17/12/2014

Le Hamas s’abrite sous la robe des juges européens!

images.jpg

 Le Tribunal de l’UE a, ce jour, annulé pour vice de forme la décision du Conseil européen inscrivant le Hamas sur la liste des organisations terroristes établie par l’Union.

Disons-le d’emblée, la portée de cette décision reste, sur le plan juridique, limitée. Tout d’abord, les juges maintiennent le gel des fonds du Hamas. Ensuite, les magistrats ne se prononcent pas sur le fond de cette question: faut-il ou non maintenir cette organisation sur la liste noire? Ils renvoient sa copie au Conseil européen pour décision nouvelle après en avoir amélioré l’argumentation juridique.

Le Tribunal de l’UE a estimé que pour placer le Hamas sur la liste terroriste, le Conseil[1] européen s’était fondé sur des informations issues de la presse et de l’internet et non pas, selon les termes de l’arrêt, «sur des faits examinés et retenus dans des décisions d’autorités nationales compétentes».

Tout d’abord, point n’est besoin de recevoir 25 000 coups de tampons officiels pour savoir que le Hamas est une organisation terroriste. Sa charte (lire la version complète[2]), ses actions, ses discours, son mode de gouvernement démontrent son caractère terroriste. Mais à force de dénicher les plus infimes détails dans une procédure, la vue des juges baisse tellement que l’évidence les éblouit parfois!

 

Ce qui est plus inquiétant dans ce contexte, ce n’est pas la décision en elle-même. Si le Conseil européen veut vraiment inscrire le Hamas sur sa liste noire, il le fera sous la forme voulue par les juges. En revanche, elle démontre à quel point la judiciarisation de la vie sociale– une mode venue d’outre-Atlantique – peut pervertir le processus de décision politique. En général, on invoque la séparation des pouvoirs pour protéger la justice et ses magistrats des ingérences du pouvoir politique. Mais la séparation est tout aussi nécessaire dans l’autre sens.

La décision politique obéit à des critères bien différents de ceux utilisés pour émettre un arrêt de justice. Celui-ci établit une vérité judiciaire sur des preuves et des faits dûment avérés, à la suite d’un long processus contradictoire. La justice cherche la fixité et la certitude.

La politique évolue, elle, dans un monde en constant mouvement où règne l’incertitude. Ses décisions doivent être prises rapidement en se basant sur le raisonnement certes, mais aussi sur l’intuition et sur des éléments qui ne sont pas forcément du même ordre qu’une preuve dûment estampillée comme telle.

 Là où la justice tend vers la science, la politique tend plutôt vers l’art. Certes, l’une n’est pas vraiment une science et l’autre n’est pas pleinement un art, mais leur tendance profonde s’exprime ainsi.

Dès lors, confondre la décision politique et la décision juridique risque d’aboutir à des catastrophes, car le temps de la politique ne sera jamais celui de la justice.

Aujourd’hui, le Hamas a trouvé sous les robes des juges un asile provisoire. Il ne faudrait pas pour autant que le pouvoir politique se… dérobe devant ce qui doit rester de ses responsabilités.

Jean-Noël Cuénod



[1] Organe exécutif de l’Union européenne qui regroupe les chefs d’Etat ou de gouvernement des pays membres. Il est présidé depuis peu par le Polonais Donald Tusk.

[2] La traduction que vous pourrez lire sur ce lien est due au chercheur français et historien arabisant Jean-François Legrain. Naguère, nous l’avions fait relire à un ami égyptien qui a jugé cette traduction fidèle au texte originel.

15:58 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | |

Commentaires

La "justice tend vers la science, la politique plutôt vers l'art."

Ne peut-il y avoir science avec art ainsi qu'art avec science?

En notre monde où tout est mouvance et où tout y compris nos cellules change tout le temps comment garantir... imaginer, même "fixité et certitude"?! Et/mais que penser, que nous inspire le mot "fixité"?!

Juste de signaler le danger contemporain de la "judiciarisation" de la vie sociale à condition de ne pas omettre également la croissante et contraignante privation de nos libertés par le moyen de la même judiciarisation de nos vies privées?!

Pléthore de lois établies rarement pour les motifs annoncés!

Écrit par : Anna Martin | 17/12/2014

De quoi parle-t-on lorsqu'il s'agit des terroristes? Qu'elles sont leurs éducations, leurs références et leurs référents, quels sont les bouquins religieux en circulation, le coran "médinois" et les autres écrits sont-il réformés, qui prêche la mort du juif, du mécréant, la lapidation, l'enchiffonnement des femmes, faire exploser des gamins, la mort de l'apostat etc, etc.

Peut-on se marier avec une musulmane si on est pas musulman dans leurs beaux pays ??

Les Nations d'Europe devraient vite se poser les bonnes questions, vite apprendre ou lire le coran et les autres écrits pourris, avant que le terrorisme s'abatte sur nos pays, au nom d'une divinité inventée, et d'une conquête de l'ensemble de la planète.

