14/10/2016

TAFTA, CETA C’est tassé… C’est assez !

une-mammouth-675x450.jpg

Deux Traités transatlantiques genre mammouth se dandinent sous les projecteurs. Deux Traités d’un type nouveau. Il s’agit, certes, de régler les droits de douane – même s’ils sont devenus quantité négligeable dans le commerce international – mais surtout de lever le maximum de barrières administratives entre l’Amérique et l’Europe, en harmonisant les normes, en ouvrant les marchés publics des deux côtés de l’Atlantique et en protégeant juridiquement les investissements. C’est dire l’importance de ce genre d’accord sur le plan économique et l’ampleur de ses conséquences en matière sociale, sanitaire et écologique.

  TAFTA[1], c’est le Traité de libre-échange entre l’Union européenne et les Etats-Unis. Il est en cours de négociation mais des voix gouvernementales s’élèvent en France (Matthias Fekl, Secrétaire d’Etat socialiste au commerce extérieur) et en Allemagne (le ministre de l’Economie social-démocrate Sigmar Gabriel) pour le jeter aux oubliettes. Aux Etats-Unis, il ne soulève guère les passions. La grande gueule de Trump n’en veut pas (mais l’abominable homme des vestiaires qui puent a-t-il bien saisi de quoi il retourne ?) et cette fine mouche d’Hillary Clinton fait la fine bouche.

CETA[2], c’est aussi un traité transatlantique de libre-échange mais cette fois-ci entre le Canada et l’Union Européenne. Il se porte un peu mieux que l’autre puisque que mardi prochain, le Conseil de l’UE devrait l’approuver mardi et le 27 octobre, le premier ministre Justin Trudeau est invité à Bruxelles pour le signer à Bruxelles avec grand renfort de cymbales et de clairons.

Il se porte un peu mieux, le CETA, disions-nous, mais ce n’est pas la grande forme non plus. Il faut dire que le processus de ratification dudit Traité relève de l’usine à gags. Après avoir été approuvé par le Conseil de l’Union européenne, le CETA doit encore recevoir l’aval des dix provinces du Canada et des vingt-sept Etats membres de l’UE. Attendez, ce n’est pas fini ! Certains pays européens consulteront leurs provinces, ce qui est le cas de la Belgique. Or, aujourd’hui même, le Parlement wallon vient de mettre son veto à l’approbation par la Belgique du Traité euro-canadien. Nous voilà dans un joli petchi, pour causer suisse. Le premier ministre Trudeau junior est aussitôt intervenu pour lancer des SOS en agitant le spectre de la crise économique, tant au Canada qu’en Europe, si ce traité transatlantique sombrait dans les eaux glacées de la Mer du Nord.

Alors, Kaputt le CETA ? Que nenni ! L’une de ses clauses prévoit que, même en cas de rejet par l'un des parlements, il s'appliquera pendant trois ans à titre provisoire. Un provisoire qui risque bien de devenir définitif. On voit mal un traité de cette envergure être abandonné au bout de trois années. Trop de liens économiques auront été noués, trop d’habitudes auront été prises. On demande donc l’avis de tous les parlements, y compris celui de Namur. Mais c’est pour faire joli et démocratique.

Le CETA, cheval de Troie du TAFTA ? Certains, comme Nicolas Hulot, le pensent. Ils n’ont pas forcément tort. Certes, le CETA semble plus soucieux que le TAFTA de préserver les intérêts des agriculteurs européens. Ce qui explique sans doute pourquoi il est moins vilipendé. Il n’empêche que l’application du CETA au sein de l’UE va développer un type d’économie encore plus ultracapitaliste que celle qui règne aujourd’hui. Ainsi, les Etats européens seront mûrs pour, ensuite, accepter le Traité avec les Etats-Unis.

