06/07/2014

Les drones à l’attaque pulvérisent les ultimes vestiges de la chevalerie

drone-reaper_2344340b.jpg

 

Vous allez me dire : «Pff… la chevalerie est morte, incinérée et ses cendres furent moulues par le moulin du temps depuis des siècles! Les drones n’y sont pour rien». Abjections, Votre Horreur! C’est vrai que les beaux principes des chevaliers  ­– intrépidité pendant le combat et mansuétude pour les vaincus ; sauvagerie dans l’action et courtoisie après la bataille – étaient passés de mode dès l’apparition de l’artillerie lourde. Et les beaux chevaliers du Moyen-Age se livraient aussi aux viols, carnages et massacres.

 Mais il y avait le Code d’Honneur de la Chevalerie qui, s’il était plus ou moins respecté comme toutes les lois, n’en consistait pas moins un frein aux pulsions les plus monstrueuses. Le seul fait de son existence témoignait de la présence de l’humanité dans l’inhumanité, ainsi que de la grandeur d’âme d’une société irriguée par la Foi. Les combats se déroulaient au corps à corps. L’ennemi m’était tellement proche qu’il portait une part de moi-même.

 

Avec l’artillerie lourde, changement d’optique : les canons fauchaient des soldats situés au loin ; on les distinguait à peine au milieu des fumées. Mais enfin, les artilleurs risquaient aussi leur peau. Ils étaient les premières cibles des confrères d’en face.

Le recours au bombardement aérien a encore éloigné le militaire de ses ennemis. Le largueur de bombes n’apercevait qu’un troupeau de maisons sous le ventre de l’appareil, sans autre vie que celle d’une fourmilière. Toutefois, l’équipage mettait aussi sa vie en jeu, entre les tirs de la DCA et la chasse des aviateurs ennemis.

 

Les guerriers donnaient la mort mais savaient aussi qu’ils pouvaient la recevoir à tout moment. Il restait donc, ça et là, quelques micropoussières de la chevalerie en ruine, qui se sont réduites à l’état moléculaire au fur et à mesure des progrès – vous avez dit, «progrès»? – de la technologie militaire. 

 

Aujourd’hui, l’emploi des drones permet, pour la première fois, à des militaires – peut-on encore leur donner ce titre? ­– de téléguider la mort sans aucun risque pour leur petite personne.  Sinon celui de se faire renverser par une voiture en sortant de la caserne.

 

Les Etats-Unis sont les plus gros – et de loin – consommateurs de ces engins d’un futur déjà bien présent. En 2011, le nombre d’opérateurs de drones (350) formés par les armées américaines a dépassé celui des pilotes d’avions de combat (250).

Dans des lieux tenus secrets, au Nouveau Mexique, au Texas, au Nevada, ces fonctionnaires cybertueurs pilotent à distance un appareil sans pilote pouvant disposer d’une autonomie de vol de quarante heures. La caméra installée dans le corps du drone offre au téléguideur la vision parfaite du champ de bataille. Ses supérieurs désignent les cibles. Et en un clic la mort débarque à 10 000 kilomètres de là, en Irak, au Pakistan, en Somalie, en Afghanistan.

 

Tuer sans être tué, sans même être éclaboussé par le sang. Tuer en restant propre sur soi. Tuer sans même avoir besoin de s’en laver les mains. A l’étape suivante, l’opérateur sera remplacé par un ensemble de logiciels qui accomplira toute ses tâches. L’ordinateur prendra même la décision de s’enclencher sans ordre dès que s’agitera une «cible» correspondant aux données de son programme.

 

Et ­– qui sait? ­– provoquera-t-il peut-être la troisième guerre mondiale. Un beugue est si vite arrivé. Pleure chevalier! Tu n’étais qu’un pauvre couillon.images.jpg

 

Jean-Noël Cuénod

 

 

ESPACE VIDEO


 

 

20:08 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | |

Commentaires

Des drones n'y en a-t-il pas partout qui visent, ciblent, atteignent: drones administratifs, drones médicaux aux dossiers électroniques passe-murailles, drones commerciaux... (façon de parler, quoi de pas "commercial", aujourd'hui"?

