04/12/2016

Ségolène Royal, un négationnisme de gauche

France-President-s-Ex_Horo-e1432617965119.jpg

Après Jean-Luc Mélenchon, Ségolène Royal a versé sur les cendres encore chaudes de Fidel Castro, son flot de larmes, samedi soir. Le feu dictateur cubain a eu droit de la part de la ministre française de l’environnement à un dithyrambe qui est la marque d’un certain négationnisme de gauche :

Il y a toujours du positif et du négatif dans les histoires, mais certains ne vont pas se rhabiller à bon compte au nom des droits de l'homme alors qu'on sait qu'ici, quand on demande des listes de prisonniers politiques, on n'en a pas. Et bien fournissez-moi des listes de prisonniers politiques, à ce moment-là on pourra faire quelque chose. Elle ne fait ainsi que perroqueter ce qu’avait prétendu Raoul Castro au moment de la visite d’Obama.

Passons sur l’abyssale stupidité de la remarque concernant cette « liste de prisonniers politiques ». Comme si les tyrans allaient publier la comptabilité de leurs crimes ! Arrêtons-nous plutôt sur la Fidelmania qui court à gauche et parfois même à droite.

Il est certain que la révolution castriste de 1959 a permis à Cuba de se débarrasser de la tutelle des mafias américaines, que l’alphabétisation s’y est développée de façon spectaculaire, de même que la santé publique. Il est aussi à craindre que lesdites mafias américaines – influentes dans les milieux anticastristes de Miami  – ne cherchent à reconquérir ce terrain perdu.

Il n’en demeure pas moins qu’un peuple n’est pas forcé de payer ces progrès sociaux par l’oppression politique. Ou alors, félicitons Mussolini d’avoir mis les trains italiens à l’heure et glorifions Hitler pour ses grands travaux[1].

Avant de débiter ses sottises cubaines pour balancer des fumées d’encens sur le goulag tropical, la ministre française aurait pu jeter un œil sur le rapport 2015-2016 d’Amnesty International qui n’est pas précisément l’organe de la réaction (on peut le consulter en cliquant ici). Le constat que dresse Amnesty sur la politique des frères Castro est accablant :

Selon la Commission cubaine des droits humains et de la réconciliation nationale (CCDHRN), plus de 8 600 militants et opposants au régime ont été placés en détention pour des motifs politiques durant l'année. Avant la visite du pape François en septembre, les autorités ont annoncé qu’elles allaient libérer 3 522 prisonniers, notamment des personnes de plus de 60 ans, des jeunes de moins de 20 ans sans antécédents pénaux, des malades chroniques et des étrangers que leur pays acceptaient de reprendre sur leur sol. L’annonce a été faite dans le journal officiel du Parti communiste, Granma. Cependant, avant et pendant la visite papale, des défenseurs des droits humains et des journalistes ont signalé une forte augmentation du nombre d’arrestations et de détentions de courte durée. La CCDHRN a recensé 882 arrestations arbitraires durant le seul mois de septembre.

La « sortie » écervelée de Ségolène Royal a suscité une gêne certaine, même à gauche, comme l’illustre ce « tweet » gazouillé par le premier secrétaire du Parti socialiste Cambadélis : « La révolution cubaine est défendable. Le régime castriste ne l'est pas. Ségolène Royal devait être dans l'enthousiasme cubain ».

Excuser les tyrans, quels qu’ils soient, c’est perpétuer la tyrannie. Un point c’est tout.

Jean-Noël Cuénod

 

[1] Contrairement à une idée reçue plantée dans les esprits par la propagande nazie, le programme des autoroutes allemandes a été établi par les partis démocratiques avant la venue d’Hitler au pouvoir en 1933. Un an auparavant, la première autoroute Cologne-Bonn avait été inaugurée.

17:45 Publié dans Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : vidéo, casrtro, cuba, ségolène, france | |  Facebook | | |

Commentaires

Tout arrive, je suis d'accord avec vous. Espérons que Papy Ziegler ne lise pas votre billet...

Écrit par : Géo | 04/12/2016

Cette fascination pour le totalitarisme, nécessaire ADN de la gauche, est également largement partagée en Suisse. Voir notamment les insoutenables éloges du socialiste Carlo Sommaruga et autres groupies inconditionnels. Inquiétant et pathétique. Fort heureusement, cette gauche nostalgique et revancharde est en perte de vitesse,tant en France, qu'en Suisse et fort heureusement également à Genève. On estime à 12 le nombre de députés au Grand Conseil après les élections de juin 2018. Quant à Ségolène Royal, c'est bientôt le formol..

