27/10/2016

L’inquiétant divorce entre l’Etat et ses forces de l’ordre

7785386898_des-policiers-manifestant-dans-la-rue-a-paris-le-20-octobre-2016.jpg

Des policiers qui manifestent en cagoule contre le gouvernement comme des activistes du Black Block… Ce spectacle s’est déroulé à Paris et dans d’autres villes françaises. Lorsqu’une scène de divorce éclate entre l’Etat et les détenteurs par procuration de sa violence légitime, il y a toujours de quoi s’inquiéter.

Certes, par le passé, les fonctionnaires de police ont déjà défilé dans la rue, notamment lorsque Robert Badinter et Christiane Taubira étaient gardes des Sceaux. Mais leur grogne se tournait principalement vers un ministre représentant la justice, dénoncée de façon sempiternelle comme « laxiste ». Aujourd’hui, si les policiers en colère visent aussi le « laxisme des juges », ils fourrent dans le même sac d’opprobre le gouvernement, leur hiérarchie et même leurs syndicats qui s’efforceraient plus de les calmer que de les défendre. En France, ce phénomène s’est déjà constaté dans d’autres secteurs avec les « coordinations » émanant de la base et débordant les syndicats.

La réaction classiquement complotiste à ce genre de phénomène est d’y voir la main, ou plutôt « la patte » – pour reprendre l’expression du premier secrétaire socialiste Jean-Christophe Cambadélis – du Front national comme organisateur de la révolte. Naguère, le patronat dénonçait le Parti communiste comme source des troubles sociaux. Jadis, l’Eglise catholique vilipendait la Franc-Maçonnerie coupable d’avoir dirigé la Révolution française. Réaction dangereuse dans la mesure où, désignant un bouc émissaire agissant ex machina pour semer le désordre, elle occulte les véritables maux qui ne viennent pas de l’extérieur mais de l’intérieur. Le Front national va certainement récolter les raisins de la colère policière. Mais il n’a pas attendu les mouvements policiers de cet automne pour en tirer sa piquette. Une étude du CEVIPOF (Sciences-Po à Paris), publiée en décembre 2015, démontrait que 51,5% des policiers et militaires ont voté FN l’an passé contre 30% en 2012.

La colère des policiers couvait depuis plusieurs années : travaillant dans des conditions souvent indignes, mal payés, peu considérés par la hiérarchie qui leur donne des ordres contradictoires (à méditer en France, cette formule de l’Armée suisse : ordre + contrordre= désordre !), taillable et corvéable à merci et désormais cibles, non seulement des terroristes, mais des voyous qui cherchent à les assassiner en leur tendant des guets-apens. Nul besoin du FN pour se mettre en colère !

La grande faute du gouvernement socialiste est d’avoir cru qu’oindre les policiers de belles paroles et leur faire miroiter d’émouvantes promesses suffiraient à les rendre patients. Hélas, les améliorations ont bien du mal à descendre jusqu’à la base, freinées qu’elles sont par un appareil hiérarchique pesant. Dès lors, agacés par ces discours lénifiants qui ne trouvaient aucune traduction sur le terrain, les policiers ont explosé. C’était couru d’avance.

Gonflé, Sarkozy !

Toutefois, à la source des maux actuels, on ne trouve ni François Hollande, ni le premier ministre Valls, ni le ministre de l’Intérieur Cazeneuve mais le ci-devant président Nicolas Sarkozy. L’ancien « premier flic de France » tente, avec sa frénésie coutumière, de profiter de la situation pour se poser en défenseur de la police. Vraiment, Sarko ose tout, et c’est d’ailleurs à ça qu’on le reconnaît ! Quelles sont les principales revendications des policiers, outre l’anonymat dans certaines procédures et la mise au même niveau que les gendarmes en matière de légitime défense ? L’augmentation des effectifs et l’arrêt de l’absurde politique du chiffre. Or, dans les deux cas, l’ancien chef de l’Etat français est en cause.

