23/03/2016

Après les attentats de Bruxelles, quelqu’un a-t-il vu l’Europe ?

96170516-1.jpg

Jamais nous n’avons eu autant besoin d’Europe et jamais l’Union européenne n’a paru aussi impuissante. La guerre terroriste a sévi une fois de plus. A Bruxelles, au cœur de l’UE. Pour l’Etat islamique, il s’agit de frapper fort sur le maillon faible de ce monde démocratique qu’ils veulent anéantir.

Il existe, certes, des causes internes à la France et à la Belgique pour expliquer la fréquence des attentats et alertes terroristes dans ces deux pays. Mais on ne saurait s’en contenter et occulter l’état agonique des institutions européennes. Elles se sont révélées incapables de juguler le trafic d’armes intense qui fait de l’AK 47 un produit de grande consommation (on peut les acquérir sur internet, de 250 et 3000 euros, en fonction de leur qualité ou des manipulations à accomplir pour les réarmer), incapables de coordonner les services de renseignements nationaux, incapables de créer un Parquet et un FBI européens seuls à même de mener une répression cohérente et efficace contre la cinquième colonne du terrorisme.

L’impotence de l’UE est criante en matière de diplomatie. Alors que les réfugiés syriens se pressent à ses frontières pour fuir les ravages de la guerre, l’Union n’est d’aucun poids dans ce conflit devenu international. De toute façon, sans armée, comment l’Europe pourrait-elle se montrer crédible face aux Russes, aux Américains et même aux Iraniens ?

Le pire a été atteint avec l’accord entre l’Union européenne et la Turquie. N’étant pas parvenu à établir une politique d’asile pour les réfugiés, Bruxelles en a confié la gestion à Ankara qui n’est même pas membre de l’UE. Bien entendu, l’autocrate ottoman Erdogan a obtenu de l’Europe l’essentiel de ce qu’il revendiquait : trois milliards d’euros supplémentaires, en sus des trois autres déjà accordés, la libéralisation des visas pour les ressortissants turcs et l’accélération des négociations pour l’entrée de son pays dans l’Union européenne.

 En quelques semaines, l’Etat turc est devenu le sauveur de l’Europe, alors que la politique d’Erdogan vise à imposer une vision rétrograde de l’islam dans son pays et à détruire les troupes kurdes, fer de lance contre l’Etat islamique avec lequel Ankara s’est d’ailleurs montré fort complaisant pendant trop longtemps. Ce n’est pas une vipère que l’Europe réchauffe dans son sein mais un boa constrictor.

Le vice d’origine

Comment l’Union européenne est-elle tombée aussi bas ? Comme toujours récitons ce mantra avant d’hasarder une réponse : tout effet politique a des causes multiples. Sans doute faut-il remonter à la genèse de la construction européenne. Dans l’esprit de ses concepteurs au début des année 50 – notamment le ministre des Affaires étrangères, Robert Schuman, né Allemand et devenu Français après la restitution de l’Alsace-Lorraine –  il s’agissait de rendre impossible un nouveau conflit entre la France et l’Allemagne en mettant en commun le charbon et l’acier, ces deux poumons de la guerre à cette époque. Le Traité CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier) a été ouvert à d’autres pays. L’Italie, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas l’ont rejoint et le Traité fut signé entre les six Etats le 18 avril 1951, jetant les bases de la future Europe communautaire (voir la vidéo à la fin du texte). Celle-ci s’est concrétisée par le Traité de Rome du 25 mars 1957 qui a créé la Communauté économique européenne et le Marché commun.

1101480301_400.jpg

Robert Schuman avait fait la couverture de Time, le 1er mars 1948.

L’union devait donc se construire par l’économie, ce qui, dans le contexte historique, s’expliquait aisément. Mais la démarche recelait un vice initial ; elle obéissait à cette sorte de marxisme mécaniste qui imprégnait la pensée politique de l’époque, même dans des milieux de droite. L’économie est l’infrastructure de la société qui fait naître, comme par reflet, la superstructure, c’est-à-dire le droit, la culture, les politiques intérieures, diplomatiques et militaires. En agissant sur l’infrastructure, on change automatiquement la superstructure. C’est simple. C’est mécanique. Mais c’est faux, comme nous le démontre la situation actuelle de l’Union européenne. Il ne suffit pas de remplir les ventres pour changer les têtes. D’ailleurs, Marx lui-même condamnait cet enchainement mécaniste pour lui préférer le rapport dialectique : l’infrastructure créé la superstructure mais celle-ci, à son tour, influence celle-là.