Qui lit nos mails et lance publicités correspondantes en même temps que visés, lus, observés, étudiés, "ciblés" nous écrivons?

L'esprit de la chevalerie se désagrège, s'effiloche : "En un combat loyal"!

Loi du plus fort, des plus forts! Union qui fait la force.

En Amazonie de monstrueuses araignées s'unissent pour, entre équipières, tisser une toile gigantesque, un filet-piège tendu, un engrenage mortel.

Un tel engrenage en Amazonie, seulement, tissé par des "araignées", uniquement?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 07/07/2014

Au collège, nous avions eu un devoir qui s'apparente probablement plus à une réflexion philosophique qu'à une rédaction de 3ème, mais cela nous avait tant marquées et interrogées que nous avons continuer d'en discuter pendant toutes nos années lycées. Il était formulé en gros comme cece: "Imaginez que vous pouviez tuer quelqu'un que vous détestez ou qui est un tyran à l'autre bout du monde en appuyant simplement sur un bouton sans que personne n'en sache jamais rien, que feriez-vous?"

Écrit par : Cara | 07/07/2014

Il y a encore quelques décennies les ouailles, les esclaves, les vilains et autres corvéables à merci, se battaient pour les princes et les rois ayant fait "croare" depuis des millénaires que nos ignorants ancêtres se battaient pour dieu. La récompense était le paradis, le coup de pied au cul ou l'enfer! Le musulman Bagdadhi autoproclamé Président du califat en Irak applique le même concept que les prêtres et les rois Pharaons, dont le vatican reste le principal gardien.

Aujourd'hui, il y a de moins en moins d'ouailles pour croire à ce genres d'idioties. Alors, on se bat pour la république et ses industriels, car on y croit toujours grâce aux greffes des croyances et à l'entretien pratiqué dans les lieux de culte. La conquête chrétienne est plus sournoise comme en Ukraine et ailleurs.

Par contre l'islam reste conquérante; les islamistes, (anciens musulmans au repos)se sentent pousser des ailes, en appliquant à la lettre le coran et les autres écrits n'ayant rien à voir avec un islam light dont les collabos se sont emparés. Ils ne combattent pas pour un roi, mais pour un concept de société qui a son dieu et son prophète. Il y "croaent" dur comme fer, les autres sont des cons ou des dhimmis c'est selon.

Grâce à nos idiots-utiles et nos instruits-idiots, mais également à cette chrétienté collaboratrice, ils avancent en se fondant dans la foule quitte à se faire royalistes que le roi. C'est un leurre, il est pire que les drones et les bombes électro-magnétiques.

Des millions de "héros" sont mort pour rien depuis l'invention de la voiture, de l'avion, de la bombe nucléaire etc, nous avions l'intelligence pour éviter ces guerres absurdes. C'est encore plus vrai aujourd'hui, mais ce qui domine chez tous ces gens là c'est la bêtise et les croyances.

Alors, avoir les honneurs ou des médailles uniquement pour de tels désastres, ça n'en vaut pas la peine, mieux vaut être un bon vivant qu'un Grand héros mort..

Nous n'éviterons pas la guerre contre l'islam, pas plus que nous n'éviterons les conflits énergétiques et climatiques.

Se battre pour la vie et la Liberté, c'est se battre pour que nos enfants héritent d'un idéal de vie et de bonheur; ça, ça vaut tout l'OR du monde. On en est loin il n'y a aucune médaille pour cela.

Écrit par : Pierre NOËL | 07/07/2014

@ Cara



"Un tyran, à l'autre bout du monde? On sait que l'on tenta en vain d'assassiner Hitler: un drone ne pouvant le rater aurait-il été bienvenu?

