22/05/2015

La soif de fraternité et les sources empoisonnées

 

 illustration_fraternite.pngNous avons l’âme sèche comme le gosier d’un égaré au Sahara. Dans ce monde qui change toujours trop vite, mû par l’indomptable puissance de la cupidité sans frontière, le voisin devient une gêne, le collègue, un rival, l’étranger, un ennemi, l’autre, un suspect. Un monde où règne la trouille paranoïaque avec, pour changer les idées noires, un flot coloré d’images qui se meuvent parmi des ondes de bruit. Chacun dans sa bulle et Dieu pour personne. La main tendue cache une main tordue. Le sourire spontané dissimule un calcul commercial. L’amitié devient un moyen de faire réseau. On ne sait jamais, ça peut servir.

 Et l’âme continue à s’assécher. Oui, nous avons soif de fraternité. Mais ce qu’elle nous fait honte, cette soif ! Vous dites, «fraternité». On vous réplique, «angélisme», «bisounours», «gnangnan» et, pour les plus vieux, «cucul-la-praline». Autant d’arguments massues qui brisent menu ce vocable risible ou plutôt ricanable.

 Pourtant, cette aspiration à trouver des sœurs ou des frères n’est pas éradiquée pour autant. Chacun la cachera du mieux qu’il le peut, sans pouvoir l’étouffer tout à fait. Il lui reste un petit filet d’air.

Que voulez-vous, l’humain, c’est un truc bien compliqué. D’une part, il doit affirmer son individualité au sein de la horde afin de ne pas être écrasé par elle, ce qui ne va pas sans bagarres, ruses, coups tordus, poignards dans le ventre ou le dos. D’autre part, s’il reste seul, l’humain crève. Il éprouve donc un furieux besoin de rapports avec ses semblables qui, dès lors, ne lui paraissent plus si dissemblables que ça. Les autres sont à la fois enfer et paradis. En même temps.

 Pour satisfaire cette soif de fraternité, l’humain utilisera des moyens souvent étranges et parfois mortifères. Adhérer à un parti extrémiste, par exemple. Le lien entre les militants est d’autant plus fort que la réprobation dont ils sont l’objet est puissante. Lorsque Jean-Marie Le Pen proclame qu’ «un Front national gentil n’intéresse personne», il n’a pas tort. Le sentiment de fraternité – cet «entre-nous» qui anime et protège – s’aiguise devant l’adversité. L’extrême-droite anti-Marine qui est en train de se former va tabler sur ce sentiment d’appartenance partagé, car la fille Le Pen préfère les électeurs aux militants, contrairement à son père qui a toujours fait le choix inverse.

 Lorsque les communistes, surtout en France et en Italie, étaient ouvertement staliniens, ils avaient créé une véritable contre-société en réponse à l’animosité qu’ils devaient affronter, même au sein de la gauche. Et malheur à celui qui voulait quitter cette contre-société. Du jour au lendemain,  il devenait transparent aux yeux des camarades, comme s’il n’avait jamais existé, un processus qui se vérifie aussi dans les sectes.

 Les terroristes occidentaux de l’islam intégriste et radical placent ce processus à son paroxysme. Ils pataugeaient dans les ornières de l’échec scolaire ou les fossés de l’ennui familial et flottaient sans cadre, ni but, dans une vie au rabais. Les voilà devenus ennemis publics numéro un, ce qui est tout de même plus enthousiasmant que de faire la queue à Pôle Emploi ou de vendre des barrettes de haschich dans des cages d’escalier pourries. Entre eux, le sentiment de fraternité est rendu plus intense par l’omniprésence de la mort.

 Tous ces «desperados» de l’extrême sont certes éloignés par l’Histoire des idées. Mais ils se retrouvent dans cette recherche de partage fraternel. Dire cela n’est pas faire leur éloge mais tenter de voir leur réalité en face. Si l’on veut combattre l’extrémisme, il faut en premier lieu prendre conscience des attraits que recèlent ses différentes formes.