Sarkozy et Cazeneuve se sont jetés des statistiques à la tête concernant le nombre d’emplois supprimés dans la police. Qu’en est-il vraiment ? L’estimation la plus fiable est tirée d’un rapport de l’Assemblée nationale daté du 9 octobre 2014 que l’on peut lire en cliquant ici. Il en ressort que durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy les effectifs policiers ont baissé de 6 093 postes. C’est surtout, sa « culture du résultat », sa « politique du chiffre » qui ont exercé leurs  ravages dans la police. Certes, il est fort légitime d’améliorer le taux d’élucidation des affaires. Mais en fixant des objectifs « d’en haut », à la française, sans tenir compte de la base, le président Sarkozy a abouti à la déplorable situation actuelle.

Les échelons supérieurs de l’usine à gaz hiérarchique reçoivent les objectifs fixés par le gouvernement et les font descendre vers les échelons inférieurs sans trop s’en préoccuper. L’important, à ce haut niveau, étant de participer à la lutte des places et non de se soucier de la piétaille. Dès lors, les policiers de base sont accablés d’objectifs souvent incohérents, compte tenu de la réalité du terrain. Que se passe-t-il souvent ? Les responsables des commissariats demandent à leur troupe de cibler les affaires faciles « qui font du chiffre » au détriment d’autres plus longues, plus difficiles à élucider ; il s’agit alors de dissuader les victimes de porter plainte. Résultat : mécontentement de la population et frustration des policiers. « La justice poursuit le crime mais en boîtant » pour reprendre l’expression de feu Raymond Foëx, procureur général genevois.

Police-justice, le lieu des malentendus

Il existe un autre mal policier, plus profond et bien plus ancien que l’époque « SarkHollande », à savoir l’incompréhension entre policiers et magistrats. Depuis la nuit des temps, les premiers accusent les seconds de « laxisme » en sortant ici ou là moult chiffres ébouriffants. S’il convient de prendre les statistiques en général avec circonspection, il faut d’autant plus s’en méfier en matière pénale ; les situations y sont tellement complexes qu’elles ne sont guère quantifiables. Ces chiffres-là ne donnent que des idées toujours vagues et souvent fausses.

Avec cette prudente réserve que nous venons d’invoquer, constatons que les prisons françaises sont pleines à craquer (106% de taux d’occupation). Entre 2000 et 2012, le nombre de condamnations pour violences volontaires a augmenté de 62% selon l’Observatoire français de la délinquance et des réponses pénales. Il ajoute que cette hausse n’est pas due à une explosion des méfaits mais plutôt à une meilleure prise en compte par la société et à une réponse pénale plus ferme qu’auparavant.

L’impression de « laxisme » semble surtout provoquée par le fait que nombre de jugements pénaux ne sont pas exécutés. Ainsi, au 1er avril 2016 ­– nul poisson à l’horizon, rassurez-vous ! –  7.300 peines fermes prononcées au Tribunal de grande instance de Bobigny étaient en attente d'exécution, faute de personnel. On comprend dès lors, la rage des policiers qui sont nargués par les délinquants qu’ils ont arrêtés, qui ont été condamnés et qui, malgré cela, restent en liberté. Mais c’est bien à tort que leur rage est dirigée contre les magistrats. Ils sont les premières victimes d’un système complexe qui réclamerait, pour avoir un semblant d’efficacité, un personnel bien plus nombreux.

En fait, cette incompréhension entre policiers et magistrats trahit l’hypertrophie centralisatrice de l’Etat en France qui multiplie les rouages administratifs. Dans d’autres pays, les corps intermédiaires entre police et justice sont moins nombreux. L’une et l’autre connaissent donc mieux leurs missions respectives et leurs problèmes spécifiques.

La révolte policière est, au sens premier du terme, une affaire d’Etat.

Jean-Noël Cuénod

18:00 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : police, justice, hollande, sarkozy | |  Facebook | | |

Commentaires

C'est bon, vous avez bien noyé le poisson ?

Écrit par : Eastwood | 27/10/2016

Hélas que la France n est plus un Etat souverain, elle est vassalisée à Washington, à Bruxelles et à l UE et surtout à l Otan (trois ministères et acteurs-mercenaires des USA surtout l Otan leur bras armée).

Est ce que la France aujourd hui a t elle un Président? Non. C est un pays (et non pas une patrie) dont le Pouvoir est vacant et mauvais.

Est ce que la France avait un Président(Sarkosy entre entre 2007 et 2012?) Non, non plus!

Est ce que le Patron de la France aujourd hui est Hollande ou bel et bien le Patron des Patrons Pierre et ses Gattazeries!

