20/04/2016

Nuit Debout, l’insomnie sociale de Paris à Nontron

NDMardi12avril.jpg

 Comme tout le monde ou presque, Le Plouc a passé une Nuit Debout, place de la République. Mais il ne s’attendait pas, trois jours plus tard, à rencontrer un tentacule de ce mouvement à… Nontron, bourg de 3200 âmes et sous-préfecture de la Dordogne. Le désir d’instaurer une « autre politique » paraît aussi vif de Paris jusqu’au fin fond du Périgord vert.

A Paris, durant la nuit de mardi 12 à mercredi 13 avril, le mouvement Nuit Debout occupe, comme tous les soirs une moitié de la place de la République. Les stands des commissions ont déjà déployé bâches, banderoles, pancartes. Des commissions, il y a en pour tous les goûts, de la Commission Banlieue à la Commission Climat qui s’occupe aussi de collecter les déchets laissés sur la place. Tri écologique, cela va de soi.

 Celle du service d’ordre s’est parée d’un titre plus fleuri et moins baston : « Accueil-sérénité ». L’infirmerie improvisée est ouverte. « Radio et TV Debout » commencent leurs émissions transcrites sur les réseaux sociaux. Un « artisan poète » installe son vélo magique décoré d’une multitude de bibelots et d’un système complexe de petites fontaines. Entre délires poétiques et harangue anarchiste, l’artisan fait dans le décousu main ou plutôt le décousu bouche. Ce qui lui va bien, d’ailleurs. Et qui plaît à la cohorte de ses auditeurs souvent attentifs et interactifs, même si certains se sont mis sur orbite en tournant autour de leur canette de bière.

Bref, l’inorganisation est bien organisée. Cela rappellera aux vieux chnocks, genre Le Plouc, un incertain mois de mai. Vous aurez, en cliquant sur ce lien, tout le détail de la nuit de mardi (voir aussi la vidéo sous ce texte).

Les mecs tiennent le crachoir, ça vous étonne ?

Le lieu central est destiné aux assemblées générales. Le temps est limité, pas plus de trois minutes pour chaque orateur qui s’est inscrit préalablement. Comme d’habitude, le crachoir est monopolisé par les mecs. Un collectif féministe a noté que durant cette nuit de mardi à mercredi, 70% du temps de parole a été utilisé par des hommes. Les filles, si vous ne prenez pas la parole, ce ne sont pas les porteurs de slip kangourou qui vous la donneront !

Dans ce flot de mots, toutes les colères s’expriment. Un petit patron prend la parole pour expliquer comment l’administration l’a empêché de développer son entreprise sociale vouée à l’apprentissage de la conduite d’engins de chantier à des jeunes descolarisés. Un SDF crie son désespoir : « Ecoutez-nous, puisque personne veut nous voir ! ». Un Brésilien plaide, en portugais, la cause de Dilma Roussef. Un membre de la Commission de liaison avec les travailleurs annonce un 1er-Mai très chaud à Paris.

Un intervenant met en lumière l’une des raisons du succès de ces Nuits Debout : « Les gens sont heureux d’être ensemble ! » Dans une société médiamercantile qui cherche à isoler toujours plus les individus pour éviter qu’il ne fasse peuple, ce bonheur de partager quelque chose « en vrai » n’est surtout pas à négliger.

Expulsion de Finkielkraut : stalinisme et mauvaise foi

Samedi 16 avril, des jeunes communistes se sont vantés d’avoir « jeté » de la place de la République Alain Finkielkraut accusé d’être un « sale réac ». La filiation bolcho-autoritaire reste vivace. Comme d’habitude, qu’ils soient chenus ou boutonneux, les staliniens ont versé dans l’ornière sectaire. Pour les défendre, des sympathisants du mouvement soulignent que Jean-Luc Mélenchon, lui aussi, avait été expulsé de Nuit Debout. Tout d’abord, il était tout aussi sectaire d’expulser l’homme politique que d’avoir fait de même avec l’homme de lettres. Ensuite, dans le cas de Mélenchon, il s’agissait d’empêcher un dirigeant politique de détourner le mouvement à son profit alors que l’académicien ne demandait rien d’autre que de dialoguer.

