03/02/2015

Entre Galilée et Rome, la grande bataille du ciel

 

 book-07210650.jpgVoilà un roman qui tombe à pic – et du ciel – pour rappeler que l’intégrisme religieux traverse toutes les époques et contamine toutes les religions. Aux barbus du XXIe siècle répondent les tonsurés du XVIIe. «Splendor Veritatis», tel est son titre. Il vient d’être publié par Slatkine. Sous le pseudonyme de l’auteur – François Darracq (photo en fin d'article) – se cache un jeune historien, Genevois d’adoption. Ce faisant, il veut dissuader le lecteur de confondre cette sienne fiction avec son travail universitaire. Cela dit, les personnages qui figurent dans son ouvrage sont bien les produits de l’Histoire et les acteurs d’une époque cruciale pour l’humanité, celle où l’humain va changer radicalement sa place dans l’univers.

 

Depuis Aristote, le monde était inchangé et inchangeable. La Terre immobile se trouvait au centre de l’Univers, le soleil tournait autour d’elle et les étoiles lui servaient de guides nocturnes. Au centre du centre, l’Humain solitaire sous le regard de Dieu.

L’Eglise romaine était la gardienne de cette vérité qui, dévoilée par l’insatiable curiosité humaine, deviendra illusion, puis mensonge. Parmi les savants qui ont déniaisé le ciel en expliquant que la Terre tournait autour du soleil, Galileo Galilei ou Galilée.

 

Le roman met en scène ce prestigieux savant toscan et son adversaire acharné, le jésuite hongrois Melchior Inchofer. Le génie de Galilée balaiera tout d’abord les arguments traditionnalistes du jeune Inchofer, envoyé au casse-pipe par son supérieur Orazio Grassi. Et puis, le pape Urbain VIII fait partie des soutiens les plus fidèles de l’astronome. L’Eglise romaine serait-elle prête à changer son regard vers le ciel? Mais en humiliant l’un des leurs, Galilée a attiré sur lui la rancune des jésuites, une rancune opiniâtre, calculatrice, manipulatrice et efficace. A cette stratégie de la vengeance s’associe la force du dogme qui sert de bouée de sauvetage à une papauté malmenée par la Réforme. Pas question de changer la vision aristotélicienne du monde, au risque de donner libre cours aux hérésies!

Galilée sera donc sacrifié. Pour sauver sa peau, il a dû renier publiquement ses théories. Emprisonné, puis assigné à résidence dans sa maison villageoise sise à Arcetri, près de Florence, Galilée retrouve la protection de son ami Ferdinand II, grand-duc de Toscane ; ce représentant de la famille Médicis lui adjoint pour collaborateur, un jeune mathématicien, Vincenzo Viviani, qui se révèlera d’un précieux secours pour le vieil astronome.

 

Alors que le fier Galilée descend, son ennemi Melchior Inchofer, lui, grimpe dans la hiérarchie de son ordre, après avoir manœuvré pour obtenir la condamnation de l’astronome. Mais cette victoire lui laisse un goût de cendre. En secret, il va reprendre ses observations astronomiques.

 Pendant ce temps, les partisans de la liberté de penser s’organisent très discrètement autour de Galilée pour faire parvenir en terre protestante les écrits de l’astronome afin qu’ils soient publiés au nez et à la barbe de la papauté. Parmi ces propagateurs de la cause scientifique, le Genevois Elie Diodati tient un rôle capital.

 

Melchior Inchofer va traverser une violente crise intérieure. Lors de ses observations clandestines,  le jésuite découvre ce qu’il redoutait et espérait à la fois: la justesse des thèses de Galilée. La hargne déployée par Inchofer contre l’astronome toscan est à la mesure de l’immense admiration qu’il lui porte. Le jésuite se débat comme un diable dans un bénitier, entre la splendeur de la vérité et les contraintes du dogme. N’en disons pas plus afin de laisser le suspens ouvert.

