14/10/2014

Le sang de la France et l’argent de Bruxelles

 Bruxelles tord le nez devant le projet de budget du gouvernement français qui ne dégage pas assez de mesures d’économie. Paris a prévu de raboter ses dépenses budgétaires de 21 milliards d’euros. La Commission européenne laisse filtrer cette information : la France devrait encore jouer du rabot en trouvant 8 milliards supplémentaires. C’est que, voyez-vous, la France ne retrouvera ses 3% de déficit autorisés pour les pays de la zone euro qu’en 2017. Cela représente un retard de deux ans par rapport au plan de rabotage prévu.

 

Ce projet de budget est, peut-être, mal ficellé ou trop timoré ou tout ce que l’on voudra. Mais, sciemment, Bruxelles ne prend pas en compte un paramètre important: l’Union européenne a délégué, de fait, sa défense armée à la France et, dans une moindre mesure, au Royaume-Uni.

Chaque fois qu’il faut aller au casse-pipe pour défendre les intérêts de l’Europe – hier en Afghanistan, aujourd’hui au Mali, en Centrafrique, en Irak et demain, ailleurs – l’armée française est requise. Actuellement, 8000 de ses militaires sont expédiés loin des leurs pour se battre contre les milices djihadistes. Il ne faudrait pas oublier que c’est aussi pour nous – Suisses compris – qu’ils risquent leur peau. Depuis le 1er janvier 2009, 84 d’entre eux sont morts en «opérations extérieures» (opex).

 

Ces «opex» ont aussi coût financier énorme. Pour la seule année 2014, le surcoût des opérations extérieures de l’armée française dépasse de 1,1 milliard d’euros la provision initiale (450 millions) prévue au budget. Et encore, l’envoi récent de l’aide aérienne fournie par la France en Irak n’a pas encore été comptabilisé.

 

Les autres pays d’Europe, la Grande-Bretagne mise à part, laissent donc la France se débrouiller ou alors ne lui apportent qu’une aide chichement mesurée.

La puissante Allemagne fournit surtout aux soldats français des batteries d’applaudissements et quelques pansements.

Comme ses prédecesseurs, Angela Merkel avance l’argument classique du passé allemand pour ne pas envoyer la Bundeswehr se battre à l’étranger. L’explication se justifiait après la Seconde guerre. «Armer l’Allemagne, c’est donner un bonbon à la liqueur à un alcoolique», disait-on à l’époque. Mais aujourd’hui, une telle position ne tient pas la route. Les générations polluées par l’idéologie nazie ne sont plus en état de nuire à quiconque. La caste militaro-prussienne des porteurs de moustaches cirées a passé l’arme à gauche depuis bien longtemps. L’Allemagne est l’un des pays les moins atteints par les idéologies d’extrême-droite.

 

Par conséquent, Berlin pourrait fort bien tenir son rôle sur les théâtres d’opérations extérieures. L’Allemagne n’entend pas le faire, surtout pour des raisons économiques, car elle devrait alors augmenter la capacité de la Bundeswehr, tant en personnel qu’en armement. On comprend qu’elle ne veuille pas se lancer dans cette coûteuse entreprise. Mais alors qu’elle se montre plus compréhensive vis-à-vis des écarts budgétaires français, puisque c’est son gouvernement qui donne le ton de la rigueur budgétaire à Bruxelles.

 

Cette situation est malsaine à tous égards. Soit l’Union européenne continue à profiter de la présence militaire française dans les conflits extérieurs, mais alors elle doit rémunérer la prestation ainsi offerte. Soit, l’UE met sur pied sa propre armée et c’est elle qui va au combat. Mais comme cela fait depuis 1954 que l’on évoque cette fantômatique armada, ce n’est pas demain la veille qu’elle deviendra réalité.

Les troupes françaises resteront donc pour l’Europe ce que les gardes suisses étaient pour le Royaume de France. A un détail près, les régiments helvètes se vendaient à fort bon prix[1].

