10/01/2015

Après l’attentat contre Charlie Hebdo, la guerre ? Mais quelle guerre ?

 

 

13739_13732_je_suis_charlie_1_460x230_1_460x230.jpg

Pendant trois jours Paris a vécu en état de guerre avec deux prises d’otages simultanées. En tout, 17 morts et la situation maîtrisée par les forces de police françaises qui ont donné une leçon de professionnalisme au monde entier. Cet état de guerre se retrouve même dans les choses minuscules de la vie. Ainsi, au marché Blanqui dans le XIIIe arrondissement, ce boucher qui attend en vain son fournisseur, bloqué pas les barrages de police en Seine-et-Marne ; cette dame qui s’empresse de regagner son domicile «et s’ils avaient posé une bombe, là, hein?»

La sanglante journée laissera forcément des traces que même le temps n’effacera pas si facilement. Ce serait donc la guerre? Mais de quelle guerre parlons-nous?

 

La guerre civile que des chroniqueurs comme Zemmour semblent appeler de leurs vœux tant ils disent la redouter ? Alors, les terroristes auront gagné et la démocratie aura perdu. Car, le plan de ceux qui ont manipulé les frères Kouachi et Amedy Coulibaly est justement de parvenir à cet affrontement interne qui mettrait en péril la France et au-delà, toute l’Europe.

 

La guerre des civilisations, Islam contre Occident ? S’il nous affrontons l’islam comme un bloc uni et cohérent, alors nous risquons de tomber dans un conflit sans fin ; il y a tout de même 1,6 milliard de musulmans sur la planète!

 

Il y a bel et bien un état de guerre, ou plutôt plusieurs niveaux de guerre. Le premier est constitué par l’affrontement de plus en plus intense entre les chiites et les sunnites. Et les attentats de Paris en procèdent, certes indirectement. Ceux qui ont manipulé les frères Kouachi – les islamoterroristes d’Al Qaïda au Yémen – mènent chaque jour des opérations  contre les chiites. Les attentats contre Charlie Hebdo avaient sans doute aussi pour objectif de placer les sunnites comme seuls vrais gardiens de la pureté islamiste.

 

Le deuxième niveau est beaucoup moins évoqué. Il s’agit de la répression implacable que mènent les dirigeants politiques sunnites contre un grand nombre de tariqas soufies. Le soufisme fait partie intégrante de l’islam mais il représente une voie centrée sur l’ésotérisme et la mystique que les intégristes de l’Arabie Saoudite et des Emirats, mais aussi d’Al Qaïda et l’Etat islamique (Daech), considérent comme hérétiques et qu’ils pourchassent systématiquement. Ces «tariqa» échappent trop à leur contrôle et certaines sont suspectées de donner trop d’importance au prophète Issa – c’est-à-dire Jésus – ce qui les rangerait du côté occidental. Même si Issa, pour les soufis, n’est pas perçu de la même manière que les chrétiens.

Les soufis représentent tout de même 20% de l’ensemble des fidèles du culte musulman, selon Khaled Bentounes, qui dirige la «tariqa Alâwiyya» en Algérie qui a souffert de la répression du gouvernement algérien dès l’ère Boumedienne.

 

Il y a aussi un troisième niveau de conflit, celui qui oppose les démocrates arabes aux intégristes, incarnés par les Frères musulmans. Jusqu’à maintenant les démocrates en terre d’islam étaient mal organisés, faibles numériquement et désunis. Le succès impressionnant de l’élection présidentielle en Tunisie démontre que tel n’est plus forcément le cas.

Enfin, il y a les aspirations d’un nombre de plus en plus élevé de femmes musulmanes à ne plus subir le joug patriarcal. En Tunisie, elles ont tenu un rôle capital dans l’instauration de la démocratie. Au Maroc, elles sont nombreuses à prendre l’économie en mains. Et même en Arabie Saoudite, elles commencent à relever la tête en réclamant le droit de conduire leur voiture !

 

Il faudra donc jouer intelligemment de toutes ces contractions au sein de l’islam. Les Etats-Unis semblent enfin l’avoir compris en préparant la remise en selle de l’Iran chiite comme interlocuteur valable. De même, en Syrie, il faudra bien choisir entre la peste Etat Islamique et le choléra Bachar.

 

Les nations démocratiques doivent donc tenir compte de ces multiples niveaux qui font de l’islam, non pas un bloc, mais un puzzle. Et il est important que les opinions publiques occidentales ne poussent pas leur gouvernement à prendre des décisions islamophobes qui iraient à fin contraire de nos propres intérêts.

 

Jean-Noël Cuénod

 

13:08 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | |

Commentaires

Il faut certes rester calmes et pondérés, cela ne fait aucun doute. Mais que dire de ce courant de pensée qui, par le simple bon vouloir d'un illuminé, instaure la supériorité de l'homme en totale contradiction avec nos lois démocratiquement votées?
Que dire de ce courant de pensée qui dit que tu battre ta femme si elle ne t'obéis pas, si ce n'est, en fin de compte mettre les adeptes devant une choix clair, renoncer à ces préceptes et continuer à pratiquer ou interdire une vision du monde qui est contraire à nos lois et à notre volonté démocratiquement exprimée.

Que dire encore d'autre concepts qui mettent clairement en danger de mort les libres penseurs?

