01/07/2014

Nicolas Sarkozy et François Hollande, le duo des Calamiteux VERSION ACTUALISEE

hollande-sarkozy-8-mai-6655_w1000.jpg

Version actualisée en fin de texte, caractères gras

Avec un Espace Vidéo.

Nicolas Sarkozy aime être le premier. En tout. La Police judiciaire vient de le satisfaire. Depuis tôt ce matin, il est le premier ex-président de la République à être placé en garde à vue. Même Jacques Chirac ­– pourtant condamné en 2011 à deux ans de prison avec sursis dans l’affaire des emplois fictifs de la Ville de Paris – n’avait pas dû subir cette humiliation de partager ses 24 heures (voire plus, si affinités avec les poulagas) entre une cellule et la salle d’interrogatoire. Les policiers, sur demande de deux juges d’instruction, sont en train de le cuisiner afin de tenter d’en savoir plus sur le vaste réseau d’information que l’entourage de Sarkozy aurait tissé au sein des plus hautes instances de la police et de la justice françaises. L’information pénale porte sur les chefs d’accusation suivants, «trafic d’influence» et «violation du secret de l’instruction». Deux hauts magistrats de la Cour de cassation, Gilbert Azibert et Patrick Sassoust, ainsi que l’avocat de Sarkozy, Me Thierry Herzog, sont également interrogés en garde à vue.

En résumé, le magistrat Azibert est soupçonné d’avoir donné des informations couvertes par le secret de l’instruction aux proches de Nicolas Sarkozy pour le tenir informé des développements de l’affaire Bettencourt, lui permettant ainsi de bien préparer sa défense. Pour ce service, le juge de cassation aurait reçu la promesse d’obtenir un poste plaqué or à Monaco. Cette affaire avait été découverte à la suite d’un autre dossier concernant Sarkozy, celui de l’éventuel financement de sa campagne présidentielle  par Kadhafi. Sarkozy se doutant qu’il était placé sur écoute par la police, avait acquis un autre téléphone portable pour s’abonner sous le nom de Paul Bismuth. Mais les policiers avaient aussi découvert cette «ligne Bismuth» et l’avait également branchée sur leurs longues oreilles, ce qui leur a permis d’engranger de précieux indices. 

Qu’il soit ou non innocent, Nicolas Sarkozy trimballe une batterie de cuisine complète à faire rêver les marmitons les mieux dotés. Dès lors, sa volonté de se représenter à l’élection présidentielle de 2017 prend un autre visage, celui d’un Berlusconi se faisant élire pour bénéficier de l’immunité présidentielle. Peut-être que ses nombreuses accusations tomberont dans le néant. Il n’empêche que le soupçon polluera sa campagne. C’est pourquoi la plupart des dirigeants de son parti l’UMP veulent à tout prix empêcher son retour. Ils savent qu’ils payeront très cher une berlusconisation de leur formation.

Nicolas Sarkozy pourrit la droite. A gauche, c’est l’actuel président François Hollande qui sert d’agent de décomposition. Certes, les affaires judiciaires ne plombent pas son quinquennat. L’affaire Cahuzac, pour aussi grave qu’elle soit, n’est pas le symptôme d’un système mais la faillite abyssale d’un homme. En revanche, l’incompétence du président dans l’exercice de ses fonctions saute aux yeux (et au porte-monnaie des Français) après plus de deux ans passés à l’Elysée. De reculades en reniements, la politique de François Hollande n’a ni cap ni contours, ni queue ni tête. En quatre mois et demi de pouvoir, le président du Conseil italien Matteo Renzo a accompli plus de réformes que Hollande en vingt-six mois. L’Italie est d’ailleurs en passe de remplacer la France comme interlocuteur privilégié de l’Allemagne en Europe. Le président français est contesté par ses propres troupes qu’il a menées aux désastres électoraux ; son impopularité l’empêche d’agir ; son crédit politique – et, partant, celui de la France – est au plus bas sur la scène internationale.

Dès lors, même si, par miracle, la courbe de l’emploi se redresse dans un sens favorable, François Hollande n’est même pas certain d’en recueillir les fruits qui risquent plutôt d’être chapardés par son premier ministre Manuel Valls.

Faisons un cauchemar. Nicolas Sarkozy se présente sous la bannière de la droite et François Hollande brigue un second mandat. Marine Le Pen aura en face d’elle un Sarkozy englué dans les affaires et un Hollande empêtré dans son bilan. Elle n’aura même pas besoin de faire campagne pour prendre possession de l’Elysée.