 

Jean-Noël Cuénod



[1] On rapporte souvent cette anecdote. Louvois, ministre des finances de Louis XIV, devant les exigences des régiments helvètes, se serait ainsi adressé au roi: «Avec tout ce que lui ont coûté les Suisses, Votre Majesté aurait pu paver d'or une route de Versailles à Bâle.» A quoi aurait répliqué le lieutenant-général Pierre de Stupa : «Mais avec tout le sang que les Suisses ont versé au service de Votre Majesté, on aurait pu remplir un canal allant de Bâle à Versailles!»

carte-des-operations-06-octobre-2014_article_pleine_colonne.jpg

 

17:26 | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | | |

Commentaires

C'est pas l'armée française qui fait couler le bateau France. C'est qu'il y a trop de monde dessus qui ne rapporte plus rien à l'état ou qui lui coûte. Son armée lui donne encore un semblant de grandeur mais jus-qu’a à quand ?

Écrit par : norbert maendly | 14/10/2014

Dura Lex, Sed Lex.
Ceux-là même qui ont crée de toutes pièces le carcan technocrate bruxellois, s'en plaignent de ne pas pouvoir y obéir.
Les nouveaux pays membres, ceux de l'est de l'Europe, ont dû s'adapter avant d'entrer et devenir membre de l'union.

De quel droit, les anciens membres, comme la France, pourrait s'y défausser ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 14/10/2014

Excellent! Merci Jean-Noël Cuenod.

Oui la plupart des irresponsables de cette eurabie nous prend pour des billes ou des zozos, c'est selon. Cela ne pourra durer. L'effondrement est visible pour les initiés, pas pour la majorité de politiciens, continuant de penser qu'ils savent tout et qu'ils sont les meilleurs. L'ENA doit fermer vu la quantité de médiocres sortis de cette institution de fonctionnaires, se présentant aux élections avec des beaux discours. Au minimum, leur interdire l'accès au suffrage universel.

L'armée Française est une des meilleures du monde et ce, malgré le matériel plutôt fatigué mis à disposition, contrastant avec du matériel de pointe comme le Rafale, les chars, les hélicoptères et le reste.

Du point de vue économique, voici un exemple:
les nuls* prévoient 2 % de hausse du PIB avec des dépenses en fonction. Hors, le PIB est aux alentours de 0,5 % mais les dépenses restent identiques! Faites cela dans une entreprise sérieuse, vous êtes viré!

Nous n'avons pas élu ces politiciens pour islamiser la France, ou supporter la misère du monde et dépenser pour soutenir les Fiefs. Là encore, ils ont menti, ils sont à la solde des monarchies, les banquiers et les financiers et leur spiritualité sans fond et sans fondement.
La politique étrangère de la France est une catastrophe; tant du point de vue des relations avec la Russie, (depuis des années) que du point de vue de l'intervention en Irak. Nous sommes sous les ordres de Hussein Obama, et de Merkel; deux catastrophes pour le monde. Tous deux de la religion "Musulmanojudéochrétienne."

L'Allemagne va vivre sa première grande crise économique malgré des salaires plus bas qu'en France, pour ce qui concerne les emplois non qualifiés. C'est un pays qui est incapable de retrouver ses centaines de tonnes d'Or volés par les USA. La Deutsche Bank risque la faillite....

Bien des dépenses pour soutenir l'Europe, sauver des innocents des musulmans méchants, devraient être ôtées du budget, ou au minimum être pris en compte par les fonctionnaires de Bruxelles. Même avec un porte-voix nous ne sommes plus entendus, sauf des Martiens et des divinités inventées.

-FMI : Le FMI veut que les contribuables garantissent les prêts octroyés aux entreprises!!

Encore une fois, ça ne durera pas.

http://lecontrarien.us6.list-manage.com/track/click?u=54fb71744bca4f72b722cf925&id=4a483c3354&e=6663824bf2


* de droite à gauche

Écrit par : Pierre NOËL | 14/10/2014

Ces "opex" vont nous coûter, grosso modo 2 milliards d'euro cette année. Et ce n'est qu'un SURcoût, car il nous faut financer toute la machine militaire pour les réaliser, ces "opex", à nous seuls et pendant des années...
Alors, quel écot devrions-nous demander à l'UE (et aussi aux Suisses!) pour être juste à l'équilibre? 8Mds€, 10Mds€ ? A chaque pays ?