Est ce que la France est un pays des Droits de l homme 24/24 et 7/7 ou bien un pays carrément pro-terroriste?(Je n ose pas dire carrément Terroriste car cela m a causé quelques ennuis bien que je le pense à 100%.)

Qui a dit en septembre 2012 à Marakech que "Al Nosra fait du bon boulot en Syrie" sauf que c est Fabius qui n a fait sincèrement que dire urbi et orbi ce qu est la Politique Etrange(ère) de la France! Aux dernières nouvelles "réjouissantes, il a été gradé dès début 2016 comme Président du Conseil Constitutionnel, la plus haute instance juridique de la France. Et moi qui pensait qu il finirait en taule à cause de son soutien sus cité à Al Qayda/Al Nosra...Donc je me suis bien gouré le doigt dans l oeil...

Bien à vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 27/10/2016

Vous n'aviez pas besoin d'avancer une solution à la situation que vous avez essayé de décrire.
D'autant que vous ne la présentez pas de façon détaillée.
Sans compter qu'il existe des États dont la structuration est moins complexe que celle en France et qui vivent avec une fonction publique à bout de nerfs depuis un quart de siècle.
Plus généralement, présenter la Suisse comme l'anti-modèle français qui réussit tout, fatigue vos lecteurs.
Un ancien de la Cité devrait être capable de trouver un nouvel angle que celui usé par LeTemps.

Écrit par : Cenamo | 27/10/2016

@ Cenamo

Comment trouver un nouvel angle s'il ne se passe rien d'autre que déliquescence?

Votre manque de courtoisie n'atteint pas l'article de M. Cuénod.

On lui sait gré, toujours, en cours d'articles en sus de l'information de rafraîchir la mémoire d'un lectorat non forcément usé par le Temps mais par l'inconsciente stupidité ambiante.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 28/10/2016

Il y a un fossé devenu endémique entre le pouvoir et le peuple bien que ce st le peuple qui sera redevable des actes de ses anciens leaders?
J utilise le terme peuple puisque c est lui qui est toujours là et qu il paie d une part les pots cassés aujourd hui, si pots cassés il y en a mais d autre part que sa responsabilité future est certainement engagée et comme redevable à l avenir de ce que ses anciens dirigeants ont fait surtout de mal et de mauvais.

Prenons le cas extrême de Hitler. On n a pas déclaré la 2 ème guerre mondiale contre le peuple Allemand mais autant contre le régime de Hitler inclus son armée majoritairement d Allemands que contre ses Soutiens nauséabonds en Allemagne. Fardeau transmis aux Citoyens et l Etat Allemand post guerre afin d assumer et d être redevables à l égard de tous les lésés du Monde. Est ce qu un jour futur, on demandera à la France et aux Français d assumer la guerre de la France de Sarkosy 2007 à 2012 en Libye avec un demi million de massacrés et pays à qui on a fait la peau et devenu un man s land, un saloon bar western?. De même pour le soutien d Al Nosra/Al qayda qui fait du bon boulot en Syrie selon Fabius et Hollande 2012 à 2017 et/ou le silence de cette même France d Hollande face au massacre du Yémen comme par ailleurs leurs alliances contre nature avec les viviers du terrorisme golfistes et avec Erdogan?

Est ce que la France et les Français ne sont ils pas engagés sur le plan de la responsabilité de ce qu a fait la France de Sarkosy 2007 à 2012 et de Hollande 2012 à 2017 et surtout dans le future dans tout ça? Je me le demande...

A titre comparatif, les USA Etat et Citoyens n ont jamais assumé ce qu ils ont fait comme horreurs au Vietnam, Hiroshima, L Irak avec 1.5 millions de massacrés dont un demi millions d enfants de bas âge par le Régime Bush Junior, le Leading Behind de ladite guerre de la France de Sarkosy en Libye .... Même pas un mot:"" ON S EST LOURDEMENT TROMPé, bonne nuit et au Revoir..."" même pas ça...

Bien à vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 30/10/2016

Je rejoins Eastwood quand il dit que vous avez bien noyé le poisson ?

