30/10/2014

Sivens, Notre-Dame-des-Landes...La France a raté sa décentralisation

 

b1bfrd_cuaifzlo.jpg

Conçue sous de Gaulle au début des années 1960, mise en place après l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand en 1982, la décentralisation de la France n’a guère tenu ses promesses. Le drame de la manif contre le barrage de Sivens – qui a provoqué la mort de Rémi Fraisse (21 ans, photo) – et les nombreuses autres démonstrations s’opposant à des projets locaux destructeurs de l’environnement, comme l’ «Ayraultport» de Notre-Dame-des-Landes, n’en sont que les symptômes les plus récemment apparus. 

 

Souvent, ce n’est pas l’Etat central qui se trouve en première ligne, mais les collectivités locales, tels les conseils régionaux et généraux (assemblées départementales). Ce qui frappe d’emblée: ces collectivités censées être plus proches de la population, adoptent le comportement arrogant et autoritaire que l’on reproche aux instances centrales de Paris. Pourquoi? Cette réponse tient dans la différence radicale entre le fédéralisme et la régionalisation.

 

Le fédéralisme est un mouvement qui part de la base pour constituer le sommet. La base garde un grand nombre de ses prérogatives et accepte de déléguer à un centre les domaines qu’elle ne peut pas ou plus gérer. Le centre est construit par la base. La régionalisation va en sens inverse. Le centre délègue une part de ses responsabilités à la base mais tout en gardant le contrôle final. La base est, si l’on ose dire, «construite» par le centre, du moins ses compétences lui sont octroyées par le centre et sous le contrôle de celui-ci. 

 

La régionalisation consiste aussi à répercuter dans les niveaux locaux, le même type de rapports entre administrateurs et administrés que celui en vigueur au centre. La monarchie absolue – réinterprétée à la Révolution par les Jacobins et Napoléon Bonaparte  – avait créé un pouvoir central fort pour installer dans ses provinces des vassaux chargés de les administrer au nom du Roi, de l’Empereur ou de la République, selon les époques.

 Ce schéma est resté en vigueur lors de la régionalisation, les présidents de région et de conseils généraux partageant le pouvoir avec les préfets, représentants directs du centre. Certes, ces présidents provinciaux sont élus par le peuple mais ils restent dépendants, pour la bonne suite de leur carrière, des grands appareils politiques dont les états-majors figurent au centre, à Paris. Ce sont ces derniers qui détiennent les cordons de la bourse lors des campagnes électorales.

De plus, pour se faire élire, ces dirigeants locaux doivent entretenir une clientèle et satisfaire à ses exigences autant que faire se peut. Quand tout va bien, les intérêts généraux coïncident avec les intérêts de la clientèle. Mais on ne saurait faire de cette miraculeuse coïncidence, une généralité.

Les dirigeants provinciaux doivent donc à la fois tenir compte du centre et de leurs «clients», ce qui ne laisse guère de place aux questions qui, pour eux, restent subalternes, comme la défense de l’environnement.

La régionalisation n’est donc, en fin de compte, que la duplication, réduite à l’échelle locale, des tares du pouvoir central.

 

Pour l’instant, il n’existe qu’un seul système qui répartit de façon cohérente les diverses instances du pouvoir, c’est le fédéralisme. Alors, la France peut-elle l’adopter? Pas si vite! Comme nous l’avons vu, le fédéralisme est un mouvement qui part de la base pour créer progressivement son sommet. Or, un tel mouvement n’a jamais pu naître en France, sans doute en raison de la marque profonde que la monarchie absolue a imprimée sur l’Histoire de ce pays. Il faudra donc que les Français trouvent un moyen particulier pour que leurs régions vivent de façon plus démocratique. La démocratie semi-directe peut devenir l’un de ces moyens, car il existe une véritable demande en ce sens. Cela contraindrait les roitelets locaux à tenir compte de l’ensemble des électeurs et non plus uniquement de leur clientèle et des appareils parisiens.

