23/09/2015

1956

6284958.image.jpeg

 Je vous parle d’un temps que les moins de 60 ans ne peuvent pas connaître. Mais dont ils feraient bien d’en méditer les leçons.

1956. Cette année-là, une avalanche d’événements déferle du vénérable poste de radio pour s’étaler sur la table familiale. Le petit garçon de 7 ans et demi que j’étais, saisit, sans les comprendre, les discussions qui s’engagent entre adultes. La France, déjà empêtrée en Algérie, se lance avec la Grande-Bretagne et Israël dans une guerre contre l’Egypte sur le canal de Suez. Les monarchies pétrolières menacent de fermer le robinet à essence. Mais ce n’est pas cette perspective qui trouble les parents. Après tout, qui a une voiture dans le quartier ? En tout cas, chez nous, les moyens de locomotion se limitent au vélo et au tram 12.

Non, l’inquiétude parentale prend naissance de l’autre côté du Rideau de fer. Staline est mort depuis trois ans et enterré par le rapport Khrouchtchev depuis février. Mais il bouge encore. Et rudement. En Pologne, mais surtout en Hongrie des soulèvements éclatent contre l’ogre soviétique. La radio suisse romande décrit les combats qui se déroulent à Budapest avec force détails. Le 10 novembre, tout est fini. L’insurrection hongroise est écrasée.

 En quelques jours, 200 000 réfugiés déferlent sur l’Ouest de l’Europe. A elle seule, la petite Suisse – le recensement fédéral de 1950 dénombre 4 714 992 habitants – en accueille 12 000 (Photo prise en Suisse à Buchs dans un centre d’accueil).  Dans l’urgence, tout est mobilisé pour recevoir ces familles qui n’ont eu le temps que d’emporter le triste nécessaire, dans le meilleur des cas. Pas de Blocher, pas de Freysinger pour geindre que la barque est pleine. Pourtant, la Suisse de cette époque travaille dur pour des salaires modestes. La prospérité, ce sera pour le début des années 60.

 Dans les conversations d’adulte, une formule revient souvent : « Et dire que l’hiver commence ! » L’Europe avait traversé en février 1956 une vague de froid sans précédent. Genève a grelotté à – 21 degrés ; sa Rade était gelée. Souvenir de cygnes battant de l’aile, les pattes prises dans les glaces.

 Alors, comment aider ces réfugiés, qui viennent du froid politique, à affronter le froid météorologique ? Dans mon école, les instituteurs et les parents se mobilisent pour récolter des manteaux d’enfants, des pulls, des écharpes, des cagoules, des grosses chaussettes hâtivement tricotées. Autre souvenir, celui des grandes tables disposées dans un coin de la classe et jonchées de vêtements d’hiver prêts à partir pour la Croix-Rouge. Cinq ans après, Servette remportera le championnat de Suisse de foot en alignant trois ex-réfugiés hongrois : Pazmandy, Mackay et Nemeth.

 Trop facile, la comparaison entre les Hongrois qui se faufilaient entre les lames du Rideau de Fer pour échapper à la terreur soviétique et ceux d’aujourd’hui qui rejettent, armes au poing, les Syriens qui fuient la terreur islamiste. Trop facile, car nous aussi, en Suisse, en France, nous avons bien changé.

 

Jean-Noël Cuénod 

14:46 | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : réfugiés, asile politique, terrorisme | |  Facebook | | |

Commentaires

Trop mal changé...L'abondance de richesses, l'arrogance, le m'as-tu vu comme je suis beau et toi comme tu es laid dans ta pauvreté ont fait des ravages hors du commun. L'individualisme et l'ultra-libéralisme démontrent ses limites scandaleuses. tout l'espace du monde ouvert aux plus nantis et la dictature, l'esclavage, la soumission, l'enfermement dans des camps, ou la mort à celles et ceux qui ont fui l'horreur ou qui refusent de prendre part à cette idéologie de la mort industrielle pour toute une partie de l'Humanité. Qui est le plus laid en ce monde qui verse dans l'immonde et la puanteur brune?