 La soif de fraternité ne doit pas être niée par les ricanements. Il faut savoir l’apaiser mais pas n’importe comment.  Au lieu de la dégrader, l’assumer et la prendre au vol lorsque les circonstances s’y prêtent. Car on ne créé pas de fraternité ex nihilo, il lui faut le substrat des événements pour se former. Et c’est alors qu’il faut lui donner un contenu constructeur et non destructeur. Certes, la fraternité se forge dans les combats. Mais il y a combat et combat. Certains sont porteurs de vie, d’autres de mort. On peut lutter contre ou lutter pour. La vraie fraternité ne se fait pas sur le dos des autres.

Jadis, il appartenait aux partis de la gauche démocratique de porter ce message. Aujourd’hui, la plupart d’entre eux sont devenus des machines électorales qui n’ont pour horizon que le prochain scrutin. Il faudra donc que d’autres types d’organisation naissent pour donner corps à la fraternité authentique, sinon cette soif s’étanchera aux sources empoisonnées.

 

Jean-Noël Cuénod

19:03 | Lien permanent | Commentaires (23) | |  Facebook | | |

Commentaires

Oui, Frère Cuénod! Toutefois, pour ne pas dire néanmoins, autrefois on disait "chacun chez soi, Dieu pour tous!"
Chacun chez soi avec nationalismes?! Pire, voire blogosphère, "Dieu"!

Mais il y a une chose... s'agissant de nos émotions.
Comme on nous donne à entendre à relativiser, à dédramatiser.

Or, lorsque nous nous dissocions de ces émotions désormais "chips" (je ne plaisante pas) elles investissent notre inconscient plongées en une sorte d'état de somnolence. Il arrive qu'elles se réveillent avec, pour conséquence, confusion, manifestations variées, intempestives... capables de provoquer des dégâts terribles.

Si bien que la cause des ravages de par le monde comme privés peut avoir son origine en nos vies privées propres que nous soyons gnangnans, momiers, sur doués...au départ aimants, bienveillants, doux et pacifiques.

Pleurons nos peines, piquons no colères, grinçons des dents tant qu'il en est temps.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/05/2015

Encore une fois vous faites erreur Jean-Noël Cuenod, l'étranger ne fait pas peur dans la majorité des cas, mais ce su'il transporte dans sa valise, dans sa ceinture ou dans sa tête.

Les musulmans sont en conquête du monde; environ 350 millions d'entres eux sont décidés à islamiser la planète coûte que coûte. Ce faisant, imposer la charia telle qu'elle s'applique dans tous les pays musulmans (sauf peut-être en Tunisie, mais je demande à voire) c'est non.

Quant aux partis politiques, ils ne représentent plus rien au même titre que les syndicats, soudoyés pour la majorité d'entre eux.

Le métissage est un bien, vu la tronche des certaines et certains Européens et Américains, la consanguinité a fait des ravages.
Les femmes deviennent des hommes et les hommes des femmes. En plus elles sont moches avec des cheveux courts et pantalons de vieux grand-pères, c'est triste à mourir.

Les étrangers sont les bien-venus, s'ils ont des diplômes et s'ils veulent intégrer l'occident et ses valeurs. Si c'est pour imposer l'islam, qu'ils fassent demi-tour et vite, car ça ne va pas durer.

La fraternité c'est comme la confiance, ça ce gagne, ce n'est pas gratuit.

Bienvenu l'étranger (ou l'étrangère) si tu corresponds au message. Sinon, tu repartiras à un moment ou à un autre dans de très mauvaises conditions.

Mon commentaire est très sympathique et amical.

Écrit par : Pierre NOËL | 22/05/2015

"La soif de fraternité et les sources empoisonnées" Au titre, je m'attendais à ce que vous parliez des migrations sud-nord. Source empoisonnée me paraissait une bonne image...
En fait, tout le problème réside aux sources. Les mafias de passeur se font énormément d'argent sur le rêve d'Eldorado des masses africaines. En Mauritanie, j'avais demandé au jeune patron dynamique d'un bureau très bien vu par les donateurs pourquoi ils n'offraient pas ses services aux Européens pour faire une campagne de démythification de cet Eldorado européen, sur le ton de "il y aurait beaucoup d'argent à se faire". Il m'a répondu qu'il ne vivrait pas longtemps s'il se lançait sur cette voie.
Il est vrai qu'à Nouakchott, il y a beaucoup de très belles voitures 4x4 flambant neuves. Et de très belles maisons neuves qui seraient considérées comme des palais chez nous. Mais il est vrai aussi qu'à côté du trafic de personnes, il y a le trafic de drogue.
Je sais que j'ai déjà raconté cette histoire, mais les blogs sont très volatils...
PS. Pensez-vous qu'il n'y a de recherche de fraternité que chez les extrémistes ? Plus au front national qu'au front international ? Peut-être parce que ce dernier paie davantage et que l'argent supplante la fraternité ?

