28/03/2015

Le copilote Andreas Lubitz ou l’inextinguible désir d’éternité personnelle

 

 

648x415_andreas-lubitz-pendant-course-pieds-cours-annee-2009-1.jpg

«Un jour, je vais faire quelque chose qui va changer tout le système, et tout le monde connaîtra mon nom et s'en souviendra.» Voilà ce qu’aurait dit le copilote Andreas Lubitz (photo) à sa fiancée, dont l’interview vient de paraître sur le site du quotidien allemand Bild.

A propos des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly, auteurs des attentats de janvier à Paris, le ministre français de l’Intérieur Bernard Cazeneuve avait déclaré qu’eux aussi recherchaient ce quart d’heure de célébrité, cher à Andy Wahrol, l’islam n’étant pour eux qu’un vecteur à leur quête violente de notoriété. En d’autres temps, ils auraient trouvé d’autres causes. L’important est de marquer les esprits au fer rouge, peu importe l’outil.

 

 Comme il est plus aisé d’être tueur de masse que prix Nobel de physique, la voie sanguinaire est la plus courte pour parvenir à ce Graal. D’ailleurs, décrocher le prix de Nobel de physique ne mène pas forcément à la gloire. Citez donc celui qui l’a obtenu l’an passé[1]!

Et ça marche! Les tueurs de Charlie-Hebdo et de l’Hyper casher ont réussi à faire défiler dans les rues de Paris les dirigeants politiques de la planète; Andreas Lubitz a attiré sur les lieux de son crime-suicide, Angela Merkel, François Hollande et Mariano Rajoy. Ces desperados ont désormais leur fiche Wikipédia, ce qui tient lieu de viatique pour une célébrité qui durera plus qu’un modeste quart d’heure. Petit bras, Andy Wahrol!

 D’aucuns rétorqueront que ces massacres sont perpétrés par des malades mentaux et qu’on ne saurait donc en tirer leçons. Pourtant, la folie dit beaucoup de choses sur la société. La nôtre a évacué la mort et la transcendance pour fixer les humains sur deux objectifs impératifs : la production et la consommation. Produire pour consommer. Consommer pour produire. L’humain tourne de plus en plus vite sur sa roue d’écureuil. Mais voilà, il ne vit pas que d’iPhone 6, l’humain. Il a besoin d’autre chose qu’il ne sait pas ou plus nommer.

 

Certes, les croyances religieuses lui offrent la vie éternelle. Jadis, cette perspective pouvait étancher, au moins en partie, sa soif d’éternité. Mais aujourd’hui, l’humain n’est pas attiré par cet espace éthéré qui n’empêche nullement l’oubli de son nom dans la mémoire des générations suivantes. Tout le monde ne peut pas s’appeler Mozart. L’éternité en question ne concerne donc que la perpétuation de son moi, que la survie de son ego, célébré par notre société médiamercantile – à la fois marchande et médiatique. C’est le moi qui consomme et qui, donc, produit. C’est le moi qui vibre au diapason de ce monde d’images. Quitte à perdre ce qui fait ma raison de vivre, ce moi impérieux, autant laisser une trace, fût-elle de sang.

 «Le moi est haïssable». La formule de Blaise Pascal  s’impose au XXIe siècle plus que jamais. Mais pour le quitter, la société médiamercantile est bien incapable d’offrir le moindre remède. Pour dépasser l’égo, il faut viser au-delà de lui-même. Peu importe, le mot que l’on donnera à ce «Quinousdépasse». Ce peut-être le Christ, Dieu, le Grand Architecte de l’Univers, le Tout, la Nature, voire le Cosmos du philosophe athée Michel Onfray. L’essentiel est de sortir de ce moi-même devenu toxique.

 

Jean-Noël Cuénod



[1] Après consultation de Wikipédia, il s’agit des chercheurs japonais Isamu Akasaki, Hiroshi Amano et Shuji Nakamura (ce dernier est devenu citoyen des Etats-Unis)

 

11:54 | Lien permanent | Commentaires (27) | Tags : crash a320, terrorisme, suicide | |  Facebook | | |

Commentaires

D'un point de vue plus strictement biologique, quand les rats sont trop nombreux dans leur boîte, ils deviennent de plus en plus irrationnels et leurs actions vont dans le sens de la destruction du surnombre. Épidémies, famines et guerres sont dans la logique de la croissance démesurée. Nous sommes déjà partout en état de surpopulation et donc, il ne faut plus s'étonner de rien...

