21/03/2015

Aider la Tunisie après l'attentat? Alors annulons sa dette publique!

 

terrorisme,islamismem

Photo: Journée de la Femme à Tunis

L’industrie textile tunisienne fut l’une des victimes de la mondialisation version chinoise qui avait inondé ce marché de camelotes à prix cassés. Puis, les troubles qui suivirent la chute de la dictature Ben Ali avaient provoqué le naufrage de l’industrie touristique. Après les premières élections libres et le début de stabilisation politique, les touristes ont commencé timidement à reprendre le chemin des plages tunisiennes. Jusqu’à ce que les terroristes de l’Etat Islamique commettent leur attentat, pour étouffer dans l’œuf ce qui aurait pu devenir un début de reprise.

Les appels ­– tels ceux de l’écrivain Jean d’Ormesson (voir vidéo) – à séjourner en Tunisie malgré tout ne sont, certes, pas inutiles. Mais ils risquent fort d’être insuffisants pour surmonter les craintes des touristes.

 

La Tunisie, déjà mal en point, se trouve donc placée au seuil d’une crise économique majeure. Comme d’habitude, les intégristes s’empresseront d’en profiter pour recruter de nouvelles forces et dénigrer la démocratie tunisienne encore fragile.

Cette situation est encore aggravée par la présence à proximité de la Tunisie d’un territoire libyen aux mains de l’Etat Islamique. C’est d’ailleurs dans cette zone que les deux islamoterroristes, auteurs de l’attentat contre le Musée du Bardo à Tunis, ont été entraînés.

 

Soit, les démocraties occidentales se laissent couler dans leur impotente maussaderie houellebecquienne en ne faisant rien d’autres que pleurnicher. Et la démocratie tunisienne ne sera plus qu’un rêve nostalgique. Soit, elles décident de tout employer pour sauver l’économie de la seule démocratie arabe.

Mais alors, les démocraties occidentales doivent y mettre les moyens. Et commencer par annuler les dettes[1] qu’elles détiennent contre la Tunisie. Les altermondialistes avaient initié un mouvement en ce sens, mais apparemment sans succès. Il est donc urgent de le réanimer et de l’élargir à d’autres milieux.

Ensuite, c’est un véritable plan Marshall pour la Tunisie que les démocraties occidentales doivent entreprendre. Le soutien économique à ce pays doit être massif. Les mesurettes ne serviraient à rien d’autres qu’à enduire les Occidentaux de ce léger vernis de bonne conscience dont ils aiment à faire parade.

 

Jean-Noël Cuénod

 

ESPACE VIDEO



[1] La dette publique tunisienne (dette de l’Etat) est estimée pour 2014 à 41. 754 millions de dinars. Soit 19. 894 millions d’euros. Ce qui représente 49,1% du PIB (source : presse économique tunisienne).

17:26 Publié dans Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : terrorisme, islamismem | |  Facebook | | |

Commentaires

Cet attentat n'a pratiquement aucune chance d'être suivi par un prochain dans l'immédiat.
Puisse les touristes par leur présence, leur amitié, leur générosité débordante marquer leur fraternité, leur solidarité.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 21/03/2015

Ne jouons pas sur les mots, une dette ne "s'annule" pas, disons plutôt que quelqu'un d'autre la paye. Et vous proposez que ce soit qui en l’occurrence ?

Écrit par : Eastwood | 21/03/2015

Faire du Tunisien un arabe acceptable , Decaillet, D'ormesson, Mitterand , Seguin: et quelques autres;
dans la hiérarchie de la compassion , ils sont en pole position loin devant les Algériens qui pourtant avec la guerre civile face au FIS partaient avec quelques longueurs d'avance , sans parler des Libanais trop compliqués , tout récemment des yéménites , impossibles à caler sur une postale ,presque pire que les somaliens ou si j'en crois "Le Courrier " d'aujourd'hui des Ethiopiens confrontés à une féroce dictature émergeante comme les économies du même nom que l'on scrute complaisamment.

Écrit par : briand | 21/03/2015

Une dette, tant qu'il ne s'agit pas de Mme Merkel et de ses collègues apportant leurs bons soins à la Grèce, par exemple, peut, non sans effets variés, être annulée.

Écrit par : M.B. | 21/03/2015

Excellente idée que la vôtre, seulement si elle serait appliquée.
Avec le poids de la dette des pays européens, je doute fort que la France se propose de sauver l'économie tunisienne.
Et si elle le fait, on va crier au retour du colonialisme.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 22/03/2015

Si déjà la Suisse pouvait rembourser les 40 milliards annoncés il y 4 ans, ce serait pas de trop !

Écrit par : Corto | 22/03/2015

Pour ceux qui ont la mémoire helvétique, vous savez, les 40 milliards planqués dans quelques banques genevoises par les Ben-Ali et Trabelsi !

Écrit par : Corto | 22/03/2015

Oui! à propos de "colonialisme:
posez la question de savoir en quoi L'Eglise, ses missionnaires en 2015, est criminelle?
On vous répondra en évoquant le passé.

