28/06/2016

Le Plouc cause Brexit dans le poste

 

Euro-England.jpg

L’onde de choc du Brexit n’en finit pas de balayer les médias. Dimanche, notre consoeur Sophie Larmoyer, sur les ondes d’Europe1, lui a consacré son « Club de la presse étrangères », séquence de l’émission « Les Carnets du Monde ». Autour d’elle, trois journalistes de la presse étrangère parisienne : il maestro Alberto Toscano, journaliste et écrivain italien en général et piémontais en particulier, Philip Turle, journaliste britannique à RFI qui paraissait très déprimé par le vote d’une majorité de ses concitoyens et enfin, Le Plouc, comme Suisse de service. Le thème : le poids des consultations populaires. Traduction suisse : le poids des votations.

L’émission à écouter ci-dessous. Et vous aurez reconnu, ci-dessus, la patte de l’ami Acé qui évoque un autre Brexit.

20:00 | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : brexit, europe | |  Facebook | | |

Commentaires

De cet entretien téléphonique j'apprécie, Jean-Noël Cuénod, votre réticence concernant le mot "populisme" à votre avis trop vague.

Ignominie présente, toute personne dénonçant les injustices sociales, souffrances et frustrations d'êtres non moins vivants et humains que les personnes privilégiées ou personnes simplement jouissant d'une très agréable aisance matérielle... toute personne, donc, dénonçant l'injustice sociale est "populiste"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 28/06/2016

jnc prend ses désir et ses "j'esp..." pour la réalité. Le peuple suisse confirmera le vote du 9 février à l'occasion de l'initiative des mauvais perdants. Ainsi donc le peuple fait une "erreur" quand il ne vote pas comme jnc... Ben voyons. D'un journaliste, on peut attendre un minimum d'objectivité et pas une position partisane.

Pourquoi l'initiative des mauvais perdants ne passera pas? Parce qu'il faut la double majorité et que les cantons suisse alémaniques, si ce n'est le peuple, la refuseront. Pour rappel, ce sont 14,5 cantons et demi-cantons contre 8,5 qui ont accepté l'initiative du 9 février. De plus avec l'actualité récente, le peuple et les cantons vont se faire un plaisir de mettre cette initiative à la poubelle.

Écrit par : Johann | 29/06/2016

Je me réjouis avec Johann de la confirmation des Suisses de leur choix de rester souverains dans leur pays. Le Brexit et le courage des Anglais leur servira d'exemple.
Et je dénonce ces élites qui prétendent faire le bien des gens malgré eux et qui promeuvent des structures à mille lieues des besoins fondamentaux des gens.
JNC se contredit lorsqu'il confirme que les Suisses votent rationnellement mais que récemment ils auraient cédé aux sirènes émotionnelles, lorsque le vote ne lui convient pas.
Mais plus profondément je m'interroge sur la posture de JNC qui valide une Europe ultra-libérale et anti-démocratique alors que le Brexit est justement une opportunité pour réformer cet ensemble de nations.
En fustigeant les démagogues, même s'il relativise l'usage du mot "populistes", il ne fait que renforcer les fronts et obtient ainsi la garantie de ne jamais parvenir à son but. C'est dommage de la part d'un intellectuel qui devrait, au contraire, favoriser la consultation, les compromis et une information neutre et objective.
Avec une telle attitude, il se place du côté des élus, des élites, de ceux qui savent et qui prennent les autres pour des demeurés. Il devient la caricature de ce que les peuples dénoncent et accélère ainsi la révolte et la prise du pouvoir par ceux qu'il fustige.
C'est maladroit et dangereux car personne ne tient à revivre les traumatismes du siècle dernier lorsque les peuples fâchés ont mis en place des fous.

Écrit par : Pierre Jenni | 29/06/2016

"Avec une telle attitude, il se place du côté des élus, des élites, de ceux qui savent et qui prennent les autres pour des demeurés."

Cela porte un nom: la nomenklatura. Une clique politico-médiatique. Il n'est de voir les traitements des crimes comme l'assassinat de JFK ou les attentats du 911.


"lorsque les peuples fâchés ont mis en place des fous"

Attention aux prochaines élections... et je ne citerai aucun pays.

Écrit par : Johann | 29/06/2016

Monsieur Johann:

"D'un journaliste, on peut attendre un minimum d'objectivité et pas une position partisane."
Il ne faut pas être naïf. Ils font de la propagande et du prosélytisme. Voici la démonstration:
http://www.les-crises.fr/proselytisme-journalistique-par-bruno-donnet/

Écrit par : Charles | 02/07/2016

Les commentaires sont fermés.