Dès lors, en ne s’occupant que de l’économie, l’Union européenne a laissé de côté tout ce qui fait peuple, à savoir le sentiment d’appartenir à une communauté humaine solidaire qui s’exprime par la culture, par une idéologie commune et pas seulement par des normes calibrant la courbure des concombres. Cette primauté donnée au commerce a attiré vers Bruxelles la Grande-Bretagne qui a toujours voulu transformer l’Europe en vaste zone de libre-échange, tout en conservant ses liens privilégiés avec les Etats-Unis. Une fois installés dans la place, les Britanniques ont tout fait pour diluer l’Union dans le nombre, sans que les six pays fondateurs de la CEE ne réagissent.

L’UE n’a aucune vision du monde, contrairement à la Russie poutinienne, aux Etats-Unis, à la Chine concurrente. Et à l’entité terroriste qui a pour nom Etat islamique. N’ayant aucune vision du monde, elle est incapable de développer sa diplomatie, sa politique de défense, sa sécurité intérieure et sa justice pénale.

Elle est devenue une sorte de monstre obèse qui erre à l’aveugle sur la planète en feu.

Le Brexit un espoir ou illusion ?

L’UE est donc un échec et l’on voit mal comment elle pourrait le transformer en espoir. La sortie de la Grande-Bretagne de l’Union, à la suite du référendum organisé par Londres le 23 juin prochain, constitue-t-elle un espoir pour reconstruire cette Europe en miettes, comme le suppose l’ancien premier ministre français Michel Rocard dans L’Opinion ?

Outre qu’il est hasardeux de parier sur l’issue d’un tel vote, le Brexit, de son seul fait, ne rendra pas l’Europe à elle-même. Mais il peut, au moins, permettre d’amorcer le développement d’une Europe à plusieurs vitesses ou « à la carte ». Les Etats voulant avancer vers leur fédéralisation se mettant alors ensemble, laissant les autres évoluer à leur rythme. Car pour associer des peuples de cultures différentes, l’humanité n’a encore rien inventé de mieux que le fédéralisme. Mais pour ce faire, il faut plus que décréter des normes sur la qualité des yaourts. Il faut développer une vision du monde commune et accepter de s’engager pour elle, au risque de sa vie. On en est bien loin.

Jean-Noël Cuénod

 

ESPACE VIDEO

16:21 | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : terrorisme, europe, islam | |  Facebook | | |

Commentaires

Bien dit Monsieur Cuénod, sinon parfait :-)

Écrit par : absolom | 23/03/2016

Tout est dit et bien dit. A quand une Europe fédérale, forte et unie, menée par de vrais leaders qui osent l'avenir.

Écrit par : Olivier Charles | 23/03/2016

L'Europe n'est pas un échec pour tout le monde, cette Europe pour laquelle je n'ai pas voté, je m'en félicite encore. La mafia n'en a pas tenu compte bizarre?

Les monarchies, les grands financiers et les grands industriels se sont bien gavés comme toujours. Junker à fait quoi au Luxembourg? Il fait quoi depuis qu'il est le "patron" le "parrain" de cette Europe des cancres diplômés et des fonctionnaires?

L'islamisation se poursuit, la terreur ne fait que commencer elle vise les pays -qui se mouillent- pour les autres en particulier la France. (seul point pour Hollande)

Rassurez-vous, le train islam est en marche, il n'épargnera aucun pays même le pays "coffre-fort" du monde des affairistes.

Le fils à papa Busch et ceux qu'ils l'ont suivi dans cette guerre en Irak, Afghanistan, Obama et Sarkozy pour la Libye, sont tous responsables de la situation. Il fallait assurer et assumer la suite.

Le prochain grand conflit ou l'Europe sera absente, c'est peut-être entre l'Inde, le Pakistan et le Cachemire toujours avec l'islam, sa foi, son bordel cosmique et terrestre. L'islam est un problème mondial.

La Volkswagen-Merkel a trahit l'Europe dans l'intérêt de l'Allemagne, c'est un fait historique. Sa marche arrière laisse des traces notamment des sacs plastiques et des victimes.

Nos z'amours avec la Turquie, les monarchies pétrolières et les pays despotes islamiques vont nous coûter très cher en particulier pour nos enfants.

Les a-t-on élus pour ce résultat?

Les "cépalislam" "padamalgam" etc, mal informés du fantôme "bel islam" vont encore nous prendre pour des billes, mentir pour sauver les croyances royales et les fables religieuses par médias interposés et leurs sbires soi-disant grands penseurs, théologiens et autres philosophes de pacotilles.

Argent et pouvoir, influences religieuses sont le socle des politiciens qui, une fois élus, se foutent royalement de nos vies, conditions de vie et de nos états d'âmes.

Nous avons alerté sur le changement de monde économique et ce, depuis les années 1990/1995 sans que quoi que ce soit ne bouge. Les jeunes commencent à penser par eux-mêmes, (enfin) c'est la fin du salariat de masse, alors ils entreprennent sans pour autant avoir les écoles et l'entraînement pour.

