09/11/2016

Trump président: l’annonce faite à Marine

150827102252-donald-trump-july-10-2015-super-169.jpg

Impression ce matin de se réveiller dans un vide-ordure. Pourtant, on la sentait venir cette catastrophe, dans l’ambiance d’égout qui nous plombe. Donald Trump règne désormais sur la première puissance mondiale. Victoire des «petits» contre les «grands», clameront les démagogues. Lui, un «petit», ce milliardaire qui se vante de ne pas payer un cent d’impôt ? Victoire de la «base» contre les «élites» ! Parce que Trump, le médiacrate, le fils à papa, il ne fait pas partie des «élites» ? Mais il est en plein dans les «élites», le Trump ! Il marche dedans et ça lui porte bonheur. Car faire partie des élites désormais, c’est être raciste, prôner la violence, mépriser les femmes, emporter la présidence américaine sans s’être donné la peine d’élaborer un programme. Cette victoire est aussi une réaction violente contre une mondialisation qui échappe à tout le monde, sauf aux hyperriches. Mais espérer que Trump  – qui n'a aucune vision du monde – est capable de contrer ce mouvement, c'est croire que Rantanplan va décrocher le Prix Nobel de Physique.

L’élection de Donald Trump va libérer tous les démons de la société. Tous nos démons intérieurs aussi. Cette élection, c’est aussi l’annonce faite à Marine. L’Elysée est à portée de main du Front national. Le pire n’est plus possible, il est probable. Avec Poutine, Erdogan et maintenant Trump à la Maison Blanche, jamais le monde n’a été aussi imprévisible, jamais le monde n’a été aussi dangereux. Quant aux Etats-Désunis, ils sont désormais divisés en deux moitiés qui se haïssent mutuellement. La seule bonne nouvelle est l’effondrement, une fois de plus, des sondages d’opinion qui servent d’oreillers de paresse aux médias.

 

Cet effondrement moral et intellectuel est aussi aussi le nôtre. Nous avons la Rome et les Césars que nous méritons. Nous avons voulu le règne de la quantité, nous y sommes soumis. Nous avons choisi le matérialisme et la cupidité pour moteur, nous voilà embarqués plein pot vers le précipice. Les dirigeants politiques ne sont que l’expression de nous-mêmes. Si le peuple sécrète pareils tordus, c’est le signe qu’il marche de travers. Nous avons tous la tronche de Trump.

De Manille à Washington, en passant par Budapest, Vienne, Varsovie, Amsterdam, Genève, Zurich, Paris, Marseille, Londres et tant d’autres, la marée de la médiocrité ramène toujours sur nos plages du XXIe siècle, les détritus rejetés par l’Histoire : nationalisme, démagogie, racisme, identité fantasmée, fermeture du cœur et du cerveau. Des murs, des murs, partout des murs. A l’extérieur. A l’intérieur. On appelle «populistes» le ramassis de politicards qui ont, comme l’on dit dans les gazette d’une autre âge, «le vent en poupe» . «Populiste» ? Mais du peuple, ils ne veulent qu’une chose, l’agiter avant de s’en servir! Et de servir les copains, une fois parvenus aux bonnes places.    

La question des «migrants» – mot chafouin qui signifie «réfugiés» – est devenue l’obsession qui occulte toutes les questions vitales pour notre avenir : le réchauffement climatique, l’inégalité toujours plus criante entre les hyperriches et les autres, le tissu social qui devient lambeaux, les déserts ruraux asséchés par le simoun du capitalisme sauvage.

C’est tellement facile de désigner cette masse de femmes, d’hommes et d’enfants qui errent sur la planète en fuyant la faim et le feu, plutôt que de s’attaquer au système financier qui a créé ces situations. On ferme les frontières et c’est au voisin de se démerder. Le voisin fait la même chose avec d’autres voisins et ainsi de suite.  Le problème n’est pas réglé ; il est enfoui sous le tapis d’à-côté. Mais, fatalement, il reviendra. Des terroristes parmi les réfugiés ? Il y en a sans doute quelques uns au milieu de ces foules jetées sur les routes. Mais les terroristes ne s’appellent pas tous Mohamed. Ils ont aussi les cheveux blonds, un nom bien de chez nous, comme ce jeune égorgeur normand.  

Trump, le clan Le Pen, Blocher, Orban et tant d’autres ont éveillé le pire en nous. Nous vivons en ère vulgaire et serons, un jour ou l’autre, nos premières victimes.

