04/04/2015

La Pâque et les Pâques ou l’appel à quitter l’aliénation

liberte.73179.jpg

 

Il fut un temps où le terme « aliénation » était utilisé à tout bout de champ. Au XIXe siècle, il devint le mot scientifique pour désigner la folie. Durant les années 1960-1970, l’aliénation était perçue comme la dépossession des humains de leur propre personnalité pour être conditionnés par la puissance capitaliste, à la fois comme producteurs et comme consommateurs.

Et puis, le mot s’est perdu avec le triomphe du capitalisme sur toutes les autres formes de production économique et la nouvelle jeunesse que les gadgets technologiques lui ont apportée.

  Serait-ce le signe que l’aliénation a été tellement intériorisée par chaque individu qu’elle ne peut plus être objectivée ? Serait-ce sa ruse ultime, devenir une force que l’on ne peut pas nommer afin que l’on ne puisse plus la combattre ? Serait-elle devenue une partie de notre système parasympathique qui contrôle les activités involontaires des organes ?

Pas tout à fait, puisque nous la nommons encore, un peu, rarement, certes ; c’est mieux que rien. Toutefois, la tendance forte est là. Les mêmes outils qui nous libèrent des corvées en tant que producteurs, sont aussi ceux qui nous aliènent en tant que consommateurs.

 Il faut donc continuer à nommer l’ennemi, « l’aliénation », cette dépossession de notre véritable personnalité au profit du…profit. Dans cette prise de liberté contre l’aliénation, l’utilisation du langage symbolique est essentielle. Un symbole ne signifie jamais une seule chose (s’il n’a qu’une seule signification, il s’agit d’un emblème) mais dispose, pour une seule représentation, d’une multitude de réseaux d’analogies. C’est un bon antidote contre l’aliénation. Pris dans ce mouvement symbolique, un produit aliénant peut se transformer en outil libérateur.

 Ainsi, les religions, en tant qu’institutions humaines, servent à l’aliénation la plus accomplie ; les exemples abondent tant dans l’histoire que dans l’actualité. Toutefois, les messages qu’elles délivrent sont aussi une source de symboles et, une fois intégrés dans une vision libératrice, sont en capacité de devenir l’un  des plus puissants moyens pour se libérer de l’aliénation.

 Puisque nous sommes en période de Pâque juive (Pessa’h) et de Pâques chrétiennes, évoquons le message libératoire illustré par ces célébrations. Pessa’h rappelle le départ du peuple juif d’Egypte et la fin de son esclavage, de son aliénation à la puissance pharaonique.

Les Pâques chrétiennes, elles, ne commémorent pas tant la crucifixion du Christ au moment de la Pâque juive que sa résurrection.

Dans les deux cas, c’est la victoire de la vie sur la mort qui est célébrée. Une victoire remportée aussi sur l’aliénation, cette porteuse de mort puisqu’elle tue la personnalité véritable pour l’assujettir à une puissance mercantile et manipulatrice. Celui qui est aliéné est un cadavre qui marche.

  Croyants de toutes confessions, athées, agnostiques, que les symboles véhiculés par Pessa’h-Pâques vivent en vous. Ne soyons plus des cadavres qui marchent.

 

Jean-Noël Cuénod

 

 

16:01 | Lien permanent | Commentaires (44) | |  Facebook | | |

Commentaires

"Ne soyons plus des cadavres qui marchent:
Jésus ne disait-il pas des "sépulcres blanchis"?

Bonnes Fêtes!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 04/04/2015

Cher Jean-Noël,
Merci pour ce commentaire qui redonne à ces fêtes ce qu'elles ont d'essentiel.
Bon week-end à vous
Amitiés
François

Écrit par : François Garaï | 04/04/2015

Très beau texte et très juste. Merci. Belle Fête de Pâques

Écrit par : Marie-Paule | 04/04/2015

Très beau texte et très juste. Merci. Belle Fête de Pâques

Écrit par : Marie-Paule | 04/04/2015

Très beau texte et très juste. Merci. Belle Fête de Pâques

Écrit par : Marie-Paule | 04/04/2015

Marie-Paule comme François Garaï ont plus que raison: très beau texte et très juste.
Mais aussi évangélique parce qu'écrire sur cette "dépossession de notre véritable personnalité au profit du... profit" est rejoindre les évangiles en l'épisode des Marchands chassés du Temple lequel selon ces textes n'est évidemment pas seulement le bâtiment mais nous, NOTRE CORPS (l'homme qui marche) TEMPLE DE L'ESPRIT (l'homme qui voit) images également évangéliques.
Du côté de Paul Diel l'aliénation, ce mal de notre époque dénoncé par Jean-Noël Cuénod, devient "banalisation" (multiplicité des désirs excités par ce temps de Marché en guise d'"idéal" avec ses financiers. Médecine, pour un simple exemple, "ART TOUCHANT AU SACRE" désormais "entreprise commerciale (par P. Couchepin (TV) en se frottant les mains l'air tout réjoui)

Médecine aux non plus "patients" mais désormais clients-contribuables-imposés-taxés-affiliés LAMAL!

Cette aliénation/banalisation contemporaine conduit toute civilisation à sa perte:

en pensant à nos descendants?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 05/04/2015

Désolée mais je n'ai pas voulu enregistrer 3 fois ce message !

Écrit par : Marie Paule | 05/04/2015

Nous pouvons néanmoins constater que comme il y a 4'000 ans, 2'000 ans et en passant par les inquisitions, que les peuples ne sont toujours pas libérés des pires tyrannies et des pires endoctrinements.

que nous communiquons à la vitesse de la lumière et que la lumière même n'en est que plus ombragée.

A voir les silences, le nouveau Pape n'est pas encore prêt pour faire traverser le Styx à ses ouailles mais très en verve par contre pour accueillir partie de leurs bourreaux par centaines de milliers sur les cotes italiennes.

Comme si nous regardions l'histoire dans un miroir inversant !

Écrit par : Corto | 05/04/2015

Le chaos entoure démesurément les contours du berceau de la chrétienté, qu'importe de les nommer, cependant, non seulement l'Europe est coupée du monde du levant et des savanes, mais en plus, envahie par des réfugiés très bruyants et exigeants.