Egalement sur la réalité de l'islam depuis 2010/2011 sans compter les expériences personnelles dans les pays musulmans, nous avons tout dit ou presque. Mais c'est du racisme d'après les détraqués qui élaborent les lois, faut pas toucher aux religions. C'est une manière de remettre indirectement l'interdiction du blasphème si chère aux religieux et leurs royautés.

Le temps a passé, aujourd'hui, il y a beaucoup d'amertume face aux événements. Les morts ne sont pas au paradis, les lâches ne sont pas en enfer, tout se joue ici sur terre; qui va juger nos dirigeants ici sur terre?

Quant à la belle Europe ?

Bon tant pis *L*

Écrit par : Pierre NOËL | 23/03/2016

Monsieur Cuénod,

Certes il est choquant, pour ne pas dire honteux, de voir avec quelle légèreté, sous la pression des événements, l'UE a cédé à l'urgence en passant ce contrat de prestations avec Erdogan, lequel sous-traitant, seul à même de faire ce sale boulot, a eu beau jeu de faire monter les enchères. Mais après avoir tergiversé et laissé la situation pourrir pendant des mois, l'EU avait-elle d'autres choix ?
Bien sûr que ce contrat de prestations est pitoyable, pour ne pas dire humiliant ...

Ce n'est pas l'UE en tant qu'entité politique, qui est ici en cause mais ses pays membres, étant entendu qu'on ne peut pas demander à cette même UE de se substituer aux non-décisions du "Conseil européen" en sortant du cadre légal étriqué dans lequel ses dirigeants l'ont confinée. L'UE n'est que l'émanation de la volonté des membres qui la composent. Il ne faudrait pas l'oublier.
Par ailleurs, en tant que Suisses, sommes-nous bien placés pour critiquer ce ventre mou qu'est devenu l'UE, nous qui ne souhaitons pas prendre le risque d'en être membre et de participer à sa construction ?

Je partage votre critique sur la primauté donnée au commerce dans cette UE, au détriment de la culture. Je déplore également, comme vous, que l'UE ne se construise pas sur la base d'un modèle fédéral, seul à même de défendre véritablement la démocratie et de représenter les intérêts de l'ensemble des pays qui la composent. C'est vision c'est exactement le modèle européen tel que l'imaginait Denis de Rougemont ...

Bien à vous !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 24/03/2016

Tout se joue ici sur Terre...Oui Pierre. Mais pour les pressés de l'orgasme paradisiaque, la Terre c'est justement l'enfer qu'il faut mener à l'apocalypse... Ils n'arrivent pas construire une vie d'amour ici-bas, ils s'en remettent à la Haine la plus définitive... Ils n'arrivent pas bander d'amour pour des femmes libres qui assument leur féminité et leur sexualité, ils s'en remettent à leur Haine la plus diabolique: l'irrespect et le viol des femmes libres qu'ils veulent soumettre à leur esclavage sexuel, etc. Tout est salopé dans leur façon de voir la vie sur Terre. Ils la haïssent alors ils s'en remettent au dictateur suprême, celui qui dira au moment de leurs morts que eux méritent son paradis le plus élevé, les filles vierges les plus belles, le luxe le plus inouï, le jardin d'Eden élevé au sommet de la Beauté infinie alors qu'ils auront massacré les innocents, les enfants, violé les filles et les femmes, torturé et coupé les têtes ici-bas, dans cet enfer terrestre qu'ils assimilent à une épreuve de Haine avant le Paradis, notre bonne vieille planète Terre... Quand est-ce que je passe à la téloch pour leur dire ma vérité intime sur ce que je ressens face à ce désordre spirituel, moral, et psychiques, de mes soeurs et de mes frères en islam qui rejettent l'amour des infidèles, notre empathie, notre désir et notre combat de transformer notre monde en un monde plus juste et plus aimable entre nous tous habitants et habitantes de la Terre?... J'attends l'invitation quelque part comme Godot attendait on ne sait qui. Bonne journée à toi et à vous tous qui lisez ce com (s'il vous plaît Monsieur Cuénod ne le gardez pas que pour vous). On va encore la défendre notre bonne et chère vieille Terre et notre Humanité qui risque de plus en plus son extinction pour cause de folie divine ou satanique, c'est selon la vision qu'on se fait des attentats terroristes qui nous menacent tous désormais...

Écrit par : pachakmac | 24/03/2016

Article très intéressant et très instructif pour qui ignorerait l'histoire
Très belles Fètes de Pâques pour Vous Monsieur Cuénod

Écrit par : lovejoie | 24/03/2016

Denis de Rougemont


En cherchant Portail de l'Union européenne (plus que temps de lire ou relire l'"ensemble" concernant Denis de Rougemont):

"L'Union européenne est une zone de diversité culturelle, néanmoins les nations qui la composent présentent des caractéristiques communes liées aux influences grecques, romaines et chrétiennes."