Le ras-le-bol populaire du libre-échange sans frein. Les dirigeants européens et américains qui poussent à la roue pour appliquer les Traités CETA et TAFTA veulent ignorer la vive résistance – qui apparaît sur les deux rives de l’Atlantique – des peuples à ce libre-échangisme sans borne. Ce faisant, tout à leurs calculs économiques et dévoués aux intérêts de leurs pourvoyeurs de fonds électoraux, ils fournissent de solides arguments aux partis d’extrême-droite et aux mouvements nationalistes abusivement nommés « populistes »

Certes, les mesures protectionnistes ont démontré toute leur nocivité durant la grande crise de 1929. Mais l’ultracapitalisme actuel est en train de vider les institutions démocratiques de leur substance, notamment par le biais de ce genre de Traité qui prévoit le recours aux arbitrages privés pour régler les litiges entre Etats et investisseurs, en lieu et place des tribunaux ordinaires. Une sorte de justice à la carte qui a déjà démontré dans la réalité la rigueur de ses effets pervers, comme l’illustre cet exemple.

La procédure arbitrale fait partie de l’Alena, l’Accord de libre-échange nord-américain. Début 2016, la firme TansCanada l’a mise en branle. Elle réclame aux Etats-Unis la somme himalayesque de 15 milliards de dollars pour la dédommager de l’abandon, par le gouvernement Obama, du projet d’oléoduc géant Keystone XL. C’est au titre de la préservation de l’environnement que le président étatsunien avait pris cette décision. Dès lors, chaque fois qu’un Etat voudra adopter une mesure pour protéger la nature ou pour tout autre sujets, il sera tenté de l’abandonner afin d’éviter de passer à la caisse et de perdre ses forces dans les procédures

Sauvegarder le peu de souveraineté qui reste aux peuples. Entre un hypercapitalisme sans foi, ni –surtout – loi et un protectionnisme néfaste, il reste tout de même un brin d’espace pour faire une politique économique intelligente. Mais cela passe par l’abandon des Traités CETA et TAFTA tels qu’ils sont actuellement, quitte à les renégocier en tenant compte des impératifs écologique et sociaux ainsi qu’au droit des peuples à ne pas être écrasés par la machinerie multinationale.

Jean-Noël Cuénod

 

[1] Transatlantic Free Trade Area

[2] Comprehensive Economic and Trade Agreement

18:06 Publié dans Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (30) | Tags : ceta.tafta, bruxelles, peuple | |  Facebook | | |

Commentaires

L'unique but de ce genre de "traités" traitres est de diminuer, voire de supprimer la souveraineté des États (notamment avec les tribunaux arbitraux privés - le pactole pour les avocats au frais des contribuables), et donc de retirer le dernier mot aux peuples. Remplacer les peuples par les élites. Terminus de la démocratie. Tout le monde descend.

Écrit par : Charles | 14/10/2016

Rien à ajouter à ce que @Charles a écrit. J adhère 100%.

Écrit par : Charles 05 | 14/10/2016

Ce qui est dément, c'est la façon de faire des politiciens, industriels, royautés, vatican, tous passent sur le dos des peuples pour faire leur mayonnaise.

Il paraît que nous somme dans une démocratie?

Ils ont le même principe pour caser ces pauvres migrants, ils viennent en douce dans des communes ciblées avec le comité d'entreprise d'EDF tenus par des islamogauchiasses ou des croyants zinzins pour la majorité, toujours en douce, ils viennent voir pour des éventuels travaux de rénovations; puis; lorsque tout a été fait sournoisement, ils mettent les Maires et les populations devant le fait accompli.

Ensuite, il, s'étonnent que les élus et les gens ne soient pas d'accord?

Ils agissent en fait comme des mafias, il ne manque que le chapeau et le flingue.

Écrit par : Pierre NOËL | 14/10/2016

Ah ben! J'ajoute 1 mouton noir dans le pot, mais je ne suis vraiment pas sûr que ça rapportera quelque chose pour payer ce petit voilier dans le pacifique, pour visiter les moutons néo-zélandais.