Jean-Noël Cuénod

07:55 | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : président, etats-unis | |  Facebook | | |

Commentaires

Trouvé ce matin, Jean-Noël Cuénod, dans un bouquin un billet avec ces quelques mots recopiés d'un auteur inconnu résumant votre indignation (plus particulièrement à propos de ces migrants (pendant que les autres victimes sans forces, sans moyens restent sur place ce qui n'émeut semble-t-il plus grand monde£) migrants qui contribueront à faire notre richesse et ma foi tant pis pour tous ces affamés ou victimes de guerre, conflits ou terrorisme du moment qu'à nous ça nous profite, porte chance, "bonheur", somme toute:


"C'est l'enfer des pauvres qui fait le paradis des riches."!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/11/2016

you can't always get what you want

La musique de fond après l'allocution du vainqueur d'ailleurs emprunte d'apaisement.
C'est peut être le véritable message de cette élection venue du peuple auprès de "l'ex élite" selon vos dires.

Je peux concevoir en partie les craintes que vous exprimez monsieur Cuénod, cependant je ne peux m'empêcher de penser qu'un président qui prône un meilleur dialogue avec tous les autres gouvernements est plus à même d'empêcher de jeter de nouveaux réfugiés sur les routes.

Tout le contraire de cette "ex élite éclairée " , que vous semblez regretter, responsable de beaucoup de malheur humain par cette manie de se sentir au dessus de toutes règles de probité pour porter des conflits armés ailleurs, dans la seule fin de conserver des intérêts particuliers et sous le couvert de mission civilisatrice.

Vous pouvez bien penser que cela pue l'égout ce matin, mais force est de constater que cela puait déjà la charogne depuis bien longtemps, même si l'ensemble des médias et des politiques voulaient nous faire croire que c'est le seul vrai parfum de la civilisation humaine.

Cette élection devrait pousser l'ensemble des commentateurs à ne plus se fier qu'aux apparences insignifiantes, pour faire eux-même, oeuvre de vision élargie.

Écrit par : aoki | 09/11/2016

Il n'y a pas si longtemps vous parliez d'information "honnête" et "complète". Elle est où cette information? Vous êtes un partisan, et un partisan de la corruption. Votre dépit est jouissif à force de désinformation. Les fascistes sont ceux qui se donnent en spectacle comme ici:
https://youtu.be/Fgcd1ghag5Y
Nous avons vu, nous avons subi les mensonges, elle dégage la vioque.
Et non, tous les migrants ne sont pas des réfugiés. Autre mensonge.
Il ne vous reste d'ailleurs que le registre du mensonge. Et AUCUNE auto-critique, monsieur "Parfait" qui croit qu'il a toujours raison.

Écrit par : Charles | 09/11/2016

Merci, Monsieur
une fois encore vous trouvez les mots justes et forts .
sauf peut-être lorsque vous évoquez les détritus "rejetés par l'Histoire"
Qu'ils méritent de l’être oui; qu'ils le soient cela parait moins sûr ...
Ils on été largement à l’œuvre au siècle dernier et au lieu d'être plus ou moins masqués sont aujourd'hui revendiqués en pleine lumière...
quoi qu'il en soit je vais, une fois de plus, me permettre de présenter votre article sur ma page facebook
Merci

Écrit par : michel Bac | 09/11/2016

Très bon résumé d'analyse aoki, merci!

Écrit par : Mireille | 09/11/2016

Je ne suis pas pro-Trump mais, excusez-moi, votre "ambiance d'égout" est surtout de refuser de comprendre que le monde en a plus qu'assez des politiques de migrations folles, du libre-échange et consorts.

Aussi dur soit-il, autant le prendre en compte une fois, non ?

Écrit par : JDJ | 09/11/2016

Voici un texte qui me fait penser à une chnson de troupiers:"Dégueulons et ravalons" et certains osent le présenter comme un grand texte.
Comme c'était jouissif ce matin d'entendre les glapissements de tous ces verbeux de journalistes.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 09/11/2016

Mon dieu quel mépris dans votre texte. Mépris caractéristique du petit bobo contrarié parce que tout un petit peuple n'a pas voté "intelligemment" et selon vos convictions.
L'ambiance d'égout c'est surtout votre refus de voir la réalité en face et surtout de la décrire.
Accepter que certaines personnes ne pensent pas comme vous. ça s'appelle simplement la démocratie.
Ce qui pue c'est la politique actuelle faite par de politiciens véreux et soutenu par des journalistes qui jouent le rôle d'idiots utiles.

Écrit par : Boccard | 09/11/2016

Avant l'an 2000 Trump avait prédit que s'il cherchait à devenir président il se dirait républicain et pour se faire élire choisirait les réseaux les plus menteurs parce que toujours crus par les imbéciles.
Lu également qu'on le situe clone des Berlusconi et Tapie.

Si non "odeur d'égout", odeur à venir de chienlit!?


Sans nier à quel point NOUS EN AVONS PLUS QU'ASSEZ des politiciens complaisants présents avec une question de féministe des années septante: peut-on dire que les femmes politiciennes ont jusqu'à présent humanisé les décisions des pouvoirs en place?

