29/03/2017

Islamisme d’Etat en Algérie ? Ecrivain menacé

Anouar_0.jpg

Anouar Rahmani (25 ans, photo) risque d’être poursuivi pour blasphème par la justice algérienne et d’être condamné de 3 à 5 ans d’emprisonnement. Human Rights Watch et PEN International se mobilisent pour le défendre. L’islamisme d’Etat s’installerait-il en Algérie?

 Ainsi, en décembre 2006, le Code pénal de ce pays a-t-il été alourdi d’un nouvel l’article, le 144bis 2, ainsi libellé :

Est puni d’un emprisonnement de trois ans à cinq ans et d’une amende de cinquante mille à cent mille DA (dinars algériens, soit de 421 à 842 euros, ou de 451 à 902 francs), ou l’une de ces deux peines seulement, quiconque offense le prophète (paix et salut soient sur lui) et les envoyés de Dieu ou dénigre le dogme ou les préceptes de l’Islam, que ce soit par voie d’écrit, de dessin, de déclaration ou tout autre moyen.

Si l’amende peut paraître légère vue d’Europe, il faut tout de même la replacer dans le contexte économique de l’Algérie. En revanche, il ne fait aucun doute que le Code pénal algérien a la main particulièrement lourde en menaçant de jeter en prison – pour trois à cinq ans – ceux que la justice assimilera à des blasphémateurs.

Le jeune romancier Anouar Rahmani est actuellement dans le viseur du Parquet algérien au titre de cet article scélérat, le procureur de la République ayant ouvert une enquête contre lui. L’écrivain a été interrogé le 28 février dernier pendant plusieurs heures au poste de police de Tipasa, ville côtière sis à 61 kilomètres à l’Ouest d’Alger et qu’Albert Camus a rendu célèbre dans Noces à Tipasa.

Pourquoi cet intérêt pour Anouar Rahmani ? Dans son blogue « Le Journal d’un Algérien atypique », il défend, entre autres, les communautés homosexuelles, les minorités religieuses, le droit à l’incroyance et toutes les formes de liberté. Ce qui a de quoi donner de l’urticaire aux islamistes qui ne lui ont pas ménagé insultes, calomnies et harcèlements. Avec l’enquête ouverte par le Parquet algérien, un pas supplémentaire a été accompli. La répression se fait désormais officielle, surtout depuis le succès de son dernier roman écrit en arabe ; il a pour titre en français, La Ville des ombres blanches.

Cet ouvrage met en scène une histoire d’amour entre deux hommes à l’époque de la guerre d’indépendance algérienne : un maquisard du FLN et un Pied-Noir. En soi, le thème est propre à faire avaler leur tapis de prière aux bigots et leur képi aux militaires. Mais c’est un chapitre en particulier qui motiverait l’accusation de blasphème : un enfant discute avec un clochard qui se fait appeler « Dieu » et explique au bambin qu’il a créé le ciel à partir d’un chewing-gum. Anouar Rahmani n’a trouvé aucun éditeur en Algérie pour le publier. Aussi a-t-il diffusé La Ville des ombres blanches sur la Toile, l’an passé. Selon l’écrivain, le roman a été lu par 12000 internautes en deux mois.

Avec Human Rights Watch, l’organisation d’écrivains PEN International s’est mobilisée pour convaincre les autorités algériennes de renoncer aux poursuites contre Rahmani et d’abandonner l’article 144bis 2 (Vous pouvez participez à cette action de protestation en cliquant ici).

Pour l’instant, Anouar Rahmani n’est pas arrêté. Mais son inculpation peut intervenir à tout moment. Or, il faut savoir qu’un journaliste et blogueur algérien est mort en prison le 11 décembre dernier. Mohamed Tamalt avait été condamné en juillet 2016 à deux ans de prison pour « offense au président de la République ». Pour protester contre sa condamnation, Tamalt a fait une grève de la faim pendant trois mois, avant de sombrer dans le coma, puis de mourir des suites « d’une infection pulmonaire », à en croire l’administration pénitentiaire.

Il n’est pas plus grands blasphémateurs que ceux qui ont inventé la notion de blasphème. En voulant protéger « l’honneur de Dieu », ils abaissent l’Eternel au niveau d’un être mortel. En suivant leur folle logique, il faudrait donc poursuivre les rédacteurs et les utilisateurs de l’article 144bis 2. Les poursuivre pour blasphème, bien entendu !

