08/07/2016

Décès du coauteur de «Ces malades qui nous gouvernent»

ces-malades-qui-nous-gouvernent.jpg

« Esculape », c’est ainsi que le docteur Pierre Rentchnick signait ses chroniques médicales dans la Tribune de Genève. Une collaboration qui a duré de longues années au cours desquelles cet écrivain-médecin fut le passeur de sa passion – l’art de soigner – usant de son stylo comme d’un scalpel, ciselant la phrase comme l’on débride une plaie. Il s’apprêtait à célébrer son nonante-troisième anniversaire.

« Esculape » a rejoint, récemment, au Panthéon des médecins la figure symbolique qu’il avait choisie pour pseudonyme. Que sa famille et ses amis reçoivent le modeste hommage de l’ancien galapiat de la « Julie » qui, il y a de nombreuses lunes, mettait en page les papiers du Docteur Pierre Rentchnick.

Il fut aussi l’âme et le cœur de la Revue Médecine & Hygiène et le créateur du Cardiomobile, ce véhicule radio-médicalisé qui a servi de pionnier pour le développement l’urgentisme en Suisse et au-delà.

Le grand public francophone a connu l’écrivain-médecin grâce à ses livres dont certains furent des « gros-vendeurs » : Les Orphelins mènent-ils le monde ? (Stock, en collaboration avec Pierre de Senarclens et André Haynal), Esculape chez Mao-Tsé Toung (Editions Berger-Levrault), Ces malades qui font l’histoire (Plon) surtout Ces malades qui nous gouvernent et Ces nouveaux malades qui nous gouvernent (Stock, en collaboration avec Pierre Accoce).

On se doutait un peu que maints de nos hauts dirigeants étaient de grands malades. Mais ces deux derniers ouvrages nous en administrent la plus convaincante des preuves. L’état de santé des hommes d’Etat fait désormais partie des critères essentiels pour jauger leur action. La maladie qui gouverne les gouvernants peut devenir l’un des facteurs essentiels à l’heure des choix historiques.

roosevelt.jpg

Ainsi, c’est dans un état de santé terriblement dégradé que Franklin D. Roosevelt s’est déplacé à Yalta pour la fameuse conférence qui décida du partage de la planète (photo prise à cette occasion). Mal conseillé et mal suivi par son médecin personnel, le président des Etats-Unis n’a pas résisté dans son face-à-face avec Staline. Churchill n’a pu qu’assister impuissant à cet échange inégal, la Grande-Bretagne ­– victorieuse mais épuisée – n’étant plus en mesure de se substituer à la puissance américaine pour s’opposer à l’ogre stalinien. Six semaines plus tard, Roosevelt mourait. Et le docteur Rentchnick de conclure que si Staline avait eu en face de lui un Truman alors en pleine forme, le sort de l’Europe de la seconde moitié du XXe siècle en aurait été sans doute différent.

De Moshe Dayan à de Gaulle – en passant par Staline, Churchill, Khomeini, Kennedy, Pompidou et tant d’autres – la courbe de température des dirigeants a souvent donné la fièvre à leurs peuples. Et que dire de François Mitterrand qui a régné avec un cancer durant deux septennats, sans que les citoyens qui l’ont porté à la présidence n’en sachent rien ?

Ces ouvrages décrivent aussi toute la complexité qui se noue entre le médecin, son patient qui, jamais, ne sera « comme un autre » et le secret médical qui se mue alors en secret d’Etat. De leur lecture, on en sort convaincu que la soif du pouvoir n’est autre chose qu’une forme de maladie, hélas inguérissable. Une maladie dont nous payons tous, peu ou prou, le prix. Nous devons à « Esculape » d’avoir mis le doigt sur cette plaie incicatrisable.

Jean-Noël Cuénod

11:12 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | |

Commentaires

Il y a les personnalités en vue qui ne dissimulent pas leurs problèmes de santé, les autres qui mentent ou dissimules, taisent ou trichent et puis ceux qui occultent la vérité en érigeant des barrages d'accès au gré de leurs calculs, gains, intérêts ou profits.

Elisabeth Kübler-Ross, travail admirable auprès des malades en phase terminale, ne pensait qu'à eux jusqu'au jour, bien, bien plus tard, où elle réalisa qu'elle était elle-même très atteinte, malade.