Pendant ce week-end "Paques", les promesses faites à Lausanne ont été démenties à Téhéran, l'Imam Boubaker revendique la construction de 2200 nouvelles mosquées en France et les si flegmatiques émirs des royaumes du golfe sont entrés en guerre(s) contre leurs ancestraux rivaux chiites.

Pour mémoire, la dernière fois que les Al Saoud avaient lancés leurs armées dans les années 20-30, le bilan dépassait les 600'000 morts, un peu comme ces volcans qui gardent leurs forces pour mieux terrifier ses voisins amnésiques et bercés par des mélopées rassurantes.

Non, les "Paques" 5775 ou 2015 ne sont pas porteuses de messages rassurants pour les "civilisations", tout le contraire !

Écrit par : Corto | 05/04/2015

2015, c'est comme si le président Harry Truman avait donné la bombe H aux nazis et le comité Nobel, quelques années plus tôt honoré hitler du prix céleste !

Écrit par : Corto | 05/04/2015

Les religions ! Comment faire avec elles ? Il suffit de se retourner, de regarder l’histoire… Les religions sont le pêcher originel, un virus sournois qui attaque « l’âme », la cause de la plupart des fléaux qui ensanglantent le monde : une engeance incontournable. L’homme vivant avec une peur atavique, la religion est là pour le rassurer, en l’enfumant. Ces temps c’est l’Islam, la religion « à la mode » qui fait plus peur que toutes les autres réunies. Une religion archaïque qui se pose en moralisatrice d’un monde matérialiste ayant perdu son « âme » ! Cette religion est elle-même divisées en plusieurs courants qui s’entre-tuent, elle symbolise à elle seule l’aberration de ce qu’elle est sensée représenter. La politique est sous le joug du fait religieux, celle-ci a perdu ses repères depuis que la finance et les marchés l’ont phagocytée, elle n’est plus en état de faire la loi, déchirée par des intérêts contradictoires, elle est instrumentalisée par le religieux et les marchés. Le monde va vivre des décennies horribles, les guerres de religion vont se multiplier et les sociétés s’appauvrir matériellement, culturellement et spirituellement. Peut-être que les petits enfants de nos enfants verront le bout du tunnel, peut-être qu’au bout de celui-ci une Renaissance viendra rendre au monde l’espoir qu’il a toujours poursuivi, mais les religions demeureront, comme une menace, une bombe atomique sociale. Et personne pour les dénoncer, personne pour s’insurger contre le fait religieux ! Le Pape François est vénéré par le monde occidental, Khameini par le peuple iranien et ainsi la litanie de ces tyrans religieux s’allonge sans fin. Où sont les Kemal Ataturk, les Bourguiba, les grandes figures de la laïcité qui avaient su un temps confiner les religions dans leur niche ? Vivre en société avec le fait religieux aux basques c’est un peu comme vivre avec le sida, il faut renforcer la laïcité, la trithérapie qui permet de vivre bien avec le mal, mais surtout, il faut un consensus politique qui soit largement partagé par les populations et les religieux : le virus doit rester privé, se confiner dans cette sphère là et ne pas en sortir. Jamais on en viendra à bout, mais avec sagesse et discernement on doit pouvoir en faire façon !

Écrit par : asger | 06/04/2015

asper

On apprécie en vous laissant assumer avec vos amis votre credo concernant les religions "péché originel"!

Mais quant à vos lignes sur "le monde qui va vivre des décennies horribles" en suivant le tao (VOIE) si nous vivons la fin d'un cycle il n'y a rien à faire ce que confirment vos mots les derniers: "(...) mais avec sagesse et discernement

Médication tao pour notre temps:
"non l'apparence mais l'essence
"dénouer les nœuds
"rechercher la simplicité en tout

"Beauté du bois brut

Ce fut un pasteur "virus religieux", donc, selon vous, asper, qui nous ouvrit la voie du TAO TE KING/LE LIVRE DE LA VOIE ET DE LA VERTU

Le prénom de ce pasteur comme celui d'un évangile: MARC

A vous en croire, asger, Marc, pasteur virus virulent!

On se demande toujours pourquoi Dieu intervient si peu voire apparemment pas en nos épreuves, certes, mais certaines paraboles des évangiles présentent Dieu comme un propriétaire qui "part en voyage" (on évitera le refrain "Bon voyage, Monsieur Dumollet"!) tout en laissant aux siens le soin de gérer ses affaires.

A son retour (de manivelle. voire "effet boomerang")?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/04/2015

Le Taoïsme est un courant mystique, il me semble que certains confondent religieux et religion ???

Dans la plupart des cas, les "religions" induisent des "morales" sociales réglables suivant les besoins. Le christianisme et l'islam avaient comme principal objectif de conquérir, de convertir par la terreur un maximum de soumis, peut-on encore parler de mystique ou d'esprit religieux dans de pareilles conditions ?

L'islam reproduit ce à quoi il avait été conçu il y a 1'500 ans et ce "flash-back" opère ses effets avec une "fraîcheur" surprenante. En fait, y a t-il ne serait-ce qu'un soupçon de "religieux" dans cette démonstration ?

Non, et nous le voyons, l'islam pourrait être éventuellement politique avec comme justification, des faux alibis pseudos-religieux, mais rien de spirituel, c'est tout le contraire, l'islam est prétexte permettant de régner sur des territoires et cela comme il y a 1'500 ans, c'est à dire avec son cortège de barbaries !

Le christianisme cependant n'a rien à envier à l'islam, si ce n'est qu'il n'y pratiquement plus de crétins qui s'accroche à ce qui fut imposés pendant des siècles sous menace de mort certaines !!

Écrit par : Corto | 06/04/2015

Asger,

Il n'y a pas incompatibilité entre enseigner "le fait religieux" et la laïcité.