Et si vous rétorquez qu'aujourd'hui il n'y a plus d'Inquisition, que sans cesse de nouvelles antennes médicales, notamment, sont crées en divers endroits de la planète et que les gens ayant appris à lire, à s'instruire, se cultiver, se documenter (voyageant qui plus est) ne peuvent plus être leurrés, dupés comme hier
Que les prêtres pédophiles sont jugés et punis
Faites confiance! ceux auxquels je pense trouveront mille autres choses...
sans rien apporter de mieux que l'appel évangélique à la paix, à l'amour ainsi qu'au partage lequel, évidemment, ne peut se satisfaire d'une distribution d'hosties industrielles consacrées ou du pain de Cène.

Me fut horreur la vision de paroissiens invitant des chômeurs pour une soi-disant "fondue" histoire d'"étudier sur le terrain" de quoi il retournait avant de rejoindre leurs villas voire en week-end leurs résidences secondaires les chômeurs réintégrant, certains d'entre eux, bien sûr "fainéants" (en pleine crise, vingtaines quotidiennes lettres d'offres d'emplois sans simple accusé-réception en retour) leurs propres lieux de vie (en Suisse, "tanières", excessif)!

En quoi ces lignes sont-elles en rapport avec la dette tunisienne? Parce que ma nièce, de père tunisien est mariée avec un Tunisien ouvert à notre culture travaillant dur sans se plaindre et qu'il faudrait une instance internationale "gratuite" appelée à plaider en faveur des pays endettés (traînant en justice les dirigeants traitant présentement les Grecs, sans nuancer de voyous parce que leurs dirigeants jusqu'à ce jour ne sont pas en mesure de s'en sortir face aux diktats de Bruxelles leur réclamant, en fait de remboursement, l'impossible. Les exploits économiques de l'Allemagne de Mme Merkel, par exemple, ne parvenant pas à masquer la misère du pays.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/03/2015

Myriam, demandez à vos paroissiens de manifester pour que la Suisse rétrocède les 40 milliards de Ben-Ali planqués dans les banques genevoises !

Écrit par : Corto | 22/03/2015

Ah, oui, j'oubliais, les 200 milliards sur les 300, aussi planqués dans des banques de salopards aussi biens protégés par le conseil fédéral !

Écrit par : Corto | 22/03/2015

@ Corto


Si vous êtes parfaitement informé quelles sont les personne en droit de réclamer que la Suisse rétrocède les 40 milliard de Ben-Ali retenus dans les banques genevoises... sinon les personnes qui pour cet été ont décidé ou décideront de passer leurs vacances en Tunisie

Que la saison touristique heureuse pour ce pays, certes, ne suffira pas
Qu'elles n'iront pas forcément toujours en Tunisie, auront d'autres projets

Pourquoi ces personnes, accompagnées par "élan solidaire et d'intégrité", ce qui est dû l'étant, par d'autres habitants de la Suisse, ne se rendraient-elles pas manifester comme il se doit, il se peut... à Berne?!

Avant l'été, avant, tels les contes, mille ans: d'Urgence

Écrit par : Myriam | 22/03/2015

@J-N Cuénod

"La Tunisie, déjà mal en point, se trouve donc placée au seuil d’une crise économique majeure."

Où est passé le TRESOR - des milliards - trouvé chez Ben Ali, dont les Tunisiens ont été grugés?

Que des personnes aient la mémoire courtes, OK! Mais un journaliste?

Écrit par : Patoucha | 22/03/2015

@MB

Ben non, une dette "annulée" ne disparait pas, elle est payée par le créancier. Dans le cas de la Tunisie, c'est qui le/les créanciers ?

Écrit par : Eastwood | 22/03/2015

@ Patoucha

Un journaliste indépendant informe: attentat à Tunis, conséquences sur le tourisme ainsi que d'autres réalités politiques, stratégiques, économiques en rapport avec le thème

Un lecteur, Corto, commente comme il se fait en blogosphère en évoquant l'argent qu'une banque genevoise se devrait de rétrocéder à la Tunisie

Vous apportez votre jet de venin habituel

Le thème était l'attentat.
L'article de Jean-Noël Cuénod éclairant.

Écrit par : Myriam | 23/03/2015

@ Eastwood


A propos de la dette grecque: "Le budget de l'Etat ne comporte donc aucune ligne de "remboursement de la dette". Ce qui figure au budget ce sont les intérêts sur cette dette et seulement les intérêts." Matthieu Pigasse

Écrit par : Myriam | 23/03/2015

Mais oui Myriam, c'est Jésus qui va tout arranger !!!

En plus des 40 milliards planqués par les Ben-Ali et Trabelsi, il y a aussi les 40 milliards planqués par Moubarak et les 25 milliards planqués par Arafat, rien que pour ces 3 là, quoi que pour Arafat je serais plutôt en clin de parler de 200 milliards !

Écrit par : Corto | 23/03/2015

Il doit y avoir beaucoup de Myriam à l'onu si l'on en croit cette dépêche ;

""""Israël, le seul pays condamné à l’ONU pour violations du droit des femme""""

C'est surement grâce à Jésus !!!


