03/03/2015

L’OR DU TEMPS

 

 

Widmerwandert.jpg

 Le vent passe et repasse son souffle abrasif

Sur le corps offert des pierres blanches et nues

 

Des frissons de poussière donnent la fièvre

Tourbillonnent puis s’éteignent dans l’ombre

 

Les eaux souterraines murmurent sans surgir

Le moment du geyser n’est pas encore venu

 

L’air seigneur des règnes et des éléments

N’a pas fini de travailler la chair des pierres

Pour qu’elle rende le feu dérobé au ciel

 

Lumière enrobée de sel, d’os et de sable

Il n’y a pas de miracle, que du labeur

Pour restituer à notre monde l’or du temps


Jean-Noël Cuénod

09:32 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

Commentaires

Tout au creux de ton vent j'irai bâtir les cathédrales de sel sous les étoiles qui étincellent. Sous la voûte du ciel, je visiterai tes pupilles de mes yeux qui scintillent. Ce sera une nuit à la belle étoile, tout là-haut, tout là-haut sur la montagne. Et de mes doigts surgira une étoile de papier qui ira prendre sa place dans le cycle de ta vie. Le silence se fera et l'amour sera roi. Entre toi et moi.

Écrit par : pachakmac | 03/03/2015

Magnifique poème .Pour peu on croirai lire une analyse astrologique Lesquelles très souvent manqueront de romantisme et surtout de poésie.Sans viser qui que ce soit/on est jamais assez prudent par les temps qui courent ,les mêmes qui couraient déjà du temps de nos grands parents
Très belle journée pour vous Monsieur Cuénod

Écrit par : lovejoie | 03/03/2015

La force de ce poème concernant une personne donc, à ne pas généraliser, est le renvoi au monde de l'enfance par le fait que l'un d'eux regardera l'image plus que le texte, un second, le texte, d'autres les deux.
L'élément PIERRE peut évoquer la forme d'un monstre marin ("les eaux souterraines murmurent sans surgir": le subconscient vu par Paul Diel demeure des monstres marins) monstre, donc, à la gueule grande ouverte soit l'"état cet accapareur"! L'élément FEU Vulcain, sans doute en s'apprêtant à relire le poème: sentiment que nous (ce monde) ne sommes pas encore sortis de l'auberge!
Auberge pour société de surconsommation avec sur: surabondance, surface: monde de l'apparence. Surgelés, les "produits". Surintendant?
Surmonter montage,etc. Par montage, technique, en route pour Vulcain voie des symboles
Héphaïstos (le dieu Ptah des Egyptiens).

Héphaïstos époux d'Aphrodite est boiteux ce qui dit notre époque boîteuse elle aussi à force de faire triompher la technique (notre hémisphère cerveau gauche) sans plus rien parvenir à harmoniser: "la perfection technique de ses œuvres (Héphaïstos) lui suffit; leur valeur et leur utilisation morale le laissent indifférent: il enchaîne Prométhée. Homère le dit essoufflé...Homme de notre temps, soumis, dépendant au fond "bêlant": "(...) s'il a cultivé le savoir-faire, il a négligé le savoir-être. "Un poème orphique supplie le dieu de transmuer (terme cher aux francs-maçons) en ardeur vitale tout ce qui est flamme dans l'univers: ce démiurge amoral, Héphaïstos, toujours, changé en apôtre inspiré."!
Prométhée en sera-t-il pour autant `"déchaîné"?!

Écrit par : Myriam Belakovsy | 04/03/2015

Les commentaires sont fermés.