Comme les professeurs d'histoire enseigne la guerre de 39-45 et Hitler, je ne vois pas pourquoi ils ne peuvent pas ajouter à leur programme l'histoire des croyances qui ont jalonné les civilisations. Il ne s'agit pas d'endoctriner l'élève mais de lui donner les connaissances nécessaires sur les naissances des religions qui sont aussi diverses et variées que les pays où elles sont implantées.

Les guerres de religion seront mises en évidence avec leur cortège d'horreur et de déraison. Il est utile que l'élève reçoive cette instruction en toute connaissance de cause et ce sera à lui d'évaluer les capacités de nuisances des religieux comme celles des gouvernants, rois et autres dirigeants.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 06/04/2015

Noëlle, la question est encore de savoir si le christianisme et l'islam contiennent toute trace de message "religieux" !

Faudrait-il encore savoir ce que l'on entend par "religion" ou "religieux", c'est loin d'être clair et il n'était pas question d'oser en parler pendants des siècles qui n'étaient rien d'autre qu'une inquisition sanglante et dissuasive !

Le "christianisme" n'est rien d'autre que la continuation de la conquête romaine, cette foi, voilée par une soi-disant volonté de mystifier avec des dogmes toute forme de questionnement !

Nous y assistons quotidiennement encore en 2015 !!

Écrit par : Corto | 06/04/2015

Pour le côté négatif!
L'autre:
Madame Noëlle Ribordy

Un simple exemple. Juste après la Révolution française des religieuses s'employèrent à nettoyer, assainir... humaniser une prison à Besançon. Prison jusqu'alors surnommée le "cloaque" de Bellevaux.

Combien d'entre les ci-devants détracteurs des religions pourraient nous avouer modestement en avoir fait autant?

Avoir quelque chose d'utile à dire ou écrire (parce que pratiqué ou voyant se pratiquer aujourd'hui) à dénoncer peut être utile bien que pas forcément bien vu mais feuilleter négligemment ou avec "persévérance"! ouvrages historiques pour faire plaisir à quelques "amis"?!

"Cibler" quelqu'un?

Temps perdu

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/04/2015

Chère Madame,

Je ne doute pas des "bonnes âmes", religieuses et religieux qui font le bien autour d'eux. Il s'agit-là d'êtres humains capables de compassion, de générosité, d'amour....

Est-ce que la religion entraîne l'individu à être meilleur? Là est toute la question? Avez-vous fait le calcul du nombre de morts dû aux guerres de religion?

Écrit par : Noëlle Ribordy | 06/04/2015

L'unique problème est : comment condamner l'islam en prenant comme référence le christianisme, bien pire historiquement ??

ça en est presque risible !!

Écrit par : Corto | 06/04/2015

Noëlle, de grâce, "religions" avec un "s" !!

Bien à vous

Écrit par : Corto | 06/04/2015

Madame, chacun a ses domaines, Dés l'enfance le mystérieux me passionne. Mme Thouret, fondatrice de la congrégation ci-dessus mentionnée, entendait entrer au Carmel. Dans la chapelle, attendant la supérieure, elle fait une sorte de rêve. Des malades, indigents, enfants, personnes handicapées, etc. l'appellent en lui disant "Que ferions-nous si tu nous abandonnais? Lorsque la supérieure arrive Mme Thouret présente ses excuses, elle n'entrera pas au Carmel. Sa vie est conforme au rêve, prémonitoire.
Les synchronicités, autre domaine, furent la préoccupation constante de Jung qui nous conduit aux portes du chamanisme mais ce qui frappe chez les personnalités telles que Jeanne-Antide Thouret, c'est que, toujours, elles vous disent, ce depuis le début de l'ère chrétienne, que ce qu'elles font elles ne le font que par la force de l'"amour du Christ" lequel ne cachait pas non plus que par lui, non "lui"! le "Père" l'Eternel agissait. Etant bien entendu que par Marie nous retournons en Egypte ancienne avec Isis.
Guérisons par le rêve ä Lourdes, de même en Egypte où l'on soignait les malades par le rêve dans des hôpitaux où parfois... en rêve, précisément, Isis apparaissait et guérissait. N'y a-t-il pas comme un fil conducteur?
En attendant que l'on découvre, par la médecine psychosomatique, notamment le secret de ces guérisons évidement. Mais au fur et à mesure des progrès autres énigmes... et aventures, n'est-ce pas?
"Si vous ne redevenez comme des enfants...!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/04/2015

La philosophie oui, la religion non.
Pourquoi : les religions sont des systèmes humains coercitifs régis par des dogmes. Elles sont donc par définition liberticides et pernicieuses. Leur morale repose sur des affabulations, des légendes, des propos de charlatans. Les textes (parfois très beaux) sur lesquels ces religions s'appuient ont été écrits par des individus (toujours masculins). La plupart de ceux-ci rapportent la parole d'autres individus (masculins), leur valeur est littéraire (souvent), philosophique (parfois), poétique (aussi), mais surtout pas prophétique. Vouloir y puiser une morale collective relève de l'aveuglement. Les charlatans qui cherchent à nous faire accroire à un Dieu suprême doivent être dénoncés pour ce qu'ils sont : des imposteurs.

Écrit par : asger | 06/04/2015

asger, là vous exagérez, la petite Aicha mariée à 6 ans et violée à 9 ans, c'est un personnage féminin et la pucelle d'Orléans brûlée par l'église pour être canonisée en 1920 pour les besoins de la cause fasciste !

Écrit par : Corto | 06/04/2015

P.S. @ Madame Ribordy
Pour le dire une fois pour toutes, sans rien imposer à personne (que les obsédés anxieux se rassurent)!
Les quelques livres dont j'ai parlé sont des synchronicités. (C'est toute une histoire. Je n'entends pas des voix mais, parfois, faire rare ce que j'appelle "la" voix qui me demande de me préparer, de sortir et de me laisser guider comme un automate. Je fus conduite à une librairie dans laquelle je n'étais jamais entrée. La voix me guide puis me dit de tendre la main. Il s'agissait d'une réponse à une question. Paul Diel, Psychologie de la motivations. J'avais demandé à Dieu, s'il existe, de me donner une preuve. Ce fut ce livre. Je pus témoigner sur une parole évangélique: "Heureux ceux qui croiront sans voir"!
Même histoire, autre librairie inconnue, pour un livre sur l'Egypte ancienne sur des hôpitaux qui soignaient par les rêves (alors que je me posais des questions à propos de Lourdes. J'étudiais un livre de Davier à ce propos.