Il fallait s'y attendre! Cela fait des années qu'on signale cet état de fait qui est la conséquence directe de la politique pénale de Taubira soit de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs pour "garantir la spécificité de la justice des mineurs".... Que la police dénonce le laxisme des magistrats à travers plusieurs reportages où ils traquent ce que Hollande appelle "l'avenir de la France" et ce que vous nommez des "délinquants" des "voyous" qui narguent la police une fois relâchés - parce qu'ils se savent protégés et le font savoir - ne sont ni plus ni moins que les "jeunes des banlieues".....

J-N Cuénod, vous nous aviez habitués à plus de transparence dans vos billets mais là force est de constater qu'il n'en est rien. Seriez-vous en train de suivre les journalistes allemands?

"Hambourg : attentat terroriste à l’arme blanche
Publié par Christian Larnet le 30 octobre 2016

Hambourg, le 16 octobre vers 22 heures, un homme « à la peau foncée » attaque deux adolescents dans un parc de la ville, assis sur un banc sous le pont Kennedy.

L’attaquant est armé d’un couteau — (...) Un des jeunes, âgé 16 ans, poignardé à plusieurs reprises, mourra de ses blessures peu après à l’hôpital, l’autre, une jeune fille, a été jetée à l’eau par le terroriste, et s’en est sortie.

La police a déclenché une enquête.

Le terroriste serait un de ces « enfants » d’un genre jamais vu de mémoire d’homme, mais qui subitement sont partout : apparemment âgé de 23 à 25 ans, mesurant 1,80 à 1,90, portant une longue barbe, et d’apparence « du sud ».

La police avait décidé de dissimuler l’attentat au public. Aucun journaliste, à part un média local qui évoqua cela comme un fait divers, n’a fait son métier. Ou plutôt si, leur nouveau métier : enterrer les faits qui contredisent le narratif du paradis obligatoirement multiculturel. Car le terroriste est un réfugié, vous savez, ces pauvres migrants au sujet desquels Le Monde nous a rit au nez lorsque nous avons dit que parmi eux se trouvaient des jihadistes.

Avance rapide au 30 octobre : l’Etat islamique vient de revendiquer l’attaque. Impossible au média de dissimuler les faits.

Hier samedi soir, l’agence Amaq d’ISIS a revendiqué la responsabilité de l’attentat.

« Un soldat de l’Etat islamique a poignardé deux personnes à Hambourg le 16 de ce mois. Il a agi en réponse à nos appels à frapper les citoyens des pays de la coalition [occidentale contre l’Irak et la Syrie], » précise Amaq dans un communiqué.

Le terroriste court toujours, il n’a pas été retrouvé.
Que retenir de ce terrible évènement ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.
Suite:http://www.dreuz.info/2016/10/30/hambourg-attentat-terroriste-a-larme-blanche/?
-----------
Francfort Alerte attentat : 4 blessés à l’arme blanche
Publié par Christian Larnet le 29 octobre 2016

Quatre personnes ont été blessées lors d’un attentat commis par un suspect jihadiste, à Francfort en Allemagne.

Très peu de détails ont été publiés sur les conditions de cette attaque. Nous mettrons ce fil à jour quand les informations nous parviendrons.

Une attaque terroriste a eu lieu ce samedi après midi au niveau B de la gare Hauptwache de Francfort. Les forces de l’ordre ont condamné tous les accès de la gare, mais le jihadiste est en fuite. Quatre personnes ont été blessées, et transportées à l’hôpital dans un état stable.

On ne connaît pas l’identité de l’attaquant, mais cela ne devrait pas déranger les journalistes, et on attend d’un moment à l’autre que les médias nous fassent le coup du type mentalement instable. A vos marques, prêt…

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Écrit par : Patoucha | 30/10/2016

Excellent article de M. Cuénod.
Certains commentaires sont une honte.

Écrit par : Stradivarius | 30/10/2016

Avant d'écrire des stupidités comme celle-ci:
"La police avait décidé de dissimuler l’attentat au public."
La moindre des choses serait de vérifier. Or le lendemain du crime, un journal de Hambourg publiait ceci:
http://www.abendblatt.de/nachrichten/article208442887/Mord-an-der-Alster-16-Jaehriger-unter-Kennedybruecke-erstochen.html
Et en particulier:
"Die Polizei bittet Zeugen um ihre Mithilfe. Telefon 040/428 656 789."
Ainsi donc la police a demandé de l'aide au public tout en dissimulant le crime à ce même public. Quel tour de force!
Qu'attendre d'un site fasciste, sinon de la désinformation? Etrange que M. Cuénod ait accepté de publier de telles inepties.
Il ne reste plus qu'à attendre que tout crime non élucidé soit réclamé par l'EISL. Certains ne marchent pas, ils courent après la propagande.