Écrit par : pachakmac | 23/09/2015

En effet cette année là on s'en souvient pour qui l'a vécue .Cependant il n'y avait pas autant de technologie et le peuple faisait confiance à ses élus
Sans compter les nombreux fidèles remplissant les églises et les dames de la Cure Protestante pour voler au secours des miséreux
De nombreux Suisses étaient encore dans la misère noire et beaucoup d'enfants étaient déjà dans le monde du travail.
Petits boulots pour leur faire prendre très vite conscience des dures réalités de la vie et pour leur faire comprendre aussi et surtout que l'argent ne tombe jamais tout seul tandis que d'autres qui venaient de sortir de situations familiales très graves se lancèrent à corps perdu dans le monde des grandes personnes
Les vendanges se faisaient avec des engelures aux pieds chaussés de tricounis .Je pense que la population encore sous le choc de la fin de la guerre n'avait pas encore bien réalisé ce qui arrivait et concernant l'afflux des réfugiés ,elle trouva ceci tout naturel malgré les racistes parmi de nombreux catholiques qui en voulaient aux Protestants et vice
versa
Et la raison de cette acceptation aussi facile réside peut-être dans le fait qu'il n'y avait pas d'ONG non gouvernementales ,tout le monde se connaissait sinon de près ,par oui dire en tous cas
Sans compter et c'est très important le fait que Migros arrivant dans certains endroits des guerres entre commerçants débutèrent ce qui finalement permis à de nombreux réfugiés de venir s'installer chez nous ,les gens trop occupés à sauver leur gagne pain face à Migros n'avaient pas le temps de se pencher sur le problème des nouveaux arrivants Sans oublier l'Anschluss ou ne doit pas parler pour rien dire,régle d'or de l'époque
Très belle soirée pour Vous Monsieur Cuénod

Écrit par : lovejoie | 23/09/2015

Autre chose importante que je me permets de rajouter .Beaucoup de ménages se chauffaient au bois et de nombreuses familles devaient courir les forêts pour trouver leur combustible .Ils étaient sans cesse l'esprit occupé pour arrondir les fins de mois et dame TV n'avait pas encore pris place dans de nombreux foyers .il faut aussi en tenir compte !

Écrit par : lovejoie | 23/09/2015

Les hongrois ne pratiquent pas "culturellement", la polygamie !

Ensuite, en quelques décennies, ce sont 40 millions de musulmans qui ont établis leurs domiciles en Europe et pas 200'000 (provenant d'Europe) !

Et pour finir, au niveau de l'intégration, il n'y a pas 80% des détenus des prisons qui étaient hongrois !

De plus, une grande partie des réfugiés hongrois étaient accueillis dans des familles suisses, car les familles suisses accueillaient les réfugiés hongrois, ce n'est pas tellement le cas avec les réfugiés venant des pays musulmans !

Et pourquoi encore parler de "réfugiés" avec les (pour 80% d'entre eux) envahisseurs auxquels l'Europe se confronte ?

Écrit par : Corto | 23/09/2015

Et puisque l'on parle de "migrants" économiques, comment se fait-il qu'en 2015, alors que le salaire moyen en Hongrie est 8 fois inférieurs à celui de la Suisse, qu'aucun réfugié ne viennent de Hongrie en Suisse ?

Et bien, c'est à cause des pays qui octroient des allocations sociales aussi importantes, comme je l'avais déjà écrit sur un blog TdG, en France un "réfugié" touche 1058.-- euro par mois !

Est-ce que les réfugiés hongrois des années 50 touchaient plus que le smic en France ?

Rien du tout, en 1956, les réfugiés hongrois ne touchaient pas un centime du gouvernement français, et ils se sont tous parfaitement intégrés !!

