20/05/2016

#NuitDebout ou comment sortir de l’impasse

IMG_0462.jpg

 Drôle d’ambiance, jeudi, à l’arrivée place d’Italie de la manif contre la Loi Travail. Impression d’avoir en face de soi, non pas une foule cohérente dans sa colère, mais un grand nombre de groupes détachés les uns des autres. Une pluralité d’entre-soi manifestant.

Des porteurs de drapeaux noirs conspuent le Service d’Ordre de la CGT. Et convergent vers la mairie du XIIIe arrondissement dirigée par le socialiste Jérôme Coumet (photo jnc). Des anars ? Si l’on veut. Apparemment, ils n’ont ni la tenue, ni l’organisation, ni la tactique, ni l’armement des activistes du Black Bloc. Sur les CRS chargés de protéger la mairie, on jette bouteilles et canettes, sans conviction. Comme une sorte de rituel obligé, accompli sans trop y croire.

Pourtant, la manif de jeudi est plutôt réussie. Les participants semblent plus nombreux que lors du dernier cortège, mardi. Mais ce face-à-face entre quelques manifestants et les forces de l’ordre, avec la mairie du treizième comme enjeu, illustre bien, par son caractère dérisoire, l’impasse dans laquelle risque de s’épuiser le mouvement Nuit Debout.

A quoi ça ressemble, je vous le demande, de s’attaquer à un édifice municipal, même si un maire du parti gouvernemental l’occupe ? Et à quoi ça sert, je vous le redemande, de s’attaquer à des flics qui obéissent aux ordres, sinon à les souder encore plus au Front national ?

La plupart des porte-paroles de Nuit Debout récusent toute récupération politique. Belle attitude. On fait dans le pur et dur, c’est bien. Sauf que si elle ne trouve pas une traduction dans la réalité sociale et dans la lutte politique, Nuit Debout tombera en sommeil.

Pour sortir de l’impasse, il convient de regarder ailleurs. Occupy Wall Street a provoqué l’incroyable percée de Bernie Sanders ; Los Indignados sont à la base des succès de Podemos. Ces mouvements ont accepté de mettre les mains dans le cambouis de la politique. Alors, oui, c’est salissant, c’est tout sauf glamour. Il faut même ­– ô horreur – consentir à des compromis pour avancer ses pions.

Certains préfèrent la pureté de l’inefficacité. On s’endort, l’âme immaculée, rejoindre le pays des rêves révolutionnaires. Quitte à se réveiller de temps à autres en traitant ceux qui bossent de social-traîtres. Pour après, cette noble indignation étant satisfaite, se rendormir dans des draps de soie, mais rouges.

L’utilité de Nuit Debout est de dérouler la parole afin de faire renaître de ses cendres la gauche française qui a perdu tout crédit avec l’action au pouvoir du Parti socialiste et l’impuissance totale des autres formations. Mais ce travail indispensable est parasité par des va-t-en-guérillas qui ne font que provoquer la désunion du mouvement.

Des canettes de bière sur des casques en kevlar n’ont jamais fait trembler le Système sur ses bases. Au contraire. Il est content, le Système. Pendant que des manifestants s’essoufflent à jouer aux Guevara pour terrasses de bistrots, il table sur le pourrissement du mouvement. Et à ce petit jeu, il gagnera, le Système. A coup sûr.

Jean-Noël Cuénod

 

18:21 | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : nuitdebout, france, politique | |  Facebook | | |

Commentaires

On a dit que la Gauche n'est efficace que dans l'opposition.
Echec de la gauche en 2017?

Retour de la Gauche en 2017 dans l'opposition: Victoire.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 20/05/2016

Là, on est arrivé au bout du processus : Jean-Noël Cuénod réécrit "Que faire ?"...

Écrit par : Géo | 21/05/2016

La gauche de la gauche en France et ailleurs, a des sympathisants mais pas de réel soutient dans la population.
Ce mouvement a certainement espérer naïvement qu'une grande partie de la population les suive, mais c'est un échec.

Cette gauche doit se réinventer, sinon elle se contentera, d'une époque à l'autre de se partager les déçus, les frustrés, avec l'extrême droite.

Le pire ennemi des partis politiques est la réalité, et cette gauche en y faisant abstraction, y est vu comme pas sérieux.

Ce mouvement n'a pas réellement d'idée phare, si elle réussit a en avoir une réaliste, elle a les chance de mobiliser une partie de la France et exister pour un temps.

Ce mouvement comme cette constitution française, relique du 20eme siècle sont le miroir d'une France qui n'est plus capable d'avancer.