Reconnaître un état palestinien de manière unilatérale, sans garantie de sécurité pour Israël est non seulement faire preuve d'ignorance sur l'islam et l'histoire de la région, c'surtout très dangereux pour l'avenir d'Israël et de l'Europe. De cette Europe nous n'en voulons pas et ce, depuis le début; qu'ils installent leurs bureaux dans les pays musulmans, dieu est grand, amour et paix chez eux. Qu'ils n'hésitent surtout pas!

Sous les robes de nos justiciers et leurs politiciens, il y a peut-être des dollars ou des bons d'essence?

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2014/08/08/belfort-les-juges-appliquent-la-charia-christine-tasin-condamnee-a-3-000-euros-damende/

Écrit par : Pierre NOËL | 17/12/2014

C'est aussi pour des raisons de délais imposés par la mise à jour de lois sur les personnes dangereuses, processus très probablement freiné autant que ce peut par les partis qui comptent le plus de "bonnes âmes" qu'un halluciné religieux près de la folie, reconnu par tel après de nombreux alertes et méfaits reconnus par les autorités policières et, de plus, au bénéfice d'une remise en liberté sous caution pour soupçon d'avoir assassinée sa femme, a pu prendre 17 personnes en ôtage dans un café de Sydney et en tuer deux avant d'être abattu lui-même.
P.S. Iranien d'origine il avait fait l'objet d'une demande d'expulsion d'Australie par son pays d'origine en 2005 et avait eu la chance de pouvoir rester dans son pays d'adoption (?) grâce au fait qu'il risquait de mauvais traitement en Iran. Un remerciement qui montre bien à quel point il s'était efforcé de s'intégrer dans son pays d'accueil.

Écrit par : Mère-Grand | 17/12/2014

Il faut lire et relire la charte du Hamas laquelle, faut-il le rappeler, est basée sur la charia, pour prendre la mesure de la haine que distille ce mouvement. J'en extrais une seule phrase (Article septième):

" L'Apôtre de Dieu -que Dieu lui donne bénédiction et paix- a dit : "L'Heure ne viendra pas avant que les musulmans n'aient combattu les Juifs (c'est à dire que les musulmans ne les aient tués), avant que les Juifs ne se fussent cachés derrière les pierres et les arbres et que les pierres et les arbres eussent dit : 'Musulman, serviteur de Dieu ! Un Juif se cache derrière moi, viens et tue-le. "

La charte du Hamas évoque dans la même phrase la bénédiction de Dieu et la paix, tout en incitant "à tuer les Juifs", non pas les sionistes, mais les "Juifs" ... C'est à vomir !

De cette décision de justice fondée sur des critères de procédures, le Hamas aura tôt fait de la transformer en victoire politique !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 17/12/2014

Bof. Le bon prétexte "Hamas terroriste" permet à l'Etat d'Israël de, dans les faits, terroriser la population civile de Gaza et cela avec, évidemment, la bénédiction du Plouc.

Écrit par : Bof | 19/12/2014

Bof.... bof !

Le premier tortionnaire du peuple habitant Gaza est bien le Hamas. Cette organisation vole les ressources adressées au peuple pour conduire sa guerre génocidaire. Est-il normal que le Hamas démantèle les réseaux d'irrigation pour transformer les tuyau en roquettes ? Est-il normal qu'il affecte le ciment à la construction de tunnels militaires plutôt qu'aux édifices indispensables au bien-être de sa population ?

Vous dites que l'Etat d'Israël terrorise la population civile de Gaza. Je cherche une déclaration ou une menace dans ce sens... aidez-moi. Par contre, le Hamas qui conduit ses attaques contre les populations civiles d'Israël en se cachant parmi sa propre population commet ainsi deux crimes de guerre. Israël ne se laisse pas faire et la population de Gaza paie. C'est injuste et horrible mais la responsabilité en incombe pleinement au Hamas.

Lorsque la police australienne attaque le preneur d'otage causant la mort de deux civils innocents, pouvez vous affirmer qu'il s'agit d'une police qui terrorise la population australienne et oublier la responsabilité du preneur d'otages ?

Cela dit, vous avez parfaitement le droit de détester Israël mais ce droit ne vous donne pas la liberté de dire des âneries.

Écrit par : archi-bald | 20/12/2014

Billet lamentable. On dirait les élucubrations d'un ado boutonneux. Qui oserait dire que Hitler par exemple était un artiste ??

Écrit par : Oskar | 20/12/2014

"Qui oserait dire que Hitler par exemple était un artiste ??"

Qui oserait dire qu'il fut ô combien regrettable qu'il ne fut pas reconnu comme tel ?

Écrit par : Christian Favre | 20/12/2014

Les commentaires sont fermés.