, empereur des Français

Dans l’autre sens, son passeport à croix-blanche et son grade de capitaine artilleur de l’armée07NapolonentreFetCH.jpg suisse n’ont pas empêché le Thurgovien Louis-Napoléon Bonaparte, devenu Napoléon III, de régner sur la France pendant 22 ans. (Caricature de l'époque illustrant le futur empereur en train d'hésiter entre la France et la Suisse)

Une fois de plus, l’extrême droite cherche à engager de faux débats en s’attaquant à son adversaire, non pas sur le terrain de sa politique, mais en lui faisant un procès d’intention sur la seule base de sa double nationalité. Lorsqu’on lui désigne la lune, le blochérien ne regarde que le doigt ; pour jauger la politique d’un candidat, il se concentre sur ses papiers d’identité. Les blochériens ont coulé sur la politique suisse une chape d’obscurantisme qu’il devient urgent de détruire, non seulement pour éviter l’asphyxie intellectuelle mais aussi pour renouer avec le véritable esprit helvétique fait d’ouverture, de pondération et de générosité.

Jean-Noël Cuénod

 [1] A l’intention des non-Suisses : Pierre Maudet est conseiller d’Etat (ministre au niveau cantonal) de la République et canton de Genève. Avec d’autres candidats de son Parti libéral-radical, il brigue un poste laissé vacant au gouvernement fédéral. Le président de la Confédération en est l’un des membres. Il change chaque année.

[2] A noter que l’UDC ne veut pas non plus de la candidate libérale-radicale vaudoise Jacqueline de Quattro qui possède la double nationalité suisse et italienne.

10:40 Publié dans Politique suisse | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook | | |

Commentaires

Bonjour
Je voulais t'envoyer ce petit article car je pense que ça te fera plaisir
Bonne journée

Écrit par : osnybully74@hotmail.ch | 10/08/2017

Si l'UDC est un parti d'extrême-droite, qu'étaient donc les nazis et les fascistes ? Des partis d'extrême-gauche ? Ou alors l'UDC aurait éliminé six millions de musulmans et je ne m'en serais pas aperçu ?

Écrit par : Géo | 10/08/2017

"Si l'UDC est un parti d'extrême-droite, qu'étaient donc les nazis et les fascistes ?"

L'UDC est un parti d'extrême-droite raté, peuplé de ratés, élu par des ratés. La NSDAP et le PNF étaient des partis d'extrême-droite bien organisés, dirigés par des individus raisonnablement compétents, et qui connurent un succès réel pendant quelques années.

Écrit par : Réponse | 10/08/2017

Il y a un jour Geo où il vous faudra ouvrir votre dictionnaire (ou Wikipedia) et regarder les définitions du fascisme ainsi que de l’extrême droite pour y découvrir que vos propos, ceux de la «fachosphère » et même ceux des militants et autres leaders UDC les plus virulents correspondent en tout point (même dans le refus de l’assumer) à ces description.

Ne vous en déplaise……

Écrit par : Vincent | 10/08/2017

Vos réponses sont très éclairantes...sur vous-mêmes et vos manques d'arguments et de connaissances.

Écrit par : Géo | 10/08/2017

Monsieur Cuenod, une telle approche binaire rédigée dans l'acrimonie: " n'êtes que blochériens, des extrêmes-droitistes, si vous n'êtes pas europhiles"?

n'est-ce que provocation, ou l'expression d'un esprit hors des réalités genevoises?

Pourquoi niez-vous la position d'une majorité de confédéraux face à la non-application de la votation de février 2014?

Pourquoi Le poète JN Cuénod se fout-il ici des suisses -minoritaires dans le canton de Genève, et les refourgue au rang d'extrémistes?

Pas beau tout ça.

Écrit par : divergente | 10/08/2017

Je reproche à Pierre Maudet de vouloir nous embarquer dans l'UE!

Les mauvaise idées politiques ne sont pas suisses.......

Pourquoi la gauche désigne-t-elle toujours ceux qui défendent leur identité nationale "d'extrême-droite", alors qu'elle fait bien plus de dégâts ? L'exemple de l'élection de Macron en dit long!
La France n'est pas prête de se lever avec ce président et son gouvernement de novices!

Écrit par : Patoucha | 10/08/2017

En s'occupant moins d'étiquettes de partis?

Voulons-nous entrer dans l'UE?

Tenons-nous par-dessus tout à notre indépendance ainsi qu'à notre neutralité?

A la fin de la Seconde guerre mondiale en Suisse on disait aux écoliers qu'ils étaient des enfants suisses et des enfants européens parce qu'habitant le continent.

Avec impartialité: les citoyens de l'Hexagone en leur ensemble sont-ils heureux?

En soulevant le voile de la réussite indiscutable allemande combien de malheureux totalement précarisés?
Sous-emplois, sous-salaires?

A combien se monte la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/08/2017

La pertinence de vos arguments et la profondeur de votre réponse m’ont littéralement chaviré Géo ; vous avez raison c’est moi qui ne comprends rien alors que vous, vous n’êtes absolument pas dans le déni.

