28/02/2016

Grâce aux réseaux sociaux, l’UDC perd une bataille mais pas sa guerre

topelement.jpg

 Photo: Blocher dans son antre fastueux au-dessus du Lac de Zurich

Il y a quelques mois encore, les sondages prédisaient une large victoire de l’initiative de l’UDC pour le renvoi des criminels étrangers. Et c’est l’inverse qui s’est produit en ce divin dimanche ! Malgré les millions dépensés par son âme damnée, l’extrême droite blochérienne a reçu une claque retentissante. C’est un « non » franc et massif, pour paraphraser de Gaulle, qui est sorti des urnes helvètes.

Que s’est-il passé pour que nous assistions à un tel revirement dans l’opinion ? La mobilisation active sur les réseaux sociaux figure parmi les explications les plus plausibles. Sur Twitter, sur Facebook, sur d’autres plateformes, la présence des opposants à l’initiative blochérienne s’est révélée plus massive que celles de ses partisans. Venant de milieux divers – évangéliques, protestants, catholiques, ONG humanitaires, mouvements de jeunesse, partis traditionnels de la gauche, du centre et de la droite libérale – les «twittos» ont relayé les blogues et les articles détaillant les multiples mensonges forgés par l’UDC pour appuyer sa propagande. Les petits ruisseaux de l’internet font désormais les grandes rivières de l’opinion publique.

Cette salutaire prise de conscience s’est déclenchée au bon moment : ni trop tôt ni trop tard. A cet égard, l’UDC avait commis l’erreur de partir trop vite en campagne, ce qui a donné aux opposants le temps nécessaire pour démonter le mécanisme pervers de l’initiative. Ainsi, sous couleurs de renvoyer les criminels étrangers, les blochériens voulaient en réalité saboter les bases de l’Etat de droit. Pour ce faire, ils ont utilisé la justice comme cheval de Troie en prétendant que les Chambres fédérales protégeaient les criminels étrangers. Mais les opposants à l’initiative ont pu démontrer que la loi actuelle retient déjà les infractions les plus graves pour autoriser l’expulsion automatique. Le texte de l’UDC était pris pour qu’il était réellement : non pas une initiative contre la criminalité mais un projet xénophobe de plus.

La défaite de l’UDC est cuisante. Mais son plan pour s’attaquer aux droits de l’Homme reste d’actualité. L’extrême droite ne cache pas sa volonté de sortir la Suisse de Convention européenne des droits de l’homme. Cette haine du «droitdelhommisme», pour reprendre l’expression de Jean-Marie Le Pen, est partagée par tous les partis de l’extrême droite européenne. Leur argument prétendant que cette convention est une atteinte à la souveraineté populaire pourrait faire sourire, si la chose n’était pas aussi porteuse de catastrophes.

En fait, la Convention protège le peuple contre les abus de l’autorité. Et si Blocher et ses camarades veulent l’attaquer, ce n’est pas pour le bien du peuple mais pour le leur. Il s’agit pour eux de saper tout ce qui s’oppose aux discriminations et à les protéger contre les lois réprimant le racisme. 

L’UDC est bien organisée, grassement financée par Blocher et les siens. Il ne faut pas compter sur de nouvelles erreurs tactiques de sa part. A son tour, elle risque de mobiliser les réseaux sociaux comme l’ont fait ses adversaires. Blocher a perdu une bataille mais pas sa guerre.

 

Jean-Noël Cuénod 

17:45 | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : udc, racisme, initiative, étrangers | |  Facebook | | |

Commentaires

La haine de l'UDC n'est ps un crime et pourtant elle vous aveugle tellement que vous en insulter une grande partie du peuple.
A n'en pas douter les droits de l'homme que vous défendez à l'occasion ne vont pas s'appliquer à ce commentaire.

Écrit par : norbert maendly | 28/02/2016

"L'initiative sur le renvoi est définitivement rejetée"

Le Temps et Le Matin sont les moutons heureux!