Écrit par : Géo | 23/05/2015

La vraie fraternité admet logiquement que les âmes sont soeurs parce qu'elles ont un père spirituel commun, tout le monde sait que la fraternité a été perçue comme un reste de religiosité chrétienne, si on ne l'assume pas je ne sais pas ce qu'on peut en faire, en quoi on peut dépasser les mots.

Écrit par : Rémi Mogenet | 23/05/2015

Le blog du nazislamiste semble disparaître !

Victoire !

Écrit par : Corto | 23/05/2015

La meilleure fraternité de l'univers entier est celle d'Israël qui combat des nazislamoterroristes, les soit disant "palestiniens" (nazislamoterroristes quasiment par ADN) depuis des lustres.

Écrit par : David | 23/05/2015

Si les âmes étaient soeurs ça se saurait, on est loin du "conte" et des fables.

Le créationnisme fait autant de dégâts que la consanguinité.

Les pensées ne sont pas plus reliées c'est un constat qu'un gamin de cinq ans peut faire.

Il ne reste que le fameux parcours de spiritualité, il est comme le puits Zamzam, c'est une fosse septique et pourtant certains s'y abreuvent.

Écrit par : Pierre NOËL | 23/05/2015

"Spiritualité, fosse sceptique..."!

"(...) indomptable puissance de la cupidité sans frontière" en premières lignes de cet article de Jean-Noël Cuénod.

Mammon roi.

La Bible mettait en garde.
On a choisi Mammon. Le Roi dollar, comme on sait, on l'a vu, on l'a vécu, on l'a su! excusant tout.

L'auteur de cet article, sans forcément partager mon point de vue, ne nous parle-t-il pas des effets présents d'une tel choix... en attendant la suite?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 23/05/2015

La laïcité est un mot qui n’a pas le même sens pour tous. En France, où cohabitent de multiples religions, chrétiens, musulmans, juifs aspirent à pratiquer leur culte dans de bonnes conditions. Mais la loi de 1905 interdit la subvention d’un culte par une mairie. Enquête à Argenteuil sur certaines pratiques des élus de la République.

À Argenteuil, le maire PS sortant Philippe Doucet ferait-il partie de ces élus qui ont une double lecture de la loi de 1905, notamment lorsqu’il s’agit du culte musulman ? Cette commune du Val-d’Oise est un ancien lieu de pèlerinage catholique instauré autour d’une relique de la Sainte Tunique, réputée donnée par l’empereur Charlemagne et conservée dans la basilique de Saint-Denis. Il existe aussi de nombreux lieux de culte protestants, une synagogue, ainsi que la plus grande mosquée d’Europe, dans le quartier Val d’Argent Nord.
Inaugurée le 29 juin 2010 par l’ancien Premier ministre François Fillon, la mosquée Al-Ihsan compte 3 000 m2 aménagés dans un ancien garage Renault. Onze ans de travaux ont été nécessaires à ce bâtiment orné d’une façade mauresque typique coiffée d’un dôme et d’un petit minaret, comme dans les pays arabes.
Polémique entre ancien maire PS et nouvel élu UMP

En tout, plus de dix lieux de culte musulmans ont été référencés sur la ville. À Argenteuil, on estime que près d’un tiers de la population est musulmane. De quoi pousser l’ancien maire PS à lancer le chantier d’une nouvelle mosquée en 2013. Afin de satisfaire les fidèles, il a signé, le 3 octobre 2013, un contrat de location avec le responsable de la future mosquée pour mise à disposition d’un local appartenant à la mairie. Le loyer annuel est de 60 000 euros. Pourtant, à ce jour, pas un centime n’a été perçu par la mairie d’Argenteuil.
Georges Mothron, le nouveau maire UMP, s’étonne de cette situation inhabituelle. Pour lui, « les faits sont graves » : lors du dernier conseil municipal, le 18 mai, il parle d’« un dérapage sur la laïcité ».
« On avait un accord entre nous et eux »