Penser aux autres, penser à soi-même
penser à soi-même, penser aux autres

est... "évangélique"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/07/2016

"Et le docteur Rentchnick de conclure que si Staline avait eu en face de lui un Truman alors en pleine forme, le sort de l’Europe de la seconde moitié du XXe siècle en aurait été sans doute différent."
Et si les États-Unis n'avaient pas donné à Hitler les moyens d'entrer en guerre et de détruire l'Europe, le sort de l’Europe de la seconde moitié du XXe siècle en aurait été certainement différent.

Mauvaise conclusion. Truman ce criminel contre l'humanité n'aurait rien pu faire à Yalta, car c'est l'URSS qui a vaincu l'Allemagne pas les Ricains. Le fait était accompli. Le lieu de la conférence dit tout.

Écrit par : Charles | 08/07/2016

@Charles
"Et si les États-Unis n'avaient pas donné à Hitler les moyens d'entrer en guerre "
Vous avez tout à fait raison, c'est Roosevelt qui a signé le pacte de non-agression germano-soviétique. salaud d'américain.

"Truman ce criminel contre l'humanité n'aurait rien pu faire à Yalta,"
Après on pourrait vaguement parlé du grand pacificateur camarade Staline, mais ce n'est qu'un détail.

Écrit par : omar | 08/07/2016

@ Jean-Noël Cuénod

"De Moshe Dayan à... en passant par......."

Que vient faire Moshe Dayan parmi ces "grands malades" ? Et quel amalgame entre ceux que vous citez!?

Ce siècle compte bien plus de grands malades sans pour autant être atteints de maladie!

Écrit par : Patoucha | 09/07/2016

@ Patoucha

Vous avez écrit que "ce siècle compte bien plus de "grands malades" sans pour autant être atteinte de maladie. S'il y a maladies avec malades "atteints", Non?

En revanche la suite "sans pour autant être atteints de maladie"! il ne peut donc s'agir des malades atteints (de "ce siècle"). Faut-il comprendre que vous estimez, Patoucha, que ce siècle, actuel, corrompu de manière telle qu'il est difficile de ne pas évoquer les puantes écuries d'Augias, le dieu Hercule qui pour nettoyer ces écuries détourna le cours des deux fleuves Alphée et Pérée afin de les faire passer par les écuries en les "désinfectant" ... Vous estimez, Patoucha, si bien saisi vos lignes, que ce siècle est en état de "santé mentale" comme de santé tout court??


Bon! Allons aux nouvelles de ce malheureux Ronaldo!
Comment comprendre qu'il aura fallu que justement lui, trop... immensément blessé doive sortir?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/07/2016

@Myriam B

Vous avez effectivement bien saisi mes lignes, Ce sont des hommes comme Hercule qui manquent pour sauver ce monde qui marche sur la tête.

Le Portugal est le champion de l'EURO 2016 :)

Écrit par : Patoucha | 11/07/2016

@Myriam B

Un ex de ce que j'entends, entre d'autres, par "malades"

"Ils Chantent “Mort à Israël” "Mort à l'Amérique".....
Et moi qui suis catastrophée par tous ces attentats au Yemen.....

https://youtu.be/aGAT_nMuix8

Écrit par : Patoucha | 14/07/2016

Patoucha

Ce Dieu Hercule... dans la vie d'une personne est un jeune homme d'une grande beauté.
Rire: si ce jeune homme est Hercule, l'un de ses amis est musicien (chanteur et maître de chapelle connu) Cyprien. Le père de la personne somnambule et la personne, elle, ne fait rien (on dira qu'à l'époque qu'elle ne se la foule pas). En fait, il s'agit d'une chanson mais chaque personne citée, tous, ont existé et comptés fort les uns pour les autres.

La chanson: "Jules est Hercule, Cyprien est musicien, mon père somnambu-le moi je ne fais rien."

Il s'agissait de musique, de foi, d'église de Christ ou d'Amour.

Racine commune: Israël, le pays de Jésus.

Existé ou non mais a tellement compté jusqu'à la moelle de et pour tant et tant de monde... que finalement(...)?!

On voudrait par Israël...

Maintenant le "Christ" (non tel qu'"enseigné""?

Je lisais un livre d'Arthur Janov, EMPREINTE Robert Laffont.

TV Couleurs d'été Tania Chytil rend visite à une diaconesse de Saint-Loup plus vraie que nature.