Écrit par : Géo | 28/03/2015

@JNC: belle conscience .. dans quelle plume!
merci pour ce couché en n/b d'un virtuel
à l'impact trop prenant dans ce collectif googelisé à mort

Écrit par : genevois déshérité | 28/03/2015

C'est très théorique, Monsieur Cuénod. Si vous vous sentez exploiter, pas reconnu par la société, vivez dans l'anxiété de l'échec sentimental ou/et professionnel, pensez donner beaucoup au monde et recevoir qu'indifférence de votre employeur, de votre amour, de votre famille ou vos amis, voir de vos connaissances, il est difficile pour beaucoup de ne pas avoir des tendances d'automutilations et d'autodestruction avec sentiment de haine vis-à-vis de l'extérieur. Ce jeune pilote désirait ardemment devenir commandant de bord à la Lufthansa, compagnie très prestigieuse à ses yeux. Il souffrait de dépression, ne se sentait sans doute pas à la hauteur des pressions exercées pour réussir son projet (cauchemar de chute de son avion en pleine nuit!). Ces petites amies prenaient peur de son comportement pour le moins anxiogène. C'était pourtant un gentil petit gars, attentionné et amoureux, compétent dans son travail. J'imagine que son malheur à durer de très nombreuses années sans jamais trouvé d'issue. Il a vu la "dead line" approché pour lui. Il passait avec son avion sur des terres d'enfance et de son grand rêve. Jamais il ne voulait rester que copilote à 40 ans d'une compagnie low-cost voir pire, ne plus voler. Il voulait le graal ou rien du tout. Finalement, il a choisi le pire: la renommée dans l'horreur et le bannissement. Des ailes de la gloire aux ailes du désespoir, combien d'entre nous en font l'expérience sans pour autant tuer 150 personnes qui nous feraient confiance pour les conduire à bon port. Andreas Lubitz a trahi son rêve d'ange gardien du ciel pour s'emparer du délire faustien, faire un pacte avec le Diable et gagner la célébrité noire comme Hitler par exemple. C'est terrible. Ses démons l'ont rattrapés en condamnant 149 innocents à une mort atroce. Andreas Lubitz, comme les jeunes terroristes que vous citez, a choisi le néant pour échapper à un destin moyen, à un salaire très moyen, à une pression considérée trop pesante de la part de son employeur, à une vie finalement que beaucoup supporte bon gré mal gré afin d'éviter de plonger dans l'abîme effroyable du suicide ou du crime.

Écrit par : pachakmac | 28/03/2015

" Comme il est plus aisé d’être tueur de masse que prix Nobel de physique, la voie sanguinaire est la plus courte pour parvenir à ce Graal. " Oui, oui. mais tout bien considéré, est-ce que vous réécririez cette phrase ?

Écrit par : Mendiro | 28/03/2015

L’A320 n’avait rien à faire dans cette zone aérienne, hors route et hors cap Barcelone-Düsseldorf !

Ça, ils avaient oubliés d’en parler, plus c’est gros, plus ça passe !

Détours de plus de 200 km, l’A320 avait quitté sa route juste après son décollage et se dirigeait vers Marseille, puis a tourné vers le nord pour traversé un secteur réservé aux avions militaires et pour s’écraser dans une zone réservée aux planeurs !

Donc l'A320 avait quitté sa route juste après son décollage, tout ça sans autorisation et sans que le contrôle aérien ne soit informé ?

On se fout de qui ??

Même le BEA s'est fait pincé en plein mensonge et n'a toujours pas émis d'avis sur ce changement de route et de cap !

Écrit par : Corto | 28/03/2015

"ont réussi à faire défiler dans les rues de Paris les dirigeants politiques de la planète;"

Allons, allons, pas vous aussi ou alors vous êtes vraiment dupes de cette mascarade de dirigeants qui n'ont JAMAIS défilé, juste posé pour une photo mensongère.

Écrit par : Johann | 28/03/2015

"D'un point de vue plus strictement biologique, quand les rats sont trop nombreux dans leur boîte, ils deviennent de plus en plus irrationnels et leurs actions vont dans le sens de la destruction du surnombre. Épidémies, famines et guerres sont dans la logique de la croissance démesurée. Nous sommes déjà partout en état de surpopulation et donc, il ne faut plus s'étonner de rien..."