Jean-Noël Cuénod

ESPACE VIDEO

19:48 Publié dans Laïcité | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : islamisme, liberté, algérie, écrivain | |  Facebook | | |

Commentaires

Canada:

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2017/03/15/canada-la-loi-anti-blaspheme-arrive/

France, des religieux subissent la censure:

http://www.islam-et-verite.com/

Sans compter les centaines de plaintes d'islamistes et de collabo de l'islam aux croyances pourries.
Les frères musulmans sont à l'oeuvre partout en Occident.

Écrit par : Pierre NOËL | 29/03/2017

Vous avez raison en tout mais reconnaissez que l'homosexualité est dénoncée dans la Bible de sorte que si vous écoutiez l'enseignement de la paille et de la poutre vous chercheriez à corriger ce que vous estimez en conscience devoir l'être avant de vous en prendre à qui que ce soit.

L'Eglise protestante, sans revenir sur les passages concernés condamnant l'homosexualité en ses manifestations non quant aux sentiments, lutta afin de sortir les homosexuels du ghetto dans lequel ils se trouvaient.

On ne parle désormais guère d'amour. On se contente d'utilisant le goût pour le voyeurisme de pas mal de monde.

De Cocteau quelqu'un l'ayant bien connu écrivit qu'il était plus disposé à faire l'amitié que... l'amour.

Ne sommes-nous pas appelés au fil du cours du temps, homos comme hétéros, à affiner en les sublimant ("Chaque choses en son temps", évidemment) ces rapports sexuels, souvent addictifs parce que ne répondant pas à notre attente ultime?

Il y a des couples qui laissent monter en eux tout ce qui a rapport à l'excitation sexuelle sans pour autant avoir un rapport physique.
Leur témoignage est impressionnant par ce qu'ils disent vivre...

Écrit par : MB | 29/03/2017

"Or, il faut savoir qu’un journaliste et blogueur algérien est mort en prison le 11 décembre dernier. "

Vous pouvez être certain qu'il subira le même sort!

Et comme le dit Pierre Noël:

"Les frères musulmans sont à l'oeuvre partout en Occident."

Ce n'est pas en lui coupant la queue que vous aurez raison d'un serpent venimeux!

Écrit par : Patoucha | 30/03/2017

On a fraternellement ouvert la porte de nos Etats aux terroristes.
En France, laissé pousser les mosquées comme des champignons au lieu d'exercer des pressions: "pas de construction de mosquées tant que ceci et cela sans oublier des mesures adéquates concernant le serpent venimeux signalé par Patoucha... mais il y a d'autres problèmes tels que le climat
(qui fait exactement quoi?)la fonte de de la banquise (prière de ne pas nier, s'informer!) réjouit d'ors et déjà M. Poutine qui entend bien entendu en tirer profit alors que l'on pouvait rêver "sans attendre plus longtemps la suivante"... à une rencontre d'urgence avant ou en prévision de tempêtes et dégâts irréparables. Nos élites, aux frais de la princesse, toujours, n'en sont pas à un voyage près.
Rencontre d'urgence au secours de la planète et de ses habitants.
Avec mise sur pied d'un "protocole de Tokyo" nouveau.
Non plus, d'une part, insuffisant, et de l'autre, concernant les plus riches et grands pollueurs "non contraignant" mais, pour tous! (j'entends "Vous rêvez!") Un protocole ouvertement et clairement offensif, c'est-à-dire, vu la clique d'apparents irresponsables au pouvoir, menaçant!

Écrit par : MB | 31/03/2017

Merci Patoucha d'insister sur le rôle des frères criminels.

Boutéflika est en fin de carrière et de vie. La relève est assurée:

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2017/03/31/un-document-extraordinaire-sur-lislam-en-algerie/

Vu que nos portes sont ouvertes aux algériens, nous allons vers une situation dramatique. Toute l'Europe ainsi que la Suisse seront dans une situation de conflits très dangereux.

Le bel islam de nos détraqués n'a jamais existé le délit de blasphème en est une preuve parmi d'autres.

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2017/03/31/islam-enseignement-de-la-haine/

Écrit par : Pierre NOËL | 02/04/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.