Écrit par : Ronald ZACHARIAS | 04/12/2016

Si Castro était tombé ou avait cédé le pouvoir, Cuba aurait redevenue très rapidement encore une république bananière. On critique Cuba comme une dictature, mais on ne dit jamais rien sur la plupart des pays d'Amérique Centrale ou Sud qu'on toujours vécu sous la dictature au service de l'Oncle Sam et de ses sbires "latino américains" en s'en fichant complètement des besoins les plus élémentaires de la population de ces pays.

Sans les USA, Cuba aurait pu devenir une démocratie. Mais avec un voisin pareil impossible. Les USA ont été (et le sont toujours) pires pour les pays américains que l'Union Soviétique l'a été pour les pays sous sa domination.

Écrit par : Dominique | 04/12/2016

Même France Inter (chien de poche du Gvt français et de Reuters, de l Asociated Press et l AFPute) a dit: "Fidel Castro est mort, c est celui qui a tenu tête à l IMPéRIALISME américain contre Cuba et contre toute l Amérique du Sud!"

Il y a cinquante ans, il n y avait pas d oppression des Libertés à Cuba et quand même le Peuple de ce pays a subi 50 ans d embargo illégale, illégitime et inhumain car c est toujours le Peuple qui casque et non pas les gouvernants qu on aime ou pas. Même, Obama l avait déclaré en 2015 avant la levée de l embargo contre Cuba.

La Révolution à Cuba est une histoire passionnée et passionnante, n en déplaise à qui que ce soit.

Au sujet des embargos, on tergiverse si la levée de l E,margo en Iran est justifié ou pas et faut il faire marche arrière, chose honteuse de le dire et de le penser. Même en Syrie, un embargo court toujours contre ses avions civils, son indsutrie, ses aliments de première nécessité et des médicaments ...Est ce juste ou il nous faudrait un Fidel Castro Syrien, Yéminite, Irakien, Libyen, Turque et même français ...etc...pour sortir de l impasse et vivre dignement?

Écrit par : Charles 05 | 04/12/2016

@Dominique,
Rien à ajouter à votre excellent écrit.
Bien à Vous.

Écrit par : Charles 05 | 04/12/2016

Ségolène qui encense Castro, Fabius qui a dit que l'EI faisait du bon boulot, Hollande qui dévoile des secrets d'Etat, Jérome Cahuzac (ex-ministre du budget) qui gérait son budget en catimini tout en affirmant qu'il ne possédait rien.
Ah elle est belle la gauche française.

Écrit par : Lambert | 05/12/2016

Encenser, raconter n'importe quoi, parler trop, tricher, dissimuler, etc. ces germes sont en nous que nous cultivons peu ou prou mais plus nous correspondons aux gens que nous critiquons, plus, en somme du appartenons au même groupe et par le fait moins nous trouvons à objecter, à "agir"!

Nous correspondons aux décideurs les uns avec passablement de moyens, les autres, moins, mais le fond du problème, en nous tous, la racine est une.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 05/12/2016

Il y a de la tyrannie partout.
Petites ou grandes tyrannies relationnelles, professionnelles, contraintes, modes, obligations, assurances imposées, etc.

Courbant la tête acceptant, résignés, impuissants voire "soumis" comme en France, le plus souvent tout et n'importe quoi tel l'article 49.3 ou l'image nouvelle de manifs tournant en rond comme chiens après leurs queues... grèves (rires de naguère de M. Sarkozy) "dont on ne s'aperçoit même plus"!

Comment, dans ces conditions, viendrions-nous à bout de tyrannies mortelles, elles?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/12/2016

Bravo pour votre texte M. Cuénod. A tous, lisez Zoé Valdez, la grande opposante cubaine, et vous saurez ce qu'est réellement le cauchemar de la dictature castriste. C'est comme l'ancienne RDA, avec une différence: le soleil en plus. Nul doute que les Royal, Ziegler et Sommaruga en ont fait leurs livres de chevet....Et dire que papy Ziegler admire aussi Chavez!

Écrit par : Christian | 09/12/2016

Réponse à Dominique: vous délirez un peu.

Les USA pires pour leurs voisins que les Soviétiques pour leurs anciens Etats du Pacte de Varsovie, des peuples réduits quasiment en esclavage économique et politique jusqu'en 89?? Faut se pincer pour lire ça.