Utiliser un drone, appuyer sur un bouton pour éliminer "quelqu'un que nous détestons" est plus délicat! vous ajoutez, "sans que personne ne le sache"

Le verbe assumer? Et pourquoi "détestons-nous" quelqu'un? Les nazis pensaient de même: trop de juifs, entre autres, que l'on déteste: éliminons-les, exterminons-les. De même pour une personne plutôt que de chercher à comprendre le pourquoi, la raison de cette haine?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 07/07/2014

La guerre bourreaucratique a commencé. De 08h. à 17h. moins la pause de midi, je tue des personnes sur d'autres continents et je remplis à l'ordinateur mon rapport dronesque de la journée pour mes supérieurs. Après, je vais rejoindre mes enfants que j'emmène à la piscine. Puis, le soir, j'emmène mon épouse voir une super production guerrière avec de "vrais" héros qui se battent sur le terrain et risque de mourir. C'est du cinéma mais ma femme adore les héros chiqués qui ont une jolie petite gueule à la Tom Cruise. Enfin, la nuit, elle rêve de tenir entre ses bras un guerrier qui l'aurait défendue au risque de sa propre vie contre un potentiel agresseur qui l'aurait bafouée, violée, et tuée. Hélas elle n'a qu'un pâle bourreaucrate à cravate dans son lit qui vient d'éliminer plusieurs familles en Afghanistan.

Vive le temps de nos guerres propres! Parfois, il vaudrait mieux être au courant de rien du tout, histoire de continuer à vivre par amour des siens sans être perturbé par la folie de notre réalité globale.

Les Brésiliennes peuvent rêver de Neymar. Le football et la Coupe du Monde représentent l'art de la guerre chevaleresque d'aujourd'hui qui devrait être le descendant direct des guerres médiévales jadis pratiquées sur la Terre. Peace and Love...et la fin des armées, c'est pour quand?

Écrit par : pachakmac | 08/07/2014

https://www.youtube.com/watch?v=MuNq9I2ogPY

Sans commentaire...

Écrit par : Pierre NOËL | 09/07/2014

Le drone n'est que la prolongation d'une évolution technologique qui éloigne le meurtrier de la victime. Pour n'en citer que quelques étapes:
-javelot
-arc
-arquebuse
-canon
-fusil à lunette
-mine
-bombe (auto propulsée ou larguée) non guidée
-bombe auto guidée (GPPS ou cartographie),
-bombe téléguidée, y compris via un drone
Jusque là, c'est simplement la distance qui augmente mais la décision appartient à l'homme.

Il y a déjà de nombreux systèmes de défense comme des antimissiles actionnés par des automates mais pas encore les systèmes de tir au milieu du champ de bataille (je ne parle pas des barrières genre Berlin qui s'apparentent au champ de mine). Sauf erreur, l'OTAN avait testé des détecteurs de sniper en ex-Yougoslavie mais le système avec aussi détecté quelques cameramen et induit les soldats en erreur.

Ce qui va changer demain, c'est que la décision de tir va être transférée à un système informatique autonome.

La question n'est pas le système de tir mais bien le système de décision.

Écrit par : archi-bald | 09/07/2014

Le système de décision informatique doit être sécurisé à 100 %. Ce ne sera jamais le cas. Lorsque l'on sait que les éruptions magnétiques solaires peuvent anéantir tous les satellites et nos systèmes informatiques, il y a de quoi avoir des craintes.

En fait, nous ne maîtrisons rien, en tout cas, pas le soleil ni les volcans; pas plus que la terre lorsqu'elle se met à trembler. (tectonique des plaques -elle aussi- inconnue de dieu et ses disciples adeptes de la terre plate et des étoiles qui brillent) Nous jouons avec le feu dans tous les domaines, alors....

Écrit par : Pierre NOËL | 10/07/2014

Pierre NOEL, vous seriez mille fois plus fort si vous ne recommenciez pas toujours avec dieu ceci ou dieu cela.

Liberté d'expression, certes, respect d'autrui, de même.

D'autant plus qu'à la longue, en vous lisant, on peut se demander s'il n'y a pas quelque chose d'obsessionnel en vous concernant dieu et les siens?

A vous-même, dieu et les siens, à "vous-même", dieu et les siens... que vous ont-ils fait?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/07/2014

Les commentaires sont fermés.