Écrit par : Corto | 23/09/2015

La Hongrie est un des Etats actuels en frontière Schengen. Elle fait donc ce qui lui est demandé par les accords, comme le fait par exemple l'Espagne à Ceuta. Il n'est pas équitable de comparer les flux de 1956 à ceux d'aujourd'hui. Les circonstances économiques et géopolitiques sont fondamentalement différentes. Et il était de bon ton d'être opposé aux méchants Soviets et d'accueillir ceux qui les fuyaient. Finalement, ne devriez-vous pas mentionner un élément pas du tout politiquement correct, mais que vous connaissez fort bien, soit la différence confessionnelle qui caractérise les réfugiés de 1956 et de la majorité de ce ceux de 2015?

Écrit par : Wega07 | 23/09/2015

Vous oubliez juste une chose! La différence de culture! Vous le savez mais vous vous gardez bien de la mentionner. C'est une forme de malhonnêteté intellectuelle.

Au fait, ces Hongrois que nous avons accueillis, nous ont-ils forcé la main pour obtenir des accommodements dits raisonnables? Ont-ils fait du lobbying pour interdire des pièces de théâtre, d'imposer des règles alimentaires ou d'autres règles sociétales? Non! Ils se sont intégrés et personne n'y trouve rien à redire.

Si aujourd'hui, nous refusons cette invasion, car c'est bien de cela qu'il s'agit et si vous étiez un journaliste digne de ce nom, vous ne pourriez pas en disconvenir, il n'y a qu'à s'informer sur les Frères musulman, lire les textes qu'émet l'OCI ou ceux de l'Etat islamique et d'al qaïda. Les Européens en général commencent à entrevoir ce qu'il y a de malsain à vouloir accueillir ces clandestins.

Saviez-vous qu'en Allemagne, il y a une épidémie de viols? Une élue socialiste au bord des larmes a déclaré « Nous ne pouvons plus assurer la sécurité »

Saviez-vous que la violence a augmenté en Suède et que le plus souvent les immigrés en sont la cause. Il y a eu récemment des émeutes dans quelques villes suédoises.

Ce sont juste deux exemples, mais on peut en trouver d'autres. Aujourd'hui de plus en plus de citoyens ne font plus confiance aux médias traditionnels et se tournent vers les médias alternatifs et découvrent qu'on leur ment, que vous leur mentez, alors ne vous étonnez pas de ces réactions de rejet. Vous avez trop pris le citoyen lambda pour un crétin, aujourd'hui, le balancier fait demi tour et le mouvement ne va pas s'arrêter de si tôt.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 23/09/2015

@Wega07

Si les migrants arrivants de Syrie ne sont pas des êtres qui fuient l'ex-union soviétique, dites mois qui ils fuient ?

Écrit par : Corto | 23/09/2015

1956

Les Hongrois par les Suisses accueillis à bras ouverts ne donnèrent pas les signes d'une gratitude évidente plutôt comme une aide leur étant due à tel point qu'un ou deux romans consacrés à cet aspect parurent quelques temps plus tard.

Fermeture et jets de balles en caoutchouc visant d'autres migrants comme eux autrefois.

Amnésiques, les Hongrois?

Écrit par : MB | 23/09/2015

L'Europe bien-pensante essaye de culpabiliser les hongrois d'avoir dû fuir l'ex-empire sanguinaire, le même qui massacre en Syrie, les mêmes héritiers du kgb !

Écrit par : Corto | 23/09/2015

L'Europe bien-pensante essaye de culpabiliser les hongrois d'avoir dû fuir l'ex-empire sanguinaire, le même qui massacre en Syrie, les mêmes héritiers du kgb !