Il devient donc urgent pour les deux partis de gouvernement de se débarrasser de leurs faiseurs de défaites qui ont largement dépassé la date de péremption.

Ce blogue a été cité mercredi matin à la Revue de presse de France-Inter.

Jean-Noël Cuénod

Mercredi vers 2 heures du matin,  les juges d'instruction ont mis en examen Nicolas Sarkozy pour corruption active, trafic d'influence actif et recel de violation du secret professionnel. Il est ressorti du Pôle financier libre et sans contrôle judiciaire. D'ores et déjà, ses lieutenants s'activent pour protester contre cet "acharnement judiciaire". Le premier ministre Manuel Valls rétorque: "Les faits sont graves". Pour l'UMP, la grosse affaire concerne Bygmalion et les impressionnants frais de la campagne Sarkozy pour l'élection présidentielle de 2012.

ESPACE VIDEO


Garde à vue de Nicolas Sarkozy : quels sont les... par lemondefr


Commentaires

Solution?

A l'âge de ces deux messieurs, Hollande et Sarkozy, on est trop "vieux" pour se faire engager, trouver un emploi...

bon alibi: (liberté) EGALITE (fraternité) pour tous!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 01/07/2014

Ce qui me désole, c'est l'image de la France sur le plan international.

Le fait que Sarkozy soit le premier à "bénéficier" de ce traitement c'est également une source de désolation.

François Mitterand avait plein de "cadavres dans les placards", lui aussi.

Ce qui est une véritable angoisse, c'est votre vision de la démocratie.
Pour barrer la route à la famille Le Pen, le peuple français devra encore une fois payer le prix et faire confiance à ces politiciens pourris.

Une devise sportive dit : "que le meilleur gagne".
Pour le moment et depuis des décennies, ils élisent "le moins mauvais".

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 01/07/2014

Peut-être que d'ici là, d'autres viendront prendre leur place.

Ne présumons pas de l'avenir.

Écrit par : Jmemêledetout | 01/07/2014

Paul Bismuth? C'est drôle que Belzébuth rôde si proche... Si jamais la France est championne du monde, faudra dire Messi (merci) à DD Deschamps d'avoir su reconstruire une France en miniature forte et solidaire et non à ses ex et présent Présidents qui font tout, mais vraiment tout, pour perdre la France dans le gouffre profond du FN. Le foot, sur le terrain, c'est franchement mieux que la politique. sauf qu'en coulisse, on prend les mêmes et on recommence le règne du fric et de la corruption à outrance. La politique comme cela, c'est de la m...

Écrit par : pachakmac | 02/07/2014

des décades de top-chefs se succédant chacun avec leurs affaires nauséabondes ont fait de l'Elysée des écuries d'Augias, et de la Ve République un patrimoine d'affaires criminelles politico-financières aux cadavres bien mal décompostés

car c'est en toute impunité ou presque qu'ils ont tous une liste sans fin d'affaires de corruption allant jusqu'au crime, pour leur enrichissement et celui de leurs poteaux, du trafic d'armes en Iran au blanchiment d'argent et autres trafics d'influence, Mitterrand ou le PS inclus.

Ce n'est que corruption systémique française au plus haut de leur système;

cascade d'enrichissements illégaux, criminels & trafics dont tous hommes d'Etat français ont été coupables en toute impunité, entre autres pour l'uranium en Afrique, par ventes d'armes (Dassaut; ou Ch Hernu ministre de la Défense et ce, au bénéf du financement du PS!), ventes d'armes en Iran (Pasqua), Karachi (Balladur), en passant par d'innombrables trafics d'influence d'hommes d'affaires (Tapie), de main ou de chefs d'Etat pour les financer:

liste et dates sur Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_d%27affaires_politico-financi%C3%A8res_fran%C3%A7aises

Écrit par : pierre à feu | 02/07/2014

En démocratie, le peuple a-t-il assez de pouvoir?
Lorsqu'il y a grève, par exemple, atteignant les gens qui doivent forcément aller travailler que faire pour que, gênés, ils ne s'en prennent pas à ces grévistes "scandaleux"?! A moins d'habiter à vingt minutes environ de son entreprise le salarié ne devrait-il pas être autorisé à ne pas aller travailler tant qu'il y a grève tout en étant payé au salaire régulier convenu sur le contrat d'embauche ce qui n'en doutons pas ferait se faire hâter, faire fissa... syndicats et employeurs!