Écrit par : Chuck Jones | 14/10/2016

En ces temps ignorer la vive résistance des peuples est désormais la norme ou plus précisément la condition sine qua none garantissant désormais l'asservissement des peuples sujets à l'hypercapitalisme.

J'avais envie d'écrire peuples sujets "ovins" indignée par la soumission des Français, entre autres, à ce mépris affiché de la rue, du peuple en ses opinions par les dites élites au pouvoir ainsi que par la lâcheté concernant le BREXIt de l'ensemble des politiciens couards avant les votations le soutenant!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 15/10/2016

Déjà commenté x fois ces dernières années mais faut répéter..

-> Voulez-vous soutenir les extractions pétrolières dans l'Artique?
contribuer aux profits des mêmes big multis tirés des gaz schisteux du Canada? casser tous cadres légaux vous empêchant d'exporter vos saumons, vos poulets, engraissés aux farines de cadavres d'animaux & aux antibiotiques, ou vos céréales OGM aux pesticides interdits?
Tout ce que le CETA vous permettra, et plus que le TTIP: c'est la version canadienne des TTIP "améliorés"

cf site: http://www.unravellingceta.eu/?lang=fr
extraits

Selon la déclaration officielle de la Commission européenne, cet accord permettra de 'supprimer 99% des droits de douane, de stimuler le commerce, de renforcer les relations économiques et de créer des emplois'

Le CETA comprend des dispositions dangereuses pour nos démocraties et nos droits.
Le mécanisme de règlement des différents entre les investisseurs et les États (ISDS) remplacé par une cour d’investissement (CIS), la liste négative des services à libéraliser et l’application provisoire d’une partie de l’accord en sont quelques exemples.

ISCS - ICS
Le mécanisme d’arbitrage ICS, qui a remplacé l’ISDS, permettra aux stés, multis & intérêts privés (dont US) de poursuivre les gouvernements sur toute nouvelle loi ou réglementation... qui pourrait affecter leurs bénéfices.

Le principe de liste négative
Les listes négatives sapent également nos droits et les droits des gouvernements
Démocratie et transparence. Dans les traités précédents, le principe de listes positives prévalait. Les gouvernements énuméraient explicitement les secteurs et sous-secteurs inclus dans les accords. Avec la liste négative, les gouvernements ne répertorient plus que les exceptions et les secteurs qui sont exclus de l’accord. Cela implique que tous les secteurs et sous-secteurs qui ne figurent pas dans la liste négative peuvent être automatiquement inclus dans l’accord.

Application provisoire
La Commission européenne vient de reconnaître le CETA comme un accord mixte (le Parlement UE et les parlements nationaux devront ratifier l’accord) ce qui permettra une application provisoire de la grande majorité de l’accord ... avant ratifications nationales. Sauf que.. l’application provisoire rendra beaucoup plus difficile le rejet du CETA ainsi que l’arrêt de son application par les parlements nationaux.

L'accord CETA a été négocié en secret entre la Commission européenne et le Canada de mai 2009 à Septembre 2014.
Aucun député du Parlement européen ou des parlements nationaux n’a été autorisé à prendre part aux négociations.
L’accord a été rendu public en décembre 2015 seulement après les dernières négociations.

Comme le TTIP, cet accord commercial affectera chaque citoyen et touche à des domaines aussi divers et variés que l’agriculture, l’industrie automobile, les produits chimiques, les cosmétiques, l’électronique, l’énergie, les règles sanitaires et phytosanitaires, les minéraux, les produits pharmaceutiques et les soins médicaux, la propriété intellectuelle, les indications géographiques.

Écrit par : divergente | 15/10/2016

Quel pays va faire ratifier ce "traité" par son peuple? Je n'ai pas la réponse à cette question. Mais à mon avis: zéro. Et je ne demande qu'à être détrompé. Aussi: les négociations se sont faites en loucedé, sans faire la une de la presse corrompue. Pour soigneusement éviter les levées de bouclier et les manifestations des peuples. Et après on vient cracher sur ceux qui traduisent les aspirations et les volontés des peuples.