Écrit par : Alain GALLIOT | 15/10/2014

Bonjour Jean-Noël Cuénod,

Je ne suis pas vraiment d'accord avec votre papier.
Vous écrivez :

"Chaque fois qu’il faut aller au casse-pipe pour défendre les intérêts de l’Europe – hier en Afghanistan, aujourd’hui au Mali, en Centrafrique, en Irak et demain, ailleurs – l’armée française est requise."

Certes, mais c'est avant tout pour défendre ses propres intérêts que la France se lance dans de telles opérations. N'oublions pas que ces engagements militaires sont aussi pour la France l'opportunité de faire étalage de son pole militaro-industriel et d'exporter des armes.

Qui décide d'engager l'armée française sur les théâtres d'opérations, qui l'a mandatée, sinon son Président selon la Constitution ?
"L'armée française est requise", oui mais qui la requiert sinon François Hollande ?

Il est un peu facile de décider souverainement de lancer des opérations militaires coûteuses, pour se tourner ensuite vers les bailleurs de fonds potentiels en les priant de passer à la caisse ou pour en prendre prétexte en demandant, pour la troisième fois consécutive, le report d'engagements budgétaires pris pourtant par la France dans le cadre des accords de Maastricht.

Que l'UE se dote d'une armée assortie d'un budget adéquat, mais surtout qu'elle décide elle-même d'engager cette armée en fonction des intérêts de la Communauté, plutôt que pour défendre des intérêts nationaux.

Dans le cadre de la très coûteuse opération de réunification allemande, a-t-on entendu l'Allemagne geindre auprès de ses partenaires pour leur demander de passer à la caisse ?
Il me semble que l'on passe un peu facilement aujourd'hui du "french bashing" au "german bashing".

Bien cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 15/10/2014

La conclusion se trouve vraisemblablement entre l'opinion de Cuénod et celle de D'hôtaux. Et c'est toute la misère de l'Europe : pas de politique commune, dans aucun domaine. Il faut détruire l'Europe...

Écrit par : Géo | 15/10/2014

La religion "Musulmanojudéochrétienne" de Pierre NOEL a priori a de quoi faire sursauter mais que dire de la faveur médiatique concernant, par exemple, les Frères Ramadan ainsi que de la complicité "apparente" des Eglises?!

Lâcheté, peurs, calculs mesquins de profits. gains, mantilles (au Vatican) et courbettes à venir?

Evangiles, coran, charia compatibles?

Le Frère Tariq Ramadan affirmant que Jésus évitant à la femme sdultère la peine capitale n'"a pas condamné la lapidation" (Le Monde)?!

A-t-il tort, Pierre NOEL, de dénoncer l'islamisation progressive de nos pays? Islamisation signe, annonce ou promesse de progrès?

Si progrès lesquels... au service de qui?

La parution de ce mois d'octobre 2014 de La Cité journal de la nouvelle presse

sous la plume de son réd. en chef l'auteur de ce blog, Jean-Noël Cuénod, LE NOUVEL EMPIRE DU MAL: Le Pentagone en Afghanistan et au Kosovo s'est servi des mouvements djihadistes à des fins politiques, puis Pages 4 à 6 Jérôme Gygax: l'Etat islamique pion utilisé par les Etats-Unis?

A lire et méditer.

Merci à ces deux, entre autres, valeureux journalistes.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 15/10/2014

"Le Frère Tariq Ramadan affirmant que Jésus évitant à la femme sdultère la peine capitale n'"a pas condamné la lapidation" (Le Monde)?!"

Si j'ai bien compris ce monsieur est considéré comme un apostat par certains de ses coreligionnaires...