Demandez à des Polonais, des Tchèques, des Moldaves, des Baltes, des Allemands de l'Est, à des Soviétiques, où ils auraient préféré vivre s'ils avaient eu le simple droit de quitter leur prison stalinienne. Je ne suis pas sûr qu'ils aient demandé l'asile politique à Castro...

Asservir tout son peuple pendant 60 ans juste pour tenir tête à l'ennemi américain fantasmé, s'asseoir sur sa révolution comme un pacha jusqu'à sa mort uniquement pour entrer dans les livres d'Histoire, voilà en gros ce qu'a fait le sinistre Castro.

Écrit par : Christian | 09/12/2016

Je voudrais apporter une nuance. Ayant travaillé en Angola pour une organisation dite internationale mais très suisse, j'ai côtoyé les Cubains et je peux témoigner qu'ils avaient bonne réputation dans la population parce qu'ils se conduisaient très bien. Je parle de la troupe, pas des généraux dont l'un a été condamné à mort par Castro pour pillage. A tort ou à raison, je n^n'en ai aucune idée...

Écrit par : Géo | 09/12/2016

Réponse à Charles: "La révolution cubaine est une histoire passionnée et passionnante...où on vit dignement"! Ouais, on n'en doute pas mon vieux, pour les romantiques du grand soir et des lendemains radieux, pour les bobos européens qui vont en vacances à Cuba voir les pauvres qui vivent comme en 1950, les manufactures de cigares et les belles bagnoles américaines, et se dorer la pilule dans des 5 étoiles. Après l'effondrement de l'URSS, fini le soutien financier et militaire qui maintenait Cuba sous perfusion déjà artificielle. Castro a tenté de miser sur le tourisme des riches qui viendraient voir son île comme on visite Pompéi, où le temps s'est arrêté.

Castro, le copain de Jean Ziegler notre chantre des Droits de l'Homme : Castro révolutionnaire et fasciste, autant corrompu et violent que Batista. Mais c'est vrai qu'il fait toujours beau à Cuba.

Écrit par : Christian Macherel | 09/12/2016

Excellente série de reportages hier sur Castro sur la chaîne "Toute l'histoire"...
Ochoa n'a pas été exécuté pour méconduite en Angola - j'étais dans un pays perdu lorsque c'est arrivé, d'où mes manques d'information...- mais pour trafic de drogue. En fait, pour couvrir les frères Castro ?
Ces reportages indiquent que la guerre en Angola aurait fait un million de victimes civiles mais on se demande bien qui en aurait pu faire le compte. C'est un peu comme les mines anti-personnelles. On raconte que Boutros Boutros Ghali, juste avant un discours sur ce sujet demande à ses assistants combien de mines en Angola ? Dix mille, dit l'un. Non, ce n'est pas assez, dit l'autre. Au moins cent mille. Non, bien plus, ajoute le troisième. Il faut indiquer 1 million.
Le secrétaire général des NU parlera de dix millions dans son discours. A raison de 20 minutes pour poser une mine, cela représente 138889 jours de travail non-stop pour une personne. A raison de huit heures de travail par jour, ce qui est déjà énormément surcompté, cela donne le triple :416667 jours.
Avec dix mille soldats, qui ont bien d'autres choses à faire que planter des mines, cela fait 41 jours de travail. On voit bien que l'on nage dans le plein délire onusien...L'Angola serait recouverte de mines alors que si on observe le travail des démineurs, ils trouvent de temps à autre et plutôt rarement une mine, dans certains endroits bien précis : les ponts et leurs alentours en particulier...