Et ainsi de suite.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/04/2015

Corto,

Selon Wikipédia, "guerres de religion" s'écrit ainsi, mais si vous préférez avec un "s"....

Bonnes fêtes de Pâques.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 06/04/2015

On me fera remarquer que je n'ai pas. Si. Une fois comme un feu, une perle dans le ciel qui me fit mévanouir. Dessiné, ce feu-cette perle dans le ciel est un symbole qui peut dire plus ou moins tout et n'importe quoi. Le livre qui convient le mieux est celui de Jung: Un mythe moderne Des "signes dans le ciel", Idées/Gallimard

Lequel signe loin de me conduire à l'hôpital psychiatrique me l'épargna puisqu'après le retour en mémoire d'une telle vision d'enfance qui me revint en mémoire en 1969, ou simple rêve en 1969 mais avec une émotion telle que pendant deux ans au moins en en parlant je tremblais.
Me rendant, après ce retour en mémoire ou rêve, pour la seconde fois chez un psychiatre avec lequel je devais entreprendre un traitement pour une "névrose affective grave" (j'avais pensé névrose d'angoisse d'abandon) il ne fut pas plus capable, me dit-il, de m'expliquer cette vision que la raison pour laquelle j'étais, indiscutablement, guérie (tout en gardant comme chez tous les patients ayant souffert, selon mes termes, d'une névrose d'angoisse d'abandon une fragilité décrite par Boris Cyrulnik en ses ouvrages sur la résilience.
Il s'agit d'un simple témoignage mais qui fonde mon incompréhension devant les attaques à répétition concernant le "virus religieux" d'autant plus que bien qu'aimant fleurs et musique avec silence, intériorité, ambiance d'église... avant cette vision bien malgré moi je n'avais pas la foi.
J'oubliais. Après avoir vu ce feu en le ciel je m'évanouis. Quand je revins é moi dos en nage j'entendis pour la première fois "la" voix qui me disait qu'elle ne m'abandonnerait jamais. Plus que les paroles, qui m'apaisèrent, certes, c'était/fut l'accent, l'intonation (je ne saurai dire) de cette voix qui firent sans doute office de médication.
Nous étions donc en 1969

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/04/2015

asger,

Les religions ont existé par millions et existent encore. Les églises, les mosquées, les synagogues sont là pour nous le rappler. Nous ne pouvons les ignorer et il faut bien expliquer l'histoire de leur présence à des élèves.

Exemple: Constantin, empereur né le 27 février 272, mort le 22 mai 337 adopte le christianisme.
Julien, empereur romain né en 331, mort en 363 veut rétablir le polythéisme. Les croisés, l'Inquisition etc. etc. Voilà des faits.



Quant à Jésus, a-t-il vraiment existé? Selon les chrétiens, il est fils de Dieu, selon les ariens et les musulmans, il n'est que prophète, donc un homme. Faut-il considérer les évangiles comme des légendes? Les fidèles y croient dur comme fer, endoctrinés depuis leur tendre enfance. Les évangiles, les livres sacrés, s'agit-il de faits réels ou de fables?

Ces affirmations-là ne sont que pures spéculations et ne font pas partie de l'enseignement du "fait religieux", quoique?

J'abonde dans votre sens lorsque vous parlez des religions qui sont des systèmes coercitifs régis par des dogmes. Vous n'êtes pas le seul à penser ainsi, mais faut-il passer par une instruction sur l'histoire des religions pour séparer le vrai du faux?

Écrit par : Noëlle Ribordy | 06/04/2015

Noëlle, jamais je m'y ferais !!!!

Cependant, personne ne sait vraiment ce que cache le terme "religion", certains insistent sur le "relier", mais étymologiquement ce terme daterais de Cicéron, soit environ 60 ans avant la supposée naissance de Joshua appelé vulgairement "Jésus".

Donc, selon les termes, hormis le judaïsme, il n'y avait pas à proprement dit de religion(s) à cette époque, mais des rituels païens propre à chaque ville ou chaque région et que les communautés se distinguaient justement par leurs différentes divinités.

Un exemple, La Mecque était avant l'islam un lieu de rencontre de tous les rituels de la région au sens large du terme, des "pèlerins" venaient à La Mecque du Yémen et de Damas pour célébrer leurs différentes divinités dans un espace unique, comme si l'endroit comptait plus que les "(Divinités)" !

Donc en conclusions, le terme "religions" semblait, paradoxalement, plus contemporain aux sociétés antérieurs au christianisme et à l'islam et à ce sujet, il ne faut pas négliger le fait que ces deux courants, sont prosélytes et conquérants !!

Merci de votre écoute

Écrit par : Corto | 06/04/2015

Noëlle, jamais je m'y ferais !!!!

Cependant, personne ne sait vraiment ce que cache le terme "religion", certains insistent sur le "relier", mais étymologiquement ce terme daterais de Cicéron, soit environ 60 ans avant la supposée naissance de Joshua appelé vulgairement "Jésus".

Donc, selon les termes, hormis le judaïsme, il n'y avait pas à proprement dit de religion(s) à cette époque, mais des rituels païens propre à chaque ville ou chaque région et que les communautés se distinguaient justement par leurs différentes divinités.

Un exemple, La Mecque était avant l'islam un lieu de rencontre de tous les rituels de la région au sens large du terme, des "pèlerins" venaient à La Mecque du Yémen et de Damas pour célébrer leurs différentes divinités dans un espace unique, comme si l'endroit comptait plus que les "(Divinités)" !

Donc en conclusions, le terme "religions" semblait, paradoxalement, plus contemporain aux sociétés antérieurs au christianisme et à l'islam et à ce sujet, il ne faut pas négliger le fait que ces deux courants, sont prosélytes et conquérants !!