Plus nous sommes nombreux, moins chacun a de valeur. Dans une semaine, quinze jours à tout casser on sera passé à autre chose. Et personne ici n'en a rien à faire de ces morts anonymes, comme de ceux qui meurent chaque jour sur la route ou ailleurs. Nous sommes dorénavant des statistiques. Ceux qui en ont à faire ce sont les journaleux qui veulent vendre du papier et il n'y a rien de mieux pour vendre que les crimes, les catastrophes, la guerre, les émotions, la peur au premier rang de ces émotions.

Écrit par : Johann | 28/03/2015

Disons que le scénario mettant en scène avec des terroristes à bord semble faire trembler les chancellerie, en Allemagne à cause des manifestations anti-musulmanes avec Pediga et en France avec les élections de demain !

Si le scénario de terrorisme s'avère plausible, car selon les enquêteurs français, aucune piste n'est à écarté à ce jour, la thèse du copilote n'est qu'une hypothèse, mais le fait que 39 passagers volaient dans ce vol Barcelone - Düsseldorf pose également beaucoup de questions aux enquêteurs, il faut savoir que de nombreux faux passeports turcs circulent dans les réseaux islamistes, notamment pour s'introduire en Europe !

Autre détail, mis à part le changement de route du vol de l'avion Germanwings, à aucun moment l'hypothèse de passagers ayant profité de s'introduire dans le cockpit alors que le personnel de vol ouvrent fréquemment ces portes blindées sans prendre de mesures de sécurité, moi même, j'ai été très choqué dans un vol lowcost que les allez et venues depuis le cockpit n'arrêtaient pas et même qu'une fois, cette porte est restée plusieurs minutes (3 ou 4) grande ouverte, c'est sans doute ce qu'il s'est passé dans le vol de Germanwings !

Écrit par : Corto | 28/03/2015

Bof..

Écrit par : Bof | 28/03/2015

Vous êtes aux ordres de qui, au fait ?

"A propos des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly, auteurs des attentats de janvier à Paris, le ministre français de l’Intérieur Bernard Cazeneuve avait déclaré qu’eux aussi recherchaient ce quart d’heure de célébrité, cher à Andy Wahrol, l’islam n’étant pour eux qu’un vecteur à leur quête violente de notoriété."

Faut-il tout faire pour éloigner les termes "islamistes" et "islam", comme s'ils n'était pas liés ensemble par le Coran, "livre saint" ?

Plus personne, parmi les terroristes, n'est ni musulman, ni un lettré ayant lu le Coran ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 29/03/2015

"(...)Ceux qui en ont à faire ce sont les journaleux qui veulent vendre du papier et il n'y a rien de mieux pour vendre que les crimes, les catastrophes, la guerre, les émotions, la peur au premier rang de ces émotions." écrit Johann.

Pour avoir travaillé dans la distribution de la presse, je puis affirmer à sa suite, que les catastrophes en tous genres font vendre !

Les catastrophes constituent un chiffre d'affaire supplémentaire inespéré !

O tempora, o mores

Écrit par : Michel Sommer | 29/03/2015

"Ceux qui en ont à faire ce sont les journaleux qui veulent vendre du papier ..."

Bof.. les journaleux ont bon dos. Les journaleux ne vendraient pas s'il n'y avait pas des avides acheteurs.

Écrit par : Bof | 29/03/2015

Analyse, comme très souvent, très à coté de la plaque. Qu'est-ce que cela peut lui faire à Mozart sa célébrité actuelle, passé et à venir ? Réfléchissez Bon Dieu !

Écrit par : Edouard | 29/03/2015

Si un seul et unique pour cent du milliard de croyants musulmans, à travers la planète étaient des terroristes, cela fait tout de même 10 millions de terroristes en puissance.

Pour prendre la mesure, je vous rappelle que la Suisse compte 8 millions d'habitants.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 29/03/2015

L'"inextinguible désir d'éternité", dans le titre du présent article, évoque l'épopée du héros Gilgamesh qui part à la recherche de l'herbe d'immortalité (désir d'éternité) la trouve puis, sur le retour, se la fait dérober.

