06/01/2015

Après les "Genferei", les "Schwytzâneries": les lapins crétins politiques frappent au cœur de la Suisse !

 

lapins-crtins-une11.jpg

Tous aux abris! Les lapins crétins de la politique attaquent au cœur de la Suisse. Plus précisément à Einsiedeln, dans le canton de Schwytz.

Le professeur d’origine californienne Irving Dunn (79 ans) a passé près de la moitié de sa vie en Suisse pour y enseigner l’ingénierie chimique à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich. Auteur de nombreux ouvrages scientifiques, organisateur d’une filière de formation continue, il fait partie de ces scentitifiques qui ont fait le renom de notre pays dans le monde entier.

images.jpgDepuis 39 ans, il vit avec sa famille à Gross, dans le district d’Einsideln, au bord du lac de Sihl. Il fait partie du club de tennis du village et celui de voile. Se sentant bien implanté dans ce qui est devenu sa patrie, il a donc demandé sa naturalisation. Pour ce faire, le professeur a dû subir un examen oral humiliant où les lapins crétins locaux lui ont demandé le nom du village d’en face et de s’expliquer sur les méandres de la politique municipale. Verdict : NEIN ! Motif : le demandeur n’est pas assez intégré dans le village. Il n’y a d’ailleurs pas d’amis. Ce qui fait bien rire Herr Professor, lui qui joue chaque semaine au tennis et fait de la voile avec les habitants du lieu depuis des lustres.

Autre argument des lapins crétins: Irving Dunn voudrait se faire suisse pour échapper au fisc américains. Faux: il garderait sa nationalité américaine et resterait, de toute façon, à portée des autorités fiscales des Etats-Unis. Selon certains médias, le professeur contestera en justice le refus d’Einsiedeln. D’autres affirment que, dégoûté, il laissera tomber sa demande dans le lac de Sihl.

En Suisse, il y a presque autant de procédures de naturalisation images-1.jpgque de communes. Et il ne faudrait pas croire que les lapins crétins municipaux ne sévissent que dans nos cantons primitifs, voir hystériquement préhistoriques. Ainsi, le Plouc se rappelle – durant son stage à la Feuille d’Avis de Vevey, il y a, disons, quelques siècles –, ces membres de commissions de naturalisation qui passaient un doigt inquisiteur sur les rayonnages des candidats au passeport à croix blanche afin de voir si «Madame passait bien la poussière» ou qui compulsait le carnet scolaire des enfants, en guettant la moindre mauvaise note. Sans compter la recette de la fondue et, plus difficile, le nom des conseillers fédéraux que la plupart des Suisses de chez Suisse ignorent.

A Genève, ce n’est pas plus reluisant. Le Plouc a encore en mémoire, ce refus de naturaliser l’inamovible chef de la rubrique locale de la Tribune de Genève, René Vincent, Français né à Genève et qui connaissait la politique genevoise mieux que personne. Autre exemple, celui de cet Egyptien d’origine, vivant à Corsier (GE) depuis des années, marié à une Suissesse de la commune, sapeur-pompier dans la compagnie du village et que le Conseil municipal avait retoqué sous le prétexte qu’il avait donné un prénom musulman à ses enfants.

imgres-1.jpgCertes, l’attention doit être de rigueur en matière de naturalisation afin de ne pas donner le précieux passeport suisse à des terroristes et autres malfrats. Mais il faudrait que notre personnel politique parvienne enfin à établir la différence entre cette nécessaire précaution et la confondante bêtise provoquée par les petites querelles de village.

Nous avons nos Genferei mais l’autre côté de la Sarine n’est pas épargné par ses Schwytzâneries.


Jean-Noël Cuénod

14:44 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | |

Commentaires

Il y a deux choses qui donnent une idée de l'infini : l'univers et la bêtise humaine. Mais en ce qui concerne l'univers, je n'en suis pas certain.
Albert Einstein.