Écrit par : Charles | 15/10/2016

Top 10 reasons why CETA is bad for Canada
http://canadians.org/sites/default/files/publications/CETA_ten_0.pdf

"We ask our governments to refuse to sign (...)"

CETA. Canada as a Trojan Horse of US Corporation in UE

Le Cheval de Troyes du CETA (ou The Toxic Canada-UE Trade Deal - War on Want)

est son système d'arbitrage privé (système ISDS), aujourd'hui renommé ICS (système judiciaire des investissements)
http://media.waronwant.org/sites/default/files/WOW_CETA%20brief%20FINAL.pdf

ce supra-pouvoir s'imposerait à tout droit national, de quoi enterrer toute démocratie

"la Charte des pleins pouvoirs des entreprises refuse de mourir, démontre les dangers de ces privilèges accordés aux investisseurs étrangers dans le CETA et le TAFTA/TTIP

Renommer ces tribunaux en 'Système judiciaire des investissements' visait à créer l'illusion d'une véritable juridiction publique, dans l'espoir de calmer l’opposition grandissante. Le principe et les règles de l'ISDS demeurent.

Avec le CETA, les investisseurs canadiens et les filiales des entreprises américaines au Canada pourront poursuivre l’UE ou l'un de ses États membres dans des tribunaux parallèles,

> sous le prétexte que des décisions conçues pour protéger notre environnement et notre santé ... nuisent à ... leurs perspectives de profits"

http://www.pressreleasepoint.com/taftaceta-les-tribunaux-darbitrage-ne-sont-pas-morts


"We ask our governments ( http://www.s2bnetwork.org/ceta-open-letter/ )

- to commission comprehensive analyses of this text – including implications for human rights, health, employment, environment, democratic policy space – in order for elected representatives to do their due diligence in protecting the public good, to answer the pending fundamental questions on CETA and organise widely concerted forums around them.

- to refuse to sign CETA at least until we have credible answers to these questions. In our opinion, the hypothetical 0.09% extra-growth, predicted in the 2008 pre-negotiations study, do not justify blindly signing a treaty that is primarily designed by corporate lobbies to increase pressure on our democracy and our rights.

We ask Members of Parliaments to exercise their role of government control
by calling on their governments to refuse to sign CETA"

CETA advocacy work: The documents arrived at the Bundesverfassungsgericht (Federal Constitutional Court in Karlsruhe, Germany, on August 31, 2016)

70 bankers’ boxes containing more than 125,000 signed powers-of-attorney, passed from person to person along a human chain to the doors of the courthouse.
the NGOs that delivered the documents to the court were filing what they claim is the largest constitutional challenge in the country’s history.
Its goal is to stop the proposed free trade agreement between Canada and the European Union.

Particularly controversial are the rights granted to foreign investors under the chapter of the deal outlining the settlement of disputes between investors and member states

http://news.nationalpost.com/news/canada/canada-trade-deal-faces-the-lawyers-germany-builds-its-case-against-ceta-with-70-bankers-boxes

Écrit par : divergente | 15/10/2016

Une démocratie dont une femme politicienne vous apprend que sachant que les Suisses refuseront l'entrée de leur pays dans l'UE "nous les y ferons donc entrer en biaisant"!

France le désormais incontournable article 49.3

L'indispensable démarche de progression en douceur concernant tout ce en quoi le/s peuples pourraient ne pas être d'accord.

Nul besoin de chercher bien loin les signes d'une démocratie agonisante mais... de la faute aux dirigeants uniquement
"Vous savez tant que ça va pour moi... les autres..."!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 15/10/2016

@Jean-Noel Cuenod; Bonjour cher Monsieur
- J'aimerais savoir: auriez-vous zappé, ou souhaité ne pas éditer mon 2me commentaire?
qui traite en relation à votre billet, de la notion de cheval de Troie dans l'accord, ajoute 1 point de vue du Canada ("les top 10 des raisons.."), signale ce qui ce passe ailleurs (action en cours d'avocats allemands), ..
bon week-end

Écrit par : divergente | 15/10/2016

Désolé, mais ce n'est pas facile de gérer les commentaires en TGV! Votre commentaire est maintenant en ligne. jn

Écrit par : Jean-Noël Cuénod | 15/10/2016

"Il y a aussi parfois une bonne nouvelle :"
Vraiment? Le simple fait que l'empoisonneur ait pu aller en "justice" pour contester la mesure souveraine d'un pays est un scandale et totalement inadmissible.

