09/10/2015

La Tunisie, un Nobel de la Paix qui exaspère les extrémistes

drapeau1.jpg

 

 

Le Prix Nobel de la Paix a rarement été aussi mérité. Le «quartet» qui a sauvé la transition démocratique de la Tunisie a été récompensé par les jurés norvégiens.

 A l’automne 2013, la Tunisie – qui s’était débarrassée deux ans auparavant de la dictature du clan Ben Ali – menace de s’effondrer.  Deux figures de la gauche laïque – Chokri Belaïd et Mohamed Brami – sont assassinés, respectivement, le 6 février et le 25 juillet 2013, à l’aide d’une même arme, un revolver Beretta 9 mm. Ces deux assassinats ont été, par la suite, revendiqués par Boubaker al-Hakim alias Abou Mouqatel, un Franco-tunisien dont le groupe islamofasciste a fait allégeance à l’Etat islamique.

Ces crimes djihadistes provoquent un tsunami politique, alors que les Tunisiens tentent de former un gouvernement stable et d’établir une Constitution démocratique. Pour sauver ce qui pouvait encore l’être, quatre organisations sociales ont œuvré en commun, à savoir l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), son adversaire traditionnel, le syndicat patronal UTICA, la Ligue tunisienne des droits de l’homme et l’Ordre national des avocats.

Le «quartet» n’a pas lâché les partis politiques de tous bords, laïques et islamistes, jusqu’à ce qu’ils acceptent de respecter la feuille de route qui conduira la Tunisie à adopter sa nouvelle Constitution, sans encombre. Cette initiative, née de la société civile, a sauvé ce pays. Ni plus ni moins. Cela valait le Nobel de la Paix. Au moins.

 Gageons que cette attribution à la Tunisie nouvelle de la plus prestigieuse distinction de la planète va en exaspérer plus d’un.  Voici un petit florilège des grincements de dents.

  • L’Etat islamique, la Tunisie représentant son insupportable cauchemar. En tant que seule nation arabe à vivre en démocratie et dans le respect de l’égalité entre femmes et hommes, les islamoterroristes la considèrent comme un scandale permanent à éradiquer au plus vite.
  • Les monarchies pétrolières qui craignent que l’exemple tunisien donne de fâcheuses idées de démocratie et d’égalité des sexes à leurs peuples anesthésiés par les polices religieuses et les liens de dépendance envers les dispensateurs de la manne énergétique.
  • Les extrême-nationalistes européens, furieux qu’un pays arabe échappe à leurs clichés propagandistes d’un monde musulman monolithique et uniquement voué au terrorisme. Plus ou moins ouvertement, ils espèrent que la Tunisie tombera un jour dans l’escarcelle djihadiste. 
  • Les clans proches danciens dictateurs des Etats arabes qui, pendant des décennies ont été soutenus par l’Occident, grâce à ce chantage : sans nous, c’est le chaos islamiste qui règnera. L’échec de la démocratie en Egypte leur a donné quelque espoir. Mais l’exemple tunisien est là pour les contredire.

 C’est dire si la Tunisie nouvelle ne manque pas d’ennemis. Ses institutions sont encore fragiles. 5500 jeunes Tunisiens se sont engagés dans les rangs de l’Etat islamique, selon l’ONU. Daech a d’ailleurs pris pied en Libye voisine. Et surtout la pauvreté s’accroît, notamment après les attentats au Musée national du Bardo, le 18 mars dernier, qui a mis à mal l’industrie touristique tunisienne et avec elle, tous les secteurs qui en dépendent comme la construction et le commerce.

Remettre le Prix Nobel de la Paix à la Tunisie démocratique, c’est bien. La soutenir économiquement, ce serait très bien. Annuler sa dette publique, ce serait encore mieux.

 Jean-Noël Cuénod 

18:21 | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook | | |

Commentaires

Je ne peux que féliciter, tant le peuple tunisien que le choix du Nobel !

