07/08/2014

Danse de la femme et du cheval (les Jeudis du Plouc)

Le Plouc vous offre cette vidéo, sans coupure, avec toutes les longueurs qui font son charme. Nous avons le temps. C'est l'été.

Au début, Christine danse en dehors de l’objectif, quelque part dans le Périgord Vert. Le cheval, qui broutait, lève la tête. Ses oreilles et ses yeux se braquent sur la danseuse et ses mouvements doux. Il vient la chercher. Elle arrive lentement dans l’écran ; la danse avec le cheval commence. C’est la première fois que la femme et l’animal se rencontrent. L’une et l’autre s’apprivoisent comme le Petit Prince et le Renard.

 

Fasciné, le cheval suit la courbe des mouvements comme s’il cherchait à décrypter quelque message. Puis, il esquisse à son tour un mouvement dansé, jambe tendue pour répondre à celle qui s’approche.

 

Autour, le silence s’accomplit pour laisser parler l’émotion qui passe de la danseuse à son danseur, puis du danseur à sa danseuse. Pas de deux. Ou plutôt pas de six. La musique est dans leur cœur réciproque. Il n’y a plus ni humain ni animal mais un seul être aux formes changeantes. La vie. Et puis, c’est tout.

 

Jean-Noël Cuénod

14:11 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

Commentaires

CHRISTINE




Femme chamane


Sourcière




Dites-lui merci



Amis

Écrit par : Myriam Belakovsky | 07/08/2014

@myriam Belakovsky, vous avez 1 bleme avec cette christine. c'est qui cte dame?

car selon vos commentaires vous vous basez sur Krishnamurti précédemment. Ok mais d'autres aussi connaissent K. & j'y étais à LA, face à Krishamurti à sa dernière lecture before death. big smile exchange, eye to eye comm transfer, world-to-world.
love is the soluce. etc.

Myriam Belakovsky, ça fait des lustres qu'il est mort Krishnamurti dont vous vous référez / semble que vous restiez bloquée en dessous du niveau métaphysique de ses approches - si vous les avez lues ou étudiées, & qui vous permettraient d'évoluer ne serait-ce que d'1 shouyia

pendant que les palestiniens meurent sous blocus sous occupation ont droit à un pays reconnu à l'ONU meurent sous les bombes ont une démocratie impossible sont déportés sont bombardés sont asphyxiés sous le blocus sont occupés sont en survie depuis des décades
ce qui n'était pas le cas des occupés sous guerres 1940-1944


qui donc est cette sainte Christine selon Myriam Belakovsky ?

@plouc, je compatis: c'est vraiment du boulot pour faire du tri (me mets à votre place)

Écrit par : pierre à feu | 07/08/2014

@ pierre à feu

Sainte Christine, bienheureux/se pierre à feu, est l'épouse de Jean-Noël Cuénod.

C'est mon petit doigt qui me l'a dit.

Si je me trompe, pierre à feu, veuille Monsieur Cuénod nous le faire savoir ou... sainte Christine, elle-même.

Autrement, si exact... veuillez pierre à feu, "activer" votre "briquet!

Du coup je reprends le mien, mon briquet, pour allumer une sèche.

Ce qui, pour une adepte du yoga, pierre à feu, n'est pas joli, joli...

De votre faute, pierre à feu.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/08/2014

@ pierre à feu Et, savez-vous, pierre à feu, ce que, clope au bec toujours, j'ai fait après vision de la danse de Christine Cuénod? J'ai ouvert le piano et accompagné cet hymne d'amour à la nature d'une femme et d'un cheval par l'Andante d'une fugue du Clavecin bien tempéré, de Bach.

Vaut pas mieux que prétendre n'importe quoi?



Je travaille à ma prochaine réincarnation (je n'ai plus vingt ans): psychanalyse ou musique, ou les deux?

Meilleur pour le moral que piorner dans un coin pour un oui ou pour un nom. Joli lapsus écrit!

Quelqu'un qui me comprendrait, au moins une personne! lovsmeralda.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/08/2014

Les commentaires sont fermés.