Écrit par : Charles | 15/10/2016

Merci pour cet article .

Écrit par : virilitat | 15/10/2016

Est ce que je me trompe? Si oui, je fais amende honorable et mea culpa!!

Manuel Valls prêche hardy pour la signature de l accord vital, selon lui, entre le Canada et l union Européenne? Mais Valls et la France ne roulent-ils pas pour Washington et pour son bras armé, l otan? Et la souveraineté du pays et l intérêt de ses propres citoyens, on s en fiche?

Écrit par : Charles 05 | 16/10/2016

JN Cuenod, un grand Merci pour votre excellent billet! j'espère que votre voyage fut agréable (dsl, ne voulais pas vous presser/m'étais aussi absentée)


Pierre Jenni soulève un très mauvais lièvre par son lien: on y apprend (pour ma Iart en tous cas) l'existence de tribunaux supranationaux (??) dirigés par la Banque mondiale (!!)

>>> on a là la clé de voute des TTIP CETA et autres accords transatlantiques

- Il s'agit de Nouveaux droits Supra-nationaux, contrôlés par une Nouvelle Cour supra-nationale

- C'est une Création effectuée en secret par Obama et son administration

- en date du: 1 avril 2015. Soit pile dans les temps pour lancer le passage en force face à l'UE, du CETA (rappelez-vous, les parlementaires UE n'ont pas eu voix au processus avant signature (ce très cher BARROSO a bien bossé)

Obama et la Banque Mondiale ont outrepassé toutes limites, le cadre du droit international a explosé ce jour d'avril 2015

Comment Obama s'y est pris?
"Le traité transpacifique négocié en secret par Obama propose des tribunaux supranationaux dirigés par la Banque mondiale.

- l’administration Obama tenait le texte du traité transpacifique secret, sans le présenter ni au Congrès ni au peuple américain… Une nouvelle fuite de documents révèle une raison – parmi d’autres, sans doute, mais déjà largement suffisante: le texte de l’accord transpacifique propose en effet de créer des tribunaux ayant les compétences nécessaires pour rejeter les décisions des cours fédérales et étatiques

Le tribunal en question serait présidé par plusieurs juges nommés par le Secrétaire général
du Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (ICSID*), une institution appartenant à la Banque mondiale,
dont les liens avec la Haute finance sont évidents et bien connus.

*au fait: l'acronyme ICSID correspond à l'ISDS utilisé dans la mouture précédente du CETA, vite remplacé par "ICS"

En effet, les bureaux de l’ICSID se trouvent dans les locaux de la Banque mondiale à Washington, l’ICSID est financée par la Banque mondiale et son conseil de direction est présidé par le président de la Banque mondiale. Ce qui signifie que ces tribunaux proposés par le traité transpacifique seraient un moyen de transférer l’autorité judiciaire en matière de loi domestiques à des ' arbitres ' choisis par la Banque mondiale. "

Pierre Jenni, lesquelles sont vos bonnes nouvelles?

Gravissime que depuis 2015 on ne sache rien de l'ensemble de ces faits: création de droits supranationaux par l'admin d'OBAMA, rôle de la Banque Mondiale dans cette création, et les complicités connexes en oeuvre


http://reinformation.tv/traite-transpacifique-secret-par-obama-tribunaux-supranationaux-banque-mondiale/

Écrit par : divergente | 16/10/2016

@Divergente,
Qui est le Patron de la France? N est il le Patron des Patrons, Gattaz? Ou l Otan, bras armé des USA et d où vient Junker, président de la commission européenne et fameux pour ses cellules Gladio pour espionnage par l Otan au Luxembourg et dans toute l Europe?