Toutefois, les politiciens de droite qui profitent de cet incident pour flinguer le mouvement sont d’une insigne mauvaise foi. Durant les six heures où Le Plouc est resté à Nuit Debout, les assemblées générales se sont déroulée dans un climat plutôt serein et la circulation de la parole s’est accomplie assez harmonieusement, ce qui n’est pas si fréquent en France.

Hollandophobie en Périgord Vert de rage

IMG_0319 (1).jpg

Changement radical de décors, samedi matin. A place de la République, a succédé celle du marché à Nontron. Entre deux étals de fruits et légumes, quelques jeunes et moins jeunes font groupe sous une pancarte « Nuit Debout à Nontron ».

Une Nuit Debout, dans cette petite sous-préfecture périgordine ? Fière réponse collective : « Oui m’sieur. Et hier soir, nous étions 150 devant la mairie, malgré une pluie battante », soit 4,6% de la population nontronnaise. Pas mal, en effet.

Ces nuitdeboutistes du Périgord militent souvent dans des mouvements associatifs de défense de la nature. Ils se montrent très attachés à la préservation du terroir. Un projet de circuit automobile vers Ribérac leur fait monter les tours. « Un projet avait été abandonné au lieu-dit Bagatelle. Et voilà qu’ils remettent ça ! »

Des paysans les regardent mi-goguenards, mi-solidaires. En milieu rural, la cote de François Hollande est tellement basse qu’elle atteint les terres australes. C’est même une haine carabinée qui l’accable : « On ne peut plus le voir, c’est simple ! » Tout ce qu’il dit, songe, projette, pense, fait ou ne fait pas énerve. Même quant il se tait, il agace. Le monde rural est abandonné à ses mornes plaines et la réforme des régions a encore accentué ce sentiment. « Tout est plus loin maintenant pour faire nos démarches administratives. On n’y comprend plus rien. On est assommé de taxes et les aides nous passent sous le nez ! » Si Nuit Debout emmouscaille le gouvernement, alors vive Nuit Debout !

Avant de quitter les nuideboutistes de Nontron, Le Plouc demande à l’un des militants, ce qu’il pense du mouvement « occupy Wall Street » et du succès de Bernie Sanders à la primaire démocrate aux Etats-Unis. « Heu, c’est quoi, c’est qui Sanders ? Moi vous savez, je ne veux pas perdre du temps à m’informer sur ce qui se passe ailleurs. » Et d’où vient-il, cet ermite de 20 ans ? De la région parisienne !

Jean-Noël Cuénod

ESPACE VIDEO

19:36 | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : nuitdebout, finkielkraut, politique, france | |  Facebook | | |

Commentaires

Nuit debout, journée....? Couchés!

Retour de l'antisémitisme et du communisme. Pauvre France!

Excellent article!

Écrit par : Patoucha | 20/04/2016

"Expulsion de Finkielkraut...."

Un PAUVRE CON a fait un billet sur lui à la sauce islamiste du Hamas! Son billet: "PAUVRE CONNE"

Jean-Noël Cuénod, vous omettez les insultes antisémites entre-autres, d'une antisémite, qui lui a valu un "pauvre conne" bien mérité de Finkielkraut.

Écrit par : Patoucha | 21/04/2016

A chaque génération ses problèmes cependant ces rassemblement sont pain béni pour le racolage sectaire et certaines mouvances loin d'être sécurisantes doivent s'en donner à cœur joie pour harponner les nouveaux adeptes
Mais une chose interpelle malgré tout quand on pense aux milliers d'enfants séquestrés ou placés dans des foyers pour trois fois rien on reste malgré tout étonné en assistant aux débordements de ces rassemblements qui hormis les commerçants semblent ne pas déranger quiconque
Et quel bel exemple pour les enfants entrainés pour beaucoup à manifester dès leur plus jeune âge
A moins qu'être manifestant ou militant soit un métier bien rénuméré ce qui doit l'être pour les meneurs alors que les naifs suivent les cortèges en pensant manifester pour eux-mêmes

Écrit par : lovejoie | 21/04/2016

A lire, il semble que cela manque un peu d'ambiance, non?

On imagine quelqu'un. Bien visible sur lui un TOUCHE PAS A MON JOB

Puis il entonne:

"Jules est Hercule
Cyprien est musicien
Mon père somnambule
Moi... je ne fais rien!

A la foule, il demande "Moi... je ne fais rien: pourquoi!?