En caméra discrète, Séverine Lebrun a interrogé le futur gérant de la mosquée, dans les locaux gracieusement prêtés par l’ancien maire PS. Celui-ci, un peu pris de court, s’explique sur les 82 000 euros de loyers impayés : « Ce n’est pas une question de loyer. On avait un accord entre nous et eux [la mairie d’Argenteuil, ndlr]. Ils nous prêtent le local jusqu’à la construction de la mosquée. » Mais qu’en est-il alors de la convention signée par les deux parties portant sur le montant d’un loyer mensuel ? « On a signé une convention, mais après j’ai dit non, je ne paye rien. Donc il [ndlr, Philippe Doucet] nous a dit : « vous restez jusqu’à nouvel ordre », a affirmé le futur responsable de la mosquée As Salam.

Écrit par : Corto | 23/05/2015

On m'excusera, encore moi.
On me prie, sur un autre blog, l'auteure, pas Jean-Noël Cuénod présentement, de me "modérer". Il est 4:03. Franchement, j'aimerais mieux pourvoir dormir.
Mais je dois dire quelques choses après quoi, de préférence, avant de m'"en aller" je passerai de ce clavier à un autre. La spiritualité (voir Pierre NOEL, juste au-dessus, est une pulsion qui nous habite tous comme les autres de vie, de mort, matérielle, sexuelle, etc. Le grand Dimanche, à Paris, peut être compris aussi bien manipulation que sorte de Pentecôte laïque. Non présente à Paris je ne sais s'il y eut préalablement du vent. En revanche aucune petite flamme sur la tête de chaque personne présente. Mais tous bien que ne parlant pas la même langue se comprenaient correspond aussi bien à la Pentecôte religieuse, qu'à la Pentecôte laïque. En suivant le récit religieux la Pentecôte laïque correspond au bon grain, l'autre, manipulation, uniquement, à l'ivraie dont il est question dans le évangiles. Si vous lisez ces lignes elles sont écrites parce que je connais les évangiles ainsi que le récit de la Pentecôte. Si l'on traitait l'ensemble de fosse sceptique et autres lignes insensées et que l'on fasse disparaître Bible, évangiles, Actes des Apôtres on couperait le tout c'est-à-dire trop tôt (évangiles) "le bon grain avec l'ivraie".
Ne resteraient que l'exagération non mesurable exactement, la méfiance (maladie mentale, la paranoïa), donc non le bon grain mais l'ivraie.
La venue de l'Esprit est dite également en d'autres "spiritualités" notamment par l'enseignement d'Aurobindo (Yoga intégral). Yoga (joug): qui "relie" de religion. Ce dont je viens de faire la démonstration non par prosélytisme mais par participation citoyenne.

L'expérience de la venue de l'Esprit en nos vies, de par l'Evolution, naturelle, se vérifie.
Certains sont en mesure de témoigner.

Les scouts jouent à se diriger par signes.
Le chemin a été prévu avec postes de soins, ravitaillement, informations, tests. Si on n'a pas suivi juste, le plus souvent par inattention, on ne se trouve plus sur la route concernée.
Donc plus de flèches, plus de postes.
Il ne s'agit pas de manipulation avec mensonges des dirigeants mais bien d'erreur, distraction, inattention des équipes. En poursuivant sur cette route, en s'obstinant, en se butant... on ne retrouvera pas, jamais plus la "bonne" route.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24/05/2015

La laïcité est moins importante que la fraternité et doit lui être subordonnée.

Écrit par : Rémi Mogenet | 24/05/2015

"La meilleure fraternité de l'univers entier est celle d'Israël qui combat des nazislamoterroristes, les soit disant "palestiniens" (nazislamoterroristes quasiment par ADN) depuis des lustres."

Je ne doute pas que beaucoup (y compris l'auteur du blog peut-être) des gens sont d'accord avec une telle ignominie. C'est comme si les Palestiniens étaient des sous-humains et les juifs des humains plus humains que le reste des humains de la planète. Les nazis ne pensaient pas différemment concernant leur propre "humanité" et celle des juifs.

Écrit par : Daniel | 24/05/2015

Des subventions sont données au travers d'associations bidons. Une autre formule consiste à vendre un terrain 1€ symbolique ou le louer à un prix dérisoire.