Ou encore :

Quelle différence y a-t-il entre un Schwytzois et un train ? Quand un train déraille, il s'arrête...

Écrit par : Michel Sommer | 06/01/2015

Comme quoi, en Suisse on est aussi con qu'ailleurs...

Écrit par : Déblogueur | 06/01/2015

Le Plouc garde son esprit vengeur et de gauche dans ses positions ici. Ayant connu ce journaliste dans ses écrits de la "Feuille" de Vevey, lorsque j'y habitais et connaissant bien les gens du bord du lac de Sihl quand j'étudiais au Stiftskollegium Einsiedeln (années soixante), je ne peux acquiescer à ses dires et sa diffamation d'électeurs libres de leur choix les traitant de "lapins crétins". D'ailleurs, c'est uns constance dans la pensée politique du Plouc que de n'accepter les règles démocratiques que quand on marche dans son sens particulier, mieux partisan.
Politiquement, Le Plouc a le droit de penser, d'argumenter et de ne pas être d'accord avec les autres électeurs ne pensant pas comme lui. Mais là où il démontre une fois de plus son sectarisme, c'est bien dans le traitement des électeurs de la commune de Gross, canton de Schwytz, qui ont déjà il y a quelque temps refusé la naturalisation de cet américain. De plus, avant de traiter les Schwytzois de retardataires, il a perdu de vue qu'en 1969, ce canton a été le premier de Suisse a accordé le droit de vote aux jeunes dès 18 ans révolus (bien avant Vaud et Genève!!).

Écrit par : simonius | 07/01/2015

De bleu de bleu, René Vincent était frouze !!! Et je l'ai ignoré durant toutes ces années sous ses ordres magnanimes, quand bien même j'ai été jusqu'à jouer au volley-ball avec lui !
Décidément,on nous cache tout, on nous dit rien à la Julie.

Écrit par : Ils sont partout ! | 07/01/2015

Ce billet met une fois de plus en évidence la nécessité et l'urgence d'harmoniser les procédures de naturalisation en Suisse.
Je ne vois aucune raison qui justifie qu'il y ait 26 procédures différentes, une par canton, pour l'obtention d'une seule et même nationalité qui confère les mêmes droits à tous les Suisses, d'où qu'ils viennent.
Seule une procédure unique permettra d'éviter des décisions stupides ou infondées car laxistes ou fondées uniquement sur des critères pécuniaires par exemple.

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 07/01/2015

@ simonius : aux jeunes Hommes dès 18 ans!!! les femmes n'ont eu le droit de vote dans le canton de Schwytz qu'en 1972 donc 12 à 13 ans plus tard que Genève et Vaud!!!!

Écrit par : Paolo | 07/01/2015

Procédure unique pour l'obtention de la nationalité suisse: comment obtenir cette procédure qui ne serait que justice avant... mile ans?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 07/01/2015

Blötsinn! es geht um eine Amerikaner, mit sonder Ervartungen in Einsiedeln. vs. Kantonale Recht.
(bin sz. mit Wahlrecht und meine Familie, von Einsiedeln, usw)

Écrit par : genevois déshérité | 07/01/2015

@Jean d'Hôtaux qui me censure systématiquement sur son blog et prétend :

"Je ne vois aucune raison qui justifie qu'il y ait 26 procédures différentes, une par canton, pour l'obtention d'une seule et même nationalité qui confère les mêmes droits à tous les Suisses, d'où qu'ils viennent."


rappelons, au nom des suisses non binationaux (depuis quand et pourquoi faut-il préciser qu'on est suisse`pour de vrai)

que la Suisse est un Etat Fédéral et que chaque canton, comme celui de Genève dont il profite, a... etc. etc.

A y regarder de près, ce Jean d'Hoteaux ne semble pas avoir de vraies racines suisses, tant il en méconnaît l'esprit

Écrit par : genevois déshérité | 07/01/2015

Les commentaires sont fermés.