Rires et cela démarre

(évidemment, à cet homme il faut la "gueule" pour)...!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 21/04/2016

Patoucha,

Le communisme est mort, comme se meurt le socialisme et l"extrême gauche.

Il y a un retour de la droite et sa cinquième roue de carrosse, le centre , les dernières élections en attestent, même si le parti des abstentionistess augmente.

L'antisémitisme se porte toujours aussi bien.

Un "front progressiste républicain" va se mettre en place et c'est là le danger de voire arriver un repris de justice au pouvoir, Jupé amis des monarchies islamiques ne comprenant rien au coran et au monde musulman dans la continuité de Chirac et Sarkozy, sauf pour faire des petites affaires avec à la clé, des pétrodollars. le tout sur le dos des français et une Liberté d'expression se réduisant en peau de chagrin comme dans les pays musulmans.

Actuellement, seul Fillon (point de vue à confirmer) est le plus honnête et à même de présider ce grand pays qu'est la France dans une Europe ou tout est à refaire. Il est le seul à évoquer les jeunes entrepreneurs.

Nul ne peut être rassuré pour l'avenir car Merkelwolkswagen a porté un coup sévère à l'unité européenne avec une politique des migrants, qui, ajoutée à celle de Sarkozy, BHL (penseur des ténèbres) Hollande et Obama, tourne à la catastrophe.

L'islamisation de la France et de tous les pays européens va générer bien des conflits internes, notre modèle de démocratie est remis en cause comme le modèle sociale avec une dette abyssale que plus personne ne maîtrise.

ce commentaire pour indiquer que la majorité des "pôôves cons" qui palabrent et rêvassent la nuit sur tout et rien, c'est bidon. Ils sont les restes d'une gauche et d'une extrême gauche délabrée, moribonde. Ils n’entraînent pas les foules, ce sont des indignés adeptes du vieux con Essel disparu depuis.
Les jeunes sont idéalistes.

La France est malade de ses énarques et autres grands diplômés, fonctionnaires élus par des paresseux préférant croire aux belles paroles, aux fables, aux beaux slogans et à un monde de bisounours ou les femmes peuvent porter le torchon islamique et les chiffons caches misères soi-disant par "respect religieux" la tête vide de tout engagement coranique.

Les syndicats ne représentent plus rien, les grands penseurs pensent chez eux ou devant des caméras sans se mouiller.

Tout cela sent mauvais, il suffit d'une étincelle pour faire exploser le système français encore canalisé par les médias et les fabricants de faux billets de la BCE à la solde des pouvoirs et du vivre ensemble.

Écrit par : Pierre NOËL | 22/04/2016

En attendant la représentante de l'UE la Mogherini et la Bokova UNESCO sont des socialistes issues du communisme et on voit les dégâts.... Deux pro-"arabes de Palestine" par antisémitisme!

Unesco : « Il est interdit à Israël de sauver et exposer son propre passé »
Publié par Alain Rubin le 22 avril 2016

À l’attention de Madame Bokova

Directrice générale
Unesco, Place Fontenoy
75006 Paris

Objet : déjudaïsation de sites hébreux/juifs

Madame la Directrice générale,

Nous avons eu l’occasion d’échanger sur le sujet. A l’époque, il s’agissait, souvenez-vous, de la prétention de certains visant à ce que l’Unesco sanctionne scientifiquement un accaparement déclarant « site islamique », le caveau des Patriarches et celui de la matriarche Rachel.

Nous vivons des temps troublés. Confusion et mensonge règnent en maître, en monarque absolu.

Des gens se disant « BDS » ont manifesté à Paris, -avec l’autorisation du Préfet d’une gouvernance dont le principal responsable, le Président de la république, a déclaré « cause nationale » le combat contre l’antisémitisme. Ils brandissaient des affichettes sur lesquelles on pouvait lire :

« Ils (les Juifs) exterminent les Palestiniens ».

« Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose » expliquait Goebbels, qui disait aussi : « plus le mensonge est gros, plus il a de chance d’être cru… »

Pour revenir à ce qui vous est demandé :

il s’agit de grimer en décision scientifique et culturelle une action strictement politique dont les effets sont de nier l’historicité des Hébreux ;
il vous faut nier l’existence du judaïsme en tant que peuple ayant vécu sur ce petit bout de la planète que l’on veut, au moyens d’anachronismes, être Palestine, même si aucun peuple, langue, culture, hommes d’état ou de guerre, n’ont jamais illustré cette réalité oxymorique et anachronique ;
il vous est demandé, à cette fin, de faire disparaître des mémoires humaines le peuple réel l’ayant mis en valeur et y ayant laissé de nombreux vestiges archéologiques tout au long de trente-quatre siècles.

l’offensive « culturelle » a repris, dans votre enceinte, pour déposséder le peuple juif de son passé

Certains vestiges le deviendront en 1948 après avoir été traités à la dynamite (comme deux synagogues de la vieille ville, dont la reconstruction à l’identique, sur leurs ruines noircies restées en l’état depuis lors, fut qualifiée de judaïsation et d’expansion colonialiste-sioniste).

Madame, l’offensive « culturelle » a repris, dans votre enceinte, pour déposséder le peuple juif de son passé, de son Histoire et de ses traces et vestiges archéologiques. L’Unesco vient une fois encore de sanctionner, « scientifiquement », ce coup d’Etat contre l’Histoire, en tant qu’elle relate les faits établis sans en occulter parce qu’ils contrediraient un dogme politique ou religieux. Or n’est-ce pas ce qui vient de se produire au sein de l’exécutif de l’Unesco ?

Il s’agit désormais de prétendre « scientifiquement », sans datation, sans fouilles, que les fondations des deux Temples (le mur occidental), -celui édifié par l’Hébreu Salomon, celui renforcé par l’Iduméen Hérode-, ne seraient pas leurs fondations. Ces fondations, ces énormes blocs du mur occidental, seraient celles de deux édifices musulmans construits à la suite de la conquête arabo-musulmane de 637.

L’Unesco traite Chateaubriand de menteur et la vérité officielle ne doit pas se préoccuper de faits établis

L’Unesco traite Chateaubriand de menteur, parce qu’il rappelle en 1806 que le conquérant arabe est venu demander au chef local de l’Eglise chrétienne : « où se trouvait le Temple ?».

Pour l’exécutif de l’Unesco et les chercheurs que l’organisme international salarie, la vérité officielle ne doit pas se préoccuper de faits établis : le mur occidental, dit « mur des lamentations », ne doit plus avoir d’existence avant que le conquérant arabe venu du Hedjaz n’annexe et n’incorpore l’endroit à ses possessions territoriales.
Ce mur d’énormes blocs n’aurait même pas existé avant 637

Une question de détail, certainement, si le mur occidental se retrouve transformé, par oukase « scientifique », en fondations, en mur de soutènement, des deux édifices religieux bâtis après 637 par le conquérant arabe, donc bien après qu’il ait été lui-même construit.

Détail aussi : comment le fondateur de la religion du conquistador mecquo-médinois put-il attacher au mur occidental la monture miraculeuse qui lui avait permis de venir de la Mecque à Jérusalem en une nuit (la nuit du mirajj)… si ce mur n’avait dû son érection qu’à la construction des deux mosquées n’existant pas encore ?

Pour l’Unesco, le Temple de Salomon, celui d’Hérode, n’auraient pas existé : ce ne seraient que des mythes juifs, illégitimes, auxquels il faudrait tordre le cou, à défaut de pouvoir tordre le cou de chaque juif ?

Madame, une autre question, si vous m’autorisez : que faîtes-vous de ces tonnes de gravats, formés de vestiges archéologiques juifs retrouvés dans des carrières de « Jérusalem-Est » ?

Ce sont des tonnes et des tonnes de gravats, des pierres de toutes tailles et des poussières formées par les déblais du creusement d’une vaste salle de prière sous l’esplanade des mosquées, là où se trouvait le Temple qui n’aurait jamais existé ; ces vestiges juifs viennent de ce lieu où les juifs n’auraient jamais mis les pieds pour honorer l’Eternel, ni à l’époque de Jésus, ni avant ?
Pour étayer sa résolution, l’exécutif a trouvé une parade

Elle n’est pas le fruit de la recherche historique mais de ruses nées dans des esprits chicaniers : les preuves archéologiques israéliennes retrouvées dans les dépotoirs à ordures, où les « archéologues » et les sociétés de BTP de l’autorité falestinienne et du WAQF avaient déversé les tonnes de blocs brisés et les plus petits gravats, seraient des moyens de preuves illégaux.