Réveillons-nous, nom de sort! secouons-nous.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/07/2014

@Myriam Belakovsky, au bord de la faillite avec presque 2'000 milliards de dettes en France, son demos doit dans les 30'000Euros par tête d'habitant

ce qui, si le gugus a du boulot, le fait hésiter (une micro-seconde) à faire grève (pas vraiment protégés contre licenciement) contre les grévistes syndiqués (mieux protégés)

où s'applique le principe de la balance déséquilibrée, qui déséquilibre le reste

Écrit par : pierre à feu | 02/07/2014

Je souhaitai simplement dire, depuis longtemps, qu'il n'est pas normal que la grève, moyen de combat accordé aux salariés, se retourne contre eux comme on sait (compte tenu du rire cynique de Sarkozy, juste encore président, apprenant à la France qu'avec les nouvelles décisions prises par lui "quand il y a grève on ne s'en rend plus compte") Vous l'avez entendu comme moi, qui a réagi?! Haut le cœur couronnant l'ensemble, cerise sur le gâteau, si l'on préfère.

Baume sur le cœur: Sarko nous revient à la télé ce soir... comme quoi il ne faut jamais désespérer, douter de tout.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/07/2014

P.S. Victime en tout, on s'en doutait, Sarkozy-Zorro s'il décide de se présenter, il le fera savoir, reviendra "pour sauver son pays" (?)!

En ce cas, puisqu'il se pouvait, pourquoi cet homme, président magnanime, n'a-t-il pas été réélu?)!

Uniquement parce qu'il exaspérait les Français?

Veuille le Plouc nous rafraîchir la mémoire.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/07/2014

Myriam, la réponse est simple: "la greffe des croyances"

Écrit par : Pierre NOËL | 03/07/2014

Pierre NOEL, je vais vous dire une chose à propos de "greffe des croyances": en 1969, à Lausanne, j'ai une sorte de vision et j'entends une voix qui me dit quelque chose. Avant la vision, je souffre d'une névrose d'angoisse d'abandon. Après, le psychiatre qui devait entreprendre un traitement renonce, pourquoi? parce que je suis guérie. Comparons cette névrose à un "grain dans l'œil" qui disparaît, est évacué d'où la guérison. Suite à quoi la vie reprend, ses hauts, ses bas (pas les collants!) des chagrins monstres, déconvenues, échecs et tout ce que vous voudrez mais, depuis 1969, le "grain dans l'œil" n'est jamais revenu. Au lendemain de la vision ou du retour en mémoire de cette vision qui, en ce cas, aurait eu lieu enfant, comme j'entre dans la salle à manger concernée, la voix de la vision me demande ce qui dans cette chambre, enfant, me parlait le plus (dialogue toujours intérieur) Je réponds "la table, noire, qui me faisait penser aux cheveux de Blanche-Neige et le tapis, dessus, rouge comme la mer Rouge" (histoire de Moïse!) les jeune enfants voient la mer Rouge rouge comme de l'encre de Chine. De là la voix, par questions, déclenche une psychanalyse fantastique étant bien entendu que je "transfère" comme on dit, sur un médecin ami qui n'est en aucun cas psy. Auparavant, avant la question sur la salle à manger, la voix intérieure, je le redis, m'a demandé si je pourrais trouver un passage biblique illustrant cette vision: Je réponds: "Je lève les yeux vers les montagnes D'où me vient le Secours". La voix: "Pouvez-vous en revenir à votre petite enfance, comment ressentez-vous ces mots?" Moi: Je lève les yeux vers les montagnee, les "montagnes", c'est-à-dire les grandes personnes "D'où me vient le secours": je lance un SOS j'appelle au secours par ce que quand je vois la "gueule" qu'elles (les grandes personnes-montagnes) peuvent tirer ou pousser, qu'elles peuvent nous faire j'appelle au secours... Ainsi débuta cette psychanalyse. Je crois qu'il faut chercher ce que les croyances apportent, ainsi, j'avais quinze ans, parce que par croyance un jeune homme était devenu prêtre il me demanda un jour si quelqu'un m'aurait fait de la peine ce qui opéra comme une r évolution en moi le monde étant soudain renversé; non moi faisant de la peine mais moi pouvant avoir de la peine... Ne croyez pas qu'avec ce récit je cherche à me faire remarquer ou donner de l'importance mais je crois qu'avec les "croyances, il faut il vaut mieux se gaffer. En cette vision ce que je vois me fait m'évanouir. Je tombe sur le tapis lorsque je reviens à moi je me relève en la matinée j'ai un comportement différent: plutôt rêveuse un peu dolente je suis extrêmement le matin en question active. Ce qui est la raison pour laquelle je crois que 1969 est l'année où cette vision me revient en tête mais qu'elle advint lorsque je devais avoir six-sept ans, La matinée en question, très active, donc, je vais m'habiller avec une robe longue (une blouse de travail de ma grand-mère) et des souliers (à elle) "chics"! En cours de psychanalyse laquelle me motive fort, à la longue (féminisme, Maharaj Ji, la radio, le yoga (Mata Ji) (à propos, Pierre NOEL de votre "greffe des croyances") je réalise que le tapis sur lequel je suis tombée était en laine et que ce mot, laine, à propos de greffe des croyances est le mot qui dit soufi/sme. Pourquoi une telle amnésie durant tant d'années? En toutes les recherches, études, etc., au sujet de cette vision l'histoire de Lourdes m'a appris que Bernadette n'a jamais réussi a faire entendre aux autorités l'entourant que la statue représentant Notre-Dame de Lourdes, par exemple, ne correspond pas à la vision de "cela" ("cela" en tout premier lieu voir Davier) et que la Dame (ensuite) n'aurait jamais voulu tout le commerce fait à ce sujet. Cela, dans la Bible, man hou man hou; "qu'est-ce que cela, qu'est-ce que cela"! (épisode de la manne dans le désert avec Moïse et les Hébreux, notamment, prêtres égyptiens refusant le retour du culte au dieu Amon et "toute une tourbe" (peuples divers).

