09/02/2017

OMBRE ET MERVEILLE

ClairièreSaint-Cergue.jpg

Un moment pour respirer et se rappeler la prière d’avant toutes les prières. La prière d’avant la parole. Quand nous étions une idée dans le ventre de l’Eternel.

 Marcher dans l’ombre avec ses merveilles tapies

Dans ses replis succulents ses recoins moussus

Cathédrale de bois, de feuilles et de parfums

Qui frémit aux chants de ses oiseaux liturgiques

Respirer est la prière du fond des âges

La prière d’avant le don de la parole

 

Marcher dans l’éclat bleuté de la clairière

Mais sous les pieds du pèlerin que de pièges !

Il en est de toutes tailles de tous calibres

Prêts à s’ouvrir à la moindre inattention

Le sol n’est pas si sûr le pire peut arriver

Tous, nous sommes nus quand la terre se dérobe

Jean-Noël Cuénod

Photo JNC, photo prise entre La Combe Grasse et Saint-Cergue.

18:40 Publié dans Poésie L'Or du temps | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : poésie, instants, jura | |  Facebook | | |

Commentaires

Jean-Noël Cuenod, si vous aviez une parfaite connaissance de cette belle nature, vous n'auriez aucune croyance religieuse. Vous laisseriez "l'éternel" dans un coin de la foêt pour mieux l'oublier, lui, mais aussi ses fables.

Je ne vous reproche rien loin s'en faut, mais sachez que la vie dans la nature est anarchiste, nous sommes issus du règne du plus fort et du plus rusé.

Si vous allez dans les galaxies par internet sur les sites astrophysiciens, nul créateur, nulle architecte, tout n'est que chaos, physique, chimie, des milliards de mondes qui ne se connaîtront jamais.

Cela n'empêche pas la poésie d'atteindre la beauté des univers, mais rien de plus.

Écrit par : Pierre NOËL | 09/02/2017

Certains affirment que tout dans la nature devint chaotique à partir du moment où l'homme mangea de la viande.

On ne sait mais un jour en pleine nature, un jour serein, fermant les yeux se trouver renvoyé en temps archaïques, cerveau reptilien, après une journée d'atrocités en un monde de brutes avec du sang partout mais soudain comme un "souffle" avec feuilles d'arbres "frémissantes" comme une plainte pour un peu un gémissement... instant de l'évolution en la création qui plus tard passerait pour avoir été le point de départ de la création - naturelle - de notre second cerveau, limbique, celui de l'intelligence émotionnelle en attendant le troisième dit néocortex?

Aujourd'hui temps d'accumulation dingue, folle et désormais l'accumulation est telle qu'il faut jusque dans le privé des professionnels du "désencombrement" parce que la suraccumulation c'"est de la folie"! laquelle tôt ou tard conduit au chaos.

Le bienheureux poème de Jean-Noël Cuénod date-t-il des temps archaïques, présents, futurs ou des trois à la fois?

Faut-il appeler de nos vœux l'intelligence artificielle (ne risquera-t-elle pas, par "commodité" et cupidité des entreprises d'empêcher la création ou le développement - naturel - après celui de notre néocortex, du suivant: soit notre - naturel - quatrième cerveau?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/02/2017

P.S. A propos de véganisme, d'accord pour ne plus manger de viandes, de poisson ni d'oiseaux ("ortolans"!) et choix de fourrures non animales et de cosmétiques de production synthétique non due é l'animalité, à la souffrance animale. Restent produits laitiers et œufs.
Il faut, pour leur bien-être traire les vaches... et les poules ne peuvent pas ne pas pondre,
Or, l'œuf fraîchement pondu non couvé ne présente aucun poussin.
Traite des vaches non automatique, à le main (vœu personnel).

Mais promesse de progrès indiscutables et d'évolution... ces jeunes qui se tournent vers le véganisme.
Quelle chance pour l'humanité, quelle joie.
Soutenons-les.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/02/2017

Pierre NOEL,

Dieu (!) me garde de m'exprimer en lieu et place de Jean-Noël Cuénod mais un psy vous affirmera d'abord que les lieux géographiques de plaines, urbains, fonds marins ou monts provoquent telles ou telles religiosités.

Par le fait invraisemblance d'une religion ou idéologie vous affirmant que ceux d'une autre religion qu'eux ou athées iront en enfer.

Puis les situations.

Un jeune garçon doté d'un jardin,, gag présenté par un pasteur de l'Eglise libre d'autrefois, un jeune garçon qui n'aine pas les épinards un soir par temps d'orage prie et dit avec force et puissance: "Seigneur! fais que nos framboises et fleurs soient épargnées mais les épinards, "fous-y"!

Faites l'expérience. Mettez-vous dans la peau de cet enfant par temps d'orage violent, éclairs compris, qui déteste les épinards et dites à l'Eternel à haute voix, gestes compris, la prière ou "supplication" que vous venez de lire.
La croyance en un Dieu enseigné omnipotent, omniprésent et omniscient en cette situation entre mille autres acquiert une puissance maximale.