"Plusieurs utilisateurs de Twitter s'amusent du non net à l'initiative UDC sur le renvoi. Le hashtag #happysheep - dont nous avions suggéré la création ici - se développe sur Twitter, fédérant ceux qui se réjouissent de l'échec de l'UDC. Il fait référence aux moutons de la campagne du parti agrarien.": des moutons heureux par Le Temps.

46/47% de OUI! Qui sont les moutons heureux? Ceux qui ont voté en majorité ou les malheureux moutons qui se font égorger par milliers
----

Une pro-européenne suisse va finir par faire croire aux moutons heureux que les chambres à gaz sont prêtes pour les migrants:

"La situation des migrants est-elle si différente de celle des Juifs dur "
Est-on vraiment si loin de ce que les Juifs ont subi entre 1939 et 1945[1]? Fermeture des frontières, déchéance de nationalité, saisie des biens ou autant de mesures qui semblent nous ramener 75 ans en arrière - dans une moindre mesure certes, mais avec de nombreux points communs.

http://www.hebdo.ch/les-blogs/les-al%C3%A9as-dune-jeune-pro-europ%C3%A9enne-en-suisse/la-situation-des-migrants-est-elle-si

Et les "moutons heureux" ont voté pour ça:

« Le viol dure 30 secondes et le racisme pour la vie. Faites-les entrer. » Message accompagné de l’image d’une jeune fille blonde avec le visage entre les mains, en signe de désespoir.

C’est le tract qui est en train de tourner sur internet et dans la ville de Munich, en Allemagne, assorti des hashtag #refugeeswelcome et #antifa.

C’est le tract scandaleux que semble-t-il des officines immigrationnistes, anti-racistes, anti-fascistes, ont eu le mauvais goût très inquiétant de diffuser. Le délire misérabiliste et moralisateur de ces gens-là atteint des abysses d’abjection. Avant il y avait la chair à canon pour combattre l’invasion, maintenant il y a la chair à plaisir pour soutenir l’invasion !

Suite: http://www.medias-presse.info/le-viol-dure-30-secondes-et-le-racisme-pour-la-vie-selon-une-nouvelle-campagne-immigrationniste/49703
--------------
Comment on trompe les gens pour qu'ils se comportent comme des moutons heureux....

FIGAROVOX/TRIBUNE - Un rapport d'Amnesty International qualifie de «honteux» l'accueil des migrants et la lutte anti-terroriste menée par les pays européens. Pour Frédéric Saint Clair, ce rapport est naïf et intellectuellement malhonnête. Extrait:

"Pourquoi honteux? Tout d'abord parce que nulle part l'objectivité n'affleure. Les critiques assénées ne sont pour ainsi dire jamais justifiées. Prenons un exemple. Au sujet des réponses aux attaques terroristes, le rapport mentionne que «700 personnes environ ont fait l'objet de poursuites pour avoir incité au terrorisme ou en avoir fait l'apologie, en vertu d'une nouvelle disposition («apologie du terrorisme») qui avait été introduite dans la loi anti-terroriste de 2014. Compte tenu de la définition très vague de cette infraction, les autorités ont souvent poursuivi des personnes pour des déclarations qui ne constituaient pas des incitations à la violence et relevaient de l'exercice légitime de la liberté d'expression.» Que signifie ce «souvent»? Le lecteur de ce rapport est en droit de demander des chiffres pour juger par lui-même, et celui qui le rédige a le devoir de les fournir. Quelle preuve a-t-on de ce qu'ils avancent? Où sont les documents qui attestent qu'il ne s'agissait pas d'incitation à la violence? Rien. Tout est vague. Pourtant, les Français qui ont une pratique régulière des réseaux sociaux auraient tendance à croire que le chiffre sous-estime la réalité."