Écrit par : Corto | 09/10/2015

Espérons que les motifs d'attribution de ce titre seront aussi valables
et appliqués

en ce qui concerne les territoires du Sahara occidental occupés et exploités sans complexe depuis le franquisme de 1975

par le Maroc


"Le 26 juin, la Suisse a accèdé à une demande du Polisario d’adhérer à la Convention de Genève de 1949 sur la protection des civils en temps de guerre. Le Maroc conteste la décision du Conseil fédéral suisse"


http://www.yabiladi.com/articles/details/38444/sahara-suisse-avait-accepte-l-adhesion.html

http://www.franceculture.fr/emission-les-enjeux-internationaux-territoires-occupes-3-le-cas-du-sahara-occidental-maroc-republiqu

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 09/10/2015

Une lueur d'espoir; bravo à la Tunisie! Son peuple doit être fier du "quartet". Michèle Alliot-Marie passe la plus mauvaise soirée de l'année, BHL a raté l'affaire et Hollande admirera toujours les Saoudiens de lui avoir réglé la facture des frégates ex-russes et désormais égyptiennes. Et les frappes continuent contre les hydres EI et Al-Nosra; chacun les siennes.

Écrit par : Wega07 | 09/10/2015

sans oublier qu'en ce qui concerne le suivi des biens des proches des dictateurs enrichis sur le dos de leur peuple, l'actuel statut des lois LBA suisses actuelles n'impliquent pas les biens des familles trabelsi dont Leila Trabelsi épouse d'un italien devenu suisse après avoir renié sa nationalité italienne, redevenu italien pour besoins d'élections en Italie avant de changer de parti pour devenir membre MCG et enfin hélas, conseiller dans le canton de Genève (& là, j'ai pas parlé de son changement moral & religieux d'époux, n'est-ce pas?)


sachant que ce type de personnes sont en course pour mener notre canton à Berne,
y briguer des responsabilités représentant la Suisse sur un plan international


reste à savoir: quelque chose de politiquement censurable ici?

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 09/10/2015

alors j'embraye & nombre de tunisiens seraient d'accords. Vous 'nmodérez' JN Cuenod.

"l'argent du clan Ben Ali peut encore dormir tranquille en Suisse :
Le Tribunal pénal fédéral, la plus haute instance judiciaire helvétique, vient de refuser la restitution par la Suisse de près de trente millions d'euros à la Tunisie."

http://afrique.lepoint.fr/economie/tunisie-l-argent-du-clan-ben-ali-peut-encore-dormir-tranquille-en-suisse-17-12-2014-1890525_2258.php



Déclaration sur son blog TdG, d’un supporter pro Poggia, sir Henri, en contradiction flagrante à la réalité (corps du texte non publié ici).

Objet : Blocage des avoirs déposés en Suisse par la famille et les proches du Président tunisien déchu Zine El Abidine Ben Ali

http://lemegunvoteimportant.blog.tdg.ch/archive/2011/01/17/merci-me-mauro-poggia.html


Avis publié par la TSR
"Clan Ben Ali: des millions dans une banque à Genève

La TSR a ainsi appris que HSBC Private Bank (Suisse) avait eu d’étroites relations d’affaires, durant des années, avec Belhassen Trabelsi, le beau-frère notoirement corrompu du président déchu tunisien Ben Ali.Les onze millions de francs que l’homme d’affaires tunisien possède à la HSBC de Genève représentent à eux seuls un sixième des 60 millions d’avoirs tunisiens bloqués en Suisse suite à cette ordonnance.

Homme d’affaires touche à tout, le frère de Leila Trabelsi, l'épouse du dictateur, était actif dans la banque, les transports aériens, le tourisme, l'immobilier, les médias et l'informatique."


http://www.tsr.ch/info/suisse/3403069-clan-ben-ali-11-millions-dans-une-banque-a-geneve.html


Bref. sans détailler les lois & techniques de contrôle antiblanchiement (LBA), la prétendue 'demande' de Poggia publiée sur TdG via Sir Henri

- n'est pas destinée à contrôle LBA mais aux lecteurs,
- n'a rien à voir avec la soumission d'un état de fortune réel à contrôle LBA,
- a tout à voir avec de l'enfumage de l'esprit d'un électorat


aux é-lecteurs de réagir, de vouloir en savoir plus.

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 09/10/2015

Ce qui est certain, c'est que le gouvernement tunisien, contrairement au gouvernement suisse qui paye des studios luxueux aux djihadistes, sait comment faire avec ces cafards, l'Egypte fait de même !

Finalement, tous les djihadistes viendront en Europe, dans les pays arabes, ils savent comment traiter ces psychopathes, ou disons peut-être que les gouvernements arabes sont peut-être ou savent être encore plus psychopathes que ces monstres !

Écrit par : Corto | 10/10/2015

@suisse & genevois déshérité,

Alors là, on tombe dans le mensonge habituel de nos banquiers conseillés fédéraux, la bande à Ben-Ali possédait environ 40 milliards de Chf. dans les banques suisses !