Écrit par : Stradivarius | 30/10/2016

Si l'on veut parler de "délinquants" comment ne pas faire allusion à l'un d'eux sur le point d'être candidat à la prochaine présidentielle française afin, de par l'immunité rattachée à la fonction, d'échapper une fois de plus à la justice?


Journaliste, Patoucha, comment écrire ces quelques lignes sans prendre de sérieux risques?
En vaut-il la peine?

Ne faut-il pas également apprendre à "lire entre les lignes"?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 31/10/2016

- « La moindre des choses serait de vérifier. »

Quelle belle musique vous jouez là, Monsieur Stradivarius !

Écrit par : Chuck Jones | 31/10/2016

@Stradivarius,
Bravo, rien à ajouter de plus à votre commentaire et au compliment de @Chuck Jones.

Écrit par : Charles 05 | 31/10/2016

""L’inquiétant divorce entre l’Etat et ses forces de l’ordre""
Est ce vraiment que la première entité(l etat français) existe réellement?
Et est elle un pays souverain puisque elle n a plus les manettes du pouvoir du moment que c est l Otan, Washington, UE, Multi Nationales qui ont le volant en main et surtout depuis les deux derniers quinquennats? Disons que c est un re-divorce entre ces mêmes divorcés et cela ne conduirait qu à l implosion de la France.
Késako: Que fait il le Président actuel? N est il pas vrai qu il ne préside rien et ne décide de rien mais mon dieu combien il est bavard pour ne rien dire.

Bien à vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 31/10/2016

Votre compliment me va droit au cœur, Monsieur Chuck Jones !

Écrit par : Stradivarius | 31/10/2016

IL Y a divorce entre l'Etat et le reste de la population. 4 % de gens satisfait de Hollande et sa clique, c'est peu de dire qu'il doit partir.

Quant à la police, la gendarmerie ils sont le reflet du mécontentement des français et des problèmes ayant été engendrés par une politique socialiste, newâge, une politique d'une bourgeoisie de gauche et d'extrême gauche pro islamiste, renforcée par des ouvriers et des verts déboussolés, des paysans en voie de disparition. La robolution est en bonne marche.

Seront-ils 51 % à apporter leur voix au premier tour à Marine Le Pen, c'est possible. Les retraités votent Marine ou sont tentés de le faire, leurs revenus n'ont plus augmentés depuis plus de trois ans, les jeunes sont au chômage, les seniors attendent des jours meilleurs, les ouvriers et employés n'ont plus confiance à juste titre en leurs syndicats corrompus et subventionnés.
L'islamisation de la France créé un extrême danger de guerre civile pour l'avenir, 70 % des français n'acceptent pas l'islam politique et religieux et ses enchiffonnées. Ce concept est à écarter en Occident.

Nous arrivons en bout de course concernant la dette abyssale de l'Occident en particulier de la France. La machine à fabriquer de la fausse monnaie redistribuée aux banques a des ratées, elle ne créé aucune richesse, mais des trillions de dettes ou seule une guerre peut les effacer.

La délinquance islamique se renforce grâce aux émirats, l'Arabie, le Qatar et autres pays musulmans despotes comme le Maroc, l'Algérie etc, avec l'arrivée des dizaines de milliers de migrants la situation économique va encore se dégrader, la situation politique avec ce contexte également.

Ce n'est pas Juppé, Sarkozy, (repris de justice) Lemaire, Mélanchon et autres, n'ayant aucune ou peu de capacités intellectuelles qui vont pouvoir redresser la situation, rétablir la confiance à long terme. Les verts sont pourris, ils vont rejoindre le musée des cons déjà bien rempli avec les communistes et les centristes.

Fillon reste le seul pouvant apporter les bonnes solutions, mais il est inféodé à l'évêque du coin, il croit au paradis, le pape à l'islam par peur que son petit Etat soit envahit par les soldats du concept aux croyances pourries et criminelles.

Attendons, restons prudent car la justice est injuste, trop politisée, elle risque d'être l'étincelle d'une révolte entre deux mondes. Celui de la Liberté et celui de l'obscurantisme économique, religieux et politique.