Merci de votre écoute

Écrit par : Corto | 07/04/2015

Il y a des bon conteurs de fables, Jean-Noël Cuenod n'est pas mauvais, il est sincère, il y croit, c'est beau on a envie de faire le signe de croix et prier sur une branche, au sommet de la corbeautière d'un arbre très haut perché ou, éventuellement, d'un minaret.

Les religions et les croyances sont issues des désirs des rois SUMER ensuite, des Pharaons. Leurs désirs dans cette vie incomprise, était qu'ils puissent aller dans l'au delà. C'est aussi le désir des tribus juives et leurs chefs tribaux ou rois.

Inventer le paradis et l'enfer, les uns et les autres ont su faire avec leurs traîtres de prêtres. Privilégier la vie du clan et la mort des autres également. Les rois Pharaons tiennent le pompon sur l'organisation du tribunal des flagrants délires pour mettre en enfer les esclaves et les ennemis du roi, voir les insoumis. (Voir le livre des morts et la traîtrise des prêtres en haute Egypte.)

Yésous le fantôme, -inventé pour matérialiser le conscient et l'inconscient désignés à cette époque le bien ou le mal, il à ressuscité, ça, c'est la fable comme le reste.
Avoir des sources autres que les évangiles pour connaître la réalité des mensonges des religions, voilà le nouveau chemin anti-paresse à prendre. Pas celui des religieux neuneus et dangereux. Prendre le chemin pour avoir les bonnes informations, étudier l'histoire de nos lointains ancêtres et ce, depuis des millions d'années jusqu'à aujourd'hui dans leurs typologies et leurs combats entre tribus et rois.

Les guerres sont du domaine de la religion avec ou sans (*S* ils privilégient la vie des rois et de la dynastie, en faisant s'entre tuer les ouailles, les esclaves et les adeptes. Belle morale, belle résurrection, belles messes, belles vêpres, beaux massacres de chrétiens d'Orient et de crétins d'ailleurs.

Merci les rois, merci les religieux, mais, gardez votre paradis et votre enfer et vos fables.

Nous pensons par nous-même et faisons ce que nous voulons "religieusement" sans vous. Enfin, jusqu'à ce que l'islam vous mange ou vous range dans le statut de dhimmis. Il va de soit que la Liberté et la Laïcité cinq étoiles seront défendues coûte que coûte, nous ne sommes pas des chrétiens d'Orient et autres populations à la merci des religieux et leurs despotes.

-Tendre la joue pour avoir une autre claque? Ça va pas la tête?

-Tu ne tueras point? Et vous avec vos djihadistes, vos mercenaires, vos soldats, vos armées, de quel droit et qui êtes-vous? Au nom de qui vous tuez? des monarchies et des religions et, des intérêts de quelques familles et amis.

-Tu aimeras ton prochain? Lequel? Celui qui veut m'égorger? Celui qui veut me condamner pour blasphème? Celui qui veut violer les gaminse et les gamins, qui veut lapider, enchiffonnner les femmes et les rendre tarées avec la religion des hommes? (avec des (S) partout)

ETC......

Non, nous ne voulons pas être les cadavres, les larbins ou les dhimmis des religions et leurs valets cravatés ou barbus. Nous ne voulons pas être des gens Libres en prison que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur........Le cerveau peut devenir une prison et oui!

L'islam est la pire des prisons, les chrétiens et leurs amis rouges, bleus, bruns et verts nous tendent un piège (S) C'est "le vivre ensemble" avec le Père "pasdamalgamme" il est l'amis... non, l'apôtre des royautés qui ne s'entre-tuent pas, sauf quelques exceptions historiques.

Yésous ressuscité, mais qu'elle histoire, mahomet ni croit pas z'allez avoir un gros anacondas à avaler ou à tuer!

Écrit par : Pierre NOËL | 07/04/2015

Je suis obligée de dire encore qu'au lendemain du retour en mémoire de cette vision d'enfance (six-sept huit ans) ou rêve (je suis à nouveau dans la maison de mon enfance en Suisse) comme j'entre dans la salle à manger (1969) de mes grands-parents cette voix intérieure me demande ce qui en cette chambre lorsque j'étais enfant me touchait le plus: "la table noire qui me faisait penser aux cheveux de Blanche-Neige et sur elle le tapis rouge qui me faisait penser à la mer Rouge (les jeunes enfants voyaient rouge comme de l'encre de Chine l'eau de la mer et lorsque je reviens à moi suite à l'évanouissement (lignes précédentes) sur le tapis sur lequel je suis couchée ce tapis est comme du sable en train de redevenir tapis et me mettant à genoux "non pour prier mais pour me relever" je ressens que j'ai le dos en nage, une forte douleur physique au cœur ainsi qu'une peine folle, affective, en moi.

La voix me posera pendant quelques mois des questions dont l'effet est exactement celui de la psychanalyse/mon retour en la maison de mon enfance correspond à ce que les psys ont appelé "micropsychanalyse" et c'est tout ce processus qui me guérit que le psychiatre (lignes précédentes) me dira ne pouvoir expliquer. Comme j'ai toujours étudié tout ce qui se passait avec les livres correspondant comme confirmant si on veut ce que je découvrais j'ai une formation de psychanalyste extrêmement complète puis portée à maturation mais, encore aujourd'hui (1969-2015) je ne sais s'il faut dire psychanalyse ou "conversion" (à l'époque, plus calée, j'aurais écrit un ESSAI que j'aurais titré; "Freud a-t-il raté sa conversion?"