"Ensuite, un autre aspect tout à fait honteux concerne la malhonnêteté intellectuelle qui préside à l'écriture de ce rapport. Les auteurs n'ont, semble-t-il, que faire de l'objectivité qui devrait présider à toute étude sérieuse. Leur objectif premier est la condamnation des actions gouvernementales, dont ils ont décidé ab initio qu'elles étaient mauvaises, contraires à l'éthique politique, à la morale et aux droits de la personne. L'enquête est donc conduite à charge, uniquement. Il serait possible de les accuser en retour de chercher à influencer politiquement les pouvoir publics, les institutions et les populations, sous prétexte d'un attachement tout factice à la liberté (d'expression, de circulation, de réunion...) de certains individus au mépris de la sécurité de tous les autres, d'une opposition idéologique à tout ce que les termes de «police» et «d'ordre» peuvent recouvrir, et ainsi de mettre, inconsciemment, en péril la sécurité des Français."

"Le lecteur de ce rapport est en droit de se demander comment des « spécialistes » de relations internationales, habitués à scruter les implications politiques, sociétales, humanitaires des crises internationales peuvent céder à une lecture si naïve des faits."

Suite: http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/02/24/31003-20160224ARTFIG00197-pourquoi-le-rapport-d-amnesty-international-sur-les-migrants-est-malhonnete.php?redirect_premium

Migrants : 10 000 « enfants » non accompagnés + 130 000 adultes ont disparu dans la nature -

Alerte générale d’Europol : « 3000 à 5000 djihadistes se sont infiltrés parmi les migrants »

Après cette votation.....

Écrit par : Patoucha | 28/02/2016

Curieuse approche de la langue française que de considérer l'opposition à l'UDC comme une insulte adressée à ceux qui en sont les séides, M. Maendly.

Écrit par : Michel Sommer | 28/02/2016

@Mr Sommer.
L'insulte c'est de considérer que 41% des suisses sont des séides de l'UDC. Je vous fiche mon billet qu'avant 2 ans la proportion sera inversée.

Écrit par : norbert maendly | 28/02/2016

A M. Maendly

"Je vous fiche mon billet qu'avant 2 ans la proportion sera inversée."
14 % ?...

Écrit par : Michel Sommer | 29/02/2016

Triplement MDR MDR MDR

MDR : Quand les stars qui visitent la jungle de Calais se font dépouiller par leurs protégés
Publié par Christian Larnet le 29 février 2016

jude-law-jungle-640x480
Pour éviter le démantèlement de la «jungle» de Calais, des artistes britanniques, dont l’acteur Jude Law, ont manifesté dimanche 21 février dans un théâtre provisoire où ils ont lu des textes de réfugiés. Mais quand les caméras de télévision se sont arrêté de tourner, les migrants leur ont sauté dessus et les ont dépouillé.

La visite de la star britannique d’Hollywood Jude Law s’est terminée dans la violence, mais les caméras ont fait le nécessaire pour que cela ne se sache pas – il a été depuis longtemps décidé que les migrants sont des anges, pas question que des journalistes abîment ce conte de fée à l’eau de roses – même si personne n’y croit plus.

Jude Law, Toby Jones, le musicien Tom Odell, et l’acteur Shappi Khorsandi étaient à Calais pour apporter leur soutien aux réfugiés avant la destruction de la jungle ordonnée par les autorités. L’objectif de cette bande de riches bobos qui versent des larmes de crocodiles pour se donner un air humanitaire au mépris de la souffrance des vraies victimes, la population de Calais, était d’exiger du gouvernement britannique qu’il laisse entrer les femmes et les enfants du camp en Grande Bretagne.

Un souhait somme toutes fort louable, et que les migrants ont récompensé comme ils sont : hors la loi et délinquants.

Immédiatement après que les caméras ont été éteintes, rapporte le quotidien anglais The Mirror, et que la démonstration de luxe s’est terminé, les migrants les ont pris en embuscade et attaqué.