Écrit par : Corto | 24/09/2015

Ceux critiquant les Hongrois ignorent sans doute que les pays de l'Est ne manifestent pas ouvertement et ceci hypocritement comme de nombreux Suisses qui dès Noel passé remettront aux oubliettes des membres de leur propre famille
Ce sont des Hongrois qui justement ont manifesté en réagissant de suite et par eux mêmes pour que cessent des bagarres entre gosses Catholiques qui tabassaient les gosses Protestantes et ce dans la rue au vu de tout le monde
Des gamines qui venaient de passer plusieurs mois alitées car gravement malades et pour lesquelles personne ne s'inquiétait ,leur sort étant déjà scellé
Alors Merci aux Hongrois,aux Polonais et aux Tchèques qui tous m'ont ouvert les yeux sur le monde réel et ses hypocrisies

Écrit par : lovejoie | 24/09/2015

Un tout grand merci à Vous Monsieur Cuénod car les anciens ne parlant pas je viens de comprendre les raisons de l'herméteurisme régnant au sein des clans de veuves après guerre
Herméteurisme que nous avons encore à cœur de pratiquer
Grâce à de nombreux billets j'arrive à reconstituer mon passé et pour en revenir aux Hongrois qui m'ont sauvé la vie n'ayons pas peur des mots c'était sans doute et indirectement le signe de la part d'une personne de la famille décédée dans les camps et qui a toujours veillé sur moi
Très bonne journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | 24/09/2015

Changés peu ou prou on a le sentiment net que les problèmes ne se résolvent pas là où il le faudrait: non dans les pays d'accueil mais dans les pays d'origine, d'une part,

et de l'autre que, pour l'ensemble, l'élite planétaire se fiche du monde.

Du moment, comme aux Etats-Unis, que le 1% des richissimes continue à s'"enrichissismer" chaque jour en même temps que plongent dans le marasme non seulement matériel mais culturel les 99% restants.

Abêtir, obscurcir les moins nantis pour les mieux dominer... "métissage des peuples compris" (plan Kalergi)

Faut-il, parce que cela nous dérange, nier en bloc le plan Kalergi ou y prêter attention, prendre garde?

Rendre les conditions de vie intolérables tout en annonçant la voie du salut du côté de l'espace Schengen... en "invitant" de cette manière sans les retenir sans les empêcher de partir les mal lotis à quitter leur pays n'est-ce pas précisément ce qui correspond en le rejoignant au plan Kalergi?

Impuissance ou complicité des élites dirigeantes?

Écrit par : MB | 24/09/2015

Donc en 1956 une vague réfugies européens déferlent sur l'Europe... C'est effectivement intéressant de prendre ces événements comme point de comparaison pour comprendre ce qui est différents aujourd'hui.

Sans entrer dans le détails, listons les grandes lignes:

- Les différences culturels, dont certaines insupportables, n'étaient pas aussi marqué avec avec les Hongrois. D'ailleurs ce sont des européens de type caucasien qui passent inaperçus en Europe de l’ouest.

- Les Hongrois fuyaient le communisme, un ennemi commun, j'en entend pas autant aujourd'hui a propos de l'islam.

- Il n'y avait probablement pas de préavis négatifs envers les Hongrois. Ceci pourrait bien être du a l'absence de "quartiers sensibles" a majorité hongroise ou d’attentats sanglants perpétrés par des Hongrois.

- Je doute que la presse bien pensante passait sont temps a stigmatiser du hongrophobe et a pratiquer du lavage de cerveau hongrophile.

Mais tout cela vous le saviez déjà, vous refusez juste de le voir en face.

Écrit par : Eastwood | 24/09/2015

Pourquoi ne pas alléguer que sur les 200'000 réfugiés hongrois, s'étaient dissimulés 50'000 agents du KGB !!

Mais à cette époque, l'ONU ne plaçait pas un Russe à la tête de la commission des droits de l'homme !

Écrit par : Corto | 24/09/2015

Les syriens fuient la terreur "islam" également la terreur du despote nazi nommé ASSAD.

La guerre contre le peuple Syrien n'a pas commencé en 2013 ou en 2015 mais en février 2011 ça fait trois ans et demie que les petits de ce grand monde, attendent la saint glinglin pour réagir. Gouverner c'est anticiper paraît-il.

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=oF3femY7Vo8

http://rattrapages-actu.fr/

Après cela certains nous parlent de dieu, yésous, mahomet et autres mythes des fables religieuses?

