10/12/2016

Les femmes à la reconquête des cafés machos!

salafisme,islam,banlieue,femme,machisme

La France célébrait, vendredi, la Journée de la Laïcité. Comment se porte-t-elle? Moins bien dans la réalité que dans les discours. (Photo: groupe de femmes s'installant dans un café monopolisé par les hommes à Aubervilliers en 2013)

Ce principe, prônant la liberté de conscience et la neutralité de l’Etat vis-à-vis des communautés religieuses, est gravé dans le marbre de l’article 1 de la Constitution. Il orne toutes les allocutions politiques, de Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen.

Dans la réalité, c’est une autre paire de manche. L’idéologie salafiste ne cesse de porter des coups à cette laïcité qu’elle abhorre. Cette vision particulièrement rétrograde de l’islam, prône l’imitation des mœurs pratiquées par l’islam des débuts. En premier lieu, le salafisme instaure la soumission de la femme à son père, à ses frères, puis à son mari. Pas question de sortir seule dans la rue ou alors de façon fugace et dûment voilée. Et encore moins de mettre le pied dans un café. Un ancien membre des Renseignements généraux de la police française, Bernard Godard, a décrit la progression inquiétante du salafisme dans son ouvrage La question musulmane en France (Fayard). 

Cette idéologie se diffuse dans la vie quotidienne de certaines cités comme l’illustre un reportage diffusé mercredi au 20 Heures de France 2. Les caméras ont suivi deux courageuses militantes de la Brigade des Mères à Sevran, près de Paris, Nadia Remadna et Aziza Sayah. Leur but: tenter d’entrer dans un bistrot qui, comme bien d’autres, est l’apanage exclusif des hommes. Le rejet est patent. Le patron interpelle les deux femmes: «Ici, il n’y a que des hommes, le mieux c’est d’attendre dehors.» Et si la femme veut boire un café avec la cousine? «La cousine, elle reste à la maison. Ici, il n’y a pas de mixité». Les deux militantes ne s’en laissent pas compter et imposent le dialogue. Pas facile: «Ici, c’est pas Paris, c’est Sevran. C’est comme au bled». Sauf que l’on n’est pas au bled mais à une heure de la capitale en voiture!

France 2 a braqué l’attention sur Sevran qui n’est pas la seule cité à vivre cette phobie, loin de là. A Villiers-le-Bel, le groupe Genre et Ville, sous l’impulsion du maire socialiste Jean-Louis Marsac, milite aussi pour que les femmes reconquièrent l’espace public. En juillet dernier, douze militantes de ce groupe avaient investi le café «Au petit chasseur» à la clientèle uniquement masculine. Là aussi, le dialogue entre les clientes et les clients était tout sauf aisé. De nombreuses autres cités connaissent pareilles initiatives. Mais la reconquête des femmes dans l’espace public ne va toujours pas de soi. Nombre de ces militantes avouent que, seules, elles n’auraient jamais osé entrer dans ce genre d’établissement.

Les cafés ne sont pas seuls en cause. Une jeune musulmane nous avait expliqué que dans sa cité, elle devait faire profil bas, porter des pantalons, se voiler, baisser les yeux, se déplacer rapidement, ne pas flâner. Quitte à se changer sitôt arrivée à Paris pour son travail. Et à reprendre son accoutrement couleur muraille pour rentrer à la maison.

Comparée aux avancées du féminisme dans la société française depuis un demi-siècle, cette situation marque une régression que nombre de femmes ne supportent plus. Et parmi elles, de nombreuses musulmanes. Les médias commencent enfin à découvrir leur combat quotidien contre une idéologie religieuse extrémiste.

COMMENTAIRE

France, une laïcité ambiguë

«France qu’as-tu fait de ton baptême?» proclamait le pape Jean-Paul II en 1980 avant de s’envoler vers Paris. «France, qu’as-tu fait de ta laïcité?», pourrait-on lui répondre en écho. Elle a inventé le mot paru pour la première fois dans un journal de la Commune de Paris, le 11 novembre 1871. Elle l’a inscrit dans sa Constitution. Elle lui a consacré une journée, le 9 décembre.

Dans les discours de son personnel politique, la laïcité est une figure imposée dans les discours. Mais aujourd’hui, elle est mise à mal par l’idéologie salafiste qui se développe parmi les Français musulmans. Le principal fautif de cette situation est l’Etat laïc lui-même. Pendant des décennies, les gouvernements successifs ont délaissé les quartiers et les cités où s’entassaient la partie la plus pauvre de sa population, dont de nombreux musulmans. «Territoires perdus de la République», selon le cliché habituel. Territoires perdus pour la laïcité aussi.  Les autorités françaises ont laissé les prêcheurs les plus rétrogrades, les plus intolérants de l’islam accomplir leur mission, à savoir structurer idéologiquement ces populations à l’abandon et lutter pied à pied contre les idées impies qui ont pour nom liberté de conscience, démocratie, égalité entre hommes et femmes.