Écrit par : Myriam Belakovsky | 04/07/2014

Myriam, moi Satan je vous ai fait souffrir; alors, je vous offre cette mélodie bon dimanche...

https://www.youtube.com/watch?v=uHDUDzJicnQ&list=PL4C64956C7045CB9B

Écrit par : Pierre NOËL | 06/07/2014

Pierre NOEL Un jour, mon fils aîné, Pierre, rentrant de l'école, m'écouta (je jouais du piano). Il me dit : "Maman, tu joues bien mais ton chant, ton chant à toi, ton chant, le tien, c'est quoi?!"

Pierre NOEL offrez-moi, offrez-nous quelques lignes où vous exprimeriez votre désaccord avec un commentaire net, direct mais... sans insulte/!

Le dimanche, chez moi, je n'ai plus vingt ans, bien des amis, connaissances proches décèdent ou s'en vont avant... douloureux.

Je vous apporte à mon tour, en prime, ce que je mijote: poser, commentaires/blogs la question suivante, à propos des fortes hausses des primes d'assurance maladie en Suisse annoncées pour 2015: "Est-il normal qu'un chef d'entreprise qui s'offre en un jour, un seul jour, Pierre NOEL! le salaire annuel d'un employé ne paie pas plus cher que lui ses primes de base d'assurance maladie?"! Servez-vous, Pierre NOEL, n'hésitez pas à partager autour de vous cette bonne question.

Après avoir rencontré mes enfants, un ou deux voisins, le samedi, le dimanche est un jour silence ainsi que saucisses de Vienne partagées avec... Moïse. Ce qui met en joie, ce silence, quelqu'un, Praliné, qui me trouve d'ordinaire prolixe... tout en me le faisant savoir comme en minaudant.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/07/2014

La France n'est pas une démocratie, car le principe de la séparation des pouvoirs n'est pas respecté. Le parlement est à la botte du gouvernement. Si un député du parti au pouvoir vote contre le souhait du gouvernement, il est qualifié de traître. Les juges sont indépendants, mais ils ne peuvent agir que si le procureur nommé par le gouvernement leur donne l'autorisation d'instruire. Le gouvernement peut ainsi contrôler qui est poursuivi. Dans un pays démocratique, les procureurs sont élus par le peuple.

Écrit par : Charles | 06/07/2014

Non seulement le principe de la séparation des pouvoirs n'est pas respecté, la Laïcité est bafouée, la chrétienté et les islamistes agissent ensembles en dessous de table. Il sont leurs liens pour des raisons mercantiles et de pouvoirs aux princes.

Vivement la fin du pétrole qu'on s'en re-fasse une....

Écrit par : Pierre NOËL | 06/07/2014

@Pierre NOEL

Merci pour cette douce musique de Kenny Vance.



Il y avait une fois un petit garçon qui pensa ne jamais plus pouvoir croire en quoi que ce soit.

Jusqu'au jour où une bonne fée lui apparut.

Son nom?

Guitare.

Désormais, il ne se quittèrent plus.



Rock et blues meublent un cœur atteint.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/07/2014

Les commentaires sont fermés.