Il manque 20 000 place de prisons pour enfermer nos politiciens et les délinquants musulmans ou non, un grand chantier pour l'avenir, c'est un bel avenir qui se prépare......

La France n'est pas l'Algérie ou le Maroc, attention.

Écrit par : Pierre NOËL | 01/11/2016

Un candidat repris de justice à la présidentielle est appelé si élu à devenir le Premier magistrat de France!

De qui se fiche-t-on (fortunes aux actionnaires précarité aux peuples?!

Djihad, quel combat?

Les avis mortuaires de jadis précisaient parfois que le défunt/e avait "combattu le bon combat" (biblique)!

En face de l'islam nous pouvons faire référence au "Tu ne tueras pas"! d'une part, biblique, et, évangélique, "Tu ne jugeras pas" (t'efforceras de comprendre non laxiste voire complaisant)!

Autrement dit en premier, appel à la non violence, en second, à l'empathie (non sentimentale)

de sorte que les jeunes souhaitant se donner ou se vouer corps et âme, jeunes idéalistes, qui leur donnera tort? devraient se poser la question d'un tel combat, sa qualité "pérenne"!?

Ne pas juger reviendrait donc à traiter l'autre, sans le connaître mais parce que d'une autre culture, et/ou culture religieuse, de "mécréant" à pendre, crucifier ou décapiter!?

Horreur ou, plus complexe,`difficile amour du prochain, de l'autre comme de l'avenir?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 01/11/2016

Non Myriam, ce n'est pas biblique! Les Sumériens, les Hittites et les Pharaons ont inventé plus de 50 commandements et le judaïsme plus de 600. La chrétienté romaine à copié ces commandements pour en laisser dix permettant de manipuler et organiser socialement les peuplades conquisent.

Bon, ce n'est pas le sujet *L*

Bonne fin de journée.

Écrit par : Pierre NOËL | 01/11/2016

Parlez Sumer, Mésopotamie, Nil (le chandelier é septbranches, je viens de l'apprendre, selon, a la forme du delta du Nil, parfois construit avec dela sauge laquelle correspondrait à la myrrhe l'un des cadeaux des rois mages à l'enfant Noël.

effaçons toute trace ... Tu ne tueras pas comme ne jugeras pas sans rien savoir avant d'être remonté d'aval, depuis le symptôme jusqu'en amont... les jeunes ont besoin de repères

et, Pierre NOEL, que cela vous plaise ou non trouveront en Bible comme évangiles les deux invitations susmentionnées.

Leur apprendre à penser par eux-mêmes... avant de se faire avoir jusqu'au trognon.
Prenez garde, Pierre NOEL, qu'avec mon couteau suisse... "couic"!

On vous torrdra le cou.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 01/11/2016

Evidemment, je plaisante.
Mais sans tellement avoir envie de rire parce que tout enfant qui suit la catéchèse (je trouve grave qu'en ces temps d'apprentissage du coran par les jeunes musulmans que nos enfants eux désertent la catéchèse.

Tout enfant, douze à quatorze ans, qui fréquente la catéchèse sait que le commandement de ne pas tuer, comme voler ou mentir se trouve dans les Dix commandements qu'il lit (Décalogue) dans sa bible. On nuance parfois en précisant que ces commandements seraient plutôt des sortes de prophéties: "un jour viendra où tu ne voleras pas ou plus...
non sans savoir, cependant, que ces Commandements sont le fondement même de nos codes de justice. L'anarchie, Pierre NOEL, ne rend pas les gens heureux.

Il existe des livres qui indiquent l'ensemble des références qui par manque de place... ne tiendraient pas dans nos bibles.

Le fait de ne pas juger invite à faire la différence entre la démarche d'une personne, appréciable ou pas du tout, et la personne.

Quelle différence pour les victimes?

Selon les délits, la réflexion n'est pas de trop sachant également, que cela plaise ou non, que la personne coupable "quant à sa démarche" peut dans sa vie avoir été premièrement victime (viols, coups, alcoolisme par exemple) elle-même

afin, au moment de la sanction, d'œuvrer en vue du redressement moral de cette personne.

On peut nettement trouver plus (...)!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 01/11/2016

Les commentaires sont fermés.