 

Parmi les nombreuses conclusions que l’on peut tirer de ce duel, c’est le peu de confiance que les dogmatiques accordent au Dieu dont ils sont les dévots aussi zélés qu’encombrants. Leur foi est si vacillante qu’ils veulent la conforter par des certitudes immuables.

Or, c’est l’Eternel, la puissance de vie, qui a initié le mouvement de la création; aucun humain ne saurait la fixer, l’enfermer dans ses certitudes. L’immuable n’est pas de ce monde. Le scientifique qui doute est près de l’Eternel, alors que l’intégriste qui censure s’en éloigne, comme un astre mort qui va rejoindre son néant dans un trou noir.

 

Jean-Noël Cuénod

 

«Splendor Veritatis» - François Darracq - Editions Slatkine – Genève - 296 pages.

photo3.jpg


09:32 | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : intégrisme, science, dogme | |  Facebook | | |

Commentaires

De fait pour Boèce que la Terre fût au centre ou pas, il n'en parlait pas, mais pour lui ça n'avait aucune importance, cela ne l'empêchait pas de dire que la Terre n'était qu'un point infime dans l'univers. Au Moyen Âge on croyait que les astres étaient tous plus gros que la Terre, il ne faut pas forcément faire du géocentrisme l'idée que l'homme se croyait très important, ce serait mal comprendre l'esprit médiéval.

Écrit par : Rémi Mogenet | 03/02/2015

"comme un astre mort qui va rejoindre son néant dans un trou noir."
Hum ! Votre formulation est très poétique, mais je ne suis pas sûr que le néant fasse bon ménage avec un trou noir...

A part cela, vous me donnez envie de lire le bouquin.

Écrit par : Michel Sommer | 03/02/2015

Jean-Noël Cuenod, votre conclusion et digne d'eun efant de 11 ans après avoir fait sa 1ère communion. Rien de scientifique, rien d'historique, rien de réaliste. Vous croyez aux fables royales, ça vous convient.

Je ne lirai pas ce livre (à tord peut-être) il n'apporte rien à l'humanité, il amuse et fait passer le temps aux croyants. Pendant ce temps les gens ne s'informent pas et le monde bascule doucettement. En Ukraine, dans tous les pays islamisés, et en Europe.

Bizarre, il ne parle pas de Giordano Bruno, que les chrétiens ont torturé en lui arrachant la langue et en le brûlant sur le bûcher.

Tiens, des musulmans nislamistes viennent de prendre le même concept que leurs Z'amis chrétiens pour l'aviateur jordanien. Ils sont les mêmes typologies.

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2015/02/03/islam-et-occident-deux-civilisations-incompatibles-commentaires-et-mises-au-point/

Écrit par : Pierre NOËL | 03/02/2015

Exemple de croyants plongeant dans l'ignorance et autre fabulettes: le scientifique père Teilhard de Chardin sur l'Evolution

La pianiste roumaine et juive Clara Haskil non "dévote" mais cultivant la spiritualité. Amie avec l'orthodoxe pianiste roumain lui aussi, Dinu Lipatti.

Françoise Dolto qui notait de l'Eglise orthodoxe la certitude selon laquelle un mariage qui ne tient est une union en laquelle Dieu qui eût "cimenté l'amour du couple... Dieu tel/le la "fée carabosse" ne fut point convié.

De plus en plus nombreux les scientifiques à croire en ce que l'on appelle aujourd'hui "Dieu"! Demain, peut-être d'un autre nom.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/02/2015

PN: vous avez lu ce que vous postez comme lien?

"Les hommes paisibles en général et les Européens en particulier,"

Des hommes paisibles très particuliers...


"car la lutte est toujours décidée [...] dans le domaine originel du terrible et du sang, de la loi biblique et de la vengeance de Dieu."

Des illuminés! Et vous, vous nous proposez cette cochonnerie?

Écrit par : Johann | 03/02/2015

J,
proposer n'est pas adhérer. Sortir une phrase de son contexte dans quel objectif si ce n'est de manipuler ou donner une autre information déformée?

Les liens donnés ont pour but d'éclairer le lecteure afin qu'il puisse réfléchir de par lui-même en constatant qu'en arrière plan se cache une autre réalité.

