15/05/2017

Macron joue la droite contre la droite

10522545.jpg

En nommant premier ministre Edouard Philippe, le président Macron a choisi le pire des scénarios pour le parti Les Républicains (LR). Même s’ils avaient eu le temps de se préparer depuis plusieurs heures, les chapeaux à plumes de la droite n’ont pu cacher leur embarras.

Celui de Bernard Accoyer en est tout ébouriffé.

D’un côté, le secrétaire général du parti LR se demande si le nouveau premier ministre va soutenir, aux législatives, les candidats de son parti ou ceux du mouvement présidentiel de la République En Marche (REM). Mais de l’autre, il ne veut surtout pas exclure Edouard Philippe du parti LR.

Avis diamétralement opposé à la déclaration matamoresque de François Baroin, directeur de la campagne du parti LR, qui a promis l’exclusion immédiate – en attendant l’estrapade, le pilori et les mines de sel ­– à tout élu de son parti pris en flagrant délit de flirt avec le mouvement présidentiel REM. Mais si Edouard Philippe, chef du gouvernement nommé par l’ennemi Macron, n’est pas exclu, alors qui le sera ? Le petit candidat de base ? On imagine le barouf.

La droite française est bien enREMerdée.

D’autant plus que si le président est tout jeune, tout beau, tout lisse, la tambouille politicienne, elle, reste ce qu’elle a toujours été, lourde en sauce. Et les fumets qui se dégagent des cuisines de l’Elysée excitent une fois encore les appétits des politiciens; jeunes ou vieux, ils n’ont jamais manqué d’estomac. Ainsi, le sarkoyste impénitent Gérard Darmanin, maire de Tourcoing, l’un des espoirs LR, s’est empressé de saluer l’arrivée à Matignon de son compagnon de parti et de saluer « la décision du président de la République » qui s’est élevé au-delà des « clivages politiques » (traduction simultanée: merci de me faire une petite place au gouvernement). Et François Baroin de manger son chapeau à plumes tout neuf.

edouard-philippe-est-un-fidele-d-alain-juppe.jpg

Pour commencer la démolition de la droite, le choix d’Edouard Philippe par le doux tueur aux yeux d’azur est parfait. Avec Alain Juppé, le nouveau chef du gouvernement ne partage pas que la même coupe d’absence de cheveux. Après deux ans passés au Parti socialiste auprès de l’alors premier ministre Michel Rocard, Edouard Philippe – qui a la souplesse nécessaire pour marcher sur les deux trottoirs à la fois ­– a rejoint la droite et participe en 2002 à la création de l’UMP par Alain Juppé. Depuis, il restera fidèlement attaché au maire de Bordeaux. Qui n’a pas manqué de féliciter son « poulain ». Au fond, avec Edouard Philippe, Macron s’est offert un Juppé avec 30 ans de moins. Un Juppé qui n’a jamais été aussi populaire à droite.

Edouard Philippe est également un homme jeune, 46 ans. Le duo qu’il forme avec Emmanuel Macron donne donc un sacré coup de bambou à la classe politique française, jusqu’alors fripée et chenue. Même François Baroin, 51 ans, n’est pas épargné, lui qui semble toujours traîner une vieille fatigue.

Pour l’instant, cette nomination fait l’effet d’une volée de bâton dans la fourmilière de la droite. Les LR courent dans tous les sens. Mais la droite est forte en France. Elle se reformera. Comment ? Les centristes LR vont rejoindre la majorité présidentielle, d’autant plus que c’est l’un des leurs qui va diriger la campagne des législatives, rôle dévolu au premier ministre. Sous la bannière du mouvement macronien REM ou sous celle d’un nouveau parti ? La question reste ouverte.

Privé de ses éléments centristes, ce qui restera du parti LR sera mécaniquement tiré vers la droite par la tendance culs-bénits de Sens Commun, des partisans de Laurent Wauquiez et des fillonistes. Les relations avec le Front national se poseront donc aussitôt. Malgré le score impressionnant qu’il a réalisé (10,6 millions de voix), le Front national est ressorti affaibli de la campagne présidentielle. La désastreuse prestation de sa patronne Marine Le Pen au débat avec Emmanuel Macron continue à laisser des traces. La dirigeante du FN est désormais ouvertement contestée au sein de son parti, situation mortelle pour un chef d’extrême-droite. Dès lors, la droite LR peut en profiter pour vider de sa substance le Front national en se calant sur le catholicisme identitaire et l’immigration et offrir ainsi aux électeurs frontistes une alternative intellectuellement plus crédible que celle présentée par Marine Le Pen.

Mais alors, la droite LR radicale risque à son tour de ne pas sortir de cet enclos extrémiste que le Front national est parvenu à élargir sans en sortir.