"Verdict sur l'égaré Tariq Ramadan"

http://foicatholique.cultureforum.net/t2620-tariq-ramadan-un-baratineur-et-un-menteur

La bonne nouvelle, à l'aune de cette condamnation, c'est qu'en Europe il ne doit pas y avoir beaucoup de "musulmans".


Quant à la politique extérieure de la France, c'est la sempiternelle histoire de la grenouille et du boeuf. Et la nostalgie de la période coloniale et impérialiste. Mais quand on n'en a pas les moyens cela tourne au ridicule.

Écrit par : Johann | 15/10/2014

"La religion "Musulmanojudéochrétienne" de Pierre NOEL...."

Myriam, j'ai inventé cette "nouvelle religion" après avoir constaté que les religieux, veulent avec l'accord des royautés islamistes et chrétiennes, nous imposer une multiculture que nous refusons en totalité. Comme j'ai inventé le mot "Occidentalopithèque" en voie de disparition. A cause de cette immigration débile nous mettant en danger pour l'avenir. Il y a péril en la demeure, la Liberté d'expression est rabotée. Il ni a pas que les -Athées -initiés contre cette politique. Précision, nous n'avons rien à voir avec les communistes, les verts pommes, et autres extrémistes de gauche. incultes et athées trop bêtes pour s'instruire. Ils ne savent pas pourquoi ils sont athées, pas plus qu'ils ne savent s'ils sont mâle ou femelles.

.../...

La France à eut les couilles, (-pardon je fais comme ,paperon blanc il se fait pardonner pour tous les crimes de la chrétienté) pour intervenir en Afrique./ L'Allemagne prend toujours prétexte de la dernière guerre mondiale pour se cacher et ne rien faire. Quant aux autres pays, comme l'Angleterre en faillite, ils profitent que Hollande est une nouille pour laisser à la France le soin de combattre avec nos deniers. Faire le mauvais boulot en quelque sorte. (+1 point pour Hollandouille)

Toute l'Europe et la Suisse en profitent indirectement, nous vendons de l'électricité, nous préservons certains peuples africains de l'application du coran à la lettre et de sa charia islamique, nous les soignons, nous les aidons à survivre. Alors pour les donneurs de leçons venant d'anti français, restez à ne rien faire le parapluie dans le fion enfoncez-le bien profond , ouvrez-le et tirez, c'est tout ce que vous savez faire ....(AJM)

Parler encore de l'époque colonialiste est simplement ridicule, les islamistes racontent la même chose comme pour le 11 septembre. Vous ne connaissez pas les Américains en particulier les pompiers, et les flics, rien ne leur échappent. Qui est le perroquet de qui? -Johann vos croyances infondées ne vous grandissent pas.

La France prend des initiatives, car nous aimons les Africains ce n'est pas le cas de la Suisse pour une majorité. Bien sûr nous y avons des intérêts et alors? Les Pays concernés également en profitent, et alors?

La Suisse cache de l'Or, de l'argent métal et papier et des pierres précieuses appartenant aux despotes, des souverains chrétiens et islamistes, du vatican et de bien d'autres personnages ou institutions infréquentables. La France agit sainement et humainement ./

Écrit par : Pierre NOËL | 15/10/2014

"Le pays qui est en mesure d’être le plus réactif à la hausse ou à la baisse pour sa production c’est l’Arabie Saoudite, or cette dernière a décidé de ne rien faire et de continuer à vendre toujours autant de pétrole.

Pourquoi ?

Pour embêter la Russie, l’Iran et la Syrie, et enfin pour faire la guerre pétrolière aux USA, devenus entre-temps presque la première puissance pétrolière au monde avec une exploitation massive de ses gaz de schiste.

À 85 dollars le baril, les compagnies américaines de « shale gaz » (gaz de schiste) gagnent encore un peu d’argent. À 70 dollars le baril, les plus fragiles mettront la clef sous la porte et à 60 dollars le baril, c’est toute l’industrie du gaz de schiste américaine qui sera en faillite ou presque. Il faut également avoir en tête que l’exploitation de tous ces puits aux USA représente environ 40 % de la croissance américaine annoncée, ce qui veut dire que sans le « miracle » des gaz de schiste il n’y aurait toujours aucune embellie économique aux États-Unis.