De même, la France officielle pratique cette laïcité qu’elle chérit tant non sans ambiguïté. Ainsi, elle subventionne l’enseignement privé ­– la plupart des écoles sont catholiques ­– pour près de 7 milliards d’euros par an. Plus haute juridiction administrative française, le Conseil d’Etat vient d’autoriser l’installation de crèches dans les mairies, s’il s’agit «d’un évènement artistique, culturel ou festif». Or, il est impossible de séparer Noël du christianisme!

La laïcité doit s’appliquer à tous. Ou alors, elle périclitera, au risque de désunir nos sociétés.

Article et éditorial parus samedi 10 décembre 2016 dans la Tribune de Genève

Jean-Noël Cuénod

17:40 Publié dans Laïcité | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : salafisme, islam, banlieue, femme, machisme | |  Facebook | | |

Commentaires

Comme c'est mignon ces contorsions de vocabulaire pour ne pas appeler les choses par leurs noms.

Les rêveurs du multiculti et des "chances pour la France" ne peuvent pas ignorer indéfiniment la réalité du terrain, reste que "café machos" sonne mieux que "café Metek", "salafiste" serait moins stigmatisant et padamalganeux que "islamique"... Et alors faut comprendre quoi ? Qu'il y aurait des millier de "café salafiste" en France ? Mais que fait l'armée ?

Écrit par : C. Martel | 10/12/2016

Noël n'appartient pas au christianisme, depuis plus de 2000 ans les religieux se sont accaparés de tout ou presque. S'occuper des enterrements et des rituels c'est à peu près tout ce qu'ils peuvent faire avec la guerre des religions et le mensonge permanent.

Il serait temps que les femmes se réveillent avant de se retrouver voilées lorsque le concept mortifère sera bien implanté.

Écrit par : Pierre NOËL | 10/12/2016

Encore un effort et vous comprendrez que salafisme et islam c'est la même chose. Encore un effort et vous comprendrez que la laïcité n'est pas la neutralité de l'Etat, mais la séparation de l'Etat et des religions. L'Etat n'a pas à être neutre face à un salafisme et un islam qui veut détruire notre Etat et nos lois.

Écrit par : Caramba! | 10/12/2016

Il n y a que Poutine qui a compris qu Islam modéré n existe pas et qu il faudrait autant le combattre que l autre "Hard". Chapeau Poutine!

Quant on entendait Hollande prôner en Tunisie qu il n y a pas d incompatibilité entre Démocratie et Islam Modéré des Frères Musulmans dits Frères Ténèbres, on comprenait qu il exécute ce que ses employeurs, nos "Grands Chers Amis les Emirs", lui soufflaient quoi dire.

Quand on entendait Caseneuve, ancien ministre de l Intérieur et actuel PM de la France, dire que le Djihad n est pas un délit, on se demande où va t elle la France après avoir été un pays pro-terroriste et est elle loin d être un pays bananier carrément terroriste? N est il pas l escroc Fabius qui a dit urbi et orbi en septembre 2012 à Marakech qu Al Nosra, donc Al Qayda fait du "bon boulot en Syrie" voire qu à ce jour, elle continue ce même "bon boulot" puisque Al Nosra est toujours présente à Alep Est? Fabius n est pas idiot et il ne craignait rien par cette déclaration car il n a fait que déclarer urbi et orbi la position de la France (et de Hollande certes) à l égard d Al Qyada/Al Nosra, entre autres, en Syrie.

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 10/12/2016

Et toujours la. même ritournelle jusqu'à plus soif! C'est d'un ennui mortel!
Dommage pour ce billet!

Écrit par : Patoucha | 10/12/2016

Après un enterrement des musulmans entendirent prendre une collation dans un lieu public et d'entente avec un pasteur très ouvert à l'islam choisirent la cafeteria de sa paroisse. Il n'était pas question qu'hommes et femmes s'installent dans la même pièce, celle de la cafeteria, si bien que l'on dirigea les femmes vers un autre endroit que la cafeteria réservée... aux hommes.
Pourquoi avoir accepté? Il y a un restaurant, avec plusieurs salles en face du temple:
"Nous n'acceptons pas cette séparation hommes/femmes non conforme à notre foi et é nos mœurs. Nous comptons présentement une femme pasteur et une autre diacre" en notre paroisse."!

Les églises ou temples qui se vident deviennent des mosquées.

Mobilisation s'impose et les chrétiens devraient, en masse, travailler à la reconquête de leurs lieux de culte,

N'en déplaise à Pierre NORL l'Eglise n'est pas et plus ce qu'il (trop sympa Pierre NOEL pour le mot qui suit mais juste pour se faire comprendre entre quatre yeux) "ratiocine" sans cesse.