Un jeune co-pilote dit son rêve (herbe d'éternité) à un autre pilote pour le jour où lui-même bien que grand dépressif aura gradé... réalisera un haut fait (son rêve, son idée) dont "on parlera"! Le pilote au courant de la situation mentale du co-pilote ne lui veut que du bien et pour ne pas lui laisser se faire des illusions avec déconvenue dure surtout vu son état croit de son devoir de lui dire qu'au vu ses problèmes de santé il ne gradera pas (le projet tombe à l'eau: perte de l'"herbe d'immortalité")! Il ne pourra donc pas réaliser l'idée géniale sienne venue comme en éclair en sa tête... Puis ce pilote s'absente un instant sans avoir perçu l'effet produit par ses paroles. En ce cas, se dit le co-pilote, puisque de toute façon tout est perdu...

Pas une raison, direz-vous, pour massacrer plus d'une centaine de passagers.
Vous raisonnez en tant que personne en bonne santé mentale.
Le jeune co-pilote, lui, ne l'était pas.

Après la perte de l'herbe d'immortalité Gilgamesh "acceptation n'étant pas résignation" (Paul Diel) rentre chez lui tout philosophant... Possible pourquoi, comment? parce que Gilgamesh n'est pas dépeint homme dépressif gravement atteint.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 29/03/2015

Victor, je n'ai jamais rien vu dans les méandres de la ou des culture(s) helvétique(s) incitant au meurtre !!

Écrit par : Corto | 29/03/2015

En matière de mensonges aériens avec en toile de fond le régime iranien, nous n’en sommes pas à un coup d’essais, tant de la France que plus récemment de la Malaisie !

Des histoires répétées dans lesquelles tout acte terroriste est exclu d’entrée !
Pas question de susurrer la moindre hypothèse dans ce sens, quitte a déverser des tombereaux entiers d’allégations accusatrices sans avoir étayer la moindre fondation, ensuite les médias accourent comme des chiens affamés pour parfaire le décor, d’une obscénité affligeante !!

Jusqu’aux fuites restées inconnues de la BEA, le scénario de l’hypoxie était vendu avec une détermination aux annonces faites sur les ondes nord-coréennes.
Restent plusieurs questions :

1). que faisait se vol de Germanwings en dehors de sa route et cela depuis 5 minutes après le décollage ?

2). Que faisaient des Mirages 2000 dans les alentours de l’A320 ?

3). Pourquoi le pilote ou le personnel de cabine n’ont pas alertés la tours de contrôle depuis la radio de cabine ?

4). Pourquoi les médias français et allemand n’ont jamais le nombre élevé de passagers titulaires de passeports turcs ?

5). Comment se fait-il qu’un pilote quitte sont poste 15 minutes après avoir décollé ?

6). Alors que tous les passagers assistent aux insistances du pilote essayant de défoncer la porte blindée, comment se fait-il qu’aucun d’entre eux n’ait envoyé des SMS ou appeler, les appels depuis les avions fonctionnent parfaitement ?

7). Pourquoi la BEA a menti ?

8). Pourquoi cherchent-ils aussi ardemment la boite noire alors que l'aéronef était équipé du système ACARS permettant de transmettre par satellite des données en direct aux avionneurs ?

Il y a encore plein de questions, que je me réserve pour le futur, mais sans répondre à ces questions ci-dessus, la thèse du suicide ne tient pas une seconde !

Écrit par : Corto | 29/03/2015

Voici un article qui reflète ma pensée sur ce drame!

VOL AU-DESSUS D’UN NID DE COCUS Par Nobeline - 29 Mars 2015

En hiver comme en été, comme chaque année, les Français sont les cocus des médias et de l'UMP et autre PS-PC.
Heureusement que tous les bobos, les indignés et autres bienpensants de l’Espagne à l’Allemagne en traversant la France, ont oublié de faire les affichettes :« JE SUIS A 320 ».

Nous avons connu des cas extrêmes (...)

Mais là, malgré l’horreur du crash de l’A320, les politiques français au plus haut niveau de l’État ont vite fait le choix du mensonge et de l’entourloupe. (...)

Dans un premier temps, on lance un appel de détresse aux pays voisins impliqués : (...)
-
Alors, a commencé la longue liste des hoax qu’ils nous ont distillés tout au long de cette longue, trop longue, semaine. On a bouffé du A320, non-stop, jusqu’à l’intoxication, sans jamais avoir la même version.

