08/05/2017

Lettre ouverte aux futurs déçus de Macron

MACRON-Président.jpg

Ainsi, à plus de 66% des votants, vous autres Français avez accordé à Emmanuel Macron, le droit de vous décevoir. Dans ce jeu de massacre qui est votre mode de fonctionnement politique, combien de temps tiendra-t-il ? Une semaine, un mois, un an ? Plus longtemps que Hollande ? Sans doute. Plus longtemps que Sarkozy ? Peut-être.

Il reste encore les troisième et quatrième tours de cette interminable campagne, à savoir les législatives des 11 et 18 juin. Un beau bouzin, ces élections à l’Assemblée nationale !

Avec les partis traditionnels de la gauche et de la droite en miettes.

Avec Marine Le Pen qui agite ses 33,9 % pour faire oublier la claque subie, tout en conservant son pouvoir de nuisance comme une épaisse vipère qui n’aurait pas encore vidé toute sa poche à venin.

Avec les canassons jeunes ou vieux des écuries obsolètes – celle du PS, celle du parti Les Républicain – qui veulent continuer à brouter dans leurs mangeoires quelle que soit la casaque du jockey.

Avec toutes les pesanteurs de ce pays qui pleure encore ce roi dont il a fait couper la tête, qui demeure enchaîné à son passé.

Avec toutes les enfantillages d’un peuple qui ne cesse d’attendre son sauveur suprême alors qu’il ferait bien de se flanquer des coups de pieds aux fesses pour avancer.

Alors peut-être, peut-être, vous offrirez à votre président tout neuf, une majorité à sa main. Mais vous l’attendrez au contour, prêts à l’agonir d’injures dès qu’il touchera à votre pré carré comme votre noblesse l’avait fait jadis avec mon compatriote Necker. Vous défilerez contre lui en trichant sur le nombre de manifestants, tout comme la police en sens inverse. Vous ferez grève. Vous voterez contre lui aux élections municipales et aux régionales. Vous installerez peut-être – le pire est toujours possible – Marine Le Pen à l’Elysée après avoir essoré Emmanuel Macron. Et, très rapidement ­– car la patronne frontiste n’a pas le cerveau du nouveau président – vous serez encore plus déçus. Ces journalistes – que vous détestez tant, parce qu’ils ne vous caressent pas toujours dans le sens de votre poil hérissé– vous en viendrez à les regretter, puisqu’ils disparaîtront dans cet Ordre de la Presse que Le Pen fille nous a promis, à l’image des Ordres professionnels de Pétain. Vous perdrez alors jusqu’à votre droit de rouspéter. Ce sera une autre Histoire. Et vous deviendrez un boulet pour tous vos voisins.

Alors franchement, vous n’en avez pas assez d’aduler un homme, puis de le jeter comme une vieille chaussette trouée ? Ne mettez pas trop d’espoir en ceux qui ont la prétention de vous diriger. Ils représentent des intérêts qui ne sont pas forcément les vôtres.

En regardant tous ces jeunes frimousses crier leur joie au Louvre lorsqu’apparaissait l’impérial Emmanuel Macron, j’ai eu peur. Car il en a fait des tonnes, le Sémillant… La longue marche en solitaire – Napoléon caracolant sur le pont d’Arcole – dans la cour du Louvre… L’Hymne à la Joie qui rythme ses pas… Son discours à la perpendiculaire du triangle de la pyramide, comme pour associer le Delta lumineux maçonnique à son discours d’intronisation républicaine… Le manteau qui flotte un peu au vent, comme la toge de César frémissant dans les courants d’air du Colisée. Ah, il ne nous aura rien épargné question fresque historique, le Garçon Majuscule ! Pas même, la famille royale à ses côtés.

Alors, oui, j’ai eu peur, vraiment peur pour tous ces jeunes qui conduisent leur énergie vers cet aimant Macron. J’ai envie de leur dire : vous avez bien fait d’éviter l’ignoble Front national et sa patronne débectante. Mais gardez votre énergie à meilleure fin. Ne comptez pas sur ce sympathique président qui vous ressemble. Comptez sur vous-mêmes. S’il faut quitter la France pour grandir ailleurs, allez-y. Sans doute, reviendrez-vous car vous verrez que la vie dans votre pays, « c’est pas si mal que ça ». Luttez dans votre quartier, votre village, votre entreprise, votre atelier, votre bureau, votre chantier, pour la justice, pour l’environnement, pour que votre vie soit meilleure et plus fraternelle, ici et maintenant. Il n’y a pas de petites luttes, il n’y a que de grands renoncements.

Ne vous laissez pas envahir par l’adulation d’un homme car elle se transformera vite en rejet. Et le cycle infernal des présidents métaphoriquement guillotinés recommencera pour votre plus grand désespoir.

Mais bon Dieu, bande de Français, quand consentirez-vous enfin à devenir républicains !

Jean-Noël Cuénod

 

 

11:37 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : presidentielle2017, macron, président, france | |  Facebook | | |

Commentaires

Réponse à vos imprécations contre une "vipère" épaisse qui n'a pas conduit la France en l'état de déclin qui est le sien aujourd'hui.

