25/01/2015

HAÏKUS POUR LES ANIMAUX DE PARIS

chat-ville-nuit-wallpaper-animaux.jpg

Le chat se promène

Sur le dos de la nuit

    Pour chasser les astres

 

 

Le pigeon se penche

Et à petits coups de bec

Boit son image

 

Un voyou de chat

Pisse sur un pneu et glisse

Entre ses mystères

 

Le chant des oiseaux

Rend le chat parisien

Avide et frustré

 

 

 

Sous les feuilles mortes

Un pigeon un peu couillon

Apprend à nager

 

 

La belle belette

Rend chèvres tous les blaireaux

Du parc Montsouris

 

 

 

 

Au-dessus des toits

Une cheminée qui boite

Rend fous les corbeaux


Sous les réverbères

Le vieux rat des poubelles

Attend ses fantômes

 

 

Jean-Noël  Cuénod

21:28 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

Commentaires

Monsieur Cuénod un grand merci pour cet instant sublime ou photo et texte ont suffit à redynamiser mon intellect
Car si on voulait une fois pour toutes fermer les portes douloureuses du passé avec Internet c'est impossible d'où mon ravissement à pouvoir contempler ce merveilleux équilibriste et lire ce merveilleux poème presque magique
Très belle journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovsmeralda | 26/01/2015

UN MAITRE CHAT SUR UN TOIT

Léger coup de diapason
sur escarpin
vernis:

"Vois-tu sur la rive Maure
Plus de rouge qu'à mon nez de rubis?"!

Profitant
de si de la
d'un ou deux dos tournés

Ce maître chat passant par Paris
à quelques gouttes d'excellent vin
aurait-il goûté?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 27/01/2015

Bon Monsieur journaliste Cuènod,

Mes lignes au-dessus n'étaient pas innocentes.
Autrefois déprime en prime, mine défaite, trouvé je ne sais où ni quoi que le passage de la mer Rouge "à pied sec" par les Hébreux s'expliquerait par un bon cru, un bon rouge.. je ris... enfin

Charlie Hebdo: la liberté d'expression, le talent, voire génial ne fera pas revenir ceux qui sont morts.

Ainsi voudrais-je poser la question de savoir quand nous sommes prêts à voir tourner en dérision ce qui, à tort ou à raison, nous est le plus cher, en l'occurrence, le (un) "prophète"...

Chaque chose en son temps, exactement comme pour des fruits. A maturation nous viennent dans la main, autrement non sans forcer sur le fruit (déchirement) avec possibles suivantes débattues intestinales: rififi


L'empathie, instrument de la médiation, consiste à se mettre à la place de quelqu'un d'autre. Proche de nous: facile.

Empathie méritoire Art: vis-à-vis de personnes qui nous sont, et vice versa, "étrangères"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 27/01/2015

P.S. A propos de la traversée de la mer Rouge par les Hébreux il ne s'agit pas d'un mensonge ou d'une "fable religieuse" mais d'un phénomène naturel non miraculeux. Si, intéressés, vos lecteurs, Jean-Noël Cuénod, non au courant chercheraient, s'ils le souhaitaient, par Google sous "mer des Joncs".

De même qu'aujourd'hui une synchronicité réelle, un "fait signifiant" (Jung) sans explication aujourd'hui, demain, s'expliquera sans doute.

Écrit par : M.B. | 27/01/2015

P,S. De même, les dix plaies d'Egypte s'expliquent par l'explosion du volcan de l'île de Santorin qui bouleversa la faune.
Les attentats, pour la dernière de ces plaies, étaient en Egypte pharaonique, à la cour, monnaie courante.

Moïse, prince égyptien, selon E. Schuré, Les grands initiés, était un érudit parfaitement au courant du temps où poussent les baies de Tamaris (la "manne")! ainsi que du moment du passage des cailles...

Donc, rien de pas vrai, pas forcément mais lyrisme "religieux"!

Moïse, ses descendants: "Pouvoir du savoir comme Savoir du pouvoir"! Concernant leurs sujets: "Moins ils en savent mieux ça vaut"!
Grand-chose de changé?

Écrit par : M.B. | 27/01/2015

Les commentaires sont fermés.