Dès mardi, on apprend :

1/ Le décrochage : une dépressurisation soudaine dans l’appareil et un appel de détresse du pilote.
Cette éventualité est vite contredite par les experts en aviation interrogés. Impossible. Le pilote aurait effectué un virage à 90° à droite ou à gauche pour ne pas occasionner d’accident à d’autres appareils sur zone.
De plus, les débris de l’appareil sont éparpillés sur environ quatre hectares, il ne s’agit pas d’une explosion en vol.

2/ Le site est inaccessible : Le personnel de secours ne pourra pas se rendre facilement sur le site. Il faudra plusieurs semaines avant de trouver les fameuses boîtes noires qui nous expliqueront tout.

3/ La coalition : Armée – Gendarmerie – Pompiers avouent, en fin de soirée, que des hommes ont été, déjà, hélitreuillés et qu’ils le resteront pour sécuriser la zone. Des fois que des voleurs…

4/ Le procureur de Marseille, interrogé par les media, confirme qu’il est saisi de l’affaire, que toute la lumière sera faite. Il est très disert, il s’exprime en magistrat sûr de lui, sans aucune hésitation. La Justice a parlé fermement !

5/ Les premières images : Pas de point d’impact sur la montagne. On se serait attendu à voir un énorme cratère, vu la vitesse à laquelle il l’aurait percutée, évaluée à 800 km/h environ.
Pas de carlingue calcinée, non plus. L’avion n’aurait pas pris feu ?
Désintégré, c’est le mot qui revient. Mais désintégré par quoi ? Par le choc ?
Ou, peut-être, par une explosion, au dernier moment, juste avant l’impact ? Cela expliquerait plus logiquement les menus morceaux qui recouvraient les quelque 400 hectares estimés de la zone du crash.

6/ Une première boite noire est retrouvée !

7/ Le patron du BEA : fait le canard. Il nous faudra des semaines pour interroger la boîte. A l’heure où je vous parle, nous n’en savons pas plus.

8/ Première fuite. Ne riez pas, elle nous vient d’outre atlantique, dévoilée par le New-York Times. Ils ont déjà tout entendu de ce qui s’est passé à l’intérieur du cockpit. Conversation entre les deux pilotes. C’est le commandant de bord qui est sorti, le copilote commet l’action que l’on connait. Mais tout cela, ils l’ont appris avant que le patron du BEA ne vienne mentir en direct, sur nos antennes.
Pour ces raisons, le syndicat des pilotes de ligne veut porter plainte pour violation du secret de l’instruction.

9/ Re-procureur : Là, le proc’ est prié d’informer. À lui, le sale boulot. Il s’exprime lors d’une conférence de presse mais, outre qu’il nous donne trop de détails, avez-vous observé son comportement ? Il n’est plus le magistrat de la veille, sûr de son fait, un rien arrogant. Au contraire, il ne cesse de passer sa main sur son visage, son crâne. Il éprouve le besoin de répéter deux fois les phrases comme s’il faisait une dictée aux journalistes. Il ne connait pas son texte par cœur, il lit… ce qu’on lui a demandé de dire. Et répond par la négative à pratiquement toutes les questions des journalistes. Entre autres, il ne sait même pas quel est le pilote qui est resté seul dans la cabine. Il n’en sait pas plus. Même pas le nom des pilotes. Alors que, quelques instants plus tard, toujours en conférence, il donnera, aux journalistes, les nom et prénom du copilote, qu’il ne connaissait pas (!) puisque c’est lui qui est resté, seul, dans la cabine de pilotage. Ca fait désordre, n’est-ce pas ?

Si, autour de toute cette mascarade, nous n’avons pas compris qu’on nous cache l’essentiel, c’est que nous sommes des demeurés.
D’abord, et surtout, quand ils nous annoncent qu’un Mirage 2000 a décollé de la base d’Istres dans les secondes qui ont suivi la perte radar de l’appareil. Procédure normale ? En tout cas, nous ne connaissons pas de précédent.

10/ Haro sur le copilote : Il était en grande dépression. Ah !

Sur les photos qui sont publiés, on voit, pourtant, un beau jeune homme sportif et en compétition ou souriant à l’objectif. Ce n’est pas l’apparence que l’on a quand on est hyper dépressif ? Ils interrogent ses connaissances qui le décrivent comme quelqu’un d’affable, tranquille, très convivial.
Merde, alors ! Ça peut pas coller, tout ça.
Alors, on nous dégotte une ancienne compagne avec laquelle il aurait volé pendant 6 mois et qui le raconte très angoissé, qui criait très fort contre elle, parfois. Mais… en fin d’article, elle reconnait qu’il était doux et attentionné avec elle.
Bizarre. Vous avez dit Bizarre… Comme c’est bizarre !