En entrant dans les vues du Président Macron tout en les redressant:

planète... solidaire.

Joie de vivre non pour rares quelques-uns.
Pour tous.

Utopie?

Utopie prémisses d'idéalisme...

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/05/2017

Et bien Monsieur Cuenod vous êtes un donneur de leçons ..laissez le temps faire son œuvre, Monsieur Macron fera se qu'il pourra il faut lui laisser le temps ...replongez dans vos livres et laissez en paix le monde si la positivité n'est pas votre fort, tant pis mais vos commentaires nosėabond gardez les pour vous ....une française fière de l'être et positive envers l'avenir

Écrit par : Lemarchal | 08/05/2017

Bonjour,
Surprenant discours mélanchoniste venant d'un Suisse ....
Cela se voit que vous ne vivez pas en France ... Ce ne sont pas ces beaux sentiments qui feront décoller ce pays.
Meilleures salutations
Alain Rinaldi

Écrit par : Alain Rinaldi | 08/05/2017

Que c'est bien dit , bravo

Écrit par : Voinnet Verena | 08/05/2017

Quand donc cesserez-vous de cracher votre haine de Marine Le Pen?
Vous pratiquez exactement ce que vous lui reprochez. Cela ne vous rend pas crédible.

Écrit par : lustucru | 08/05/2017

Magnifique... et tellement vrai.

Écrit par : Anne | 08/05/2017

Cher Monsieur

Votre mépris pour les français et les institutions françaises est impressionnant.
Vous spprendrez qu'il n'y a pas que des grévistes, des fainéants et des assistés en France.
Nous autres, pauvres cretins de Français, avons souhaite envoyer un message clair aux hommes politiques français: la dualité droite gauche a vécu et nous souhaitons des progressistes qui font confiance aux compétences des gens et non à leur étiquette politique. Vous pourrrez railler en disant que cela ne marchera pas puisque nous sommes naïfs et idiots...
Mais raillez donc cher Monsieur. Nous nous dirigerons, je l'espère, vers une 6eme république avec plus de référendums et peut-être un fédéralisme, pourquoi pas....Ce n'est certes pas dans les projets de Mr Macron et nous connaissons parfaitement bien ses origines et ceux qui l'ont soutenu en partie...
Il est facile de dénigrer quand on habite un pays riche fédéral et qui, signalons le au passage, emploit un certain nombre de compétences françaises....

Écrit par : Francillon | 08/05/2017

Un bon résumé de l'affaire avant son dénouement.
https://www.youtube.com/watch?v=ifcuH4JS-Nk

Écrit par : Pierre Jenni | 08/05/2017

Je partage très largement ce commentaire même si le ton"donneur de leçons" me semble un peu trop appuyé.
Il faudra effectivement changer les français avant que la France ne change.
Cela dit, il faudrait aussi bousculer certaines habitudes suisses.

Écrit par : Bernard | 08/05/2017

@lustucru: effectivement, le ton du billet de Mr Cuenod me rappelle celui de celle qui a reçu un camouflet il y a moins de 24 heures

Écrit par : Francillon | 08/05/2017

JFK disait: "Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays." Il est vrai que JFK ne gouvernait pas un pays malade du bipartisme gauche-droite qui s`est d`ailleurs aggravé maintenant en tripartisme gauche-droite-excremedroite. Il est vrai aussi que ca a couté bonbon a JFK d`avoir voulu nager a contre-courant. Ca va etre tout sauf fastoche.

Écrit par : Jean Jarogh | 08/05/2017

Excellent billet !

Écrit par : lovejoie | 08/05/2017

Là il ne manquerait plus que le Vésuve ou Yellowstone se réveillent en même temps et le tour est joué! OUI -NOUS SOMMES PRINTEMPS!

Écrit par : dominique degoumois | 08/05/2017

Je vous rappellerais juste que mitterrand est resté très proche de pétain jusqu'en 1942/43!!! croix de bois/croix de feu si je vais en "enfeurrrrr"!!!!!

Écrit par : dominique degoumois | 08/05/2017

jean-Noël Cuenod, cette lettre ouverte n'est pas celle du journaliste que nous apprécions.

-10 millions de pauvres et de chômeurs ce n'est pas Marine Le Pen.

-230 morts plus de mille blessés et handicapés lors des attentats, ce n'est pas Marine Le Pen.

-Un système éducatif médiocre ou plus de 30% des gamins ne savent pas lire, raisonner, compter, ce n'est pas Marine Le Pen.

-Les guerres en Irak, en Syrie, en Afghanistan, en Afrique et ailleurs ce n'est pas Marine Le Pen.

-Le viol des gamins en particuliers des femmes et des -gamines autorisé en islam, ce n'est pas Marine Le Pen.

-La dette abyssale de l'Occident en particulier de la France + 2300 milliards, ce n'est pas Marine Le Pen.

-Le changement climatique et ses réfugiés ce n'est pas Marine Le pen.