Qui a dit ceci:
""Il ne peut pas y avoir de choix démocratique contre les traités européens"?
""JE presse aussi la France de faire des réformes structurelles, notamment du marché du travail"?

Dans un entretien exclusif au Figaro, Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne,28.01.2015

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/01/28/20002-20150128ARTFIG00441-jean-claude-juncker-pas-question-de-supprimer-la-dette-grecque.php

Écrit par : Charles 05 | 16/10/2016

'c'est-tassé' suite, Quid de la validité des CETA (& autres TTIP) dont les ICS (ou ISCS ou ICSID) aux mains d'agences US de la Banque mondiale bafouent les principes de base du droit onusien international ...!

-> la banque mondiale au dessus des lois? La Convention des Nations unies de 1947 n’accorde-t-elle pas l’entière immunité aux spécialisées de l’ONU dont la Banque mondiale fait partie?

la Banque mondiale et le FMI, agences spécialisées de l’ONU, sont liés par les objectifs et principes généraux de la Charte des Nations Unies, dont le respect des droits humains et des libertés fondamentales. Par conséquent, il leur est interdit d’imposer des mesures qui empêchent les États de se conformer à leurs propres obligations nationales et internationales en matière de droits humains.

La Banque mondiale (ses bureaux de Washington) agit donc dans l’illégalité,

a rappelé le Comité de l’ONU pour les droits économiques, sociaux et culturels le 24 juin 2016; la Banque mondiale comme toute autre organisation internationale doit impérativement respecter la Déclaration universelle des droits de l’homme, les principes généraux du droit international et les Pactes de 1966 sur les droits humains


"alors que plusieurs rapports épinglent les multiples violations de droits humains par la Banque mondiale – ce qui devrait logiquement inciter les tribunaux à (enfin) sanctionner ces violations,

les juges étasuniens font l’inverse en renforçant la Banque mondiale comme 'zone exempte de droits de l’homme'

pour mémoire, le Rapporteur spécial de l’ONU sur les droits de l’homme Philip Alston avait présenté devant l’Assemblée générale de l’ONU le 4 août 2015 un rapport cinglant consacré à la Banque mondiale, affirmant que 'la Banque mondiale s’assied sur les droits humains, elles les considère davantage comme un maladie infectieuse que comme des valeurs et des obligations universelles'

Ici, les juges de Washington ont rendu une décision qui va à l’encontre de ce principe puisqu’ils considèrent que la Banque mondiale jouit d’une immunité en tant qu’organisation internationale.
Ce qui lui garantit une impunité pour toutes ses actions qui violeraient les droits des populations.
Pire, plus ses actions illégales sont nombreuses et plus les juges étasuniens la protègent, au motif que la multiplication d’actions en justice contre la banque risquerait d’entraver le bon déroulement de ses activités.

C’est ce qu’indique le raisonnement des juges de Washington.

Pour l'instant, je ne vois que l'action des avocats allemands à Karlsruhe

http://reseauinternational.net/banque-mondiale-une-zone-de-non-droit-protegee-par-des-juges/

Ce qui régit les CETA & autres TTIP: l'immunité des agences US de la Banque Mondiale déjà imposée par Washington au Canada, en Inde etc.

cf. La Banque mondiale n’a pas de compte à rendre aux tribunaux canadiens, 2 mai, 2016.
L’immunité de la Banque mondiale vient d’être tranchée par la Cour suprême du Canada (CSC).
La Banque mondiale jouit d’une pleine immunité en vertu du droit international et n’a donc pas à fournir ses éléments d’enquête à un tribunal canadien
http://www.rcinet.ca/fr/2016/05/02/la-banque-mondiale-na-pas-de-compte-a-rendre-aux-tribunaux-canadiens/

cf. 1 août 2016. Un tribunal de Washington a autorisé la Banque mondiale à ne pas répondre de ses actes devant la justice étasunienne. Les plaignants indiens ont déjà fait appel de cette décision qui confère à la Banque mondiale une immunité qui la place de facto au dessus des lois.
http://ekopol.over-blog.com/2016/08/la-banque-mondiale-au-dessus-des-lois.html