Concernant la Russie qui aide la Syrie, cette dernière est très dépendante du prix des énergies pour ses rentrées fiscales et donc sa bonne santé financière. D’ailleurs, le rouble russe souffre dangereusement sous la double pression des sanctions occidentales et de la baisse du pétrole. On peut donc imaginer sans trop de risques que les finances du Kremlin vont commencer à virer au rouge, ce qui ne manquera pas de déstabiliser la scène intérieure politique russe.

Il en est de même pour l’Iran qui tire l’essentiel de ses revenus du pétrole et du gaz. Plus les prix seront bas, plus l’Iran souffrira et plus cela retardera le développement de son programme nucléaire, grande crainte des Saoudiens pour qui l’Iran est considéré comme une menace absolue. Or il semble que les relations irano-américaines s’améliorent et qu’un accord pour réintégrer l’Iran dans le concert des nations soit en passe d’être trouvé, ce qui évidemment a entraîné la réaction saoudienne."

Source: http://www.lecontrarien.com/ edition du Mercredi 15 Octobre 2014

Écrit par : Pierre NOËL | 16/10/2014

"La France agit sainement et humainement" En agressant la Libye de Khadafi, la France a provoqué la même chienlit que les Américains en Irak. Et c'est toute l'Europe qui subit les contre-coups de cette politique totalement irréfléchie et irresponsable. Les Français amis des Africains ? Vous ne trouverez jamais un seul Africain qui sera d'accord avec cette affirmation...

Écrit par : Géo | 16/10/2014

Monsieur Cuénod, vous omettez de dire que la municipalité de Bondy a voté une « subvention exceptionnelle pour Gaza » en utilisant ainsi l’argent des contribuables pour financer un territoire sous contrôle d’une organisation terroriste islamiste…
Que l’Europe se porte au plus mal financièrement puisqu’elle demande une « rallonge » aux pays membres, mais qu'elle est prête à donner 450 millions d’Euro à Gaza !

Les contribuables de tous les pays qui engraissent l'UE devraient se révolter de voir leur argent dilapider!

Écrit par : Patoucha | 26/10/2014

Boris Cyrulnik, psy et résilient lui-même pour lui-même, jeune garçon arrêté par les nazis puis évadé donne un conseil de vie: "Aller de l'avant"! Or, en France, notamment, il n'est question que du passé que l'on évoque par manifestations spectaculaires ou, ces blogs, par exemple, par commentaires.
A propos de sang et de larmes, évoquant Sodome qu'il faut fuir sans se retourner et de la femme de Lot changée en statue de sel pour s'être retournée, il ajoute: "sel des larmes"!

Mettre sur pied une armée européenne selon l'avis de Jean-Noël Cuénod et de Jean d'Hôtaux autrement dit "aller de l'avant"! correspondrait à la pensée de Cyrulnik, certes, mais l'UE n'a-t-elle pas, officiellement, été créée pour la guerre ne plus la faire

entre Européens, précisera-t-on.

La guerre pourquoi accepter qu'on aille la faire ailleurs qu'en Europe pour des raisons qui ne sont pas celles à nous annoncées?

Un homme non européen a-t-il moins de valeur que l'un de nous?

Démocratie parlant, pourquoi les peuples concernés ne sont-ils pas consultés quand on décide d'aller faire la guerre, pourquoi n'ont-ils pas "démocratiquement" leur mot à dire par un OUI ou par un NON

tout en reprenant le concept d'"objection de conscience" ce dès l'école y compris la maternelle de façon telle qu'un jour, le plus proche possible, le NON à la guerre, sans parler de l'autre la présente industrielle l'emporte ce par un ras le bol général?!

Parler utopie serait refus d'aller en et de l'avant!

Écrit par : Myrriam Belakovsky | 26/10/2014

Les commentaires sont fermés.