Écrit par : Géo | 10/12/2016

"Castro, le copain de Jean Ziegler notre chantre des Droits de l'Homme"
Je ne suis pas aussi certain de mon jugement que vous sur Ziegler. Il est vrai qu'il m'a très souvent irrité, ne serait-ce que pour ces déclarations sur sa croyance en dieu, qui semble ressortir plus au mysticisme lié à une vision utopiste du monde qu'aux leçons que donne l'histoire réelle.
Il est difficile, cependant, de ne pas être touché d'une certaine manière, et presque convaincu, lorsqu'on l'entend parler de la révolution cubaine et des bienfaits qu'elle a apporté aux plus pauvres de ce pays.
Il définit l'état présent de cette révolution, avec ses diverses restrictions à la liberté, comme une étape sur un chemin qui doit conduire de l'accession de tous au minimum vital digne de tout être humain à un état de liberté tout aussi souhaitable.
On ne peut qu'être d'accord avec le premier de ces buts et constater qu'il a été atteint, dans une très large mesure, comme l'ont d'ailleurs reconnu beaucoup des critiques de Castro dans le monde. On peut aussi reconnaître que le blocus américain a, comme il le dit, tout fait pour le succès de cette révolution impossible.
Cela dit, j'ai beaucoup de peine à concevoir comment il peut penser que l'évolution vers une régime de liberté des moyens de communication, nécessairement lié pour moi à l'établissement d'un régime démocratique à l'occidentale, soit possible sans que tous les maux liés à cette liberté, inégalités sociales et retour d'une criminalité liée en partie à elles, fassent leur retour.
Il est difficile de croire qu'une humanité débarrassée de ses instincts d'acquisition et de préservations du pouvoir et de la richesse puisse jamais être suivie d'une autre qui mettrait l'amour et le partage au centre de ses aspirations, à moins que l'évolution, technologique si l'on veut se placer dans une perspective de temps envisageable ne la transforme de manière radicale.
Les religions l'ont bien compris, pour qui c'est toujours dans un au-delà du temps et de l'espace que s'accompliront les promesses de leurs textes sacrés et les paroles de leurs prophètes. Quant aux visions du future que nous ont proposée au cours du siècle dernier des écrivains comme Huxley et Wells, pour ne prendre que celles qui sont connues du grand public, elles sont très justement qualifiées de dissocies, tant elles montre que cet état de paix ne peut être qu'un leurre, un semblant de paix et de bonheur acquis pour certains au prix de l'exclusion de l'esclavage d'autres.
Comme cela a toujours été le cas.

Écrit par : Mère-Grand | 10/12/2016

Les évangiles font dire à Jésus que certains verront le Royaume de paix qu'il annonce de leur vivant ce qui reviendrait à dire qu'il s'agit d'un état d'esprit disposé à la justice, au partage, à l'amitié et Shri Aurobindo (in LA PRATIQUE DU YOGA INTEGRAL, Albin Michel Spiritualités vivantes) de son côté disait qu'il ne faut pas remettre aux temps futurs l'attente de visites de forces d'amour en ce monde mais également qu'il arrive que l'on prenne conscience des ces visites en notre quotidien que plus tard, pas sur le moment.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/12/2016

A propos des affirmations de Ronald Zacharias

"Cette fascination pour le totalitarisme, nécessaire ADN de la gauche,(...)...

Je ne me souvenais pas que les Videla et autres Pinochet avaient un ADN de gauche...

Écrit par : Michel Sommer | 10/12/2016

Réponse à Christian Macherel,
Pas d accord avec votre écrit de faire porter la totalité du mauvais destin imposé à Cuba seul à Castro Fidel, RIP.

Depuis 50 ans, les USA ont imposé un embargo, de facto, illégal et inhumain, car il ne pénalise que les Citoyens et jamais les gouvernants comme Obama l avait dit, enfin, en 2015. Dans ce contexte de l horrible embargo qu il faudrait analyser le pourquoi Castro est devenu très autoritaire car Cuba n avait pas besoin ni de cet embargo ni surtout pas d avoir une opposition qui vaut ce qu elle vaut et qui lui mette des bâtons en plus de ceux des USA dans les roues, chose indécente de la part de ladite opposition. La même situation se présente aujourd hui en Syrie qui subit une guerre étrangère contre elle et rien d autre et qui vise à détruire le pays et "on" (L Occident) veut que l opposition puisse faire la guerre à côté des terroristes et joyeusement et sans gêne et de tuer autant l Armée loyale que les citoyens syriens.

NB: Le terme de "mon vieux" que vous avez mis dans votre texte, gardez le pour vous, SVP.

Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 10/12/2016

Je conseille à certains bonimenteurs de lire:

- "Le socialisme en chemise brune" de Benoît Malbranque

http://ben.lp.free.fr/lesocialismeenchemisebrune/Benoit%20Malbranque%20-%20Le%20Socialisme%20en%20Chemise%20Brune.pdf

- "La route de la servitude" de Friedriech A. Hayek dont vous trouvez un condensé de l'essai sous ce lien:

http://www.ecoleliberte.fr/wp-content/uploads/2016/08/hayek_ennemi_servitude.pdf

Écrit par : G. Vuilliomenet | 10/12/2016

Les commentaires sont fermés.