Nous étions donc en 1969. En 1980, mort de ma fille, autres départ, puis en 2000, celui de mon mari. Sur un catalogue, je ne sais pourquoi, un Bouddha retient mon attention à un point tel que je le commande. Un jour que je le regarde il me semble que le Bouddha (j'entends le Bouddha me demander mentalement: "Pourquoi Grincheux (Grincheux, un nain préféré de Blanche-Neige) pourquoi pas Joyeux?" (autre nain). Je revois l'ensemble de ma vie et me dis qu'il n'est jamais trop tard, opte pour Joyeux. Ce Bouddha me dit: "Bientôt, je ne serai plus là (toujours mentalement). Je lui réponds: "Que me chantez-vous là? Evidemment que vous resterez là où vous êtes!" Quelques mois plus tard, Fête des mères. Mon fils Jean, l'autre est Pierre, l'aîné, arrive avec un Bouddha en me disant "Maman, en le voyant j'ai su qu'il devait venir chez toi (Jean ne connaît pas ma discussion passée avec le Bouddha, Pierre, non plus.) Il me le faut caser. Je déménage le premier, celui du nain Joyeux, dans la chambre où se trouve le piano le pose dessus et place le "nouveau"! ou se trouvait le premier. Une fois les enfants loin je réalise qu'en effet le Bouddha Joyeux n'est plus "là" (dans la chambre du fond)! Je chercherai ensuite dans ma tête des chansons d'enfance pour en imprégner mon être de gaieté. C'est alors qu'un jour dans la chambre où se trouve le piano et le Bouddha l'Ancien en ouvrant un livre sur lui, Boudddha, mais c'est quelques semaines plus tard, je découvre en ce livre directement en l'ouvrant à une page non encore lue qu'un Bouddha se nomme "Celui qui fait joyeusement la route"! et c'est vrai que ce Bouddha sur mon piano, peu habituel, présente un visage... "Joyeux"!

Etc. Ce témoignage, évidemment, est un résumé.

Bonne nuit sous les étoiles.

A Pierre NOEL, bonne patte de Moïse! (pour de nouveaux lecteurs sur ce blog, Moïse est un chat). 3:28

Écrit par : Myriam Belakovsky | 07/04/2015

Plus les humains cherchent à se fédérés artificiellement au travers de quoi que ce soit et plus le nombre est important, plus c'est grave !

Reprenez vos petits manuels de Levy-Strauss !

Écrit par : Corto | 07/04/2015

Les communautés rassemblant moins de 400 individus ne connaissent pas affres des "civilisations", ils vivent pacifiquement entre eux et envers leurs voisins !

Écrit par : Corto | 07/04/2015

Et cerise sur le gâteau, ils pratiquent des cultes "religieux" cultuels et mystiques !

Écrit par : Corto | 07/04/2015

@ Pierre NOEL

Appel à quitter l'aliénation en titre de cet article.

Cette vision, le processus qui s'ensuivit, avec transfert comme en psychanalyse, la voix me demandant si je connaissais un passage biblique qui pourrait illustrer cette vision, ma réponse, un psaume, "Je lève les yeux vers les montagnes... psaume de pèlerinage me porta plus tard à me demander si ce que j'appelle "la" vois correspondrait à la biblique "Parole" qui est adressée à certains en même temps que des visions et des rêves mais le plus orientant est, comme témoigné, la découverte de Paul Diel. Auparavant de vous en dire un mot, par Einstein, je voudrais vous dire Pierre NOEL que votre ironie cinglante ne vous rend pas service puisqu'en Suisse nous savons que Jean-Noël Cuénod, parent avec Hugues Cuénod, le musicien chanteur, appartient à une famille protestante (lesquels protestants ne font pas, relisez votre commentaire, le signe de croix.) D'Einstein ä Paul Diel: "J'admire la puissance et la conséquence de votre pensée. Votre oeuvre est la première qui me soit venue sous les yeux, tendant à ramener l'ensemble de la vie de l'esprit humain, y compris les phénomènes pathologiques, à des phénomènes biologiques élémentaires. Elle nous préente une conception unifiante du sens de la vie." Paul Diel Psychologie psychanalyse et médecine Payot (après la page 188)


Parution de La Cité en tous les kiosques, notamment Dossier Pages 4 à 6, par Jean-Noël Cuénod, DAECH comment sortir du piège de l'état islamique?

Urgent!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 07/04/2015

@ Corto
A propos de "repas mystique". Prenons une hostie consacrée. Avant cuisson une simple pâte (associations en psychanalyse) une personne peut être une "bonne" pâte. Vous pouvez faire de cette pâte, pour la forme arrondie, une crêpe (comme crêpe Suzette: associations psychanalytiques, en l'occurrence: "Bonsoir, Madame Sandoz! personnalité de Suisse Romande dont le petit nom est Suzette).

Cette crêpe encore grossie peut se trouver sur une plat posé sur un tapis. Chez des Ethiopiens qui mangeront sans jamais utiliser leur main gauche. Us et coutume du monde entier en revanche en nous tous mythes fondateurs de nos cultures qui célèbres les forces de lumière, instance surconsciente (Paul Diel) et les forces des ténèbres insanités/maladies psychosomatiques.

Il est dommage, Corto, de faire du mot laïcité un mot synonyme d'intolérance.

Pour la "liberté d'expression" peut-elle à force d'irresponsabilité conduire êtres humains, peuples à s'entredéchirer?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 07/04/2015

Sans entrer dans la psychanalyse qui me semble être une foutaise pour nantis en manque de reconnaissance, il est étonnant que dans le christianisme il est écrit :


"La nuit même où il fut livré, il prit le pain, et en rendant grâce il le bénit, il le rompit et le donna à ses disciples, en disant : « Prenez, et mangez-en tous : ceci est mon corps livré pour vous. »"

"La nuit même où il fut livré", donc selon les évangiles synoptiques, cette nuit fut la nuit du "Seder", c'est à dire la nuit du commencement de "pessah" (pâques juives), ce qui sous-entend qu'il ne pouvait y avoir du pain, mais uniquement des "matzot" !

Donc selon les évangiles synoptiques, Jésus aurait dit : "il prit le pain, et en rendant grâce il le bénit, il le rompit et le donna à ses disciples, en disant : « Prenez, et mangez-en tous : ceci est mon corps livré pour vous." ???

Une fois de plus, les mythomanes de la chrétienté se plantent comme des bleu, jamais "Jésus" n'aurait pu, ni dire "le pain", ni "partager du pain" ce soir là !!!

Voilà ce que le peu d'historien que je suis, répond aux "psychanalystes" vis-à-vis de leurs comptines de père noël !!!