Certains ne voient pas le danger arriver avec cet islam et ses croyances pouraves?

D'autres se félicitent des contrats juteux en armement et des pouvoirs "moraux" des monarchies pétrolières musulmanes.

On peut y croire, mais il ne faudra pas s'étonner de la suite en Europe, ou ce qu'il es reste.

Tout n'est pas foutu:

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2015/09/29/grace-a-sami-aldeeb-un-nouveau-clou-pour-le-cercueil-du-coran/

Écrit par : Pierre NOËL | 30/09/2015

Bientôt une alliance entre daesh et Poutine ?!?!?

Écrit par : Corto | 01/10/2015

Cette Russie qui à nouveau ne produit que des armes !

Pour le reste, c'est de l'importation et de l'exportation de monarques qui pillent les ressources souterraines du plus grand pays de la planète !

La deuxième phase punitive des sunnites va consister à baisser encore de moitié le prix des hydrocarbures, bientôt un brut à 20-25 dollars le baril !

On verra jusqu'où Poutine ira dans ce chemin entre généraux alcooliques et ruines d'une union très soviétique !

Écrit par : Corto | 01/10/2015

Poutine joue sa carte internationale, il envoie également un message à ses sectes musulmanes en Russie, il s'assure de sa stratégie géopolitique au proche-orient. La construction de la plus grande mosquée en Europe située à Moscou est aussi un message, c'est une erreur. Il faut interdire l'islam comme le nazisme.

Il soutient bec et ongle le nazi Assad pensent qu'un état sera plus à même de tenir les équilibres dans cette région. Il fait fausse route, c'est une erreur magistrale qui risque de nous faire basculer dans la troisième guerre mondiale déjà commencée.

Tout cela à cause d'Obama et ses détraqués de l'UE pour une majorité.

On ne va pas vers la paix loin s'en faut, à la moindre défaillance ou erreur tout volera en éclat.

Écrit par : Pierre NOËL | 02/10/2015

"Vous oubliez juste une chose! La différence de culture! Vous le savez mais vous vous gardez bien de la mentionner. C'est une forme de malhonnêteté intellectuelle."

Vous avez évidemment raison, G. Vuilliomenet, et vous savez bien que c'est un un fait qui doit absolument être passé sous silence. C'est cela qui le fait justement apparaître comme une "vérité" à tout ceux qui se méfient de ce genre de silence, souvent appelé "omerta" par les media eux-mêmes. Présenté comme une qualité, c'est en fait un déni de démocratie, qui repose avant tout sur la liberté de pensée associée à la liberté d'expression.

Écrit par : Mère-Grand | 02/10/2015

Le mollah barak-hussein a tellement soutenu ses frères frérots pro-iraniens qu'il va les détruire !

L'Arabie Saoudite et les émirats sont en alerte maximale depuis 3 jours, l'Iran de son coté, de même. Attendons-nous à une éventuelle crise majeure dans la région du golfe persique !

Poutine compte bien profiter du retrait américain de l'Irak, certainement la plus grande erreur stratégique et sécuritaire faire depuis le début du 21ème siècle.

Ainsi Poutine arrivera à sa fin ; provoquer une crise sur les hydrocarbures et voir les cours reprendrent de l'air !

Erreur, l'Iran ne fera pas 10 minutes face aux armées sur-équipées du golfe et cela peut se déclancher à tout moment !

Écrit par : Corto | 02/10/2015

Concernant daesh, ces macaques (pardon pour les macaques) sont très mobiles et Poutine vient d'enclencher son aimant à barbus vers la Russie !

C'est comme si ça sentait la fin du règne de Poutine !

La Syrie comme l'Irak, la Libye est foutue, Poutine, pas Poutine, Obama pas Obama, de Hollande n'en parlons même pas, rien ne changera la situation syrienne avant une bonne vingtaine d'années (dans le meilleur des cas et radio Mossad ou pas).