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24/03/2016

"les nations qui la composent présentent des caractéristiques communes liées aux influences grecques, romaines et chrétiennes"

Et les Lapons, ma chère Myriam, ils descendent des Grecs ou des Romains ?

Écrit par : Plouf Ploufovitch considère que par les temps qui courent, se marrer est la seule attitude qui vaille | 24/03/2016

Se marrer: après lecture de tout ce qui se rapporte au plan kalergi!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24/03/2016

Se marrer: après lecture de tout ce qui se rapporte au plan kalergi!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24/03/2016

Se marrer: après lecture de tout ce qui se rapporte au plan kalergi!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24/03/2016

Quand l'EI commet un attentat contre la Russie, elle se fait bombarder.

Quand l'EI commet un attentat aux US, on lui promet un tapis de bombe mais finalement quelques missiles de croisière ou drones sont effectivement envoyés.

Quand l'EI fait un massacre en Europe: On rend hommage aux victimes, on dénonce la violence, on fait un défilé aux chandelles, mais surtout padamalgame ni destigmatisation et encore moins de propos belliqueux ou promesses de rétorsion, et... c'est tout.

Alors c'est qui le ventre mou de l'occident qui va en payer le prix fort? Vous savez, celui qui accepte le déshonneur en espérant avoir la paix, et qui finalement a bien le déshonneur mais aussi la guerre.

Écrit par : Eastwood | 24/03/2016

Un juste et très bon article qui reflète ma pensée sur l'UE!

Erdogan ayant obtenu 6 milliards a différé la date fixée avec l'UE s'étant aperçu qu'il aurait pu demander plus....

Et cette info qui vient de tomber:

Expulsé de Turquie, relâché par la Belgique, il se fait sauter dans le métro de Bruxelles
Publié le : 24 mars 2016

La Turquie a affirmé que l’un des trois kamikazes de l’aéroport de Bruxelles, Ibrahim El Bakraoui, avait été arrêté l’an dernier sur son sol et expulsé vers les Pays-Bas, (..)

«Un de ceux qui ont participé à l’attaque à Bruxelles a été arrêté en juin 2015 à Gaziantep. Il a été expulsé le 14 juillet 2015 après information de l’ambassade belge (…) les Belges nous ont dit qu’il avait été libéré», a déclaré Erdogan lors d’une conférence de presse à Ankara avec son homologue roumain Klaus Iohannis.

Un haut responsable turc a précisé que cet individu était Ibrahim El Bakraoui, qui a été formellement identifié par les autorités belges comme l’un des deux djihadistes qui se sont fait exploser dans l’aéroport de la capitale belge.

«Bien que nous les ayons informées que cet individu était un combattant terroriste étranger, les autorités belges n’ont pas été en mesure d’identifier ses liens avec le terrorisme», a souligné pour le déplorer Erdogan.

Le président turc a ajouté que les Pays-Bas avaient également été impliqués dans cette procédure parce que l’individu avait initialement demandé à être expulsé vers ce pays. La Turquie s’est à plusieurs reprises plainte que les pays occidentaux ne tiennent pas compte de ses mises en garde concernant les djihadistes qu’elle expulse ou repère.

Ibrahim El Bakraoui avait été remis en 2014 en liberté conditionnelle en Belgique mais était à nouveau recherché parce qu’il n’avait pas respecté les conditions de sa libération.

Joint par Le Soir, le cabinet du ministre de l’Intérieur Jan Jambon se refuse à tout commentaire et renvoie vers la version de son homologue à la Justice. Les Pays-Bas n’ont pas (encore) réagi.

©JSSNews

Écrit par : Patoucha | 24/03/2016

Pachakmac,

Je te rejoins 5/5 nous avons comme d'autres personnes (Patoucha) ici et ailleurs, cette lucidité, cette tolérance permettant de vivre une vie sans meurtres, sans bombes, sans coup de couteaux envers des innocents en particulier les gamins qu'on laisse crever dans la merde, la faim et la maladie.

Au delà de nos commentaires, des affairistes et des monarchies, l'Europe n'existe plus en terme d'idéal. Même au titre d'entité morale, elle ne vaut plus un clou. C'est une passoire depuis sa naissance, c'est peu de dire que les terroristes ont engendré d'autres terroristes bien organisés.

Nous vivons le début d'une terreur en Europe et dans les pays musulmans sans oublier le Proche-Orient.

Pour être invité par un média, créé un événement rassembleur.....

C'est faisable, tu as le talent et l'honnêteté.

Écrit par : Pierre NOËL | 25/03/2016

Les commentaires sont fermés.