Écrit par : Corto | 07/04/2015

Myriam,

Au travers de ce blog je m'adresse à 7 milliards d'être humains, lorsqu'ils auront tous leur Saint Ordinateur. C'est plus puissant qu'une mauvaise bible ou un coran meurtrier. Je ne vise pas directement Jean-Noël Cuenod pour qui j'ai le plus grand respect. Ne mélangez pas le sujet et son auteur, qui plus est, à titre personnel.

Faut vous y faire.

Corto a raison, il n'y avait pas de pain, que du "grosquitache" en plus il faisait -15°!

Mais bon, les fables "islamochrétiennes" n'en sont pas à un mensonge près; que ce soit pour le bordel cosmique approvisionné par des femmes volées, voilées, consentantes ou non en Syrie, Irak et ailleurs notamment en Afrique, en Inde, en Chine etc....
Le paradis et l'enfer sont vécus sur terre actuellement. Les chrétiens d'Orient vous le confirmeront, ils ne sont pas contents après dieu et son garçon.

Quant au reste, c'est le vide intersidéral, (enfin presque) glacial -270° l'enfer est très froid le: "on nous dit que" vous a encore induit en erreur, ça alors.....

Z'avez trouvé vos Z'oeufs de Pâques? *L*

Écrit par : Pierre NOËL | 07/04/2015

7 milliards d'êtres humains à vous lire Pierre NOEL?
Diantre, bigre...

Monsieur Cuénod, sans même parler du journal La Cité (s'y abonner directement par son ordinateur) vous êtes en route pour la gloire...

pauvre ami de Morges!

Pierre NOEL, vous massacrez sans rien apporter.

Je dis que la Bible, les évangiles avec par nos vécus, nos ressentis: les réponses de nous tous au fil (comme fil d'Ariane, ne sommes-nous pas tous, quelque part, ce Thésée "tournant en rond" en son labyrinthe à la recherche d'une issue?) des siécles laissent une trace, un signe, une orientation ainsi que des chroniques sur le passé qui ont le mérite d'être ce qu'elles sont sans, telle l'Histoire, aujourd'hui, être modifiées voire "métamorphosées" selon à qui l'on s'adresse...
Elie, avant de sentir passer sur lui le souffle de l'esprit, fut un grand égorgeur ... On lisait cela il y a des siècles, on le relit aujourd'hui.

Mais je veux redire l'extraordinaire chemin qui conduit de la démarche de Jésus (vécu ou non pour de vrai peu importe... voyons ce qui compte!) à celle de Françoise Dolto autour de la guérison d'un bébé pour l'une, d'une fillette pour l'autre avec la différence suivante: les deux Jésus et Françoise Dolto parlent avec les mamans suite à quoi Jésus sait que la fillette de la Cananéenne est guérie sans pour autant dire ni pourquoi ni comment alors que Françoise Dolto sur le moment ignore que le bébé est guéri mais un peu plus tard expliquera à la maman le pourquoi et comment: "le corps de ton bébé disait ton mal, ta peine, cette peine que tu gardais pour toi!
Donc, celui qui veut "suivre " Jésus (avez-vous remarqué, Pierre NOEL, que le "Toi, suis-moi! de Jésus a comme un aspect racoleur tout en pouvant parfaitement dire toi, "suis-moi", "viens avec moi" ou "comprends-moi": "comprendre" disant également "inclure": tout du Lacan!

Et, précisément, l'attention à la parole selon laquelle Jésus fera de Pierre un "pêcheur d'homme"?
Faut-il comprendre que Pierre fera des hommes des poissons à pêcher (à trouver, "racoler" avec hameçons) puis "vendre" ou "cuisiner maison" frits ou court-bouillon?

Jésus a-t-il voulu dire "pêcheur" d'hommes: en ce cas, sinon un charlatan, qui est Jésus?

Ou "repêcheur" d'homme", en ce cas, sorte de "bons samaritain"?

Un enseignement tiré de ces versets: apprendre à écouter, apprendre à "entendre"!

Non?

@ Corto
La psychanalyse (appelée telle) se peut déclencher toute seule: le vis-à-vis étant moyen de transfert.
Un prof m'a appris que ce n'"est pas tant qu'un être a de l'influence sur un autre mais ce qui se passe lorsque deux êtres, selon qui, quoi, comment, circonstances, vécus et ressentis, expériences sont ensemble.
Pour ce que j'ai vécu, et vis, je dirai "processus", je n'ai pas payé à quelqu'un je ne paie pas un kopek (de 1969 à 2015).
Autrement bouquins, etc., oui ! mais aux personnes qui seraient comme expliqué mes "analystes, jamais d'argent.
Bonne journée.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/04/2015

@Myriam Belakovski Oh Saint Ordinateur que par toi ma joie demeure et que nos pleurs d'éternels insatisfaits fassent résonner non pas les trompettes de Jéricho mais les touches sanguinolentes lesquels sont aussi symboles de chiffres alors toi Saint Ordinateur de qui es-tu le fils pour avoir permis l'exercice comptable avec pour seul solde l'extermination de tant d'humains ?
Mais peut-être était -il plus facile pour toi de les aligner comme des zéros alors qu'aujourd'hui au pays des nuls en informatique ,plus le temps passe et moins tu vas vite .Y'a tout de même un bidule qui coince non? rire
Très belle ^journée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 08/04/2015

Sans entrer dans la psychanalyse qui me semble être une foutaise pour nantis en manque de reconnaissance, il est étonnant que dans le christianisme il est écrit :


"La nuit même où il fut livré, il prit le pain, et en rendant grâce il le bénit, il le rompit et le donna à ses disciples, en disant : « Prenez, et mangez-en tous : ceci est mon corps livré pour vous. »"

"La nuit même où il fut livré", donc selon les évangiles synoptiques, cette nuit fut la nuit du "Seder", c'est à dire la nuit du commencement de "pessah" (pâques juives), ce qui sous-entend qu'il ne pouvait y avoir du pain, mais uniquement des "matzot" !