Nous pouvons être tolérant, bien sûr, mais pas avec des individus qui ouvertement bafouent nos convictions, nos lois et nos systèmes. La première vois de réponse est sortie hier de la bouche d'un conseiller national UDC: refusons l'asile à tous les musulmans en provenance d'Irak ou de Syrie. Certes elle est excessive mais les atrocités commises cette semaine ne sont-elles pas de nature à nous ouvrir les yeux et à être plus regardants sur ce qui nous arrive? Je ne suis de loin pas certain que si une telle proposition venait devant le Souverain elle ne remporterait pas un franc succès.

Bien à toi l'ami,
Patrick

Écrit par : Patrick Dimier | 10/01/2015

Ne vous en faites pas. Les gouvernements européens ne sont pas près d'écouter leurs opinions publiques. Ils font même tout pour les pousser dans les bras des plus extrémistes en refusant tout simplement de les écouter.

Écrit par : Mère-Grand | 10/01/2015

Permettez-moi de résumer votre intervention, même si c'est de manière quelque peu "caricaturale": Nous avons peur d'une guerre totale, nous sommes donc justifiés à ne rien faire du tout.

Écrit par : Mère-Grand | 10/01/2015

Les soufis disent qu'il faut "avoir un cœur tout blanc, blanc comme neige": en se le disant - avec détermination sincère chaque jour - en suivant le chemin tracé par Issa, c'est-à-dire Jésus, nous pourrions faire pression sur nos autorités afin, comme vous l'écrivez, Jean-Noël Cuénod, d'empêcher des "prises de décisions islamophobes qui iraient à fin contraire de nos propres intérêts"... tout en encourageant relectures ou découvertes contemporaines individuelles du coran...

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/01/2015

P.S. Lequel coran est clé pour la Bible, les Evangiles, nos aquis: une pensée en route vers les sommets...

Peut-être qu'en passant nos cœurs à la lessive, comme indiqué par les soufis, un ou deux flocons...

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/01/2015

La France aurait dû y penser quand La Marseillaise a été sifflée, lors de la finale de la Coupe de France en 2002, en présence de Chirac, Président à l'époque, au Stade de France!

www.ina.fr/video/2013975001001

Écrit par : Patoucha | 10/01/2015

Coûte que coûte, il faut sauver le soldat "islam" c'est normal, les royautés ont besoin de nos énergies sous toutes ses formes. Les croyances aux divinités sont leurs boucliers.

L'éducation de bon nombre de musulmans c'est ça:

-Sourate 3 verset 141:

"...et afin qu'Allah purifie ceux qui ont cru et anéantissent les mécréants"

-Sourate 4 verset 89:

"Ils aimeraient vous voir mécréants, comme ils ont mécru:alors vous seriez tous égaux!
Ne prenez donc pas d'alliés parmi eux, jusqu'à ce qu'ils émigrent dans le sentier d'Allah. Mais s'ils tournent le dos, saisissez-les alors et tuez-les ou que vous les trouviez; et ne prenez parmi eux ni alliés ni secoureurs"

Elle est belle la fable religieuse prêchée par des journalistes et les politiciens inféodés !

Il suffit de lire les écrits sacrés de l'islam, mais remarquez, chez les z'ôôtres ce n'est pas mieux, à part les dix sur un soixantaine de commandements du roi Pharaon ou il ne faut pas tuer son prochain prince, roi ou un autre de la famille.

En tous cas, les femmes sont ravies des écrits des hommes depuis presque 5 000 ans ! Ca corespond parfaitement à leurs aspirations, leurs aspirateurs et aux sacs poubelles. Les chiffons sont gratuits ça sert quand il faut cacher un gros secret et à se promener dans les rues incognitot. C'a peut servir à camoufler un gros crayon acheté dans certains endroits adéquats........
Ne pensez pas un instant que nous sommes prêt à avaler n'importe quoi.

Mais ça, seuls les initiés le savent.

Écrit par : Pierre NOËL | 11/01/2015

Le soufisme est sans doute le courant le plus éclairé et éclairant de l'islam. L'art, la musique, la mystique spirituelle virevoltent et les derviches sont nos alliés dans cette lutte pour la lumière des peuples.

Écrit par : pachakmac | 11/01/2015

Au nom de la liberté d'expression le cri du cœur d'Issa, voir soufis, c'est-à-dire Yéschoua "alias" Jésus (par Gilbert Sinoué Moi, Jésus: J'AI LU) n'est pas la hache mais le cœur. Si j'étais à Paris, ce dimanche Charlie, je chercherais, j'attendrai de "la rue" ce cri oral/écrit: "Pas la hache, le cœur"!

Vos lignes sur le soufisme, pachakmac, nous mettent en appétit: à quand la suite?

Passionnants articles, La Cité, plus à relire qu'à parcourir notamment immense humain Cimetière en fait de l'Est Père Lachaise... paru en ce mois de janvier 2015 par JNC

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/01/2015

merde à ces patouchas & autres récupérateurs.

quand on en est encore à pleurer la mort de caricaturistes irréventieux morts pour leurs idées, la mort subite de policiers en faction et celle de juifs morts parce que clients dans un magasin.

que ces patouchas stoppent un instant leur vomi sur ces blogs, histoire de regarder leur reflet dans un mirroir.

Écrit par : genevois déshérité | 11/01/2015

Et vous votre vomi de neuroleptiques sur "les patoucha(S)" la genevoisE déshéritéE de neurones, alias Helvetia!

Le vôtre de miroir doit se briser en mille morceaux quand vous vous regardez..... le nombril parce que "genevoise sans double nationalité" (sic)

Du vent!

Écrit par : Patoucha | 12/01/2015

Les commentaires sont fermés.