Aurions-nous eu affaire à un docteur Jekill et mister Hyde ?

Quant à la Lufthansa, elle est sacrément dans la mouise. Qu’est devenu son pilote, en formation dans les Amériques, pendant les six mois où il s’est fait porter pâle, ne reprenant son stage que bien plus tard ? Il faisait une formation particulière avec les adeptes du Oussama, peut-être ? Mouais ! Que de zones d’ombres pour un copilote banal, à qui on confie quelques centaines de vies humaines !

Et si on lui avait imposé la thèse de la « dépression » ?
Ça expliquerait pourquoi elle s’est empressée de dire qu’elle n’était pas responsable, dans ce cas-là, que, donc, la faute revenait à l’organisme chargé de vérifier les bonnes conditions physiques et psychiques de leurs employés.

Néanmoins, nous apprenions, ces derniers jours, d’une autre source, que tous les voyageurs, personnels de bord et la Lufthansa seront indemnisés.

Ça va faire un paquet de pognon, tout ça. Qui va payer ? Les assureurs, si c’est vrai ou l’Europe, si on nous ment ? Ils ne nous l’ont pas spécifié.

Toujours est-il que ce crash est entouré de bien de mystères. Comme pour celui d’Air Algérie au Mali, ou celui, encore de la Malaisia Air Lines.

Dormez tranquilles, braves gens, les ennemis de l’Occident ont de beaux jours devant eux. Ils pourront vous tuer impunément puisqu’ils sont couverts par le secret d’État.

Aux familles des malheureux voyageurs de l’A320 et au personnel sain d’esprit qui ont perdu la vie, nous présentons nos sincères condoléances.

Quant au copilote terroriste ou allumé, qu’il brûle en enfer !

Nobeline
http://www.gerard-brazon.com/2015/03/vol-au-dessus-d-un-nid-de-cocus-par-nobeline.html

Écrit par : Patoucha | 30/03/2015

"Désintégré, c’est le mot qui revient. Mais désintégré par quoi ? Par le choc ?"
L'auteur de ce tissu de stupidités relève que la vitesse de l'avion était de 800 km/h (en réalité 700). Cela ne suffit pas pour désintégrer l'avion ?
Cela fait penser aux débiles qui croient qu'il a fallu des explosifs pour faire tomber les twin towers, alors qu'elles s'étaient pris en pleine face des avions de ligne en pleine vitesse et les ailes bourrées de carburant ...
Les idiots complotistes ne nous ficheront-ils pas un peu la paix un jour ? Ou les blogs ne servent-ils que de poubelles pour ces demi-cuits ?

Écrit par : Géo | 30/03/2015

Si vous permettez que l'on travaille un instant comme le faisait Dolto?
Une jeune femme de ma connaissance étant au chômage souhaitait se faire créer un poste en adressant à la commune des photocopies des lettres par elle adressées à des services sociaux. Dépressive cette jeune femme qui prenait des médicaments rédigeait ses lettres, administratives, en fait, de manière excessivement enjouée en même temps que peu claire: embrouillée.

En congé-maladie le co-pilote avait-il pris des médicaments, prenait-il des médicaments, si oui, lesquels, avec quels effets secondaires?

Co-pilote pilotait-il extrêmement régulièrement ou fut-il "pris par surprise" lorsque le pilote lui demanda de prendre sa place aux commandes?
En ce cas, éventuels médicaments absorbés (plus un éventuel "petit" supplémentaire pour être encore plus "sùr"!) est-il possible que s'étant soudain "embrouillé" dans sa manipulation avec les systèmes, les commandes voyant avec terreur qu'il dévie, ne "trouve" toujours pas la faille, ce qu'il faut de toute urgence rétablir, l'avion déviant puis se rapprochant de la montagne... pas le temps de s'occuper de la porte, plus tard! Trop tard: tout est fini.
Malade depuis longtemps, gardant pour lui l'ensemble de sa connaissance des complications se posant en cas de problèmes comme laissé entendre en ces lignes est-il possible qu'il ait projeté pour plus tard lorsqu'il aurait bien réussi dans sa arrière de proposer des modifications concernant les systèmes de sécurité concernant notamment des pilotes sous l'emprise de médicaments et/mais que, comme l'enseigne le bouddhisme "C'est ce que tu redoutes qui arrive"! il ait, ce co-pilote fait la démonstration évidente de la justesse de ses points de vue en la matière laissant ainsi (mais sans l'avoir imaginé un instant ni voulu, ni prévu, ni décidé pas plus que prémédité) son nom inscrit dans le domaine de la sécurité dans les avions?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 30/03/2015

EN France plus de 50% de la population a recouru ou recours régulièrement à des psychotropes, ne me dites pas que le copilote de l'A320 est le seul membre d'équipage à recourir à ce genre de médication !!!

