11/08/2014

VERS LE MUR

   


MurBeaurecueil.JPG


Que savons-nous de l’horizon ?

 

Nous qui passons notre chemin

Comme d’autres passent leur temps

Yeux vides tête baissée

 

La paresse de nos regards

A étouffé tous nos destins

Nous suivons la folie des chefs

 

Marchant vers la mort en baillant

Prenant le sang pour de la rouille

Et les cris pour des chansonnettes

 

Jugeant odieux l’étranger

Et glorifiant le bourreau

Nous n’avons plus ni faim ni soif

 

Que savons-nous de l’horizon ?

 

 Jean-Noël Cuénod


Livres de poésie de l'auteur disponibles dans les librairies Payot ainsi que sur le site www.payot.ch ou auprès de l'éditeur Samizdat (Denise Mützenberg, 8 chemin François-Lehmann - 1218 Grand Saconnex):

 

- Circonstances

 

- Le Goût du Temps (Prix Festival Rilke 2012)

 

Disponibles sur les sites FNAC, Amazon,

 

 - Matriarche (Editions Editinter Paris)

 

- Liens (Editions Editinter Paris)

 

- Amour Dissident (Editions Editinter Paris. Coécrit avec Christine Zwingmann - Médaille du Sénat).

 

 

12:02 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

Commentaires

Quelle joli condensé poétique du présent (pas le cadeau... et pourtant il se devait de l'être).
Hubert Reeves disait : "Nous entrons dans une expérience planétaire grandeur nature qui pourrait être intéressante. Le seul problème est que nous sommes dans l'éprouvette"
Nous-y sommes...
Vigilance, vigilance...

Écrit par : Moussa | 11/08/2014

L'étranger a permis aux tribus du néolithique notamment à l'homo sapiens sapiens de résister, d'évoluer dans un monde issu du plus fort. La survie face à une nature hostile, l'a obligé à être plus malin face aux nombreuses concurrences et aux divers environnements.

Aujourd'hui, l'étranger a rempli sa cafetière de croyances, même les plus morbides, c'est écrit. (pas tous)

L'horizon n'est pas bon, alors réfléchissons, pensons, rêvons en commençant par éliminer ce que nous ne souhaitons pas ou plus pour nous et nos enfants. Une fois la liste établie, battons-nous pour un idéal de vie ou la Liberté, le bonheur restent des principes inattaquables par je ne sais quels religieux inféodés aux rois, assimilés à des dieux, alors qu'il n'en est rien.

Bien venue à toi l'étranger qui a éliminé de ta cafetière des croyances pourries, sans fondements, donc mortifères.

Sinon, passe ton chemin ou reste chez toi puisque non n'avons pas la même notion de la Liberté, de la beauté, de l'amour, des femmes et des enfants. Ton idéal de mort ne nous intéresse pas.

Écrit par : Pierre NOËL | 11/08/2014

HOMME DU LARGE


Que savons-nous de l'horizon
Nous qui ne regardons plus du côté des étoiles

Sinon celles de la télé... encens


La paresse de nos regards

Embrume, enrouille
Les verts de trouille

Citrouilles

Qui n'appelleront plus
La baguette

De la fée à la Cendrillon

Plus de Dame tartine
Plus de Maison en pain d'épices

Petits nains
De boulot

Blanche-Neige
De flocons...

Claquons, donc!

Minute, minute


Papillon


"Claquons"! Larguons les amarres


A choix

Écrit par : Solange | 11/08/2014

Les murs ont des jambes !

Écrit par : Corto | 11/08/2014

Les commentaires sont fermés.