La seule sortie de ce mouvement est de générer un mode de vie une philosophie qui s'inscrit dans une abstraction politique.
Et c'est ensuite, dans une "révolution" douce à travers le pays, si la mayonnaise prend, que les changements se feront naturellement parce que devenu nécessaire.

Écrit par : Glob | 21/05/2016

Des syndicalistes également des non syndiqués occupant des postes à hautes responsabilités, viennent de décider le blocage total de certaines usines. Le mouvement risque de passer de nuit debout à paralysie totale du pays.

Ce sera une situation inédite, deux gauches vont s'affronter jusqu'à la décision de Hollande de retirer loi connerie comme d'autres énarques l'ont fait en d'autres temps. Marine Lepen se frotte les mains. La droite se cherche et s'embrouille.

La Volkswagen Merkel ne va pas être contente, la Goldman Sachs non plus.

Si cette situation de blocage venait à se confirmer, nous passerions sous tutelle de l'Europe à moyen terme donc de l'Allemagne. Ce danger n'est pas perçu par les manifestants ni par leurs maîtres à penser. C'est normal, ils ont le petit livre rouge, les slogans faciles, entraînants et les drapeaux.

Ce nouveau "mai 2016" est en faillite comme la France et d'autres pays en Europe.

Entre cet étrange conflit social et l'islamisation de la France, tout est réuni pour une explosion sans précédent.

Les penseurs de nuit debout sont dans un rêve éveillé. Le réveil sera douloureux pour eux et pour la France.

Sauf une répression -elle aussi sans précédent, ce gouvernement prend le risque de repasser par les urnes avec beaucoup de dégâts.

Ils aiment et savent mentir jouer avec le feu par idéologie, croyances morbides ou débiles, alors.....

La majorité silencieuse peut encore se réveiller, c'est le peuple, celui qui prend des risques, celui qui entreprend en plaçant son capital personnel pour créer une entreprise, une association, un commerce, celles et ceux qui pratiquent et transmettent de la Culture, des Arts, du savoir faire et du savoir être etc.

Pas l'énarque, le haut fonctionnaire qui a été placé par le pote de promo à la tête d'une grande entreprise ou d'une institution pour protéger des intérêts, ou, les religions et leurs monarchies. (République catholique et sa haute bourgeoisie haineuse ex féodaux)

Quant aux penseurs des religions, ils n'ont qu'un objectif: "sauver les fables et les royautés associées" C'est de la racaille; des peuples, ils s'en foutent l'histoire l'atteste.

Triste France, triste Europe.

Écrit par : Pierre NOËL | 22/05/2016

Parti d'un élan spontané dans le sillon de la loi El Khomri, "Nuit Debout" voyait passer quelques gens sincères, puis ceux qui souhaitaient "entrer dans l'histoire", comme moi j'étais à Paris en 1968 et j'ai traversé les boulevards en phase de perte de pavés. Mais la chose est nettement plus sérieuse et la France se trouve à un tournant: soit elle poursuit ses perfusions du peuple assisté, soit elle fait une révolution complète et elle entre dans un système économique performant, moyennant quelques dégâts collatéraux, mais dont les retours feraient bénéficier tout son peuple. Alors, que les bobos oublient leur idéologie de rêve, atterrissent sur Terre et acceptent, EUX AUSSI, de se remettre en question! Au début du XIXe siècle, Napoléon Bonaparte a transformé la France, n'en déplaise aux nantis de l'époque; et, depuis cette révolution structurelle, elle semble rester endormie. Ou alors l'état végétatif de ce pays ne pourra que dire merci aux manipulateurs de syndicats, et à qui les voyous du bloc noir rendent d'immenses services.

Écrit par : Gilles Bourquin | 23/05/2016

@Gilles Bourquin

- « ... j'étais à Paris en 1968 ... »
- « ... soit elle fait une révolution complète et elle entre dans un système économique performant, moyennant quelques dégâts collatéraux, mais dont les retours feraient bénéficier tout son peuple. »

Le rêve des banquiers, les Maîtres du Temps (de votre temps aussi, donc) ... faire du bénéfice en donnant des ordres de transfert d'un crédit, d'un compte à un autre, commes des sauts de puce, autour de la terre.

Ou d'espérer et de faire croire ... qu'un crédit sur un compte en banque augmente de valeur parce que la terre a fait ... "une révolution complète".

Sérieusement, depuis 1968, vous ne croyez tout de même pas encore à la "main invisible" ?

Écrit par : Chuck Jones | 23/05/2016

La "main invisible", laquelle, où?

Jeux de mains jeux de vilains!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24/05/2016

Les commentaires sont fermés.