Nos détraqués ne manquent pas de solutions pour avoir des contrats juteux et collaborer avec la religion de paix et d'amour.

Écrit par : Pierre NOËL | 24/05/2015

Monsieur Mogenet, pour qu'il y ait fraternité ou comment y aurait-il fraternité sans liberté, sans égalité?
Le monisme, du Védânta, les védas, nous apprennent que derrière nos différences il y a Unité (comme un oignon recouvert de mille couches, autant de superstitions, erreurs, etc). Ce n'est que par la vérité que vient la Force (nos "péchés" ne seraient que manque de force, c'est-à-dire faiblesse: "Ne nous laisse pas succomber à la tentation": donnes-nous la force qu'il faut pour n'y point succomber...!) de sorte que la laïcité, qui laisse chacun libre de penser ce qu'il veut, la vraie, pas la machine de combat dangereuse de notre temps est indispensable à la fraternité. Vérité et... et quoi? Tous en chœur: "Justice sociale!".
Soif de fraternité? Soif de justice sociale, d'abord.
Je vois un type qui crève de faim: "Salut, frère bien-aimé!" en dégustant devant lui, en savourant, en me pourléchant les babines une aile de poulet?! En attendant de regagner ma villa, mon frère son pont, par grand froid, sous son carton?!
Justice sociale condition sine qua non de fraternité.

Écrit par : MB | 24/05/2015

Eric Zemmour titre, "le suicide français" !!!

Et le PS continue le massacre culturel !!!!

C'est cuit les gars, les dégâts sont considérables, la France de Molière, de Rimbaud et de quelques autres est voilée aux couleurs vert-vert-brun de l'islam.

Le système d'invasion mis en place par l'UMPS bat des records, 2 millions d'immigrés fraîchement dressés par daesh depuis le 1er janvier !!!!!!

Écrit par : Corto | 24/05/2015

MB, la fraternité, c'est aimer son prochain et comme disait saint Paul, cela se fait sans restriction, si cela se fait.

Écrit par : Rémi Mogenet | 24/05/2015

"comme disait saint Paul", mon oeil, ça fait 3'500 ans que les juifs le répètent tous les matins !

Écrit par : Corto | 24/05/2015

@ Rémi Mogenet

On peut ricaner mais comme il ne va pas de soi de faire attention à l'autre on nous a appris à demander au ciel d'"augmenter en nous la charité" (active) ce qui, par exemple, fit créer également des syndicats chrétiens, catholiques.
La justice sociale donne des droits alors que la solidarité est à bien plaire.

Une personne amoureuse sans réciprocité peut s'entendre en revanche assurer des sentiments fraternels de l'autre... ou ainsi de suite mais, Monsieur Mogenet, faire la sourde oreille, ne pas vouloir entendre que l'on vous dit que ne naissant pas égaux les lésés peuvent ne pas apprécier les privilégiés lesquels peuvent être attentifs ou indifférents au manque, au malaise voire à la colère des autres, à leur ressentiment, leur souffrance; pourquoi ce les "uns et les autres" visible en la nature pour commencer: un site admirable, un "trou"!
Il n'est pas nécessaire d'être chrétien pour aimer son prochain. Facile d'être fraternel lorsqu'il y a sympathie.

Aimer "sans restriction" n'est pas dit en la Parole en question: "Tu aimeras ton prochain comme toi-même"! impliquant qu'il faut commencer par savoir comment s'aimer soi-même!

Partis machines électorales, écrivait Jean-Noël Cuénod:
soif de fraternité authentique"!

Société de compétition démente, mondialisation opaque avançant masquée: promesse de fraternité entre vivants?

Promesse de fraternité ou de folie?!

Écrit par : MB | 25/05/2015

Aimer son prochain tel que c'est défini dans les bouquins religieux, combien de millions de morts et de victimes collatérales depuis l’invention des religions?

Les Rois-dieux en ont fait leurs boucliers afin de mieux dominer.

Leurs désirs de l'au delà a été transformé en spiritualité, c'est le miroir aux alouettes.

Les religieux n'ont pas le monopole de la pensée, quant à l'imagination pour tuer et imposer le concept là ils sont très fort, l'histoire le prouve.