Écrit par : Corto | 30/03/2015

Il faut aussi savoir, que sur les mode d'emplois de quasi tous les antidépresseurs, aucune consigne n'est faite concernant le fait de conduire un véhicule, quel qu'il soit !

Donc certainement qu'il y a des milliers de pilotes qui sont sous traitement antidépressifs !!

Écrit par : Corto | 30/03/2015

Qu'est-ce qui est pire :
Se trouver dans un avion dont le pilote est dépressif et dans un état "naturel", sans médicaments
ou bien se trouver dans un avion, dont le pilote dépressif prend des médicaments sous contrôle médical ?

Cela dépend certainement des cas et il n'y a pas de règle générale.

J'imagine que nous avons déjà tous été dans un avion piloté par une personne vivant des moments difficiles dans sa vie et tout s'est très bien passé.

Écrit par : Calendula | 30/03/2015

Le coran "saint" est une affirmation fausse et chrétienne. Il y a selon les adeptes du christianisme la sainte bible et le coran pour les musulmans.

Comme quoi les mots sont terroristes si on ni fait attention.

Des milliers de tonnes de terre et de pierres recouvrent ce qui reste de l'avion projeté à 700 kms heure sur une pente à plus de 45°

On peut épiloguer tant et plus, les enquêtes révéleront la réalité. Les personnes ayant travaillé sur cet "accident" sont trop nombreuses.
La théorie du complot est utilisée régulièrement, ça amuse "la presse people" et ceux qui achètent "ce PQ pour satisfaire leurs besoins merdiques" de sensationnel.

Restons zen face à cette catastrophe ou des familles souhaitent que la vérité soit dite. par contre il faut constater comment la chrétienté procède pour faire sa PUB avec des messes, des marches de toutes les couleurs etc.

Comme en période de TOUSSAINT seuls les fleuristes et les religieux sont contents. "ou comptants" satisfaits oui, pour continuer le mensonge royal sur le paradis et l'enfer.

Mais bon, ça fait marcher le commerce de proximité, la presse etc. Pendant ce temps les retraites baissent, les salaires ou revenus stagnent ou baissent, la télé réalité va bien, l'islamisation se poursuit, les femmes sont heureuses et contentes d'avoir des chiffons à disposition, alors....

Le bateau coule doucement mais surement. L'impact sera bien plus fort et terrifiant ici sur terre.

Écrit par : Pierre NOËL | 30/03/2015

On ne sait pas de quoi souffrait précisément le co-pilote.
"Dépression" étant en l'occurrence, dans l'ignorance, un mot passe-partout.

Des substances, en cas d'états "dépressifs" (terme vague, dans l'ignorance) recouvrant, dans l'ignorance, toujours diverses "failles nerveuses" telles que Valium (ou Librium) sont en mesure de provoquer, selon dosages, et patients, prises "maison", un "petit comprimé de plus", également, des états euphoriques ainsi que des visions.

Il est toujours sage d'être informé avant d'affirmer.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 30/03/2015

La seule certitude, c'est que ce dossier avance très vite, et a commencé avec un gros mensonge de la BEA, dès lors, une chose est certaine concernant la "trajectoire" de l'enquête, elle diffère à plus de 80° du cap de l'A320 !

C'est le seul constat objectif que je peux certifier !

Écrit par : Corto | 31/03/2015

Autre certitude selon les "milieux autorisés (Coluche), les islamistes sont très tristes suite à ce drame ayant tuer 150 personnes !

Le jour où l'Europe se prendra un bombe nucléaire iranienne sur le beignet, ce sera certainement à cause d'un dépressif, ça je peux vous le confirmer !

(enfin, une belle brochette de dépressifs en ce moment chouchoutés dans les palaces lausannois)

Écrit par : Corto | 31/03/2015

Les commentaires sont fermés.