Les diaconesse de Saint-Loup étaient infirmières puis se mirent au service des êtres souffrants pas seulement physiquement (toutes seringues réduites au placard mais... autrefois pas de diaconesse sans seringue)!

Je rêvais de ce que je viens de vous écrire, Patoucha.

C'est alors qu'irrésistiblement je prends le livre d'Arthur Janov.
Je cherche la date de parution du livre... immédiatement s'ouvre une page avec le titre d'un autre ouvrage de cet auteur "eEXACTEMENT EN CORRESPONDANCE" avec ce que je viens de vous écrire (synchronicité, voir Jung, notamment)) que je pensais: la "souffrance", le titre (jamais aperçu auparavant):

DU MEME AUTEUR chez le même éditeur: PRISONNIERS DE LA SOUFFRANCE


Patoucha, quand Israël, ce peuple de prophètes, d'inspirés (d'artistes, si on préférez) de psalmistes redeviendra-t-Il celui que nous attendons!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 14/07/2016

14 juillet meurtrier à Nice: Au moins 84 morts selon un bilan encore provisoire.
Le chauffeur du camion identifié -Un Franco-tunisien de 31 ans. Tout en conduisant, il aurait tiré sur la foule. Il s’agit de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, chauffeur-livreur,
Au moins 84 morts selon un bilan encore provisoire

Au moins 84 personnes ont été tuées jeudi soir dans un attentat à Nice, lorsqu’un camion a foncé sur la foule qui assistait au feu d’artifice sur la Promenade des Anglais.

Il y aurait par ailleurs des dizaines de blessés, dont 18 “en état d’urgence absolue”. Une cinquantaine d’enfants ont notamment été hospitalisés à l’hôpital Lenval situé à proximité du lieu de l’attentat.

Selon les premières informations de Nice-Matin, l’homme aux commandes du véhicule est un Franco-tunisien de 31 ans. Tout en conduisant, il aurait tiré sur la foule.

Depuis, son identité a été confirmée. Il s’agit de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, chauffeur-livreur, père de trois enfants. Il était connu des forces de police pour des faits de violence mais n’était pas « fiché S ». Son ancien domicile (dont il a été exclu en 2012 après des violences conjugales et où vit toujours son ex-compagne), situé à Nice Nord, près du stade du Ray, a été perquisitionné ce vendredi matin.

Présent sur les lieux lors du feu d’artifice jeudi, un journaliste de l’AFP a vu le camion blanc foncer à pleine vitesse dans la foule, suscitant un mouvement de panique. “C’était le chaos absolu”, a-t-il décrit.

Le camion “a foncé sur la foule sur une longue distance, le long de la Promenade (des Anglais), ce qui explique ce bilan extrêmement lourd”, a précisé le sous-préfet : “Il y a eu des coups de feu et le chauffeur a été abattu”.

Sur i-Télé, Eric Ciotti, député et président du Conseil général des Alpes-Maritimes, affirme que le semi-remorque a heurté la foule sur 2 km. Selon lui, le chauffeur a été stoppé par des tirs de la police à proximité du Palais de la Méditerranée, un grand hôtel de la Promenade des Anglais (voir le trajet sur cette infographie interactive du New York Times).

D’après l’ancien maire de Nice, Christian Estrosi, le véhicule était “chargé d’armes et de grenades”. Ce vendredi matin, il est désormais question d’une grenade dite “inopérante” et d’“armes longues factices”.

Article publié initialement dans la nuit du 14 au 15 juillet. Il est réactualisé en fonction des dernières informations.

http://www.causeur.fr/attentat-nice-promenade-anglais-terrorisme-39235.html

Écrit par : Patoucha | 15/07/2016

ces gouvernants malades de pays malades telle la France, avec
ses 22,5 millions d'actifs
ses +66 millions d'habitants
son million d'emplois supprimés depuis 2009 (+500'000 entre 2009-2014)
ses +20% chômeurs
ses 5 millions d'allocataires RSA
ses +1,2 millions de mal-logés à charge sociale
ses +600'000 issus de l'immigration dépendants à 100% de l'aide sociale
ses +25% des 18-25 ans sans emploi, idem de seniors sans emploi non retraités

ses actifs suicidés
ses individus devenant des tueurs de masse.

http://www.inegalites.fr/spip.php?article444

Écrit par : divergente | 15/07/2016

Les commentaires sont fermés.