Non croyant, il n'est pas interdit de donner des liens de personnes croyantes, enfin pour l'instant.

Le commentateur indépendant.

Écrit par : Pierre NOËL | 04/02/2015

Ceci dit cette conclusion est-elle de M. Cuénod ou de M. Darracq? De M. Cuénod puisqu'il n'y a pas de guillemets...

"Or, c’est l’Eternel, la puissance de vie, qui a initié le mouvement de la création; aucun humain ne saurait la fixer, l’enfermer dans ses certitudes. L’immuable n’est pas de ce monde. Le scientifique qui doute est près de l’Eternel, alors que l’intégriste qui censure s’en éloigne, comme un astre mort qui va rejoindre son néant dans un trou noir."

Car c'est une jolie contradiction dans les termes: immuable est un des synonymes d'"éternel". Donc l'éternel n'est pas de ce monde. Merci de l'avoir confirmé.

La science n'a rien à voir avec la religion, si ce n'est pour expliquer pourquoi les gens croient (consolation, mimétisme, endoctrinement, ignorance, etc.). Et c'est bien une certitude qui est le pain béni des religions et à leur origine.

Puissance de vie? La vie n'est qu'une contingence de l'univers et n'a aucune puissance, si ce n'est la puissance de se détruire elle-même (mais pour ça il faut être parvenu à la civilisation - quel progrès!). La vie n'a pas créé l'univers. L'esprit humain qui a créé les divinités est trop petit pour embrasser tout l'univers dans ces dimensions temporelles et spatiales, d'où le recours quasi constant au surnaturel et aux fables pour meubler naïvement son ignorance.

Splendeur de la vérité? Quelle vérité? Quelle splendeur? Du moment que rien n'est immuable, pas même la vérité... c'est qu'il n'y a pas de vérité éternelle, pas de "puissance de vie", pas d'"éternel" et pas d'"initiation du mouvement de la création".

Écrit par : Johann | 04/02/2015

La loi biblique est la droiture.
Evangiles, le pardon

Les chroniques bibliques ne sont pas la loi divine.
Le déurge créateur biblique en titre d'Adam et d'Eve a été glané en cours de route. Il appartient à la même tradition littéraire que l'épopée du héros Gilgamesh.

En ce que nous lisons comme commentaires à l'article présent de JNC n'est pas respectée la laïcité. Point de vue personnel: que sous prétexte de "liberté d'expression" on insulte un journaliste en son travail d'ouverture et de culture d'esprit... Soif de culture potentiel en nous tous qu'il s'agit de titiller appartient, cette forme de "liberté d'expression, à l'entreprise de crétinisation contemporaine du brillant "intellectuel" monde "moderne". Ne parlez plus, comme certains décideurs-dirigeants que de République, n'ayez plus que ce mot à la bouche tout en étant maîtres en magouilles, mensonges, fraudes: Drs es sciences en malhonnêtetés y compris proxénétisme...

Ne donnez plus à vos enfants le sens de l'autre, du courage, de l'abnégation, de l'idéal... vous en payerez, vos descendants y compris, le prix fort.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 04/02/2015

la dernière phrase a elle seule devrait faire réfléchir de nombreux vrais et faux scientifiques .
Faux oui car des amateurs encore en culottes courtes et pas secs derrière les oreilles il doit y en avoir un bataillon et tous devraient se souvenir que le doute est signe d'intelligence
C'est une des raisons qui me font lire avec des pincettes tout ce qui est proposé dans les médias hormis les articles de journalistes lus depuis la nuit des temps tout le reste je ne le prends jamais au premier degré surtout quand c'est écrit par des politiciens qui on le sait aussi depuis très longtemps sont de vraies girouettes
Je suis certaine qu'en observant mieux leurs comportements on pourrait faire des prévisions météo sur le long terme tout aussi fiables que par satellites
Merci Monsieur Cuénod pour cet article et bonne Saint Valentin pour Vous

Écrit par : lovejoie | 04/02/2015

A Bobigny dans la Seine-Saint-Denis on compte (Marianne) 134 nationalités,56 langues
Comment se vit l'école: clarté, confusion?
Si confusion pourquoi pas allusion à la tour de Babel?
Mythe, mensonge, fables?