Christine Lagarde a précisé que l'on n'entre pas en politique pour faire du sentiment.

Naïves certaines d'entre nous pensaient justement que les femmes (dont mères pour un grand nombre) au pouvoir en lieu et place des boniments habituels feraient... du sentiment.


A la limite il y aurait de quoi.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/11/2016

"Avant l'an 2000 Trump avait prédit que s'il cherchait à devenir président il se dirait républicain et pour se faire élire choisirait les réseaux les plus menteurs parce que toujours crus par les imbéciles."

Hé ben. Les imbéciles semblent très contents pour l'instant. Cela ne va pas durer. Mais les imbéciles ont été un excellent filon pour M. Trump.

Écrit par : Noddy | 09/11/2016

«cependant je ne peux m'empêcher de penser qu'un président qui prône un meilleur dialogue avec tous les autres gouvernements est plus à même d'empêcher de jeter de nouveaux réfugiés sur les routes. »

M. Cuénod aurait sans doute préféré que ça pète un bon coup entre la Russie et l'Occident.
Incroyable, cette même mouvance qui est pour la sortie du nucléaire civil se tape sur le ventre à l'idée d'un feu d'artifice apocalyptique.

Écrit par : petard | 09/11/2016

"...cette même mouvance qui est pour la sortie du nucléaire civil se tape sur le ventre à l'idée d'un feu d'artifice apocalyptique."

Encore un autre naïf. Parce que tu crois vraiment que cela aurait eu lieu ??

Écrit par : Charlot | 09/11/2016

"Les imbéciles semblent très contents pour l'instant."
Ahah, seulement capable de proférer des insultes, comme un vulgaire Trump.
Encore un qui voulait la guerre et la destruction de l'Iran...
http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/hillary-clinton-si-je-suis-53886
Comme si la Russie aurait laissé faire sans guerre mondiale et nucléaire.
Si Trump tient parole, fini le traité transatlantique! C'est pas une bonne nouvelle, ça?

Écrit par : Charles | 09/11/2016

@ Noddy,

Si les imbéciles du moment sont très contents de la victoire de Trump peut-être bien désenchantés demain entonneront-ils qu'"un Trump ça trompe énormément"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/11/2016

Tout a été dit sur Donald Trump, malheureusement tout en mal, tout en noirceur, comme s'il était le mal incarné, le diable.
Pourquoi nos pseudos journalistes mais véritables propagandistes ont-ils d'un seul homme voué un tel culte à Hillary Clinton, à croire qu'ils avaient été corrompus par le fric de l'establishment.
Voici quelques liens dont devraient s'inspirer tous ces désinformateurs qui finalement ont obtenu le contraire de ce qu'ils espéraient, à savoir l'élection d'une politicienne pourrie jusqu'au trognon:

https://www.youtube.com/watch?v=AVyx9SepMRk

http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2016/10/25/make-america-great-again-trump-elu.html

http://lesobservateurs.ch/2016/11/09/sursis-hillary-raisons-de-victoire-de-donald-trump/

J'espère que ces quelques exemples inspireront certaines de ces personnes qui ont choisi ce merveilleux métier de journaliste mais qui ont préféré manger dans l'auge de cette élite autoproclamée les vertueux.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 09/11/2016

"Pourquoi nos pseudos journalistes mais véritables propagandistes ont-ils d'un seul homme voué un tel culte à Hillary Clinton,"
En effet, pourquoi?
Voici une information qu'ils se gardent bien de publier:
https://www.youtube.com/watch?v=q0NECKLELi4
Je me demande ce qu'ils vont ressentir en tant que fervents soutiens de tels "acteurs".

Ahah, dans le premier lien, normal premier nous dit le 15 octobre, qu'"une présidentE va être élue"... rires dans l'audience. Aujourd'hui ils doivent rire jaune. Une telle indigence ! C'est lamentable. Ah non! C'était une "petite blague". Ahah.

Écrit par : Charles | 09/11/2016

"Si Trump tient parole..."

Hahahahahaah !!! Un vrai clown ce Charles.

Écrit par : Noddy | 09/11/2016

Mmmmmmm j'ai sauté de joie en apprenant l'élection de Trump!

DONALD TRUMP PRESIDENT DES ETATS-UNIS D'AMERIQUE!

Écrit par : Patoucha | 10/11/2016

Les journalistes se sont réveillés avec la gueule de bois aujourd'hui! Mais, franchement, ils devraient changer de métier!

"Si tu ne veux pas te réveiller dans une France Bleu Marine, Change Now !"

Michel Mompontet, « 100% journaliste » – où l’exemple typique de ce qui cloche dans les médias occidentaux !