Ni enfer ni paradis ni maître à penser, sauf pour les cabris et les moutons destinés au paradis de la bouffe.

On est au 21ème siècle, certains ici et ailleurs en sont loin.

"Je pense, donc je suis"

Écrit par : Pierre NOËL | 25/05/2015

Pierre Noël, tu te prends pour le messie ?

C'est certainement une déviance facilement canalisable par certains manipulateurs, mais quoi que tu en penses, l'humain continuera de tomber dans les pièges de panurge.

Tu ne peux rien y faire !!!

Comme d'ailleurs, certains font de l'athéisme une pratique religieuse, pas besoin de "Dieu" pour croire ou ne pas croire !

Écrit par : Corto | 25/05/2015

Corto


Le messie viendra après Elie, le prophète.

Raison pour laquelle sur la table du repas de fête de la pâque juive on dépose une coupe remplie de vin à laquelle on ne touche pas à l'intention d'Elie "au cas où il viendrait"!

Judaïsme, espérance
Islam, foi
Christianisme, charité

Judaïsme espérance (après "Auschwitz"!) avec, par la coupe au cas où Elie viendrait, intact, le non débile esprit d'enfance! "Si (évangiles) vous ne redevenez pas comme l'un de ces petits vous n'entrerez pas dans le Royaume"!

Écrit par : MB | 25/05/2015

MB, aimer les gens qui sont gentils, c'est très facile. Comme disait Socrate, la vertu consiste à faire ce qu'on ne fait pas spontanément. Ce qu'il faut en principe c'est aimer sans conditions, aimer même les méchants, aimer l'humanité qui est au-delà du mal qui est en eux, il faut apprendre à discerner. Et pourquoi? Parce que les êtres humains sont frères, ayant un seul père. Ils ne forment qu'une communauté, et ce qu'on fait aux autres se répercute sur soi. La pensée dégagée des images toutes faites des religions et du matérialisme peut cerner qu'il s'agit d'une loi objective. L'universalisme agnostique d'un Isaac Asimov ne s'est jamais départi de cette pulsion fondamentale. Il est d'ailleurs intéressant que même sans Dieu, les écrivains de science-fiction aient généralement cru à une entité humaine collective, un égrégore planétaire; cela répond à la raison. Il suffit ensuite d'en saisir les implications individuelles. Si on ne croit pas en Dieu au moins on dit que les hommes sont frères parce qu'ils ont la même mère, c'est la Terre. Pas la France, hein, comme l'a dit François Hollande. Car cela ne suffit pas! Haïr un homme c'est haïr la Terre, puisque chaque homme en est une production. C'est haïr l'univers. Ensuite l'instinct égoïste existe, mais il faut le surmonter.

Écrit par : Rémi Mogenet | 25/05/2015

La source empoisonnée, souvent au plomb, rappelle la différence entre ce qui est vrai et ce qui "claironnait officiellement".
Dans ce chemin extrêmement fin, le premier reproche revient au parti Socialiste.
Autant de belles idées si peu usitées, sur le terrain de la pratique réelle. C'est à dire de la vie de tous les jours, de proches en proches, d'élus en élus.

Du moins cela si, cela si on attendait un alpha et un oméga de la vie politique dans la grande cité (ici Paris). c'est à dire un guide spirituel du peuple grâce à la vie idéologique.

Exemple : un Mr macron si peu socialiste, peut étre populaire dans une opinion, parce que l'opinion sait faire la différence entre un individu théatral "public" utile et nécessaire; et la classe de régime, du sérail.
C'est à dire un atome d'un au petit groupe d'individus qui vit en vase clot au sein de ce que notre nation a inventé pour produire une Elite.
Oui c'est méme le paradoxe de notre nature - humaine.

Trop ouvrir fatigue l'axe pivot, trop fermer rend inutile l'outil dont je veux parler.


La réalité du moment reste donc obscure, parce que Oui nous manquons de fraternité afficher mais celle qui compte que ferra que nous sommes content citoyennement c'est celle des élus en "off".


http://www.amazon.fr/Critique-solution-pure-philosophique-nonchalant/dp/2322033596/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1432743320&sr=1-1&keywords=critique+de+la+solution+pure

Écrit par : nikos | 27/05/2015

Les commentaires sont fermés.