Jean-Noël Cuénod

 

17:40 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : macron, edouardphilippe, premierministre | |  Facebook | | |

Commentaires

Mais la droite contre la droite n'est ce pas un peu "mal à droite"??? Et comme dit l'autre -soigne ta droite coco!!! Là il doit y avoir un mal profond dans l'oreille interne, on ne sait plus où est l'équilibre! Cette zone de flottement ne va pas durer encore longtemps, la faut que macron se réveille et nous montre toutes ses belles choses qu'il nous promet depuis des mois! OUI -nous sommes printemps COCO!

Écrit par : dominique degoumois | 15/05/2017

Sur le site "les échos" dans une petite vidéo d'il y a quelques mois, on voit ce futur premier ministre, se moquer gentiment de macron! Et là macron le prend comme premier ministre, on peut nous expliquer???? Depuis des lustres les présidents français prennent systématiquement des premiers ministres, qu'ils humilient à longueur d'année, elle est bien la France!

Écrit par : dominique degoumois | 15/05/2017

Est extrémiste celui qui dénonce l'islam et ses communautés de soldates en-chiffonnées et de soldats appliquant la taqiya en se fondant dans la foule d'idiots-utiles.

Est extrémiste celui qui dénonce le coran, véritable bouquin de guerres et de conquêtes planétaire.

Est extrémiste, celui qui ne veut de cette Europe, classé même de populiste par la smala beni-oui-oui. La définition du mot ils s'en tapent.

Est extrémiste celui qui conteste cette politique des énarques parlant bien, présentant bien, mais au final faisant le contraire des intérêts du peuple et ce, après quelques mois de présence. C'est comme cela depuis Giscard avant-dernier monarque de France.

Est extrémiste celui qui ne rentre pas dans le moule des écoles de la médiocrité dont sont issus la majorité de nos politiciens, élus par un peuple béat, devant les belles paroles et les beaux costumes-cravates et désormais, le costume du bouseux soi-disant écolo.

Est extrémiste celui qui alerte des dangers des religions représentées dans les pouvoirs par leurs inféodés.

Est extrémiste celui qui se révolte devant la bêtise humaine ou des millions de gamins crèvent, de faim, de soif ou lors des conflits entre adultes.

ETC.

Je suis extrémiste dans ce sens précis et n'entend pas faire de cadeaux à ces énarques, fonctionnaires ou gens du privé et autres coureurs de jupons de dame république, dans l'unique but d'avoir des postes et des privilèges. Ça va du simple élu de campagne au Président.

Macron joue la droite contre la droite; il a raison, à sa place nous aurions fait la même chose, nous avons la droite la plus con du monde les verts n'étant pas en reste.

Écrit par : Pierre NOËL | 15/05/2017

Là cher Monsieur Pierre Noel, c'est bien pire, macron joue tout le monde contre tout le monde, de l'extrême gauche à la droite, pour moi l'extrême droite en France n'existe pas en ce moment! Pas de Mauras, de Barrès ou de Daudet! macron a prit comme premier ministre un homme qu'il va évincé dans un mois aux législatives! Ses casseroles feraient rougir celles de toute la famille fillon, Il faut écouter ce premier ministre qui s'exprime avec "gaucherie", dire de macron (-Ce type est peu fiable!) Les causes et les prétextes des vengeances de macron commencent bien avant les élections elles mêmes, il a tout noté, toutes les déclarations de ses amis et de ses ennemis, et là il va faire payer tout le monde! Je ne doute pas qu'attali participe aussi à ce jeu de massacre, lui qui n'a jamais été élu à quoi que ce soit, quoi que! Mais que va t il rester après, quelque chose qui ressemblerait à Waterloos, aux premières lueurs de l'aube, quelques heures après la fin du massacre! Plus un seul homme debout, juste au loin dans la brume, un chien qui aboie! Tout ce que vous dites est hélas vrai, nous allons vers un extrémisme de la pensée unique, et macron en est le défenseur, au nom de la république, enfin de ce qui va rester de cette république....déjà monarchiste! Des références napoléoniennes que Sacha Guitry tempérerait avec vigueur! Seule la raison peut ordonner le monde et la raison implique que les idées s'inclinent face au réel, C.Maurras!

Écrit par : dominique degoumois | 16/05/2017

M.Macron et Mme Merkel prêts à réformer l'Europe face au populisme: qui sont-ils?

Qui parle de la misère rentrée, cachée qui sévit en Allemagne?
La surface, toujours. l'apparence.

Résultats très positifs annoncés, "clamés"! désastres, ravages occultés.

Ce "couple" que forment ces deux personnes partenaires donne le sentiment d'une table de famille avec ses deux parents.

Les enfants (autres Etats) bien sagement assis... les écoutant.

Deux "adultes"! les autres, mineurs bien sages et obéissants.

Peu souple, difficile et, pour finir, fugueur, l'enfant Grande-Bretagne que l'on parviendra tôt ou tard à faire revenir à la maison c'est-à-dire "rentrer dans le rang" des désormais sujets ovins des deux Grands au service de la mondialisation avec son marché sans éthique.