Donc selon les évangiles synoptiques, Jésus aurait dit : "il prit le pain, et en rendant grâce il le bénit, il le rompit et le donna à ses disciples, en disant : « Prenez, et mangez-en tous : ceci est mon corps livré pour vous." ???

Une fois de plus, les mythomanes de la chrétienté se plantent comme des bleu, jamais "Jésus" n'aurait pu, ni dire "le pain", ni "partager du pain" ce soir là !!!

Voilà ce que le peu d'historien que je suis, répond aux "psychanalystes" vis-à-vis de leurs comptines de père noël !!!

Écrit par : Corto | 08/04/2015

@ lovejoie


Quelqu'un faisait remarquer à Guy Gilbert alors prêtre éducateur des rues à Paris qu'en voyant le malheur, la détresse, il n'est pas évident de croire en Dieu.
Guy lui a répondu qu'"il ne faut pas voir Dieu comme tu viens de dire mais en toi"!


Bonne journée à vous (le merveilleux canon au site des Passeurs est bel et bien de Pachelbel: n'a-t-il pas un don, une présence, une grâce non pas tant pour séduire que pour consoler?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/04/2015

@Myriam Belalovski il est vrai que ce prêtre à beaucoup de charisme .Il ne se prend pas au sérieux tout comme Monseigneur Gaillot lui aussi devenu prêtre des rues.
En ce sens ils réalisent le fondement même de ce qui était demandé par Jésus et ces hommes qui oeuvrent montrant leur vrai visage permettent encore quelque espoir pour ne pas sombrer dans la spirale infernale du mal activée le plus souvent par des gens nantis de tout et qui ne savent plus comment occuper leur journée
Très belle fin de journée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 08/04/2015

"Puisque nous sommes en période de Pâque juive (Pessa’h) et de Pâques chrétiennes, évoquons le message libératoire illustré par ces célébrations. Pessa’h rappelle le départ du peuple juif d’Egypte et la fin de son esclavage, de son aliénation à la puissance pharaonique.

Les Pâques chrétiennes, elles, ne commémorent pas tant la crucifixion du Christ au moment de la Pâque juive que sa résurrection.

Dans les deux cas, c’est la victoire de la vie sur la mort qui est célébrée. Une victoire remportée aussi sur l’aliénation, cette porteuse de mort puisqu’elle tue la personnalité véritable pour l’assujettir à une puissance mercantile et manipulatrice. Celui qui est aliéné est un cadavre qui marche.

Croyants de toutes confessions, athées, agnostiques, que les symboles véhiculés par Pessa’h-Pâques vivent en vous. Ne soyons plus des cadavres qui marchent."

J-N Cuénod, je vous recommande l'émission:
"L'OMBRE D'UN DOUTE - LES DERNIERS JOURS DE JESUS que j'ai regardé lundi sur France 3 dont les dates de rediffusion ci-dessous. Vous apprendrez, le pourquoi de la naissance de 2000 ans d'antisémitisme dû à l'Evangile de Jean, où il y a à boire et à manger sur la vie de Jésus et Judas... Combien de cadavres de juifs depuis......?

LES DERNIERS JOURS DE JESUS

"La période de Pâques, pour les chrétiens, célèbre la mort et la résurrection du Christ, annonce Franck Ferran...

Profitant des fêtes de Pâques, L'Ombre d'un doute se penche sur la question ô combien mystérieuse des dernières heures de la vie de Jésus. (..)
La période de Pâques, pour les chrétiens, célèbre la mort et la résurrection du Christ, annonce Franck Ferrand en ouverture à sa nouvelle émission. Mais pour les historiens, elle est une invitation à s'interroger sur la fin de Jésus de Nazareth, autant dire sur un des épisodes les plus mystérieux de notre histoire.» Question passionnante, à laquelle l'écrivain-journaliste et son équipe, aidés de nombreux spécialistes, tentent d'apporter des éléments de réponse.
-
Qui était Judas? Pourquoi le récit de sa trahison est-il invraisemblable pour certains? Quelle relation entretenait Jésus avec Marie-Madeleine? Quelle est la vraie raison de sa colère au Temple? Jésus a-t-il lui-même imaginé le scénario de son arrestation? Des vestiges du Temple de Jérusalem, à l'église d'Argenteuil, en région parisienne, où est conservé la Sainte Tunique, en passant par les Archives Nationales, Milan, Genève et Oviedo, en Espagne, L'Ombre d'un doute cherche des réponses.

«(..) Les reportages présentent des lieux ou des objets, souvent inédits. Les spécialistes, dont les avis divergents, sont extrêmement intéressants.(..)."

Selon la légende, la Sainte Tunique, relique rapportée en France par Charlemagne et confiée au couvent d'Argenteuil, serait celle portée par Jésus sur la croix. Conservée en l'église d'Argenteuil et montrée au public tous les 50 ans seulement, elle a été sortie exceptionnellement pour L'Ombre d'un doute. Prochaine ostentation en 2034!"
-
Rediffusions de L'ombre d'un doute

TV5 Monde FBS
Le 11/04/2015 à 21:00

TV5 Monde FBS
Le 16/04/2015 à 14:00
http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/article/television/86308/franck-ferrand-enquete-sur-les-mysteres-entourant-la-vie-de-jesus.html

http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/fiche/france-3/magazine/201057071/l-ombre-d-un-doute.html

Écrit par : Patoucha | 08/04/2015

@ Patoucha

Historiquement, les crucifiés ne portaient rien sur eux(c'est par respect pour lui qu'il est représenté partiellement couvert.
Les crucifiés étaient nus et dans le paroxysme de leurs souffrances étaient, parfois, les hommes, en état d'érection.
De la croix sortait un clou qui formait un siège follement blessant lorsque par leurs souffrances se dressant les hommes retombaient durement sur ce clou.
Concernant les femmes, raffinement, attention toute particulière, elles étaient crucifiées la face contre le bois après, au moment de leur crucifixion avoir été violées par le même clou formant siège pour les hommes.

Crucifixion, pour Jésus, tel que représenté tête en haut, condamné de droit commun.

Plus tard, Pierre, crucifié tête en bas condamné politique.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/04/2015

Les commentaires sont fermés.