Craignant de voir l'homme acquérir davantage de pouvoir ("pouvoir du savoir")! Dieu brouille les langues: confusion générale.
Même crainte concernant Dieu en jardin d'Eden. Version égyptienne, "Dieu" est Pharaon. les femmes des prêtres égyptiens visent pour leurs époux certain arbre à pouvoirs réservé à Pharaon...
Mais revenons-en à la tour de Babel: confusion des langues, hermétisme, jargons, sociétés secrètes...

Mahomet de Jérusalem s'élève au ciel (tour, hauteur)

Ultime chakra au sommet de la tête dit siège de l'âme.
En concentration intériorisée sur ce chakras (ou Centre nerveux et de conscience) certains disent: "let's go"! ALLONS-Y!
Quelle utilité? ceux qui se concentrent sur ce chakra siège de l'âme, donc, travaillent sur cette capacité d'empathie accompagnant notamment toute médiation.
Au départ, Bobigny. Maintenant libre-circulation: multipluralisme ou communautarisme, sociétés totalitaires. Nazisme: uniformisme, négation de la personne: diversités rayées de la carte.

Faut-il vouloir enrichir ou affaiblir ceux qui, "pour peu que l'on ne réagisse pas finiraient par nous dépasser, nous évincer"?
Comment interpréter ces dires patronaux des années dites glorieuses concernant leurs employés gagnant tellement bien que, ces patrons, dixit: "Nous finissons par les (employés) retrouver sur les mêmes lieux de vacances et leurs enfants jouent... avec les nôtres! Il faut mettre de l'ordre!. C'était à la radio, les auditeurs n'ont ouï aucune objection. En quoi les "classes moyennes* éternellement visées pourraient-elles être concernées par les lignes précédentes?
Faut-il vraiment s'en prendre aux mythes ou autres "conteries"?! Y aurait-il aujourd'hui plus tracassant, désorientant, désemparant?! On a dit de la religion non qu'elle est opium seulement mais "béquille"! jusqu'à retrouver l'usage de ses jambes sinon comment "marcher", comment reprendre confiance en soi au point un jour de "remarcher", "rejouer"?! Certains exprimeront toujours gratitude envers leur/s béquille/s. C'est ainsi.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 04/02/2015

Les médias français se livrent à une grande opération de désinformation et d’enfumage en relayant les chiffres fantaisistes d’un pseudo « Observatoire national de l’islamophobie » qui n’a rien d’officiel et qui annonce 147 actes anti-musulmans sans que le Ministère de l’intérieur ne confirme ces chiffres. En revanche pas un mot dans les médias sur les 150 agressions ou provocations contre les militaires qui gardent les synagogues et les écoles juives depuis les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher !

Écrit par : Corto | 05/02/2015

Le trou noir est un passage métaphysique d'un univers cérébral à un tout autre univers cérébral. Il n'est donc pas le néant mais bien un passage auquel les purs dogmatiques résistent de toutes leurs forces pour ne pas se laisser entraîner vers ce nouveau monde inconnu. Les prophètes se sont aventurés dans un trou noir d'où est sorti notre Civilisation moderne. Les Lumières ont poursuivi le job. Et il semblerait que nous soyons à nouveau confronter à un trou noir civilisationnel planétaire qui demande un passage métaphysique vers cet autre état des choses et de l'Être qui permettra une apocalypse positive plutôt que la destruction totale de l'Humanité dans une apocalyptique guerre globale. Y parviendrons-nous? Telle est la question.

Écrit par : pachakmac | 05/02/2015

"Splendeurs de la vérité, contrainte du dogme. "Je suis le chemin, la vie, la vérité. Pas à hésiter, la vérité l'emporte sur le dogme tout en introduisant cette autre parole évangélique: "Pas l'homme pour la loi (en l'occurrence, le dogme) mais la loi (le dogme) pour l'homme.