- Et ai Dieu n'existait pas? ne change rien de par la puissance de la pensée ce qui pose la question de savoir si l'humain à force de prier ou supplier avec véhémence et constance... n'a pas finalement créé une force ou instance psychique "à son image" intervenant ou faisant semblant d'intervenir... fidèle, volage... aux abonnés absents... de mauvaise foi (le pire pour un Dieu!) laquelle force ou instance telle nos ordinateurs demain aura ou a déjà le pouvoir de se créer et recréer à volonté au point de prendre le pouvoir sur l'homme, les hommes demain. L'acte d'amour récité par les catholiques soit "Mon Dieu je t'aime de tout mon cœur et par-dessus toutes choses parce que tu es infiniment bon infiniment aimable" selon nos qualités ou manquements étant telle flamme vacillante prière... fragile.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/02/2017

P.S. Savez-vous, Pierre NOEL que le lieu de la glande pinéale ou épiphyse, est compris comme cette "montagne" ("œil d'Horus", également, Moïse était égyptien) du judaîsme lieu où Moïse reçut les tables de la Loi?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/02/2017

« nul créateur, nulle architecte, tout n'est que chaos »

Suffit juste d'observer une ceinture d'astéroïde... "Mamma Mia" !!!

Et il y a des journalistes(*) et des politiques, qui se rangent du côté de ceux qui sont persuadés que la terre est plate... et que Vladimir Poutine est au volant du rouleau compresseur.

(commentaires.com, l'«e-magazine contre le néo-conformisme», faut oser!)

Écrit par : petard | 12/02/2017

Oui Myriam, psyschitt n'a pas tord, l'environnement façonne l'être humain. Quant aux croyances et aux fables royales, c'est la manipulation du plus rusé et du plus fort sur le faible. Pourquoi pensez-vous que les royautés ont maintenu les peuples dans l'ignorance? Pourquoi pensez-vous que le statut des femmes dans toutes les religions se résume à un objet à la disposition du mâle et son concept religieux?

Entre le dieu des croyants et les peuples, il y a le roi, ses religieux et ses croyants, avec comme armes de destructions massives et d'auto destruction, les fables et les guerres afin de remettre de l'ordre.
Les sœurs viennent ensuite pour humaniser, voir évangéliser tout ce petit monde est à disposition. Les industriels en général ne sont pas loin des esclaves ou la récompense est l'enfer ou le paradis via le jugement dernier.

C'est peut-être ce que nous allons vivre? Nos détraqués iront-ils en enfer, la réponse est non, il n'existe pas. Eux le savent, pas les croyants.

Belle journée....

Écrit par : Pierre NOËL | 14/02/2017

Pierre NOEL,

Pour le plaisir du débat... vous avez raison toutefois j'aborde un instant le film de Scorsese sur Jésus, SILENCE.
Situé au Japon avec horreurs variées.
Or, les évangiles présentent un homme, Jésus en son temps, qui s'occupe des affaires aussi bien de droit commun (crucifiés tête en haut, crucifiés têtes en bas politiques) que religieuses, deux sanhédrins, ce qui ne va pas sans prendre des risques.
De sorte qu'aujourd'hui, en Angleterre, par exemple, en suivant la presse, Jésus parlerait probablement des prisons cloaques hallucinants.
En France des conditions de travail de l'ensemble des locaux dévolus aux juges et des juges.
En Suisse, aïe! de la chance pour nous, "malgré toute les souffrances"! de ces conflits qui font accourir chez nous sang frais pour naissances ainsi que cerveaux et ma foi... ceux qui crèvent sur place, coupés, harcelés, grillés, hachés menu, amputés avec, pour les rescapés, adultes et enfants, plus tard les pires traumatismes... à vie.
Hélas! qu'y pouvons-nous... que voulez-vous...

Vous voyez, Pierre NOEL, qu'il est possible d'aborder les tragédies inspirés, au départ, par un enseignement religieux qui ne fut pas que scandaleux, mensonger ou juste comme moyen pour manipuler le public.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 14/02/2017

En sa forêt de Brocéliande, dit-on, l'Enchanteur Merlin apparaît sous n'importe quelle forme telle la Blanche Ronde de la photo présentée ci-dessus par Jean-Noël Cuénod évoquant l'hostie de jadis dont les prêtres en vous la tendant vous affirmaient qu'il s'agissait du corps du Christ.

Corps du Christ de conception immaculée parce que sans esprit de conquête ou de stratégie d'infiltration... insaisissable... hors d'atteinte... avec laquelle on ne joue pas à la peluche ou à la poupée gonflable... au papa ou à la maman... au docteur ou à touche-pipi.

Écrit par : M.B. | 16/02/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.