On n’imagine pas en Suisse, une instance locale présenter un projet aussi mal ficelé que celui du barrage de Sivens (présenté par le Conseil général du Tarn), sans se faire rabrouer vertement par une votation populaire.

 

Jean-Noël Cuénod

 

 

12:06 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

Commentaires

Fédéralisme: la Suisse n'est-elle pas remarquablement exemplaire? Pourquoi l'élite française dirigeante mal en point ne se tournerait-elle pas vers notre pays en vue d'une alliance de coopération et d'entraide?

Écrit par : Marie-Claude | 30/10/2014

Le pouvoir central n'en prend-t-il pas singulièrement à son aise vis-à-vis des instances locales?

En France, en l'occurrence, mais... en France uniquement?

Écrit par : Marie-Claude | 31/10/2014

Quoi, les gueux ?

Ils ont beau se cacher dans les terrains les plus vagues, ils seront broyés, les pendards.

Comment voulez-vous, lorsque vous demeurez dans le palais de l'Elysée, comprendre les petites gens, les descen-dents de la Bastille.

Vous pouvez être la pire des canailles communistes, vous entrez dans ces lieux, les fées des antres vous transforment en un coup de braguette !

Ce tombeau à promesse n'avait pas brûlé lorsque Robespierre zigouillait sa concierge, pas fous les révolutionnaires !

Écrit par : Corto | 01/11/2014

Quel étalage d'absurdité !

Comme lorsque le débile de conseiller d'état neuchatelois qui se faisait tirer dans le bide avec un taser pour prouver la nocivité de la chose qui avait fait de nombreux morts !

Le complexe médiatico-politique s'est emballé !

Cela fait des décennies que les pandores tirent des grenades offensives jusque dans les campagnes les plus inhabitées et il n'y a eu que deux morts, nous annonce t-on !

Tout ça pendant que dans les banlieues, des gamins de 14 ans font du tire-pipe avec des AK47 sur d'autres élèves de la haute criminalité infantile, en toute légalité.

Un détail technique, lorsqu'un représentant de l'ordre tire une grenage sur un civile sur terrain semblable aux tranchées de 14-18, pour que cette dernière n'explose pas sur le sol, comme c'est toujours le cas lors d'une utilisation normale, dans le cas de Sivens, drone de drame, le cogne n'avait pas oublié de compter jusqu’à 2,5 avant de lâcher la chose de manière à ce qu'elle pète en plein vole afin de bien exploser en plein dans la tronche de la victime sur laquelle toute la galerie s'acharne en la faisant passer pour un monstre regretté !

Depuis quand les jeunes manifestants refuse une baston avec les flics en tenue ninja ?

Et pas un média pour montrer un seul survivant de ces engins de guerre si apprécié par la boite à pandore !

Ah, quelle est forte la France lorsqu'elle se mesure à des rastas de familles bourgeoises en panne de pétards fumants !

Un petit message pour la France :

Non, tous les jeunes de votre pays ne sont pas en mesure d'agir de façon irréprochable, alors ne leur envoyés pas des flics incapables de faire respecter l'ordre public sur la moitié du territoire !

Oui, il y a aussi des jeunes dans la grande maison, certains ne sont pas meilleures, et de loin, que certains de ces allumés d'en-face !

Cependant, et c'est le principal, lors de ces manifs, ni un camp ni l'autre ne doit utiliser des armes de guerre comme des AK47 comme dans les 1000 zones à risques de France, ni des grenades dans les coins les plus reculés des si-belles campagnes en friche !

Écrit par : Corto | 02/11/2014

Et ne pas oublier que dès qu'il y a des barrages, il y a conduites, tuyaux et une eaux à 1 euro le m3 !

Quand les petits chefs de Suez ou de la Lyonnaise appellent leurs potes socialos pour faire dégager des opposants, c'est feu-vert et carte-blanche et caisses de grenades, "vive l'entreprise" !!

Écrit par : Corto | 02/11/2014

Les commentaires sont fermés.