Dogme au service de l'élévation d'esprit de l'homme; l'élévation d'esprit de l'homme serait-elle naturelle c'est-à-dire comprise en l'Evolution?

En ce cas, "tout changeant tout le temps" comment imposer des dogmes figés, limités tantôt dépassés, obsolètes: "caduques"! aurait précisé l'ami Arafat...?!

Hélas! les "vérités d'Eglise" ont longue vie.

Saint Glinglin (revenons-en à nos exemples de litanies) ora pro nobis!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 05/02/2015

http://www.futura-sciences.com/videos/d/mystere-naissance-planetes-405/

Ca ne figure dans aucun bouquin religieux; normal, les rois et chefs tribaux étaient ignorants, ils n'ont même pas découvert le fil à couper le beurre, c'est dire!

Aujourdhui, après des siècles et des siècles ils se sont incrustés dans le conscient et l'inconscient des ouailles, ça fait des dégâts sur les blogs, en Irak, en Syrie, en Ukraine, bref sur toute la planète.

Écrit par : Pierre NOËL | 05/02/2015

Toutes les cinq minutes un chrétien est tué à cause de sa foi au Moyen-Orient
Toutes les cinq minutes un chrétien est tué à cause de sa foi au Moyen-Orient

Le Moyen-Orient se noie dans le sang de ses minorités, prises pour cible par des organisations islamistes telles que le Hezbollah, Daech, le Hamas, le front al-Nosra, al-Qaida et consorts.

Les chrétiens de la région sont la cible d’une campagne de massacres et d’épuration ethnique perpétrée jour après jour. Ils sont victimes d’actes aussi atroces que le viol, le vol, la conversion forcée, la déportation, la profanation et la destruction de leurs églises, l’enlèvement des religieuses et la crucifixion des moines, le tout, au sein même des communautés historiques qui les ont vus naître. Enfants, femmes et personnes âgées sont décapités, souvent sous les yeux des membres de leur famille, qui ignorent eux-mêmes si les terroristes leur laisseront ou non la vie sauve. Certains parviennent à trouver refuge en Occident, certes, mais de nombreux autres n’ont pas les moyens de fuir.

Ces chrétiens abandonnés vivent en marge des sociétés arabes musulmanes, privés de leurs droits fondamentaux. Leurs biens sont confisqués, leur honneur, bafoué, leurs enfants, déracinés et le massacre se poursuit. Ils sont livrés aux plus épouvantables persécutions, considérés comme des citoyens de seconde zone, destinés à subir le racisme et les discriminations religieuses, sociales et économiques. Toutes ces souffrances ne résultent que d’une haine pure et simple de leur croyance, le christianisme, religion de paix et de fraternité entre les peuples.

Ces évolutions font que l’idée d’un Moyen-Orient épuré de ses chrétiens est en passe de devenir réalité. Au début du XXe siècle, les chrétiens représentaient 20% de la population totale de la région. Ils ne sont aujourd’hui plus que 4% et leur nombre ne cesse de diminuer. Quelque 77% des chrétiens d’Iraq ont fui leur pays depuis 2000, sans compter les milliers qui ont été tués. Il ne reste pas même 250′000 chrétiens sur les deux millions qui vivaient en Syrie autrefois. Bethléem, le lieu de la Nativité de Jésus, a vu sa population chrétienne diminuer de façon marquée et constante depuis que la ville a été confiée à l’Autorité palestinienne, en 1995. Les chrétiens n’y sont plus que 2%. La situation est pire encore à Gaza, qui vit sous la férule du Hamas.

Résultant de ces massacres, ce sont des musulmans qui viennent se réfugier en Europe, rares sont les chrétiens pris en otages dans les pays musulmans. Musulmans qui sont accueillis dignement et qui n'hésitent pas de reproduire les mêmes comportement en Europe que ceux qu'ils pratiquaient dans leurs enfers.

Écrit par : Corto | 06/02/2015

Les commentaires sont fermés.