27/03/2015

TRAIT DE NUIT

Exquise

 Esquisse

 Vers tes

Cuisses

  Ma main

 Dessine

  Tes seins

 Ta peau

 Caresse

       Les ombres

Le soir

 Soyeux

Frémit

Ondule

 Rideaux

  Cheveux

   L’air tisse

   Ton corps

Textile

 Charnel

 Je m’en

Revêts

Et pars

Vers ma

Nuit

DSC_5001.JPG

Jean-Noël Cuénod

20:02 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

P.S. Une fois "de retour" chez les bonobos on note qu'à leur étape dans le cadre de l'évolution ne se profile pas encore l'instance qui vient un peu plus tard, celle de la sublimation. Toutefois, voire néanmoins, si les bonobos n'ont ou ne font pas toujours que de bonnes manières naïfs... ils sont innocents.

On notera qu'une personne pansexuelle ne fonctionnant qu'à l'être est peut-être bien en manque d'une corde à son propre instrument, celle de la sensualité.

Écrit par : lamemetpointfinal | 28/03/2015

"la même et point final" exprimait une gêne: encore ma signature, mais le premier commentaire, à propos de pansexualité, ne comprenait aucun mépris concernant les rapports sexuels d'un couple. Le P.S. montre à l'évidence qu'il ne s'agit pas du premier commentaire tout en empêchant, sciemment ou non, le juste entendement du P.S.

L'expérience prolongée des courriers de lecteurs montre à quel point on change le profil d'un/e correspondant selon ce que l'on choisit de publier de ses lignes.

La sublimation abordée ensuite n'est en rien deuil (en faire son deuil) ou "lâcher prise"! A ne pas confondre (Dolto reçut en cure on ne sait combien de personnes parlant de "sublimation" pratiquée s'agissant de chagrins ou peines d'amour).

Écrit par : Myriam Belakovsky | 28/03/2015

Les commentaires sont fermés.