13/12/2014

EMERVEILLE

Ta main sur la hanche

Comme une mésange bleue

Dans son nid de peau

                 Prête à l’envol et au chant

                 Vers la brise matinale

                 

 shadow_woman_blacksm.jpg

                                                                                                               Ton parfum galope                                                                                              Dans le pré de ton absence                                                                                                          Cheval invisible

 

 

 

L’oiseau rouge bouge

Sautille au fond de la rue

C’est toi dans ta robe

 

 

 

                                              Lent balancement 

                                              De tes hanches serpentines

                                              Marche inexorable

                                                           Sur le trottoir ébloui

                                                           En allant chercher du pain

 

 

Lever de soleil

Sur tes monts sur tes vallées

Ombre douce et rouge

                Le camion des poubelles

                A dissipé la magie

 

 

A midi sonnant                                                                                                      Le soleil et les persiennes

Font de toi un zèbre

                             Mais en sortant dans la rue

                  Tu deviens antilope

 

Jean-Noël Cuénod 

16:34 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

Commentaires

Jean-Noël Cuenod, elle doit être belle, attirante, mais comme dans un champ virtuel 3D, vous pensiez la tenir, et hop, elle vous file entre les doigts telle une anguille, elle n'est plus là. Elle peut partir dans les herbes ou rejoindre la rivière et la mer.

Soit vous changez les lunettes, soit vous revenez à ce monde ou le sens du touché, permet au cerveau de ne pas se tromper de zèbre....

Merci.

Écrit par : Pierre NOËL | 14/12/2014

Il y a des femmes qui sont extérieurement belles mais comme l'aura, la forme blanche du cliché, sont grossières à l'intérieur et des femmes extérieurement moins attirantes mais intérieurement fines. L'Ancien Testament le dit: les hommes préfèrent les femmes les plus douées extérieurement en se fichant du reste.
La même chose pour les femmes vis-à-vis des hommes, pourquoi? parce que tout est vanité et qu'à part la jouissance du coup d'oeil (sans oublier ces miroirs au plafond comme aux côtés qui font mousser on recherche ce qui est flatteur pour soi comme aux yeux du monde: une "pouliche" fantastique, un mec "j'te dis que ça"! en gardant pour soi: puis "plein aux as"! Mais une fois je commençais à vouloir écrire des poèmes j'ai eu une triste aventure. J'avais lu une lettre publique dans une revue et voulu écrire un poème du genre enchanté enchanteur où je décrivais l'auteur de la lettre un peu comme l'antilope du poème de Jean-Noël Cuénod. La personne m'invite chez elle. Plus sympa que sexy et/mais durement handicapée: tout sauf un "zèbre" ou une "antilope" et pas de "hanches balançantes"!
Je m'interrogeai plus tard sur l'amour Agapé : comment dire l'Amour sans blesser, léser, assombrir encore la vie des mal heureux? Je pensai alors à un chant qui dit aussi l'amour mais autrement et qui commence par "Chante et danse la bohême...
Ce chant rejoint une autre page de Jean-Noël Cuénod sur un peintre. Pavel Korbel, mystique, sensuel. Il a mis au point, nous apprenait Jean-Noël Cuénod, un bleu... le bleu Pavel avec une touche d'orangé réchauffant le froid initial du bleu blanc donc réchauffant ainsi aussi les isolés sans oublier que Slovaquie et Hongrie en rapport avec ce peintre coulent ou se moulent en Chante et danse la bohême...

Écrit par : Anna Martin | 15/12/2014

La touche orangé du bleu Pavel Korbel correspond par l'orange au chakra ou centre nerveux et de conscience de la procréation c'est-à-dire de l'"appel de la vie à la vie" bien pour Noël, pour une naissance.
Chez nous pas de Noël sans mandarines. Mandarines ou Clémentines.
Clémence en clocher: nom d'une cloche.

Autrefois, un Jésuite, le Père Clémence, ayant vécu un temps à Alep, en Syrie, nous parla de médisances, calomnies et diffamations:

"Une paroissienne se confessant avoua avoir calomnié gravement une voisine. Très bien, lui dit son directeur de conscience, allez acheter une poule et revenez ici. C'était un jour de marché. La paroissienne se retrouve devant le prêtre avec la poule. Parfait, lui dit-il, maintenant retournez au marché avec la poule et plumez-la. Elle retourne au marché... plume la poule puis revient auprès du prêtre.
C'est fait? Alors retournez au marché chercher les plumes de la poule et rapportez-les moi. Au bord des larmes la paroissienne explique que c'est un jour où il y a du vent et qu'elle ne retrouvera pas les plumes. "De même pour les calomnies"! lui a dit son directeur de conscience.

Aux sons de La Clémence, certes, mais néanmoins dédié à qui de droit.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16/12/2014

Les commentaires sont fermés.