-La planète malade à cause des trusts, des paysans, des ingénieurs de la mal bouffe, du manque de moyens ce n'est toujours pas Marine Le Pen.

ETC........

N'ayant aucune carte dans aucun parti, il m'est possible de dire les choses, penser par moi-même, être un révolté évolutionnaire et ainsi dénoncer.

Plus de 10 millions de personnes aussi respectables que les autres ont voté pour le programme de MLP et Dupont-Aignan à cause de la situation mais aussi à cause de la désinvolture, l'outrance d'une grande partie des journalistes politisés et inféodés aux partis politiques ou aux religions tous subventionnés par nos deniers.

Le socialisme libéral est un leurre, l'islam est notre plus grand danger pour l'avenir. Macron est le représentant d'un modèle issu de l'ENA c'est un grand fonctionnaire rien de plus, c’est un ami des monstres islamiques.

Quant à l'histoire que vous évoquez, vous avez omis de préciser que bon nombre de communistes, socialistes bizouillaient avec Pétain. Si les verts avaient existé, ils auraient eu le même comportement.

L'Occident a besoin d'entrepreneurs de toutes les tailles, de personnes hyper qualifiées, de penseurs, d'utopistes et de nouveaux philosophes, d'éclaireurs, des lanceurs d'alertes et des journalistes qui font leur travail sainement. On en est loin avec la majorité d'entre eux.

Je mets, avec tout mon respect, cette lettre dans le tiroir du bas.

Bien à vous.

Écrit par : Pierre NOËL | 08/05/2017

Pauvre ami de Morges!
Pierre NOEL... on voudrait vous donner tort, on ne le peut.

Il arrive qu'une personne nous mette hors de nous une fois pour toutes.
Tel est le sentiment que l'on peut ressentir concernant l'antipathie forcenée de Jean-Noël Cuénod concernant Marine Le Pen.

On peut agit ainsi: en voyant dans sa tête le visage abhorré d'une personne, l'écarter doucement en pensée d'un côté ou de l'autre afin de voir s'il n'apparaîtrait pas un autre visage, si non, écarter ce visage, et ainsi de suite... jusqu'à l'apparition du visage recherché dans les souvenirs.
Avec retour en mémoire très probablement d'un traumatisme remontant à l'enfance... le sexe de la personne, en l'occurrence Marine Le Pen, n'indique rien.

Un/e psychanalyste, selon la formule de Françoise Dolto, par le transfert est comparable à un caméléon.

le retour en mémoire d'un traumatisme s'accompagne au fur et à mesure qu'il passe de l'inconscient au préconscient puis, du préconscient au conscient de transpiration, sueurs, vertiges, etc. par peur... une fois vaincues les défenses qui empêchent la remontée des souvenirs jusqu'au souvenir traumatisant.

On comprend alors "tout" en s'écriant, avec un immense effet psychophysique: "Et voilà pourquoi!"

la personne coupable d'avoir traumatisé une autre personne, enfant, on le redit, peut être aussi bien femme qu'homme en aucun cas forcément les parents père et mère uniquement.

La mémoire qui permet cette démarche est la mémoire intellectuelle.

Il reste à se reconnecter ensuite non plus seulement au souvenir traumatisant mais au ressenti d'alors (à ne pas confondre avec les malaises qui accompagnent la remontée du souvenir).
La mémoire est celle du corps.

Souffrant d'un tel traumatisme somnolent en nos profondeurs, notre comportement, activités, etc. en sont affectés.

Monsieur Jean-Noël Cuénod est un journaliste passant à l'attaque dès qu'il s'agit de Marine Le Pen.

Il y en a des vingtaines, pléthore d'autres.

Il m'arrive de penser que si Marine Le Pen attaquait en justice ses agresseurs ses procès gagnés sans aucun doute (sans oublier qu'avocate elle s'y connaît) lui donneraient amplement de quoi payer ses futures "amendes" concernant les emplois fictifs.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/05/2017

Jean-Noël Cuenod nous montre simplement une fois de plus que la haine n'est pas du côté que montre la presse mainstream...

Écrit par : Géo | 09/05/2017

Je n'ai pas la même lecture que de nombreux intervenants.

Je trouve personnellement que ce très bon texte décrit parfaitement bien la situation de nos voisins, prompts à se jeter dans les bras du premier venu avant de le rejeter comme un misérable quelques mois/années plus tard.

Il est certain qu'il en ira de même cette fois-ci, hélas.

Écrit par : A. Piller | 09/05/2017

Bref c'est qui le plus franche ouille art? car c'est un art!
Vous êtes un donneur de leçon et vous méprisez les gens à qui vous vous adressez!... C'est vous qui avez de la haine dans votre coeur et probablement sans en avoir conscience...

Écrit par : Trocmé | 09/05/2017

Nos voisins "prompts à sa jeter dans les bras du premier venu" ne confirment-ils pas les bienfaits de la libre circulation qui permet d'entrer dans les Etats comme dans un moulin?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/05/2017

Les commentaires sont fermés.