Publié le : 9 novembre 2016

Ce matin, Ariel Melles parlait de la défaite du journalisme traditionnel sur la démocratie. Et il dénonçait, de ce fait, les manipulations, mensonges, et engagements des journalistes qui se disent neutres.

En voici un parfait exemple:

Tweet publié le jour des élections vers midi (heure de New-York). Il est tellement persuadé de ses propres mensonges et de ceux de sa corporation qu’il en oublie la réalité.

1Tweet publié après les résultats. Il se la joue « bon joueur » et critique « ces connards d’américains. »

2Résultat: si Clinton gagnait, cela aurait été la victoire de l’intelligence et de la démocratie. Puisque c’est Trump le nouveau POTUS (President Of The United States), c’est désormais une Idiocracy.

Mompontet aurait préféré une belle grosse fraude électorale. Une belle grosse dictature, comme celles qui soutiennent les Clinton.

J’oubliais… Michel Mompontet est « 100% journaliste. » On l’aurait « presque » deviné, non ?

Michel, mon bon Michel, ne vois tu rien venir ?

Ne te rends tu pas compte qu’en parlant de la sorte (n’engageant en aucun cas tes employeurs), tu fais le jeu des extrêmes ? Tu incite les sondés à mentir sur ce qu’ils veulent faire et voter (parce que tu les insultes) et tu caches et manipules pour mettre en avant tes convictions et ceux que tu soutiens.

Si tu ne veux pas te réveiller dans une France Bleu Marine, Change Now !

Par Antoine Chatrier – JSSNews

Écrit par : Patoucha | 10/11/2016

" Je me demande ce qu'ils vont ressentir en tant que fervents soutiens de tels "acteurs". "

Je pense que des individus sans éthique journalistique ne ressentiront rien. Savent-ils qu'il existe une charte pour les journalistes?

http://www.presserat.ch/21730.htm

où il est écrit, entre autres,

"Rechercher la vérité, en raison du droit qu'a le public de la connaître et quelles qu'en puissent être les conséquences pour lui-même."

Les citoyens ayant encore du bon sens auront compris que le journalisme, je devrais dire la propagande, que nous subissons depuis des années est nauséabond. La presse, quelle qu'elle soit est moribonde.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 10/11/2016

Oui Trump ne va peut etre pas renverser la mondialisation, mais Hillary l aurait elle fait ? elle qui a ete a l oeuvre pendant 8 ans pour au contraire pousser des traites comme le TAFTA ?
Trump est un fils a papa mais Hillary aussi est richissime grace a la fondation Clinton, elle l a d ailleurs reconnu dans son discours devant Goldman Sachs (discours qu elle avait essayé de cacher).

Quand a l immigration, il faut pas se voiler la face. Avec une afrique dont la population va doubler, on va avoir une pression qui ne va qu augmenter. Mais est ce une raison pour acceuillir tout le monde car ils se pretendent persecuté (comme le terroriste tunisien que les allemands ont arreté. Il s etait fait passer pour syrien).
Pourquoi ne peut on pas filtrer les demande et accepter que ceux qui veulent s integrer et travailler ici. Et expulser ceux qui ne joue pas le jeu (cf Leonarda en France)

PS: c est probablement un de vos petit protege qui a arraché le sac de ma femme dans le train lundi

Écrit par : cdf | 10/11/2016

On ne peut accueillir tout le monde et j'appartiens aux catégories mal vues qui estiment qu'un problème est à régler sur place et que si l'on ne peut y faire face seul se faire aider, assister (droit d'ingérence et s'il le faut d'ingérence "active", Dr Bernard Kouchner) avec facture/s évidemment.

Là il y a le guerre que nous mettions la paix (saint-François d'Assise).

La misère, la prospérité

non en laissant se débiner, parce qu'"ils ne peuvent que nous enrichir"! ceux qui, avec courage, y pourraient quelque chose... sur place.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/11/2016

Hillary Clinton a gagne le Vote Populaire aux Etats-Unis. Le "systeme Electoral" a vote pour Trump. En ce moment beaucoup de citoyens americains, dont je fais partie, protestent l'election Presidentielle U.S.A 2016; dans les rues: New-York, Chicago,California, etc...Merci,Jean-Noel Cuenod, d'avoir le courage d'exprimer publiquement vos opinions. J'admire les trumpistes, qui croient aux illusions et fausses promesses de Mr. Trump. Je souhaite que leurs souhaits ne soient pas demolis avec le reste du monde!

Myriam Balakowsky l'a mieux refere: "C'est l'enfer des pauvres qui fait le paradis des riches. Ou encore: "Un Trump ca trompe enormement"! Pardonnez mon manque de punctuation! Comme nous pardonnons a Trump son manque d'education!

Écrit par : Anne Pingree | 11/11/2016

Les commentaires sont fermés.