Qui est ce "couple" en plus rien ancré dans le peuple tout en en sortant, en en étant issu, à vouloir disposer de la vie d'autrui au service de leurs intérêts, ceux des classes aisées, plus qu'aisées, hyper aisées ainsi que de ceux des actionnaires, leurs dividendes, concernés!?

Réformer l'Europe ou voir à s'améliorer soi-même, avec un exemple: quand la pouvoir annonce qu'il va faire des économies.

Tout le monde se rassure,le pouvoir va donc mieux gérer ses dépenses

Se pose une question: "Comment prendre encore plus d'argent à ceux qui n'ont plus rien tout en ne pouvant pas sérieusement se défendre?

Réponse: On ne peut pas leur en prendre plus mais on peut leur en donner moins!

Donc, "faire des économies"!
Pour une fois, promesse tenue.

Santé, sans voiture, voisins disponibles... ces kilomètres qu'il faut faire pour se faire hospitaliser quand on n'en peut plus?

Désastre d'une école, autrefois l'un des fleurons de France, tel que les parents qui en ont les moyens (les autres!?) font l'école à la maison ou placent leurs enfants en écoles privées:

Liberté Egalité Fraternité

Tout le monde était au courant, Marine Le Pen ces derniers temps était extrêmement tendue supportant mal la contradiction.
Il s'agissait donc côté Emmanuel Macron au soir du Grand Débat, de la mettre hors d'elle, la faire sortir de ses gonds.

Sur ce point, mission accomplie... mais il n'en demeure pas moins qu'elle demeure sans même à avoir à se baisser ou bouger le petit doigt celle qui fait engranger toujours plus de voix à son parti au fur et à mesure que le pouvoir déçoit.

Qui est dans son tort: elle?

Un simple coup d'œil au parcours de M. Edouard Philippe, Premier ministre, permet de comprendre le pourquoi de son élection.

PS, Rocard, Libération... de quoi rassurer le bon peuple des sujets afin de les "orienter" en prévision des législatives.

"Tu n'est pas ce que tu dis, affirmait l'abbé Pierre, mais ce que tu fais!"

Comme annoncé par François Hollande "(...) mais il faudra attendre un certain temps avant de pouvoir s'en rendre compte!" il y a une encourageante reprise économique.

En revanche il semble que M. Macron ne tiendra pas compte des revendications concernant les salaires dans les entreprises.

Culture, santé, terrorisme, on note: pas un mot sur ce qui "urge": le climat.

Les migrations ne sont pas cause mais conséquence... que de personnes ignorent qu'elles ne pourront s'établir en nos pays et devront soit retourner chez elles soit "passer" pour ne pas dire "grader" clandestins (ce qui en temps de terrorisme n'est pas forcément rassurant!

et n'apportera aucune solution de retour à la paix, à la nourriture, au travail... en fait à la vie dans les pays d'origine avec cette "terreur dans les yeux des enfants"!

Je veux ajouter quelques mots a priori non concernant pas cet article de Monsieur Jean-Noël Cuénod.

Internet dispose de sites dont sites fétichistes où l'on pouvait voir une femme en train de massacrer un chaton avec ses talons aiguilles.

Il ne s'agit en l'occurrence pas du couple entendant "réformer l'Europe"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16/05/2017

La droite française réunies sous un même toit n'avait de sens que lorsqu'elle avait en face d'elle une forte gauche.

Or les 2 courant qui traversent le LR n'ont pas assez de points communs pour avoir une seule plateforme idéologique satisfaisante.
Cette fracture n'est pas seulement au niveau politique, mais elle est aussi présente parmi les électeurs. La grande hostilité de nombreux électeurs Fillon face à Juppé a probablement poussé des juppéistes à franchir le pas.

Macron n'a pas divisé la droite ni la gauche, il est le point de stabilité d'un mouvement centriste majoritaire en France.
L'instabilité est dans le PS et les LR. Donc naturellement, il y a un mouvement chaotique qui se stabilisera lorsque chacun sera à sa place idéologique.

C'est un bien pour les électeurs de pouvoir choisir un parti qui est clairement identifié idéologiquement.
Choisir Fillon ou Juppé ce n'est pas la même chose.

Écrit par : motus | 16/05/2017

Macron joue la droite contre la droite:

le temps?

FR 2 nous apprend à peu près en même temps q'Emmanuel Macron entend respecter la parité homme-femmes dans son gouvernement et que David Pujadas a été écarté du TV JOURNAL de FR 2 de vingt heures

ce pour "féminiser" FR 2!

De quoi, forcément, rendre les femmes foncièrement sympathiques!? sans pour autant savoir, on nous dit ce que l'on veut, à qui, en réalité, David Pujadas doit son "écartement"!

Officiellement à la patronne de la chaîne.

Nettoyages de printemps, sans doute!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 17/05/2017

Les commentaires sont fermés.