“L’équipe de sécurité a été attaquée à coups de pierre et leurs téléphones volés alors que Jude Law et Tom Odel venaient juste de rentrer dans leur autocar, sur ordre de l’équipe de sécurité qui leur a donné instruction de rester dans l’autocar tandis que l’atmosphère s’échauffait.”

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Écrit par : Patoucha | 29/02/2016

Vous êtes vraiment certain que c'est la démocratie qui a gagné?

A voir tous les mensonges qui ont été proférés par le camp du non, à mon avis c'est Goebbels et ses méthodes de minable qui ont gagné. Je pense, comme Norbert Maendy que oui, dans deux ans, la tendance va s'inverser quand le Peuple suisse se rendra compte que tous ces sinistres qui se pensent être les Vertueux se sont bien foutus de leurs gueules.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 29/02/2016

Quelques remarques et précisions utiles...
- Je ne considère pas que 8,9 % de votes constitue une "défaite cuisante"; mesurez vos propos!
- Les droits de l'homme sont continuellement et uniquement mis en exergue pour défendre ceux qui en profitent. Il y a pléthore d'exemples qui démontrent que, en l'occurrence, la catégorie de personnages concernés par le renvoi dans leur pays d'origine en abusent et ne sont que des criminels sans vergogne qui ne méritent même pas une minime attention de notre part.
- Cette initiative, certes refusée, a eu le mérite de bousculer nos élus fédéraux qui traînaient les pieds pour mettre en place la décision populaire antécédente qui permet, désormais, d'expulser les criminels étrangers.
- Les opposants reconnaissent-ils qu'ils ont utilisés des méthodes se rapprochant de celles (euphémisme) appliquées par un parti national socialiste germain? Pour preuve, le retrait de l'affiche à croix suisse gammée de la gare de Zürich et le doute sur la police de caractère du NEIN, quelque peu semblable au SS tristement connu dans les années 40. Tous les coups sont permis pour réussir; en l'occurrence il n'étaient pas exemplaires en regard de l'histoire.
- Finalement et on l'oublie trop, la Suisse reste une démocratie exemplaire qui a fait ses preuves depuis plus de 7 siècles. Soyons fidèles à sa volonté d'indépendance et aux décisions prises par son peuple et les cantons souverains. Les Etats fondateurs de notre pays ont, eux, accepté l'initiative de mise en oeuvre; respectons-les aussi!

Écrit par : Gilles Bourquin | 01/03/2016

Si j'ai bien compris, l'erreur de l'UDC a été de vouloir virer un criminel étranger sans passer par le juge?

Alors les Suisses ont eu raison de refuser cette initiative.

Comment nomme-t-on un pays qui procède de la sorte?

Bizarre de faire ce genre d'erreur, elle est identique à l'islamisation de ce beau pays.

Écrit par : Pierre NOËL | 02/03/2016

ET voilà, comme je l'ai déjà prédit sur le blog de Pascal Hollenweg, les anti-UDC vont tenter de surfer sur la vague pour dénoncer la prochaine salve pour la primauté du droit suisse et la souveraineté nationale en prétendant que la Suisse veut redéfinir les droits de l'homme.
Ce que vous ne semblez pas réaliser, ou plutôt que vous cachez par vos manoeuvres dilatoires, c'est que les dispositifs juridiques mis en place dans le programme des accords transatlantique vise à court-circuiter le troisième pouvoir par des tribunaux privés inféodés à l'économie.
Viendra un jour où votre jeu d'équilibriste vous fera tomber. Dieu sait quelle excuse vous trouverez alors pour vous relever.

Écrit par : Pierre Jenni | 03/03/2016

Sans entrer dans le débat pour ou contre l'initiative: Quel analyse rationnelle vous permet d'affirmer que les "réseaux sociaux" ont été déterminants dans le score ? A part une forte envie d'y croire bien entendu...

Écrit par : Eastwood | 03/03/2016

Les commentaires sont fermés.