Il est interdit à Israël de sauver et donner à voir à tous son propre passé

Ce seraient des moyens de preuve illégaux, non pas parce que contraires à la vérité factuelle, mais parce qu’Israël « n’aurait pas le droit » de s’intéresser à ces souvenirs de son propre passé jetés avec insouciance et désinvolture sur des dépôts d’ordures par les camions poubelle du Waqf.

En d’autres termes, ce que dit la résolution de l’exécutif, c’est : (qu’) Israël se livrerait à la piraterie archéologique ; qu’Il lui est interdit de sauver et donner à voir à tous son propre passé, en particulier la Cité de David qui se trouve aux pieds des murailles.

Madame, vous et vos services avez, à juste titre, dénoncé Daesh, lorsque ses commandos de tueurs d’hommes, de femmes et d’enfants, ont entrepris d’assassiner, à Palmyre, le passé romain, Assyro-Chaldéen, babylonien, perse, des populations syro-irakiennes.

Vous en aviez alors appelé à la conscience universelle.

Vous l’aviez fait aussi, en 2012, lorsque les djihadistes ont voulu massacrer la mémoire du Mali, en détruisant, à la pioche et à la masse, les tombeaux-sanctuaires des sages et érudits Soufis de Tombouctou.

Madame, ce qui serait vrai, pour Tombouctou et Palmyre, ne le serait pas pour Jérusalem ?

Pas un communiqué, pas un mot, lorsque des tonnes et des tonnes de vestiges archéologiques ont été traitées à coups de marteau piqueur et d’excavatrice, enlevées sans précaution, à la pelleteuse, puis mises dans des camions pour être jetées dans des carrières servant de dépôts d’ordure.

Dans le cas du patrimoine Judéen, Madame, ne croyez-vous pas que vous vous êtes positionnée, volontairement ou non, par un abandon de votre mission ?

Vous avez laissé s’accomplir un génocide culturel, un ethnocide à grande échelle, concernant la substance du cœur de cette cité paraît-il révérée comme lieu saint par les démolisseurs des vestiges passés. Le Waqf et l’autorité falestinienne se sont comportés comme les talibans des Bouddhas de Bamyan, comme Aqmi/Ansar Din à Tombouctou et comme Daesh à Palmyre.

Et vous n’avez rien dit, pas la moindre protestation, rien, seulement un lourd silence complice.

L’Unesco n’a-t-elle pas, à ce moment, laissé besogner le Waqf, tout à fait comme agissaient ces autorités hitlériennes et/ou staliniennes quand elles décidaient d’utiliser comme matériau de pavage de routes ou de rues les pierres tombales de vénérables cimetières juifs ?

Pour parachever le tout, l’Unesco (son exécutif) décide : que le site du mur occidental n’a aucun lien avec le Peuple juif ; le passé est abrogé par un acte bureaucratique, vous accusez de mythomanie le Peuple juif ainsi que les quatre évangiles canoniques.

Vous traitez de mensonges délirants et insensés, la relation de Flavius Josèphe, dans son livre de plus de 1000 pages, « la guerre des Juifs » contre Rome.

Mais à la différence du Waqf, de l’Autorité falestinienne (et de ses « historiens » et histrions), du Hamas et de la kyrielle de leurs supporters de BDS, Flavius Josèphe fut un témoin oculaire. Il savait de quoi il parlait, ayant en direct vécu les événements dont il faisait la longue et précise relation.

Flavius rappellera que le siège de la cité « de sainteté » (Iroushalaïm ha Koddesh devenue Al Qouds ou Al Qods par mimétisme arabo-musulman), mené par Titus et ses légions, – lieu dont votre exécutif a décidé qu’il n’avait pas de lien historique avec les Juifs – coûtera un million de vies de juifs (hommes, femmes, enfants) ; à ces vies il faut aussi ajouter celles des Iduméens qui étaient les alliés militaires des juifs dans la guerre contre Rome. Il faut ajouter également les milliers de juifs emmenés en esclavage dans tout l’empire romain.


Suite: http://www.dreuz.info/2016/04/22/unesco-il-est-interdit-a-israel-de-sauver-et-exposer-son-propre-passe/

Écrit par : Patoucha | 22/04/2016

Les commentaires sont fermés.