En théorie, il est possible de porter plainte contre la Banque dans les nombreux pays (près de 100) où elle dispose de bureaux
http://www.alterinfo.net/Mettre-fin-a-l-impunite-de-la-Banque-Mondiale_a5258.html

Écrit par : divergente | 17/10/2016

@Charles-05 & sa question: "@Divergente, Qui est le Patron de la France?"

et pourquoi me demandez-vous ça? ne suis que suisse & les choix français (votre pays?) me dégoûtent depuis plus d'un demi-siècle

à propos, la lecture de vos contradictoires compromissions poutinolâtres (qu'on a arrêté de s'infliger, faute d'y trouver sens ou une quelconque contribution aux sujets traités),

indique un profil plutôt féminin.

prenez un 3me pseudo, charlette! ;))

Écrit par : divergente | 17/10/2016

@Divergente,
Je suis comblé que vous avez "découvert" selon votre bonne foi, que je suis une femme comme 3 ème (?) pseudo et en quoi cela vous gêne t il?
Néanmoins, Aragon n a t il pas dit que la Femme est l Avenir de l Homme?

En passant, qu est ce que ça pourrait nous faire que vous soyez, vous, Homme ou Femme ou Trans/Shemale? Ce qui compte sont vos écrits que vous soyez divergent ou divergente, n importe est vos pseudos ...

Et cado, quand même:

https://www.youtube.com/watch?v=ticGa1YejWQ

Écrit par : Charles 05 | 17/10/2016

Comment ne jamais se poser la question de savoir ce que deviendraient les commentaires si chacun ne pouvait être publié qu'à condition de signer par ses prénom et nom de famille?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 19/10/2016

Wallonen wehren sich gegen Ceta "so soll es sein" (Rolf Bierman):

ich auch. nun, und Sie?

http://www.cafebabel.de/politik/artikel/eu-kanada-wallonen-wehren-sich-gegen-ceta.html

Écrit par : divergente | 19/10/2016

@M. J.-N. Cuénod,
Je respecte votre droit de censurer ce qui est le cas de mon dernier texto.
J ai pris l habitude d arrêter d écrire sur un blog si mes écrits sont censurés.

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 20/10/2016

MERCI the Flemisch, Dank U!

La ministre du commerce Chrystia Freeland annonce "la fin et l'échec des négociations"

http://www.arcinfo.ch/articles/economie/traite-de-libre-echange-ceta-le-canada-jette-l-eponge-face-a-la-wallonie-echec-des-negociations-592647

Écrit par : divergente | 21/10/2016

Nous pouvons remercier la Wallonie d'avoir résisté à cette bande mafieuse voulant anéantir les états avec l'aide de la commission européenne.

Cette Europe ne brille pas par son intelligence, elle est à l'image de Hollande, Merkel, des royautés et du vatican.

Comment peut-on négocier sous la table qu'un tribunal des mafias puisse être au dessus des lois d'un Etat? On est en islam ou quoi?

Écrit par : Pierre NOËL | 24/10/2016

@Jean-Noel Cuenod

"Désolé, mais ce n'est pas facile de gérer les commentaires en TGV! "

Le mien serait passé sous le TGV ? LOL

Écrit par : Patoucha | 25/10/2016

David contre Goliath
Le Parlement Wallon dans son exercice démocratique seul contre Juncker & partenaires

Le Parlement Wallon subit seul ultimatums et pressions de Juncker
des avocats allemands sont debout dans l'action à Karlsruhe
et c'est seulement au pied du mur que les médias du coin se bougent, pour répéter n'importe quelles fausses infos

-par exemple concernant la protection des IGP, où ces experts économiques blablatant sur les médias ignorent le point des listes négatives

