12/10/2015

Le Plouc cause dans le poste et recette de l’intellectuel rôti au beuze

 

 

big_cover_54c2e51d6e73346604dd1b00.jpg

Samedi, l’émission de Marie-Christine Vallet, «Micro-Européen» sur France-Info était consacrée aux intellectuels qui vibrionnent dans les médias à propos des menaces, supposées ou réelles, sur l’identité française. Deux journalistes européens ont été invités à causer dans le poste : Martina Meister du quotidien allemand Die Welt et votre serviteur humble mais pas soumis, Jean-Noël Cuénod, représentant le mensuel La Cité.

 Ces débats sur l’identité française se déroulent souvent dans des émissions d’amuseurs télévisuels qui n’ont pour étalons des valeurs morales que les courbes de leur audimat. Ils font donc tout pour pousser l’intello de service à donner de sa pensée une caricature grossière. L’important, c’est le beuze sur les ondes et les réseaux sociaux. Mais alors que viennent-ils faire dans cette galère, les intellectuels ?

 Vous pouvez écouter l’émission, en cliquant ici. Et en attendant, voici en exclusivité intergalactique, la recette de l’intellectuel rôti au beuze.

  • Choisissez un intellectuel bien tendre et bon tchatcheur.
  • Jetez-le dans une poêle enduite d'un corps gras de ricaneurs professionnels.
  • Saisissez-le à feu vif.
  • Arrosez-le d’actualité, si possible avec des giclées de sujets éloignés de ses compétences. Moins il en sait, plus il dira de sottises. Et ce sont les sottises qui donnent du goût à la sauce
  • Retournez-le de temps en temps pour qu’il entre en contradiction avec lui-même, ce qui le fera sortir de son jus.
  • Coupez-lui la parole dès qu’il développe une idée qui dépasse les 140 signes, la limite à ne pas dépasser pour le four de marque Twitter.
  • Flambez-le à la provocation, c’est alors que l’intellectuel peut être desservi à point.

 

Jean-Noël Cuénod

11:06 | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook | | |

Commentaires

@Monsieur Cuénod la recette est excellente .Concernant la cuisson c' est on ne peut plus vrai
Seulement il y a un hic à trop provoquer un intello en lui posant des questions intelligentes ou il ne répond plus aux SMS ou ne voudra plus vous voir, qu'à Noel et encore par principes
D'ailleurs beaucoup de parents plus tout jeunes il est vrai se sont souvent posé la question mais qu'a ton fait au Bon Dieu pour avoir pareille tête de mule ? rire
Toute belle fin de journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | 12/10/2015

C'est certain que les "intellectuels" en Suisse !!!!!

Écrit par : Corto | 12/10/2015

Si un intellectuel entre en contradiction avec lui-même et qu'on le lui fasse remarquer après un soupir il parlera "complexité"!

Intellectuels, en Suisse, Corto?

L'un d'eux aurait à cœur de préciser: "humble, oui, soumis, non!"

Pas proche de passer musulman, donc, déjà pas si mal.
En attendant, qui sait, pour l'islam son grand Réformateur!


Je crois qu'il y a d'épatants intellectuels en Suisse mais qu'en Suisse où tout est propre en ordre "briqué", "putzé"! on n'apprécie jamais ce qui dépasse.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/10/2015

"Je crois (...) qu'en Suisse où tout est propre en ordre "briqué", "putzé"! on n'apprécie jamais ce qui dépasse"


MB, vous parlez (encore) dans l'esprit de la mi-20e siècle

le 18 octobre vous catapultera au tiers du 21e siècle
sans parachutte

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 12/10/2015

Sans parler des "débats" dans les médias suisses !!!!!

Écrit par : Corto | 13/10/2015

Une question à Mesdames et Messieurs les migrants.
Leur choix se porterait-il sur des articles "intelligents avant tout" ou sur la prière de Mme la Diaconesse Phébé II?


Articles, émissions radios et TV. Livres d'Histoire ou archives sur des thèmes tels que Routes, chemins, sentiers et sentes de nos pays Conseils aux propriétaires de pieds douloureux

Etude psychoneuroimmunologique sur les effets du paupérisme, de la faim et de l'angoisse

?


Mais écoutons Mme la Diaconesse:

"Ô Père du Ciel!
Toi qui nourris les oiseaux, les petits oiseaux, les..."oisillons"!

Avant de partager notre Saint Repas (Merci à Jacqueline pour le pain croustillant passé au four et, Seigneur! nous implorons Ton pardon sur celui, celles ou ceux mauvais plaisants qui ont fait disparaître de la cafétéria ses tire-bouchons ce qui nous fera à tous boire du jus de raisin en ce matin béni) nous voulons porter à Ta connaissance le sort de ces migrants bientôt au seuil de l'hiver. Que d'engelures, que de nez rouges non festifs qui ne raccompagneront personne à la maison puisque pour eux, certains d'entre eux, du moins... de toit avant que d'être déboutés il n'y aura pas forcément.

Migrants de Noël, sans crèche, cette fois.

SAINTS MIGRANTS DE NOËl que nous recommandons à Ta Divine Providence.