Il faut redire que le terrain sur lequel est érigé un minaret après trois ou quatre appels à la prière par un muezzin devient "terre d'Islam"!

En suivant le parcours du divin son... "potentiel"! lui aura permis de passer de l'état de deurge terrifiant à celui d'Amour: "Dieu est amour" et, selon Tolstoï par excellence sensible à la souffrance humaine et é indigence "Là où il y a l'amour là il y a Dieu"!

S'il y a amour Dieu est tout-puissant.
S'il n'y a pas ou plus d'amour Dieu n'tant pas ou plus... ne peut, par le fait, être puissant ou tout-puissant.

Bien en péril de nos jours... l'amour

de quoi inspirer ou faire retourner à leurs adolescences prêtres, pasteurs, diacres ou... pires que tous, certains/nes conseillers/ères piliers de paroisse jugeant leurs "non semblables" à l'aune de leur sottise, prétention, vanité, mauvaise foi, mensonges et calomnies coutumiers, qui pourraient leur valoir procès en diffamation ou pour tort moral.

Je contemplai l'un d'eux en notant l'erreur d'une foi entretenue sans envisager de la remettre en question... ainsi que nombreux textes bibliques des écritures... ce qui s'impose en nous y invitant car cet homme

était sec, desséché... comme un terrain sans pluie ni EAU.

Si Monsieur Pierre NOEL voulait se donner la peine de prendre connaissance non avec mille livres des ennemis du christianisme... des évangiles il découvrirait que si le personnage, ne lui en déplaise, historique de Jésus a finalement était condamné et "remis" à la justice romaine c'est pour avoir osé interpréter les écrits bibliques selon son cœur et sa conscience en même temps que dénoncé les inégalités en son temps à commencer par la justice du sanhédrin (deux sanhédrins, un tribunal concernés par les condamnés de droit commun (Rome: crucifiés tête en haut) d'une part, condamnés politiques (tel Pierre, crucifiés tête en bas) de l'autre.

Ce qui, aujourd'hui, parce que cette personne pour nous prénommée Jésus était extrêmement sensible aux sens des mots, l'inspirerait à propos de: protectionnisme, isolationnisme, etc.

ainsi, entre autres, que la séparation des hommes et des femmes lui, Jésus, évangile de Thomas, qui disait à Pierre de "ne pas écarter Marie (une femme, donc) de la communauté car tout comme toi elle a une âme"!

Féministe, ce Jésus.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/12/2016

@Myriam Belakovsky,

Super votre écrit, plein de bon sens!

Puisque l "Histoire" de Jésus dure depuis 20 siècles, cela veut dire qu il en a certainement quelque chose de fort, de captivant, de passionnant et de passionné...sinon que les 2.2 milliards de chrétiens (ou 1/3 de la planète) sont des paumés, chose difficile à gober...et ceci s applique de facto sur les deux autres religions monothéistes et aussi les non-monothéistes comme les hindous, les athées, les agnostiques...etc... La condition à respecter est la laïcité et que cette dernière ne tuerait pas la/les "Religion/s" n importe lesquelles.

Bien à Vous.

Écrit par : Charles 05 | 11/12/2016

Tous les fans de Liberté doivent se mobiliser contre les religions, elles ne sont que des remparts de protection des royautés au travers des croyances et des fables.

Les adeptes du paradis et de l'enfer sont les aimables obligés des seigneurs, prêts à tout pour remettre le fascisme féodal en place, attention danger.

Les politiciens inféodés sont aussi dangereux que les terroristes lorsqu'ils ont la voix libre.

http://www.tdg.ch/monde/libertes-menacees-pologne/story/11718281

Écrit par : Pierre NOËL | 11/12/2016

Les religions qui le sont à partir des évangiles indissociables de la Première Alliance (potentiel divin de démiurge terrifiant à "Dieu est amour"!) comparent le domaine spirituel à un homme qui voit et le domaine matériel à un homme qui marche.
Or il faut que l'homme qui voit marche et que l'autre qui marche voie soit que ces deux hommes n'en fassent plus qu'un.

C'est-à-dire en aucun cas le domaine spirituel sans ou contre le domaine matériel ou le domaine matériel sans ou contre le domaine spirituel... Les deux domaines ensemble comme il pourrait y avoir deux états amis (par ordre alphabétique) Israël et Palestine. Comment réconcilier une fois pour toutes ces deux frères ennemis issus d'une même famille, les Sémites!?

IL ne faut pas oublier, Pierre NOEL, qu'il fut un temps où les femmes n'avaient pas le droit de chanter dans les églises remplacées par des voix de jeunes garçons puis, que des églises cantatrices devenues après être passées par des salons mondains, apparurent enfin en auditions, récitals ou concerts.

Fréquentation bars ou bistrots entre deux.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/12/2016

Les commentaires sont fermés.