01/07/2015

FAIT DIVERS

 

 

 

 

 image_27569_1_20304_1_9323_1_38646_1_79009.jpg

 

L’éclair embrasse la mer

Les nageurs blêmes s’extirpent

Hors de l’eau sans cri sans mot

La peau enduite de sel

Léchée par le vent d’autan

Lampes de chair ils s’éteignent

Absorbés par les ténèbres

Jean-Noël Cuénod 

 

Ce poème fait partie de l’ouvrage ENTRAILLES CELESTES de Jean-Noël CUÉNOD, préfacé et illustré par Bernard THOMAS-ROUDEIX. Il est édité par Edilivre à Paris et disponible directement chez l’éditeur en cliquant sur ce lien :

http://www.edilivre.com/entrailles-celestes-20bca8a41a.html#.VYlooEbeJRA

14:19 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

D'une vie une autre Il y a des coïncidences.

La personne sur la couverture du livre présenté, ENTRAILLES CELESTES, semble avoir reçu une claque.

A-t-elle reçu un coup en plein cœur
ou ce coup l'a-t-elle asséné?

ce qui lui aurait valu la claque sus-mentionnée donnée par une personne qui aurait suggéré à la "victime"! de ne pas tendre l'autre joue de peur de recevoir à cet aller premier un RETOUR

en bonne et due forme.

Avec une marque telle qu'en ce cas le livre pourrait être titré

ENTAILLES CELESTES

Écrit par : Myriam Belakovsky | 04/07/2015

En approchant encore un peu plus de cet homme représenté, ENTRAILLES CELESTES. qui aurait reçu comme un coup au cœur remontant jusqu'à son œil à gauche (le cœur étant en rapport avec le centre nerveux et de conscience dit chakra anahata) on peut, pour le cœur, penser aux qualités de tact, doigté, délicatesse, TOUCHER

avec ce coup au cœur le "toucher" atteint.

Les gynécologues appellent "toucher" l'examen, le contrôle intime en les parties intimes des femmes.

Un jour, examinée de cette façon, extrêmement gênée, ce fut plus fort que moi, j'ouvris à peine un œil pour voir ce que cet homme, ce médecin, ressentait en cet instant.
Sa peau était un peu plus rose que d'ordinaire

Plus tard, chez moi, je repensai à cet "examen" non de lui à moi mais de moi à lui alors je vis un matin, ô Revel, "des magiciens" où dans un jardin, celui précisément chanté par Charles Trenet, un jardin extraordinaire... il y avait une fleur et sur cette fleur, une rose, posée comme un doux attouchement ("toucher") une goutte de rosée... beauté pure poésie

ROSE, jouez avec les lettre du mot (non les autres celles du cœur) ROSE EROS

Cet homme, ENTRAILLES CELESTES, selon un ressenti, le mien, pourrait avoir été atteint au cœur par quelqu'un ou quelques-uns qui auraient joué avec les lettre de son cœur

S'entendant ainsi souhaiter la bienvenue par ceux atteints au cœur de pareille façon: "Bienvenue au club!"

Qu'il ne faut pas s'attendrir sur soi-même, s'écouter?

Faux! enseigne la médecine moderne.

Ne pas occulter ta propre souffrance en t'accusant, toi, d'avoir causé de la souffrance aux autres!

Charité bie4n ordonnée...

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/07/2015

Les commentaires sont fermés.