Amen.

?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13/10/2015

Oh! Mais c'est la recette d'ONPC, qui fait un carton toutes les semaines!
Parfois, l'invité finit carrément flambé au calva

Écrit par : Arnica | 13/10/2015

On a beau dire, rien ne vaut Zemmour/Pollak du coté des douteux !

Écrit par : Corto | 13/10/2015

L'intellectuel serait-il coupable de l'être?

Absolument dingue, se réjouit l'un d'eux, "en même temps que je me penche sur ce problème des migrations juste l'un d'eux sous ma fenêtre"!

Un peu plus tard: "Ane bâté que je suis j'avais oublié le temps, l'usure"!

Sous la fenêtre le migrant, un "au moins!" (on ne peut pas tout avoir!) vient de rendre l'âme.

Toutefois, présente, Sœur Emmanuelle voyant le migrant se débattre, Sœur Emmanuelle, intellectuelle, enseignante nul ne l'ignore... aurait dit qu'"Il faut faire quelque chose"! mais, ombre au tableau, Sœur Emmanuelle ne se contentant pas d'être une religieuse était une religieuse catholique, donc (par ceux qui dénoncent, les mêmes! clichés, préjugés ou autres schémas): horreur, doute et soupçon.

N'est-ce pas, Corton, pardon: Corto!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 14/10/2015

@Myriam Belakovsky

Moi aussi !

Écrit par : Huguette Paschoud-Pichon | 14/10/2015

Mais, Madame Huguette Paschoud-Pichon, ne sommes-nous pas tous et toutes amenés une fois ou l'autre à ressentir, dire ou penser: "Vous qui passez à côté de moi sans me voir!" intellectuels ou manutentionnaires compris?!

Votre nom de jeune fille, Madame, est également le nom d'un grand fleuve paraissant dans la Bible évoquant sans doute notamment Palmyre...

Comment comprendre qu'aucune force n'empêche de démolir ce site, comme d'autres, appartenant au patrimoine de l'humanité?

Nous payons pour entretenir des forces de l'ordre ainsi que des armées capables selon les informations sur leurs potentiels de faire trembler l'ensemble de notre galaxie tout en étant incapables de protéger de la ruine nos sites archéologique les plus prestigieux?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 14/10/2015

Soeur Emmanuelle est une multinationale avec un chiffre d'affaire de plusieurs dizaines de millions d'euros par an, alors les petites comptines, entre les repas !

Je l'ai connue, elle voulait participer à un partenariat, bref, suite à l'Intercontinental, chauffeur avec mercedes, avion en première, je veux bien la petite soeur des pôvres, mais avec en plus tout le décore, c'est lourd !

Écrit par : Corto | 14/10/2015

Sœur Emmanuelle, comme chaque religieuse, fit vœu de pauvreté.

A ne pas la confondre avec les richissimes Seigneurs du Vatican.

Une autre religieuse chanteuse, "Sœur Sourire", ne gardait évidemmnt pas pour elle la fortune accumulée par ses disques.

Lorsqu'elle décida de quitter sa communauté on lui refusa de cet argent ce qu'elle demandait pour repartir dans la vie.

Il y eut procès, sans doute.

Je n'en connais pas l'issue.

Avec ses livres Guy Glbert de par les droits d'auteurs fit des bénéfices "fabuleux" (selon ses propres mots.
Ce qu'il ne cacha jamais.

Il ne toucha pas lui-même cet argent qui lui servit à ouvrir un centre éducatif et zoothérapie, "Faucon", tout en se chargeant également des salaires des éducateurs.

En revanche, il va de soi que ces "stars" religieuses (Mère Teresa) servent à redorer le blason de l'Eglise romaine.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 15/10/2015

P,S. Je précise que ce que j'ai dit est qu'à l'écoute des médias on a trop souvent le sentiment qu'ils oublient qu'ils parlent d'êtres souffrants vivants d'où l'allusion à sœur Emmanuelle qui face à la souffrance non seulement disait qu'il faut faire quelque chose mais agissait en conséquence. Rien à voir ou à faire avec l'argent des uns et ou des autres.

Le problème des médias est ce risque de banalisation du pire dès que l'audimat redescend.

Autre exemple la banalisation des souffrances sociales: SDF!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 15/10/2015

Elle est l'une des causes ayant provoqué les frérots égyptiens de s'en prendre aux chrétiens, elle recueillait des gamins dans les rues du Caire pour en faire des chrétiens, tout ça dans un esprit uniquement animé par un prosélytisme guerrier !

La philo rétrograde d'accord, mais il y a des limites !!

Écrit par : Corto | 16/10/2015

Relisez, Corto, votre commentaire du 14.10.2015 à propos d'avion "en première"!
Sœur Emmanuelle: "Durant un de mes voyages du Caire à Khartoum, Air France, qui me pilotait gratuitement, m'avait placée en première classe. Ce luxe ne me plaisait guère!"

Page 227: Sœur Emmanuelle Confessions d'une religieuse Flammarion

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16/10/2015

Les commentaires sont fermés.