Écrit par : Vincent | 11/08/2017

A propos du ressenti des double nationaux, juste imaginer un instant:

une personne est double nationale Italie et Suisse, d'origine italienne.
L'Italie entrerait en guerre contre la Suisse: cette personne serait-elle viscéralement pro Suisse ou viscéralement pro Italie

que ressentirait-elle?

La question n'est pas que cela ne peut arriver, on parle... ressenti sans ignorer que pour nombre de détenteurs du permis suisse il s'agit d'un moyen non d'un but:

à la retraite, on rentrera "au pays"!

sans ignorer le fait qu'à la retraite pas mal de suisses partent s'établir ailleurs qu'en Suisse!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/08/2017

"sans ignorer le fait qu'à la retraite pas mal de suisses partent s'établir ailleurs qu'en Suisse!"
Normal, tant qu'à vivre au milieu d'étrangers (à Genève plus de 50% d'étrangers et dans certains quartiers encore bien davantage), autant vivre à l'étranger et choisir ses voisins. A l'exemple de Monsieur Jean-Noël Cuénod.

Écrit par : Daniel | 11/08/2017

La double nationalité est-elle qu'une question "blochérienne" ?
Une fois de plus votre article cherche à culpabiliser les gens qui ne sont pas d'accord avec vous.
Ce sont des affreux personnages d'extrêmes droites, des nationalistes primaires et insultes suprêmes des "blochériens".
Les gens ont le droit de penser ce qu'ils veulent, sans qu'un journaliste qui se prétend ouvert d'esprit leurs fasse la "leçon" en les dénigrants.
Quand à vos comparaisons à ce qui s’est fait dans les siècles passés, franchement c’est de la malhonnêteté intellectuelle. Comme dit le proverbe « Comparaison n’est pas raison ».

Quant à M. Pierre Maudet, il a deux passeports.
Grand bien lui fasse.
Si Monsieur Maudet est élu au conseil fédéral, il rendra son passeport français (et uniquement dans ce cas) pour le reprendre à la fin de son mandat.

C'est une conception personnelle de la nationalité à la carte. On pourrait comprendre ce type de raisonnement si vous faite partie d'un club sportif.
Ce comportement démontre la mentalité et le respect de la personne qui a reçu ces nationalités.

Pour certains la nationalité n'est qu'un moyen. Ca s'appelle de l'opportunisme.
Monsieur Pierre Maudet ne mérite ni la nationalité suisse ni la française.

Écrit par : Boccard | 11/08/2017

Ne faudrait-il pas changer la donne en décidant qu'on ne peut pas être double national c'est à dire laisser le choix aux étrangers soit permis suisse, une seule nationalité Suisse une fois pour toutes ou tenir à leur première nationalité en ce cas Permis C?

Afin, notamment, d'en finir avec cette croissante tour de Babel visant à confondre toutes cultures tout en distillant la haine ou la honte du pays natal

C'est peut-être bien gnangnan mais la Suisse qui a chanté si longtemps que "Je promets d'aimer et j'obéis... mon Dieu protège mon pays!" n'a pas eu à se le reprocher et j'invite à reconnaître que ce n'est pas la Suisse qui part à l'étranger demander aide, abri et soins mais exactement le contraire: les étrangers à la Suisse.

Une Suisse infiniment plus généreuse qu'on ne le donne à croire dénonçant bien plus volontiers sa soit-disant indifférence.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/08/2017

Le néolibéral Maudet devrait être l'ennemi de classe des commentateurs gauchisants, mais non, ils volent a son secours pour la seule raison qu'il a subit une remarque désagréable d'une UDC... Trop drôle.

Faudra un jour vous rendre compte que "l’extrême droite" vous mène par le bout du nez.

Écrit par : Eastwood | 12/08/2017

Pierre Maudet fait tout simplement peur. C'est un homme de décision, plein d'idées novatrices et tenace pour les faire accomplir, qui ferait ainsi passablement d'ombre aux politiciens fédéraux. Ses détracteurs exercent donc un tir de barrage, sans pour autant pouvoir trouver des raisons directement liées à ses capacités de politicien. Alors il faut trouver des arguments ailleurs, par exemple dans l'héritage de son origine qui lui a permis de devenir français, à côté de sa nationalité suisse. Je crois savoir que la Constitution suisse n'exclut pas les doubles-nationaux à une quelconque élection. Ni notre armée fédérale de devenir soldat, voire officier. Alors pourquoi fait-il peur, et à qui...?

Écrit par : Gilles Bourquin | 16/08/2017

Pierre Maudet fait tout simplement peur. C'est un homme de décision, plein d'idées novatrices et tenace pour les faire accomplir, qui ferait ainsi passablement d'ombre aux politiciens fédéraux. Ses détracteurs exercent donc un tir de barrage, sans pour autant pouvoir trouver des raisons directement liées à ses capacités de politicien. Alors il faut trouver des arguments ailleurs, par exemple dans l'héritage de son origine qui lui a permis de devenir français, à côté de sa nationalité suisse. Je crois savoir que la Constitution suisse n'exclut pas les doubles-nationaux à une quelconque élection. Ni notre armée fédérale de devenir soldat, voire officier. Alors pourquoi fait-il peur, et à qui...?

Écrit par : Gilles Bourquin | 16/08/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.