""Sur neuf documents officiels produits par la Commission annuelle des Nations Unies sur le rapport de la Condition Féminine, un seul des 193 membres de l’ONU a été mentionné en ce qui concerne la violation continue des droits des femmes – Israël – dans ce que Jérusalem considère être une nouvelle affaire de partialité de l’ONU.
Le document, intitulé «Situation et assistance aux femmes palestiniennes», dénonce Israël pour l’occupation continue de la Judée-Samarie, une situation qui selon les auteurs a conduit à « de hauts niveaux de chômage et de pauvreté » parmi les palestiniens, en particulier les femmes.
«Les femmes et les filles palestiniennes sont encore confrontées à des obstacles importants pour l’accès aux services de base, soins de santé, de soutien psychosocial, accès à l’eau et l’assainissement, les institutions judiciaires et des opportunités économiques», note le rapport.
Ce fut le seul rapport qui a fixé son attention sur un pays en particulier, mettant l’accent en grande partie sur la question palestinienne, parfois s’attachant à des questions liées au genre, par exemple le chômage, qui était le thème central du rapport.
Il est à noter que, selon un rapport du Forum économique mondial de 2014, Israël a été classé 57ème sur 137 pour l’autonomisation politique des femmes; les États-Unis ont été classés 54ème et l’Arabie Saoudite 117ème. Quelque 27 des 120 membres de la Knesset d’Israël sont des femmes.
Israël a fustigé le rapport, par la voix de son ministère des Affaires étrangères pour qui « cette décision est encore un témoignage de l’hypocrisie des membres de l’ONU. »
Le ministère a défendu le bilan d’Israël sur les femmes, en disant qu’il a travaillé à la fois localement et à l’étranger pour faire avancer leur statut, citant deux professeurs israéliens qui ont même rejoint le Conseil.
«Je suis fier de dire que s’agissant du droit des femmes, Israël prêche par l’exemple. Nous comprenons que les femmes émancipées sont le fondement des sociétés prospères», avait dit l’émissaire israélien Ron Prosor quelques jours avant le Conseil.""

Écrit par : Corto | 23/03/2015

"Ben non, une dette "annulée" ne disparait pas, elle est payée par le créancier. Dans le cas de la Tunisie, c'est qui le/les créanciers ?"

Les copains de Ben Ali mon vieux Eastwood.

Écrit par : Schwarzenegger | 23/03/2015

"Ben non, une dette "annulée" ne disparait pas, elle est payée par le créancier. Dans le cas de la Tunisie, c'est qui le/les créanciers ?"

Les copains de Ben Ali mon vieux Eastwood. Hein?

Écrit par : Schwarzenegger | 23/03/2015

D'Ormesson n'est plus crédible, il n'a rein d'un économiste, il n'est pas foutu de remettre de l'ordre à l'académie afin de modifier la définition du mot "raciste"

C'est un vieux catho puant la naphtaline. Je n'achète plus ses livres./

Pourquoi annuler la dette de la Tunisie? Non, il faut diminuer le montant des mensualités ou des annuités en donnant du temps en laissant la possibilité de se refaire une santé mais sous contrôle.

Certains veulent annuler la dette grèque c'est une mode ou quoi?
La chrétienté orthodoxe s'est goinfrée avec la régime des colonels au temps du monseigneur Makarios. Ils sont propriétaires en majorité des biens de l'état. En contre partie, les Grecs travaillent avec du liquide, le cadastre en Grèce est une plaisanterie etc, etc.

La Tunisie a des atouts notamment avec le tourisme, le pays doit investir au maximum pour favoriser celui-ci tout en éliminant les islamistes. Le problème de la Tunisie c'est aussi le problème des pays musulmans. Qu'ils deviennent Athées, en cherchant un nouvel idéal de vie.

Le problème c'est l'islam. Sans ce concept mortifère de conquête et d'abêtissement l'avenir est radieux pour les Tunisiens alors......

Que les femmes sans chiffons montent au créneau, qu'elles prennent la place des hommes si ceux-ci ne sont pas capables de gouverner. Il n'y a aucun pays musulman démocratique ayant inventé le fil à couper le beurre, il faut se poser les bonnes questions?

Écrit par : Pierre NOËL | 23/03/2015

"Myriam", Corto, toujours à propos de vos propos sur Jésus ou de quoi que ce soit de religieux tient à attirer votre attention sur un point dans les évangiles. Il est un homme qui voit mais ne marche pas, un autre qui marche mais ne voit pas... Ces deux hommes ont avantage à faire que celui qui marche porte celui qui voit lequel guidera celui qui ne voit pas. Pour celui qui voit, écrivez PSYCHO et celui qui marche SOMA les deux PSYCHOSOMA tique comme médecine psychosomatique.
Il est dit que l'enseignement évangélique est semblable à une semence: une fois mise en terre il faut attendre.
Or si vous débarquiez d'une autre planète en ne connaissant rien aux fleurs quel rapport établiriez-vous entre un gros vilain oignon et une tulipe ou le continu d'un sachet avec une pensée?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24/03/2015

Les commentaires sont fermés.