Quand le pire de la désinformation médiatique fait l'impasse sur le but au fond du CETA: qui est la protection des investissements privés (suite logique du "plan Juncker d'Investissements", au service de la Cour d'Investissement, des banques européennes d'investissements, sous pression FMI & Banque Mondiale)

- par le système d'arbitrage privé de tribunaux, constitués de juges professionnels (sur quelle base juridique de droit international, selon vous?!),
cf la jurisprudence de la Banque Mondiale (détails dans mon commentaire ci-dessus)
juges nommés (par qui?!) pour 5 ans

Tribunal d'arbitrage international: l'un de ces tribunaux siège à Paris, un autre peut être réuni à Genève.

-> où les juges dits "professionnels" ne sont pas soumis au contrôle de conflits d'intérêts (mais peuvent invoquer ce motif pour se dédire eux-mêmes), sont avant tout les experts -salariés- du business concerné par le procès, et sont nommés par l'une ou l'autre des parties, sur simple accord des parties.

-> où devinez combien ça coûte aux plaignants, et qui emporte la mise.

Bravo aux Wallons.

Écrit par : divergente | 25/10/2016

Une chose ne se discute pas.

Tout accord de traité transatlantique est toujours au service des Etats-U
CETA TAFTA/TTIP TAPV

- Qu'est-ce que le TAPV?
- Tous à plat ventre!

Fouchtra.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 25/10/2016

N était il pas Juncker qui avait déclaré lors du vote du peuple grecque contre les décisions de l UE: ""Ce que dit la Démocratie(grecque, le cas échéant) ne peut être supérieur aux Traités de l UE"".

Et aujourd hui, la Banque européenne n a pas le droit de prêter directement à un pays européen en cas de crise mais elle a le droit voire l obligation de prêter à des Grandes Banques Privées à un taux d intérêt de 1% qui prêtera cet argent à un taux de 10% au pays concerné (grecque par exemple)!

Ne suivez pas mon regard :) mais celui de l Union Européenne!!

Écrit par : Charles 05 | 25/10/2016

Fouchtra, pourquoi?

"Ce qui choque nous invite à nous interpeller", par le penseur Krishnamurti.

Les Etats-Unis tous et toutes nations concernées consacrées au service de leurs intérêts, voir mon commentaire plus haut. plus haut.

Par le moyen d'un gros mensonge au sujet de prétendues armes biologiques guerre contre l'Irak contre l'avis officiel de l'ONU ce qui donne au départ troupes au sol non américaines et paradant au ciel en leurs bunkers avions ailés quelques aviateurs Américains supervisant.

En quoi, Suisses, par cet exemple, serions-nous invités à nous sentir interpellés, franchement?

Il y a quelques temps entrait dans un établissement public une jeune femme qui récoltait des signatures au sujet des abus concernant les primes de l'assurance maladie.

Un homme, la cinquantaine, lui dit: "Voyez-vous, moi j'ai les moyens de payer plusieurs fois ce qu'on me demande alors dépêchez vous de filer de là"!

Cet homme en son bien-être tout confortable tels les aviateurs militaire en leurs bunkers ailés?

Les affiliés à la longue ruinés par l'assurance maladie obligatoire, les troupes au sol?

Solidarité citoyenne?

Laisser-faire par des autorités sans problème, pas plus que l'homme dans la cinquantaine du bistrot, pour le règlement de leurs primes
d'assurance maladie.

Pour les uns la cinquantaine, difficulté à retrouver un emploi.

Pour les autres à l'aisance matérielle garantie pour les plus "modestes" d'entre eux... s'il n'y a ronflements! regards amusés avec parfois "filets" attendris du côté de ces pauvres "précarisés" qui se dém(...) tant qu'ils pourront jusqu'au jour où tels moucherons pris en bocaux ("systèmes") ils (en) crèveront

curetons à l'extrême onction

Écrit par : Myriam Belakovsky | 26/10/2016

Les commentaires sont fermés.