Pareille pour Moubarak !!!

Et kadhafi possédait 427 milliards de dollars dans le système bancaire suisse, seulement lui, il s'est fâché contre son banquier et a viré ses comptes à Singapour, ensuite, il a été tué !!!

Écrit par : Corto | 10/10/2015

Kadhafi, sauf erreur de ma part, a dit qu'il n'y a pas de Suisse.

Qu'il faut que les gens de langue françaises aillent vivre en France, de langue italienne en Italie ainsi que de langue allemande en Allemagne.

Cette affirmation sienne... avant de s'être fâché avec son banquier suisse ou après?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/10/2015

Après, bien sûr !

Écrit par : Corto | 11/10/2015

Annuler la dette des ménages surendettés Européens serait mieux.

Ne plus envoyer d'argent là ou l'islam est au pouvoir, (56 pays sur 57) veut tuer ou rendre à la dhimmitude les non-musulmans, ça serait un pas en avant pour l'évolution de l'humanité.

Interdire l'islam c'est un concept pervers copié/collé des religions judéo-chrétiennes, cela assurerait un avenir meilleur pour nos enfants et petits enfants.

"La révolution" aux USA a été d'élire un Président mi-chrétien mi-musulman il est tombé dans les bras des frères musulmans, le jour ou il a reçu le prix Nobel de la Paix. L'état de santé du monde n'a cessé de se dégrader sur tous les plans.

La Tunisie n'est pas débarrassée de l'islam, il y a lieu d'être pessimiste sur son avenir. Trop de femmes enchiffonnées traînent les rues, les autres sont en danger à cause de la religion des hommes: "l'Islam"

L'islam est une catastrophe pour le monde Libre et évolué, qui plus est, le jugement dernier, le paradis et l'enfer n'existent pas!

Il est temps que les gens profitent du chômage à venir pour aller sur internet s'instruire de l'invention des divinités par la civilisation des Sumer et celle des Pharaons. Attention, ne pas lire l'histoire de nos illustres ancêtres sur des sites d'historiens et de théologiens inféodés aux religions, ils mentent comme ils respirent.

Critiquer l'islam est un réel problème car, en dénonçant l'islam, les autres religions réagissent très mal. Normal, c'est un concept de pouvoir monarchique défendu par tous les moyens, notamment par le mensonge depuis plus de 8 000 ans.

L'avenir ne sera pas la Paix loin s'en faut.

L'islam est surtout un problème pour les musulmans, ils doivent devenir Athées ou se convertir au christianisme. Sinon, après les conflits, (il y en a déjà beaucoup) ils seront sur le chemin de la disparition.

http://www.islam-et-verite.com/

Écrit par : Pierre NOËL | 12/10/2015

Que dire?

Pour les gens évolués le purgatoire, l'enfer n'existent pas?!

En inspectant, manière de parler, notre planète ne discernons-nous pas des espaces purgatoire comme "travailler plus pour gagner moins", d'autres enfer (esclavage, soumission, horreurs).

Espaces résidentiels paradisiaques atouts également pour une bonne nourriture, un équilibre, une stabilité soit une bonne santé ainsi qu'affirmé par l'EPFL signalés exploits en mathématiques.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/10/2015

P.S. Pour les espaces enfer j'ajouterai celui de l'indifférence.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/10/2015

M. Belakovsky: la question des détournements frauduleux des ressources d'un pays par familles de potentats, est chez vous de loin ni abordée ni résolue:

le danger, à vouloir rester étranger aux faits, est d'éloigner la conscience de la responsabilité d'élus genevois briguant des responsabilités au niveau fédéral

est entrer dans la complicité de ces personnes bien réelles aux actes bien réels,
donner votre blanc-seing à bénéficiaires d'acquis de patrimoines usurpés & autres détournements - vérifiez les derniers art. de la FINMA, leurs domaines & dates d'application...

si ces gens-là sont ré-élus: je ne serais pas complice.

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 12/10/2015

Myriam, si vous voulez dire que l'enfer et le paradis c'est sur terre que ça se passe avec comme tribunal du jugement dernier les lois des royautés ou des politiciens, je suis d'accord.

L'enfer a les couleurs diversifiées de l'arc-en-ciel, derrière celui-ci se cachent les pires horreurs de ce monde.....

Écrit par : Pierre NOËL | 12/10/2015

Les commentaires sont fermés.