Avoir de l'influence, c'est ne pas permettre à quiconque de tomber dans le bourbier, dans le cas de plusieurs pays arabes, les influences, tant américaines que russes n'ont eu d'effet et cela s'appel : un échec total !

Un désastre total !

Ca avait commencé avec l'incapacité de Bashar de ne pas garder ses prisons fermées, avec plus de 30'000 zombies made in Syria, ces 30'000 sont devenus 150'000 au bas mot et avec eux des syriens qui ne feront rien pour soutenir le régime el assad !

Les frappes aériennes ne font que tuer des civils et quelques barbus peux prudents et chaque jour que allah fait, de nouveaux fanatiques naissent des cendres d'un monde arabe malade et sans des armées sur le terrain et des armées puissantes, il sera impossible de déclencher la machine !

Il doit bien y avoir une centaine de millions de musulmans plus ou moins disposés au vu de leur situation de verser dans le fanatisme, ne pas oublier que le phénomène s'étale de plus en plus dans le Moyen-Orient, ça avait commencé avec l'Irak et les portes de la Jordanie se fragilise, je le répète, ils sont des dizaines de millions sans futurs, alors l'effet de manche de Vladimir Poutine est sans doute dans le ton général, mais c'est déjà un echec couru d'avance et le seul changement prévisible ne se comptera qu'en cadavres supplémentaires, cadavres soulevant de nouvelles vocations.

C'est comme si Poutine voulait sortir de son isolation et cherchait un prétexte pour réaparaitre dans la politique internationale, comme si il venait de piéger la cette Russie pratiquement inexistante dans le jeu des nations.

De plus, il y a les tensions intérieures russes, les généraux et les oligarques qui entretiennent des relations venimeuses et la politique américaine en panne depuis le début du deuxième mandat de son président dépassé, en conclusion, un vide imposé par ce que l'on appelait les grandes puissances.

Pendant ce temps, les pays émergeant se gardent bien de commenter la situation et construisent en silence des économies prometteuses.

Écrit par : Corto | 02/10/2015

Alors que la TdG titre :

"Mature, l’Allemagne est plus ouverte que jamais"

Le ministre de l'intérieur allemand Thomas de Maizière déclare :

"L’accueil des réfugiés pose problème, pour le ministre de l’intérieur « ils deviennent exigeants et ne sont pas assez reconnaissants »"

Et il ajoute :

Thomas de Maizière durcit le ton et avertit que le nombre de migrants présent en Allemagne mais pas enregistré par les autorités était un problème “sérieux”.

“Jusqu‘à l‘été, les réfugiés étaient reconnaissants d‘être chez nous. Ils demandaient où était la police, où était le centre d’enregistrement, où est-ce qu’ils devaient aller. Aujourd’hui, ils quittent les centres d’accueil, ils commandent un taxi et disposent étonnement de l’argent nécessaire pour parcourir des centaines de kilomètres à travers l’Allemagne”, a-t-il critiqué. Ils font la grève, parce que leur logement ne leur convient pas, ils font des histoires car ils n’aiment pas la nourriture.”


Comme quoi la désinformation existe, même à Genève !

Écrit par : Corto | 03/10/2015

"et Poutine vient d'enclencher son aimant à barbus vers la Russie "
(si seulement c'était ça)

ah Corto, merci pour ce moment.. on pourrait pas vous inventer!

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 03/10/2015

Grâce au WWF les animaux sauvages sont protégés, pour ça nous ne pouvons que les féliciter !

En contre partie et pour ne pas frustrer les amateurs de chasse, the International Hunting Association vous invitent à participer au grand safari syrien !

Le syrien n'étant pas considéré comme une espèce rare, il est désormait à toutes les nations de participer à cet événement unique !!

Amateurs bienvenus !!!

Après avoir longtemps hésité, la Russie apporte également son expérience dans la chasse aux barbus.

Les battues sont ouvertes toute l'année, y compris pendant les périodes de reproduction !!!!!

Écrit par : Corto | 03/10/2015

Les commentaires sont fermés.