17/08/2014

Pavel Korbel, le peintre mystique vient d’atteindre le bleu éternel

NekrKor-01.jpg

Le grand peintre de l’esprit incarné, Pavel Korbel (photo), a rejoint le 11 août cet Eternel qui lui était si présent. Il avait 82 ans. La cérémonie religieuse donnée en son honneur se déroulera mardi 19 août à 14 h. à l’Eglise catholique du Sacré-Cœur à Montreux. Depuis quelques années, il avait quitté Genève pour gagner les hauteurs montreusiennes et les splendeurs de ce panorama inspiré, inspirant.

Né à Szarvas en Hongrie, le 18 janvier 1932, dans une famille slovaque, il a été envoyé dès 14 ans en Tchécoslovaquie, afin de poursuivre ses études ; il y restera vingt-deux ans. Après le bac, les études pédagogiques et les Beaux-Arts de Bratislava, Pavel Korbel se partage entre peinture et enseignements.

 

Les chars soviétiques envahissant Prague en août 1968, il quitte la Tchécoslovaquie pour se réfugier en Suisse dont il adoptera la citoyenneté en 1981. Cet exode sera pour lui une libération dans tous les sens du terme, comme il l’expliquera au Plouc, trente-trois ans plus tard :

« Ce ne sont pas les troupes soviétiques qui m’ont chassé de Tchécoslovaquie. Mon départ était dicté, avant tout par un choix d’ordre philosophique, artistique, spirituel. L’Armée Rouge n’aurait pas envahi mon pays que je serai tout de même parti. Ma décision prise et mon départ accompli, je me suis senti libre, pleinement. » 

L’un de ses premiers actes outre Rideau de Fer est d’entreprendre l’indispensable voyage en Italie et surtout, à Venise, ville qui restera l’un des lieux-phare de son inspiration :

« En accomplissant ce pèlerinage aux sources italiennes, je voulais, en quelque sorte, me laver le regard, me déconditionner de toutes les années que j’avais passées dans un univers totalitaire. » Il retirera de cette imprégnation italienne, une structure classique qui, comme une colonne vertébrale, ne se remarque pas mais permet au tableau de se tenir debout.

 

 L’une des caractéristiques de Pavel Korbel est son va-et-vient entre la peinture d’inspiration mystique et le portrait. Dans l’une, le tableau dépasse la frontière entre le figuratif et l’abstrait pour les unir dans un espace de non-dualité. Ses figures anthropomorphiques sont multivoques. Dans l’autre, Pavel Korbel revient vers l’humain, la sensualité, l’incarnation. 

 

Même s’il maîtrise le trait à la perfection, cet artiste complet se distingue tout particulièrement comme coloriste. Il existe un « bleu Pavel » que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Un bleu qui n’est pas une couleur froide ; au contraire, elle réchauffe comme l’eau d’un lagon. Ce bleu, allumé par une touche orangée, est une porte vers notre ciel intérieur que nous enfermons à double tour. Les tableaux de Pavel nous donnent les clefs et, surtout, l’envie de s’en servir.

 

En Suisse, il a été reconnu par de nombreuses personnalités comme Peter Ustinov et son fils, le sculpteur Igor. Durant ces dernières années, Pavel Korbel a été célébré dans ses pays d’origine, la Hongrie et la Slovaquie. Un film a d’ailleurs été consacré à son œuvre et à sa vie.

 

Ces prochains jours, contemplez le ciel. Vous le verrez, le bleu ne sera plus comme avant. Le Grand Architecte vient d’embaucher un sacré peintre.

 

Jean-Noël Cuénod


Le labyrinthe de la vie - Pavel Korbel

 

pavel_korbel_le_labyrinthe_de_la_vie.JPG


18:27 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

Commentaires

Le Grand Architecte vient d'embaucher un sacré peintre à la palette aux couleurs de nos centres nerveux et de conscience: regardez! vous compterez les sept couleurs de la passerelle céleste: du rouge, ardeur, au violet mystique un brin mélancolique... Toutefois, du ciel, Pavel Korbel lancera-t-il ce gigantesque arc-en-ciel hamac de repos: conscience, compassion, partage et paix sans notre participation?

Écrit par : Solange | 19/08/2014

Pavel notre Maitre nous a appris a voir chaque jours les couleurs dans la nature...nous a donne toute sa tendresse et son savoir....une grande partie de notre vie...ma aidé a etre plus forte que le blues...il sera toujours dans mon coeur.....
A sa famille a ses proches ma pensee d amourest pret deux....
Ginette.

Écrit par : Allard ginette | 20/08/2014

Pavel Korbel, le peintre de la lumiere et de l`harmonie: http://nava.hu/id/1030846/

En cliquant a chaque fois sur le dernier lien (en rouge: "A fény és harmónia festője - Pavel Korbel"), on peut visionner la série des vidéos formant l`émission. Korbel n`est pas seulement "né dans une famille slovaque", il était effectivement slovaque en tant que membre de cette minorité ethnique dans ce qui était alors la "Grande Hongrie". Aujord`hui, les slovaques ont recouvré leur ancient territoire (la Slovaquie) qu`ils occupaient avant l`arrivée en conquérants des hongrois (9. siecle).

Écrit par : Monertov | 21/08/2014

@ Monertov Tchèques et Tchécoslovaquie. Slovaquie et Tchécoslovaquie... Qui ne saurait chantonner la célébrissime dite Berceuse tchèque (Petits chanteurs à la Croix de bois de l'abbé Maillet, puis, Scouts, parents et amis). Sérénité apparente de la mélodie: "Ecoute la prière Qui du camp monte vers Toi... En fait: "Coule, coule rivière qui l'a vu s'en aller Depuis tant de semaines j'ai le cœur à pleurer Avec l'eau de la plaine, mon ami m'a quitté. Il est sur d'autres terres où jamais je n'irai il me laisse sa peine et ce chant de regret Avec l'eau de la plaine... Coule, coule rivière de mes belles années si tu me le ramènes je te fais un bouquet.

Tece, voda tece cez Velicky ma-ajir nehal si ma nehal starodavny fraijir

(Velicky, nom d'un domaine)

Le visage de ce peintre mystique, Pavel Korbel, ne dit-il pas aussi, entre autres choses, ce chant à la mélodie inoubliable...

Écrit par : Myriam Belakovsky | 21/08/2014

Les commentaires sont fermés.